Osons le dire

Grandes GREVES en Angleterre : ENTRETIEN exclusif avec Joti Brar du #PARTICOMMUNISTE de Grande Bretagne (CPGB -ML) par IC & PRCF

183680-pc-gb-1.jpg

_

En Grande-Bretagne, les médias ont occulté le grand mouvement populaire français sur les retraites; symétriquement, les médias de l'Etat français et du CAC 40 occultent les grandes grèves qui se déroulent en ce moment en Grande-Bretagne et qui sont les plus puissantes depuis les sombres années Thatcher. Pour aider à défendre la paix, le progrès social, la renaissance du mouvement ouvrier de classe et un nouvel élan du front anti-impérialiste mondial,  merci de lire et de relayer largement cette entrevue de la secrétaire générale du CPGB (m-l) ! - G. Gastaud 

_

Les plus forte grève depuis 30 ans : « Les travailleurs ont la volonté de lutter

pour les salaires », entretien exclusif avec Joti Brar, Parti Communiste de

Grande Bretagne (CPGB -ML)

le 22 mai 2023,

Joti Brar, vice-présidente du CPGB-ML (Parti Communiste de Grande-Bretagne -Marxiste-Léniniste) a accordé un entretien exclusif à Initiative Communiste. Un entretien qui met en exergue que de part et d’autre de la Manche, les communistes, avec le PRCF et le CPGB-ML participent à appuyer les luttes des travailleurs, et à une même mobilisation anti impérialiste, pour la paix, et pour faire primer les intérêts des peuples exploités par la classe capitaliste. Dans les actions internationalistes, notamment au sein de la plateforme anti impérialiste mondiale, comme dans les mouvements sociaux auprès de leur classe, les camarades du PRCF et du CPGB-ML sont ensembles.

Quelle est la situation en Grande-Bretagne du point de vue du mouvement social ? Quel est l’impact des récentes manifestations et grèves ? Quelle est l’influence de la campagne « Assez est assez » ?

Joti Brar : L’année dernière, la Grande-Bretagne a connu la plus forte augmentation du nombre de grèves depuis 30 ans. En 2022, 2,4 millions de journées de travail ont été perdues à cause des grèves, et il est probable que ce chiffre soit plus élevé cette année.

Comme dans de nombreux autres pays, les travailleurs sont confrontés à une énorme crise inflationniste, avec des hausses considérables des coûts de l’énergie (67 % d’augmentation des prix de l’électricité et 129 % d’augmentation des prix du gaz au cours de la seule année dernière) qui s’ajoutent à l’augmentation rapide des coûts des loyers, de la nourriture, des vêtements et d’autres produits de première nécessité. L’inflation des prix des produits alimentaires est maintenant de 17,5 % par rapport à l’année dernière, et les prix de nombreux produits de base dont les plus pauvres ont besoin ont augmenté le plus. Par exemple, une boîte de haricots cuits Heinz est 70 % plus chère aujourd’hui qu’en 2019.

Cette crise de l’inflation est survenue à un moment où les travailleurs britanniques, en particulier dans le secteur public, se sont vu imposer des réductions de salaire en termes réels chaque année depuis la crise économique de 2008. Ce programme d' »austérité », qui s’accompagne de coupes sombres dans les dépenses publiques (écoles, hôpitaux, routes, espaces publics, etc.), a été imposé pour assurer le service des emprunts contractés par notre gouvernement afin d’éviter l’effondrement des banques britanniques.

Les salaires des travailleurs ayant été régulièrement réduits au cours des 15 dernières années, la crise de l’inflation a provoqué une nouvelle baisse très importante qui a laissé de nombreux travailleurs avec des enveloppes salariales qui ne couvrent tout simplement pas les besoins de base de la vie. Le niveau de vie diminue fortement pour tous les travailleurs salariés, mais pour les bénéficiaires d’allocations et les travailleurs au bas de l’échelle des salaires dans les services de santé, l’enseignement, les chemins de fer, etc. La vie devient insupportable. Les parents isolés qui occupent ces fonctions sont de moins en moins capables de s’en sortir et se tournent vers les banques alimentaires et d’autres organisations caritatives d’urgence pour tenter de nourrir leurs enfants.

Cela explique pourquoi les secteurs de l’économie où le taux de syndicalisation est encore élevé (principalement les transports et le secteur public, mais aussi certains services publics, la logistique et les communications) ont tous connu une forte augmentation de mouvements de grève. Dans tous les secteurs, les travailleurs réclament désespérément une restitution des salaires ; dans les secteurs où le taux de syndicalisation est encore élevé, cela pousse les dirigeants syndicaux à agir à contrecœur.

Tous les syndicats des chemins de fer, de la santé et de l’enseignement ont fait grève. Il en va de même pour les postiers, les travailleurs d’Amazon, les dockers et les fonctionnaires. Même le Royal College of Nursing, traditionnellement très conservateur, a dû céder à la pression de ses membres durement éprouvés, en déclenchant la première grève en 107 ans d’histoire. Mick Lynch, du RMT (syndicat des chemins de fer réputé pour son radicalisme depuis qu’il a rompu, en 2004, ses liens centenaires avec le parti travailliste), a bénéficié d’un soutien massif de l’opinion publique lorsqu’il est apparu dans les médias grand public pour défendre les objectifs des grévistes et défendre vigoureusement le droit de grève des travailleurs.

M. Lynch et d’autres dirigeants syndicaux ont également été à l’origine de la campagne « Assez est assez », dont le programme en cinq points exige une augmentation significative des salaires, une réduction des factures d’énergie, la fin de la pauvreté alimentaire, des logements décents pour tous et une augmentation des impôts pour les riches. Ne serait-ce qu’une action sur l’un de ces points serait extrêmement populaire.

Malheureusement, ceux qui dirigent ces mouvements ne sont pas prêts à offrir le type de leadership nécessaire en cette période de grave crise économique, où la classe dirigeante est unie pour essayer de faire porter le fardeau de la crise sur le dos des travailleurs. Même les dirigeants syndicaux les plus militants (qui sont très peu nombreux en Grande-Bretagne) ne semblent s’intéresser qu’à l’arrêt des grèves le plus rapidement possible.

Aucun d’entre eux ne veut montrer aux travailleurs comment utiliser leur pouvoir pour gagner ne serait-ce qu’une bataille élémentaire pour de meilleurs salaires. Tous les syndicats ont accepté, ou tenté d’accepter, des salaires bien inférieurs à ceux que les travailleurs réclament – et dont ils ont réellement besoin – en recommandant à leurs membres des « accords » qui ne couvrent même pas la moitié de l’inflation de cette année, sans parler de compenser les 15 dernières années de baisses de salaires réelles.

Dans le même temps, après avoir organisé deux impressionnants rassemblements au cours desquels des discours militants ont été prononcés devant de larges foules, les responsables de la campagne « Assez est assez », se sont montrés totalement indifférents à la mobilisation des travailleurs pour qu’ils se battent pour leur propre programme. Au lieu de cela, ils concentrent l’attention de leurs audiences déclinantes et de leurs réunions ternes sur le fait de demander aux travailleurs de croire que voter pour les travaillistes aux prochaines élections apportera les changements dont ils ont si désespérément besoin.

Quelle est la position du CPGB-ML sur la situation en Grande-Bretagne ?

Joti Brar :  En plus de contracter des emprunts pour renflouer les banques en 2008, nos dirigeants ont eu recours à une énorme augmentation de l’émission de monnaie. Le Premier ministre de l’époque, Gordon Brown, a été crédité d’un acte de génie héroïque pour avoir mis en œuvre ce programme que les économistes bourgeois ont appelé « assouplissement quantitatif », mais qui était en réalité un énorme vol – un transfert direct de richesses des plus pauvres vers les plus riches de notre société.

Comme Marx l’a expliqué dans Le Capital, l’argent qui circule dans l’économie reflète la valeur des marchandises en circulation. Imprimer plus d’argent sans augmenter la valeur des biens en circulation signifie simplement que chaque billet ou pièce qui circule sera échangé contre une plus petite quantité de marchandises – il vaudra moins. Plus la quantité de monnaie imprimée est importante, plus la monnaie est dévaluée. L’effet peut ne pas être perçu immédiatement, mais tôt ou tard, cette réalité s’imposera.

Les dirigeants des pays impérialistes ont cru avoir découvert un baguette magique lorsque l’inévitable crise inflationniste ne s’est pas produite immédiatement. Ce sentiment s’est également reflété dans le monde universitaire petit-bourgeois, avec l’invention et la promotion de la « théorie monétaire moderne » (connue par ses détracteurs sous le nom d' »arbre à monnaie magique »).

Ce que tous ces observateurs n’ont pas compris, c’est que la capacité apparente de pays comme la Grande-Bretagne et les États-Unis à imprimer de la monnaie sans subir de conséquences économiques négatives n’était pas fondée sur une nouvelle règle économique, mais sur la réalité de leur statut de pays impérialistes. Le fait qu’une grande partie du commerce mondial s’effectue dans les monnaies de quelques pays dominants leur permet d’étaler et d’exporter l’effet inflationniste de leur planche à billets, et donc d’atténuer et de retarder les effets inflationnistes dans leurs économies nationales.

Mais cette dilution et ce retard, facilités par leur position de puissances impériales dominantes, ne pouvaient durer longtemps. Et lorsque les effets ont enfin commencé à se faire sentir, le train était déjà lancé à toute allure.

Nos gouvernants se sont sortis de la crise systémique de 2008 en imprimant de l’argent. Alors que la dette nationale s’est envolée et que les salaires et les retraites des citoyens ont perdu de leur valeur, les banques ont été sauvées et les prix des actifs et des actions ont explosé. Les riches sont devenus fabuleusement plus riches. Pendant ce temps, les salaires et les pensions ont été constamment érodés.

Lorsque la prochaine crise systémique a frappé en 2020, nos gouvernants ont masqué son existence en déclarant des fermetures nationales « pour répondre à l’urgence sanitaire » (bien qu’une réponse sanitaire efficace aurait été localisée et aurait eu lieu bien plus tôt). De cette manière, ils ont pu camoufler les énormes subventions qu’ils ont versé aux entreprises monopolistiques en les qualifiant de « renflouement suite au Covid » et en subventionnant également de nombreux travailleurs pour qu’ils restent à la maison. Le gouvernement s’est de nouveau endetté et la Banque d’Angleterre a de nouveau imprimé d’énormes sommes d’argent, ce qui a de nouveau gonflé le prix des actifs et dévalué les salaires.

Les perturbations des chaînes d’approvisionnement mondiales provoquées par les confinements dus a la pandémie ont encore exacerbé cette spirale inflationniste en créant des pénuries artificielles de nombreux biens. Elles ont également montré la fragilité de « l’efficacité » capitaliste, qui a poussé à la suppression de tout élément de planification (la livraison « juste à temps » remplaçant l’entreposage, par exemple) dans l’intérêt de la maximisation des profits. Lors de la pandémie, nous avons vu comment cette recherche d’efficacité a laissé les travailleurs les plus pauvres à la merci des pénuries et des hausses de prix qui surviennent chaque fois que ces lignes d’approvisionnement, réparties dans le monde entier, sont interrompues. Trois ans après les premiers confinements, ce fragile réseau de connexions ne s’est toujours pas stabilisé, et de nombreuses petites entreprises dans le monde entier ont cessé leurs activités ou ont fait faillite en conséquence.

Avec le lancement de la guerre de sanctions par les impérialistes contre la Russie en février 2022, l’inflation élevée et la hausse vertigineuse des prix de l’énergie ont été portées à un niveau encore plus élevé, frappant une fois de plus les travailleurs les plus pauvres partout dans le monde. Le plan impérialiste visant à détruire l’économie russe en la coupant du marché mondial a spectaculairement échoué, mais il a eu pour conséquence de couper l’Europe de l’énergie bon marché dont elle dépend depuis les années 1980, nous laissant avec des factures d’électricité impayables et une industrie non compétitive.

L’inflation augmentant rapidement, la Banque d’Angleterre avait officiellement déclaré son intention de mettre fin à son programme de planche à billets, mais la nécessité de « soutenir l’Ukraine » l’a amené à imprimer davantage de milliards pour payer les armes, tandis que la nécessité de maintenir la paix sociale l’a amenée à faire de même pour subventionner les coûts de l’énergie pour les particuliers et les entreprises. Ces subventions à durée indéterminée ont permis aux monopoles de l’armement et de l’énergie d’engranger d’énormes bénéfices, tout en réduisant encore le pouvoir d’achat des masses.

Dans une telle situation, la performance des dirigeants syndicaux britanniques s’est révélée une grave trahison. Au lieu de se battre pour la restitution des salaires et le droit de leurs membres à vivre dans la dignité, ils ont cherché la sortie, répétant l’affirmation des employeurs (et du dirigeant travailliste Keir Starmer) selon laquelle demander mieux est « inabordable » (déraisonnable) et essayant d’effrayer les membres pour qu’ils acceptent de nouvelles réductions de salaire en termes réels, en leur assurant que ces « accords » sont les « meilleurs possibles » et en les menaçant de regretter ces accords furent-ils rejetés.

Malgré ce manque de leadership et malgré la division de chaque profession en plusieurs syndicats qui divisent la main-d’œuvre sur chaque lieu de travail et affaiblissent leur combativité, les grévistes ne font pas ce qu’on leur dit de faire. Les infirmières ont récemment voté le rejet d’une offre salariale du gouvernement malgré les pressions énormes exercées par leurs dirigeants syndicaux pour qu’elles l’acceptent. Il est donc probable qu’au moins une partie des grévistes poursuivront leur combat, mais il est difficile de voir ce qu’ils peuvent obtenir avec des dirigeants qui ont clairement montré qu’ils n’ont pas le cœur à la lutte et qu’ils sont impatients d’en arriver à des accords avec les employeurs.

Pendant ce temps, la campagne « Assez est assez », après des débuts prometteurs, s’est transformée en une nouvelle organisation édentée et de diversion dont le programme principal (comme beaucoup d’organisations soi-disant de « résistance » avant elle) est de persuader les travailleurs de voter pour les travaillistes aux prochaines élections.

La vérité est que nous avons plus d’un siècle d’expérience pour nous dire que le parti travailliste est un fidèle serviteur de l’impérialisme britannique, et beaucoup d’expérience plus récente pour montrer que l’actuel leader du parti, Keir Starmer, est un personnage impeccablement établi (ayant précédemment servi à la tête du ministère public) que la classe dirigeante ne serait que trop heureuse d’installer comme prochain premier ministre.

L’expérience de l’année écoulée a mis en évidence deux choses. La première est que les travailleurs ont le désir et la volonté de lutter pour la restitution des salaires. La seconde est que les structures syndicales actuelles, institutionnellement liées au parti travailliste et fidèles à l’impérialisme britannique, sont totalement réticentes et incapables de mener cette lutte.

La classe dirigeante espère vivement que les dirigeants syndicaux parviendront à persuader leurs membres d’accepter des offres inférieures à l’inflation de 5 %, assorties de montants forfaitaires occasionnels, et d’abandonner la lutte pour la défense des salaires, des pensions et des services publics (qui souffrent tous d’une crise de recrutement en raison des conditions salariales épouvantables qui prévalent aujourd’hui partout). Il fait également tout ce qu’il peut pour encourager l’illusion qu’un gouvernement travailliste apportera le « changement » et que les travailleurs devraient simplement se résigner à des réductions de salaire, rentrer chez eux et attendre les prochaines élections.

En l’absence de nouveaux dirigeants, de nouveaux syndicats, ou des deux, il est difficile de voir si la pression des membres sera en mesure de surmonter la résistance de leurs propres dirigeants à mener à bien une véritable lutte pour la restitution des salaires et la défense des services publics. Les dirigeants actuels ont montré très clairement que leur loyauté se tourne vers le système et non vers les travailleurs.

Quel est votre point de vue sur la guerre en Ukraine et sur la politique du nouveau gouvernement Sunak ?

Joti Brar : Je résumerais notre position sur la guerre en Ukraine en disant que le conflit a été déclenché par les États-Unis et l’OTAN lorsqu’ils ont fomenté un coup d’État fasciste en 2014, et que la Russie a été contrainte d’intervenir en raison du refus des puissances occidentales (France et Allemagne) de mettre en œuvre les termes du traité de paix qu’elles ont garanti à Minsk en 2015, et a refusé de reconnaître la nécessité d’un nouveau cadre de sécurité en Europe qui pourrait garantir la paix pour tous et arrêter l’expansion agressive de l’OTAN à l’est – une expansion qui vise la Russie depuis les 30 dernières années.

La guerre de la Russie, selon nous, est une guerre juste et nécessaire de libération nationale pour les Russes opprimés dans l’est de ce qui était autrefois l’Ukraine socialiste, et d’autodéfense contre l’OTAN, qui utilise le peuple ukrainien comme son armée par procuration dans l’espoir de faire tomber le gouvernement indépendant de la Russie. Lorsque les impérialistes utilisent une phraséologie académique pseudo-marxiste telle que la « décolonisation », ils font en réalité référence à leur désir de longue date de démembrer le vaste territoire de la Russie et de piller ses énormes richesses minérales.

Quant à notre dernier Premier ministre, Rishi Sunak, il s’est révélé être un autre membre impeccable de l’establishment. Il est prêt à poursuivre la guerre aussi longtemps que la classe dirigeante britannique le souhaite, et reste prêt également à entamer le processus d’inversion du Brexit, que la classe dirigeante n’a jamais accepté, mais qu’elle a mis un certain temps à pouvoir commencer à démêler.

Comment le peuple et la classe ouvrière britanniques voient-ils le soulèvement social en France ?

Joti Brar : La véritable ampleur du soulèvement en France est cachée à la majorité des travailleurs britanniques, tout comme l’ont été les manifestations des gilets jaunes il y a quelques années. Nos dirigeants ne permettent pas une couverture significative de vos actions dans leurs médias parce qu’ils sont terrifiés à l’idée que l’exemple du militantisme français puisse se répandre de l’autre côté de la Manche et inspirer les travailleurs britanniques à organiser le même type d’action ici.

Il est évident que les travailleurs français sont confrontés essentiellement aux mêmes problèmes que ceux auxquels nous sommes confrontés en Grande-Bretagne : inflation croissante, coûts énergétiques écrasants, baisse rapide des salaires et des pensions, augmentation constante de l’âge de la retraite, coupes dans les services publics de toutes sortes. En Grande-Bretagne, nos salaires et nos services sont dans un état pire qu’en France précisément parce que nous n’avons pas pris de mesures aussi énergiques pour les défendre. Depuis la grande grève des mineurs de 1984/5 jusqu’à aujourd’hui, très peu de tentatives significatives ont été faites pour résister au programme de la classe dirigeante visant à démanteler l’État-providence, et les travailleurs ont en général été démoralisés et résignés.

Ceux d’entre nous qui sont au courant du soulèvement français se sentent très inspirés par vos actions et espèrent une issue positive. Bien que nous comprenions que l’action syndicale ne peut à elle seule résoudre la crise profonde du système capitaliste, nous pensons que de telles actions peuvent être une grande école pour les travailleurs. Plus les actions actuelles s’étendront et se prolongeront, plus les communistes auront l’occasion d’étendre leur influence et leur éducation, en aidant les travailleurs à élargir leur programme d’une simple lutte avec le gouvernement sur la réforme des pensions à une lutte plus large contre la classe capitaliste dans son ensemble, et à comprendre que c’est le système capitaliste qui est en fin de compte responsable de l’inflation, de la pauvreté, de l’inégalité, de la crise économique et de la guerre.

Entre-temps, l’expérience réelle de la résistance physique au pouvoir de l’État constituera une excellente éducation pour les travailleurs, qui comprendront la véritable nature du système capitaliste et de l’ennemi de classe, et tout cela offrira aux communistes de grandes possibilités de travailler et d’étendre leur influence – ce qui est une condition préalable essentielle à la réussite de toute lutte de classe.

Avez-vous un message à adresser à la classe ouvrière et aux luttes populaires en France ?

Joti Brar : Nous sommes très encouragés et inspirés par l’esprit combatif des travailleurs français, et en particulier par ceux qui combinent les revendications pour des salaires et des conditions de travail décents avec la demande que la France quitte l’alliance impérialiste de l’OTAN et le bloc de l’UE. L’ennemi des travailleurs français n’est pas en Russie ou en Chine, mais à Paris ! Les mêmes banquiers qui veulent mettre la Russie en pièces pour piller ses richesses minières et exploiter son peuple veulent privatiser les services publics français, réduire les salaires français et augmenter l’âge de la retraite française.

Il est instructif de noter que même les travailleurs militants comme les Français se trouvent condamnés à mener les mêmes batailles encore et encore. Les avantages qu’ils ont obtenus par la lutte sont attaqués dès que la classe dirigeante se sent assez forte pour les repousser, et nos positions sont à nouveau attaquées. Nous constatons que le mieux que nous puissions obtenir par l’action syndicale est, en général, et malgré des avancées occasionnelles, de reculer moins vite que si nous n’avions pas de syndicats pour nous battre.

Pour obtenir un changement réel et durable, l’action syndicale ne suffira pas. En fin de compte, notre lutte pour des salaires et des conditions de vie décentes, pour la dignité de la classe ouvrière, doit être associée à la lutte pour renverser la domination des exploiteurs et sangsues et la remplacer par la domination de la classe ouvrière – avec une économie socialiste planifiée.

Nous sommes convaincus que les Français faciliteront l’émergence d’une direction qui comprendra cette nécessité urgente et qui sera prête à aider les travailleurs à diriger leurs coups puissants contre la forteresse de l’ennemi, qui est déjà affaiblie par les failles fatales du système lui-même.

SOURCE:

https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/les-plus-forte-greve-depuis-30-ans-les-travailleurs-ont-la-volonte-de-lutter-pour-les-salaires-entretien-exclusif-avec-joti-brar-parti-communiste-de-grande-bretagne-cpgb-ml/

Derniers commentaires

Nathalie : Patriote exceptionnelle ! Intelligence française comme le rappelle JLuc Pujo: "Marie-France GARAUD. Immense tristesse. Multiples rencontres chez…
sur Marie-France Garaud : mort d’une guerrière

Anne-Marie : On apprend aussi une interconnexion avec les chefs Islamistes de Syrie venus combattre en Ukraine... * "Les terroristes de Moscou avaient fuit vers…
sur Attentat à Moscou : Poutine promet que tous les responsables seront « punis »

Paul De Florant : Encore la CIA, le MI6 et le GUR Comme nous l'indique JLPujo via le groupe Hermes (Renseignements police&armée) de Politique-actu / PenserlaFrance…
sur Attentat à Moscou : Poutine promet que tous les responsables seront « punis »

Isabelle de Chritus : Un traitre a la Nation ! Un idéologue sans vision ! Comme le résume jluc Pujo pour Penser la France : «  #JacquesDELORS est mort ! Vive…
sur Jacques Delors : une cérémonie d’hommage national aux Invalides, le 5 janvier

Isabelle de Chritus : Israel #Gaza #Hezbollah #Iran Attention ! Comme le précis jluc Pujo : « Les attaques du #Hamas avaient un objectif précis : déclencher…
sur #Israel #GAZA: "L’ #Iran a gagné sans même entrer en guerre » par le #ColonelCASSAD - ATTENTION ! Brillant !

Thématiques : AFGHANISTAN - AFRIQUE - Agriculture - Alain JUPPE - ALGERIE - Algérie - Alimentation - ALLEMAGNE - Amérique Centrale - Amérique du Sud - André Bellon - ANGLETERRE - Anne-Cécile Robert - Annie Lacroix-Riz - Armée française - ASIE - BANQUE MONDIALE - BRESIL - Bruno Le Maire - Catholicisme - CENTRE AFRIQUE - Chanson & Poésie - CHINE - CHINE - Christian Perronne - Christianisme - Cinéma - Clément Beaune - CNR - Communisme - COVID19 - COVID19 - Crypto & Blockchains - CUBA - CULTURE - Défense - Demographie - Demographie Mondiale - Didier Raoult - Diplomatie française - DROIT - Ecologie & environnement - Economie - Edouard Philippe - EDUCATION - Egalité Femme & Homme - Election Européenne - Elections régionales - Elisabeth BORNE - Emmanuel Macron - Emmanuel MACRON - Energie - Enfance - Environnement - Eric ZEMMOUR - Eric Zemmour - ESPAGNE - Etienne Tarride - EURO - euro - Européenne 2024 - Fabien Roussel - Fadi Kassem - Fiscalité - FMI - France-Allemagne - François Asselineau - François ASSELINEAU - François Bayrou - François Hollande - François Ruffin - Francophonie - francophonie & Langue française - G20 - G7 - Gabriel Attal - Gaullisme - Georges Gastaud - Gérald Darmanin - Gérard Larcher - Guadeloupe & Martinique - HISTOIRE - Humanisme - Immigration - Immigration - INDE - INDE - INSTITUTION - IRAK - IRAN - ISLAM - Islamisme - ISRAEL - ISRAËL & PALESTINE - ITALIE - Jacques CHEMINADE - Jacques Cotta - JAPON - Jean Castex - Jean-Luc Melenchon - Jean-Luc Pujo - Jean-Luc Pujo - Jean-Pierre Chevenement - Jean-Pierre Raffarin - Judaisme - Justice - Justice - Laïcité - Laicité - Législative 2017 - Léon Landini - LIBAN - Libéralisme - LIBYE - lutte sociale - Lutte Sociale & Combat social - MACHREK - MAGHREB - Maison de France & Monarchie - MALI - Manuel Bompard - Marine LEPEN - Marine LEPEN - Marlène Schiappa - Medecine - Medecine sous Hyppocrate - MEDIAS - MER - Mexique - Michel Houellebecq - Michel Onfray - MUSIQUE - Nathalie Arthaud - Nations d'Europe - Nicolas Dupont-Aignan - Nicolas Sarkozy - NIGERIA - Nucléaire - OCS - OCS - OMC - ONU - ONU - Nations Unies - OTAN - OTAN - PAKISTAN - PALESTINE - Patriotisme - Pauvreté - précarité - Penser la France - POLICE & Sécurité - Pour une Constituante - PRC - PRCF - Présidentielle 2017 - Présidentielle 2022 - Protestantisme - QUEBEC - QUEBEC - RéinfoCovid 2022 - Relations Internationales - RELIGION - Roland Hureaux - RUSSIE - RUSSIE - RUSSIE - SANTE - SANTE - Sciences & Recherche - Sciences&Technologie - SERVICE PUBLIC - SPORT - Syndicats - SYRIE - TURQUIE - UKRAINE - Ukraine - Union européenne - USA - USA - Valérie Bugault - Valérie PECRESSE - Valérie Pecresse - VENEZUELA - VENEZUELA - Venezuela - Yaël Braun-Pivet