Actions Citoyennes

Sam-Dim 2 & 3 Juillet : CONGRES du “Front Démocratique de l'Euroland” (PARIS)

29479-manif-2.jpg

Six réformes clé pour une gouvernance démocratique de l'Euroland

***

Après le succès électoral des „Vrais Finlandais“, les disputes autour des réfugiés d'Afrique du Nord, la remise en cause de „Schengen“ par le gouvernement danois, les manifestions violentes en Grèce, le soulèvement de la jeunesse en Espagne et les rouspétances croissantes sur l'Euro: même les plus obtus s'aperçoivent maintenant que l'œuvre du siècle qu'est l'intégration européenne a toutes les chances de s'effondrer si les «vrais Européens» - qui doivent également être de «vrais démocrates» - ne prennent pas enfin le taureau par les cornes.

L'UE, ou du moins sa partie la plus intégrée qu'est l'Euroland, a besoin aujourd'hui d'esprit critique, de courage et d'énergie, de l'engagement politique et une réelle prise en main du pouvoir de la part de ses citoyens.

Le changement ne peut venir que des Européens eux-mêmes qui reconnaissent que l'Euroland est leur chance dans le monde moderne et qui pour cela revendiquent avec fermeté leur engagement politique au niveau européen. L'Euroland n'a aucun avenir si ses citoyens ne sont pas partie prenante à l'invention de leur futur.

Ces citoyens, les jeunes, sont déjà dans les rues en Espagne, Portugal, Irlande, Grèce, Allemagne, France, Italie... et réclament une vraie démocratie pour l'Euroland, le droit de défendre leurs droits, leurs valeurs et par dessus tout leur futur totalement ruiné par les mesures qui sont décidées par la crise et le manque de vision des dirigeants européens. Jeunes et plus âgés doivent travailler ensemble et mettre en œuvre les instruments pour un Euroland vraiment démocratique qui peut garantir un avenir meilleur pour les uns tout en respectant les aspirations que pouvaient avoir les autres. C'est pour cela que nous appelons à la définition d'un pacte trans-générationnel de l'Euroland, ou nous risquons de voir s'élargir non seulement le fossé entre citoyens et institutions mais en mode accéléré celui entre les générations. 

Six tables rondes structurent le débat dans le quel chacun est invité à contribuer et développer les propositions nouvelles et innovantes pour réformer le futur d'une gouvernance démocratique de l'Euroland. Les principaux sujets seront introduits par des intervenants qui guideront les débats ouverts avec le public. Les débats seront retransmis par vidéo conférence pour pouvoir permettre à plus de 300 millions de citoyens de se saisir enfin de questions qui les concernent tous.

Nous partageons la même monnaie, la même crise, la même austérité, alors joignez vous et partagez vos visions et vos valeurs: une vraie démocratie, un pacte intergénérationnel, Schengen, immigration, l'après Fukushima, la crise globale et les relations internationales, rationalisation, compréhension et contrôle... Soyez l'un des 100 participants pour définir la future gouvernance démocratique de l'Euroland à Paris les 2 & 3 Juillet 2011.


Inscription obligatoire (nombre de places limité)

Inscrivez-vous ici


Programme 

Lieux: LES SALONS DE L'AVEYRON - Paris (France)
17 rue de l'Aubrac – 75012 Paris (http://www.salonsdelaveyron.com/)

Samedi 2 Juillet 2011

8.30 – Accueil et café de bienvenue

9.00 – Ouverture de la conférence par Marianne Ranke-Cormier et Margit Reiser-Schober

9.30 – 1ère table ronde: Populisme de droite en Europe, une conséquence de l'absence de contrôle politique des citoyens au niveau européen

Ces dernières années dans presque tous les états de l'Euroland des mouvements et partis populistes ont vu le jour ou ont obtenu des succès remarquables. Une des raisons majeures c'est le manque d'exercice de contrôle politique des citoyens au niveau européen. L'influence des citoyens est à son plus bas au niveau politique là où, souvent, les choix politiques les plus importants sont faits. Les politiciens et les partis populistes profitent de cette absence de représentation, sans rien changer à la cause des problèmes.  
Modération: Margit Reiser-Schober, Secrétaire général de Newropeans (Allemagne)

Intervenants :
- Micaela Bracciaferri, Les Amis de Beppe Grillo (Italie), 
David Nadasi, Groupe communication pour Democracia Real Ya, 
Ronald Pabst, Mehr Demokratie, (Allemagne),

11.15 - Pause

11.30 – 2ème table ronde : Crise socio-économique et Euroland : vers la définition de deux nouveaux pactes socio-économiques entre les générations et entre les états-membres

La crise économique mondiale a rapidement remis en question le pacte socio-économique sur lequel ont été fondées les sociétés de l'Euroland depuis la seconde guerre mondiale. D'une part, les économies actuellement en faillite limitent les opportunités pour les jeunes générations, alors que, d'autre part, les baby-boomers vieillissant pèsent sur le tissu social et la santé de nos pays. Parallèlement, la décennie d'intégration de la vieille zone euro a montré que, en temps d'une telle crise historique, il y avait un besoin urgent à la solidarité trans-européenne afin de maintenir l'intégration européenne sur la bonne voie et d'éviter que nos peuples ne soient exposés sans la protection de l'Euro aux chocs de cette crise mondiale. Une telle situation exige une définition entièrement nouvelle de deux pactes au cœur de notre modèle social de l'Euroland: le pacte intergénérationel et le pacte trans-européen. Dans les deux cas, la direction à suivre doit être démocratique, afin de respecter les valeurs fondamentales européennes de solidarité et de refuser le concept irresponsable de rivalité qui est à l'origine de la crise actuelle. La question substantielle sera de trouver un processus et des politiques équilibrés et efficaces qui permettront à cette solidarité trans-générationnelle et trans-européenne de prendre rapidement la forme de politiques communes pour la zone euro.
Modération: José María Compagni, business expert, president of TEIIS (Trans-European Initiative for Innovation and Sustainability) (Espagne)

Intervenants :
- Katriin Visamaan, Responsable relations internationales Dream Foundation (Estonie),* 
- Bruno Paul, Responsable France de Java & Agile Industrialization,
Taco Dankers, (Pays-Bas), 
Ralf Pichler, Global Society (Allemagne)

13.15 – Déjeuner

14.30 – 3ème table ronde : Liberté de circulation, immigration, Schengen: Qu'attendent les Eurolanders ?

Utilisation abusive du terme d'immigration illégale pour justifier des restrictions sur les droits de libre circulation définis par Schengen, tentatives des états nationaux à agir seuls dans ce domaine, manque de gouvernance européenne de la zone Schengen, utilisation démagogique de la peur des immigrés pour servir l'ordre du jour des extrémistes de droite... ce que les Eurolanders et les autres Européens attendent exactement est la dernière question que les politiciens tentent de résoudre Leur seul but semble être de servir leurs intérêts électoraux à court terme, même au détriment de l'intérêt collectif européen, même au détriment de l'intérêt de leurs citoyens. Sur ces questions politiques essentielles, il est urgent d'identifier de façon rationelle les attentes des peuples en vue de stimuler un débat démocratique. 
Modération: Harald Greib, conseiller administratif du ministère de l'intérieur allemand, vice-président de LEAP/E2020 (Allemagne)

Intervenants :
- Marie-Hélène Caillol, présidente Europe2020
Sonia Mejri, Secrétaire Internationale de UJEM-France, Vice-présidente du comité consultatif de la jeunesse – Conseil de l'Europe*
- Bart Kruitwagen, CEO Caisson Congrestechniek B.V. (Pays Bas)

16.15 – pause

16.30 – 4ème table ronde : Crise globale: définir les axes prioritaires de la politique internationale d'un nouvel acteur souverain: l'Euroland et son contrôle démocratique

La crise mondiale a accéléré l'émergence d'un nouveau «souverain», qui est sur le point d'émettre un nouveau type de «dette souveraine» (euro-obligations) et a déjà mutualisé jusqu'à 700 milliards d'euros avec le Fonds européen de stabilisation. Parallèlement l'euro est aujourd'hui la deuxième monnaie de réserve mondiale, dépassant de loin le total des réserves qui étaient tenues en DM, FF, Lires ou Pesetas, ... . L'euro est actuellement au cœur d'une confrontation internationale impliquant d'une part, le «vieux monde» incarné par le tandem USA / UK, qui tente de «casser» l'Euro, et d'autre part, les pays «BRIC», qui soutiennent l'euro comme un moyen pour eux de sortir de la «zone dollar», qui a dominé la planète depuis la seconde guerre mondiale. Au cours des trimestres passés, les Eurolanders se sont trouvés en porte à faux dans une situation dans laquelle leurs alliés traditionnels étaient ceux qui s'attaquaient à leur monnaie, alors que leurs «adversaires habituels» (Russie, Chine, ...) étaient ceux qui la défendaient. Il est donc très urgent de redéfinir les priorités de la politique internationale en vue de les adapter au «monde après la crise», tout en renforçant les contrôles démocratiques nécessaires pour s'assurer que la politique internationale de la zone euro sera contrôlée par les Eurolanders et non par des forces extérieures et des lobbies financiers. 
Modération: Franck Biancheri, directeur de LEAP/E2020, président de Newropeans

Intervenants :
- Harald Greib, conseiller administratif du ministère de l'intérieur allemand, vice-président de LEAP/E2020 (Allemagne)
Olivier Berruyer, actuaire, créateur du blog www.les-crises.fr (France)
- Pedro Simoes, étudiant en Sciences politiques, ISCTE – Lisbon University Institute(Portugal)

18.00 – 18.30 : Séance de dédicace du livre de Franck Biancheri: Crise mondiale. En route pour le monde d'après La France, l'Europe et le monde dans la décennie 2010-2020 (éditions Anticipolis)

18.30 – COCKTAIL


Dimanche 3 Juillet 2011

9.30 – 5ème table ronde : Après Fukushima et avec l'Euro – quel nouvel paradigme pour la politique de l'énergie de l'Euroland?

La catastrophe de Fukushima a déclenché un changement définitif de la façon dont l'opinion publique va désormais influencer les futures politiques sur l'énergie nucléaire. Partout de nouvelles préoccupations se font jour avec une volonté d'avoir plus de contrôle démocratique sur cette source d'énergie, ses processus, son agenda et son avenir (y compris sa suppression progressive). En attendant, il apparaît de plus en plus évident que, en Europe, les politiques nationales sont inadaptées car les conséquences d'accidents nucléaires majeurs seront immédiatement trans-européennes, sur notre petit continent. En outre, avec l'euro une monnaie qui sera de plus en plus utilisée pour les transactions d'énergie sur une grande échelle, l'Euroland aura la possibilité d'influencer plus directement les questions des coûts de l'énergie (y compris de se protéger contre les évolutions erratiques du dollar). Par conséquent les retombées démocratiques de Fukushima et de l'euro comme une «monnaie d'énergie nouvelle" offrent de nouvelles options pour les Eurolanders en envisageant une future politique énergétique de l'Euroland. 
Modération: Maria Zei, Les Amis de Beppe Grillo (Italie)

Intervenants :
- Christel Hahnphysicienne, coordinator Anticipolis forum (Germany)
Marco MorosiniAnalyste et auteur pour les systèmes d'indicateurs du développement durable
Maurizio Pallante, expert en matière d'efficience énergétique (Italie)

 

10.45 – Pause

11.00 – 6ème table ronde: Rationaliser les structures de l'Euroland pour permettre aux citoyens de mieux comprendre et contrôler

L'Euroland est en train de devenir une entité souveraine. En pleine crises de l'euro, les chefs d'état ont créé une gouvernance économique de l'Euroland. Les habitants de l'Euroland pour lesquels l'Euroland existe bel et bien, sont laissés de côté. Beaucoup de décisions complexes, qui façonneront notre avenir sur les différentes questions doivent être prises dans ce nouvel état émergent. Donc, nous devons trouver une nouvelle structure rationelle, qui permet à une entité souveraine du 21e siècle à être conduite sous forme d'un processus d'auto-gestion du peuple. 
Modération: Christel Hahn, web-developer pour le forum Anticipolis (Allemagne)

Intervenants :
- Marianne Ranke-Cormier
, directrice de publication NewropMag, présidente de Promete (association de promotion des médias transeuropéens)

- Franck Biancheri, directeur de LEAP/E2020, président de Newropeans
un représentant de Fundació Catalunya Europa*
 

12.45 – Clôture du congrès

Langues : Allemand, Anglais, Français en traduction simultanée


Inscription obligatoire (nombre de places limité)

Inscrivez-vous ici


Pourquoi l'Euroland?

La zone Euro constitue la partie de l'Union européenne dans laquelle le processus européen d'intégration régionale est porté à son intensité maximale. L'actuelle crise mondiale et ses conséquences monétaires en particulier, ont montré le degré d'interdépendance de la zone Euro, dénommée ici « Euroland », et surtout son existence spécifique bien réelle face aux autres régions du monde (reste de l'UE compris) qui détermine fortement l'avenir des 300 millions d'Européens qui y vivent. Pourtant, l'Euroland (qui a vocation à intégrer un nombre croissant d'Etats membres de l'UE) reste totalement dépourvu des moindres institutions et processus démocratiques permettant à ses citoyens d'influencer les décisions prises en leur nom. La situation actuelle peut donc se résumer à un paradoxe totalement a-démocratique : les citoyens de l'Euroland vivent dans une communauté de destin désormais extrêmement forte, mais ne disposent d'aucun moyen démocratique d'influencer les décisions prises : les institutions de l'UE (Parlement, Commission, Conseil) ne sont pas faites pour l'Euroland car elles ne sont pas conçues pour contrôler démocratiquement les nouveaux instruments développés par l'Eurozone à l'occasion de la crise (comme le Fonds de Soutien Européen de 700 Milliards €), et encore moins pour représenter les peuples affectées par leurs décisions. Ainsi, en faisant gérer par l'UE la plupart des institutions de l'Euroland, les dirigeants britanniques (pays qui n'a pas l'Euro et qui en fait se bat contre la monnaie européenne pour préserver la Livre Sterling) se retrouvent avec plus d'influence sur l'Euro que par exemple le peuple allemand. Cette situation est à la fois anti-démocratique et totalement aberrante en terme de défense des intérêts des citoyens de l'Euroland. D'ailleurs les dirigeants européens ont pris conscience des faiblesses du bricolage institutionnel actuel. Mais ils voudraient modifier à nouveau les traités à ce sujet sans aucune consultation démocratique ... et probablement sans laisser la moindre voix aux citoyens sauf si ces derniers anticipent le processus et affirment haut et fort leur vision de l'avenir commun. Et ce déséquilibre démocratique a été encore renforcé par les décisions du mois de Mai 2010 qui créent une communauté renforcée de destin et de procédures en matière financière, budgétaire, … pour l'Euroland.

L'aggravation prévisible des conséquences socio-économiques de la crise va faire apparaître de plus en plus clairement ce « trou noir démocratique » dans lequel sont plongés aujourd'hui plus de 300 millions d'Européens (et demain 100 millions de plus qui les rejoindront dans l'Euroland). L'incapacité des dirigeants politiques de l'UE à mettre en place ne serait-ce qu'une institution de coordination politique régulière de l'Euroland démontre comment le destin des 300 millions d' « Eurolandais » est laissé à la volonté d'influences extérieures à l'Euroland, et à des lobbies en tout genre, hors de tout contrôle démocratique.

Parallèlement, les élections au Parlement européen de Juin 2009 ont continué à démontrer l'effondrement de la crédibilité politique de la seule institution élue au suffrage universel dans l'Union européenne : absence de débat public sur les enjeux de l'élection, incapacité des partis nationaux qui monopolisent l'élection européenne à présenter la moindre vision d'avenir européenne, taux d'abstention record (plus de 50%) alors que les référendums sur la Constitution européenne ont montré que l'Europe peut être un thème électoral très mobilisateur), balkanisation de l'élection européenne du fait de l'absence de loi électorale unique, exclusion systématique dans chaque Etat membre de toutes les forces politiques n'appartenant pas au jeu politique national (via le seuil de 5% notamment). Pour parler clairement, le Parlement européen n'est même plus élu par un Européen sur trois : en effet, outre l'abstention majoritaire, et avec le seuil d'exclusion des 5%, ce sont encore près de 20% des européens qui sont privés de représentation à Strasbourg.

Enfin, l'adoption finale du Traité de Lisbonne, réalisée sans vision de long terme, s'est faite dans un mépris complet de l'opinion des citoyens européens, poussant la négation des règles essentielles de la démocratie jusqu'à ignorer ou bafouer les résultats de référendums aux fort taux de participation.

Dans ces conditions, sur fond de crise socio-économique historique, pour éviter un divorce tragique entre projet européen et processus démocratique, il est urgent et essentiel de trouver des alternatives aux procédures institutionnelles européennes actuelles car, en déconnectant totalement le pouvoir des citoyens, elles condamnent la démocratie en Europe à moyen terme; et par voie de conséquence, elles condamnent aussi le projet européen à long terme car sans soutien populaire l'idée européenne n'a pas d'avenir.

 

Informations & contact

Marianne Ranke-Cormier
E-mail: redaction@newropeans-magazine.org 
tél: + 33 (0)6.01.73.69.83
www.newropmag.eu


Liste des hôtels à proximité des Salons de l'Aveyron cliquez sur ce lien


 * * *

Inscription obligatoire (nombre de places limité)

Inscrivez-vous ici


Six key reforms for a democratic governance of Euroland 
(programme in English)
 Sechs grundlegenden Reformen für eine demokratische Governance von Euroland 
(Program auf Deutsch)

Derniers commentaires

Nathalie : Fin de la Crèche à MENARD - décembre 2022 - Le TA de Montpellier sanctionne Menard ! "Le prefet de l’Hérault - #Moutouh (qui a soutenu…
sur #BEZIERS : « Il faut démonter la crèche chrétienne installée dans le temple de la République ! » Intervention de Jean-Luc Pujo (Penser la France) - Béziers – 2014 - 2022

Paul De Florant : La Russie sort renforcée de cette période : stratégiquement sur le plan mondial (bascule en Afrique, en Amérique du sud, dans le Maghreb et le…
sur #Ukraine #OTAN #Russie : "Pourquoi Moscou est en position de force" par Bruno Guigue

Philippe Von Hubert : #Macron a l’#ONU ? Une colère qui masque l’impuissance. Une #France adolescente, agitée. Un « Je » qui ne représente plus rien.…
sur Guerre en Ukraine : Macron dénonce un « retour à l'âge des impérialismes »

Anne-Marie : OUF ! ELISABETH II ... C'est fini ! La France ridiculisée dans une soumission ethérée ... Comme le rappelle JLPujo: "Devant l’aplaventrisme…
sur Un choriste des funérailles de la reine Elizabeth II, nouvelle «superstar» des réseaux sociaux

Anne-Marie : Décès d'ELISABETH II : Le délire français des gens de rien à qui l'on a désappris la France ! Comme le dit jean-Luc Pujo - Penser la France…
sur Mort d’Elizabeth II : le poignant hommage du prince Harry à sa grand-mère

Thématiques : AFGHANISTAN - AFRIQUE - Agriculture - Alain JUPPE - ALGERIE - Algérie - Alimentation - ALLEMAGNE - Amérique Centrale - Amérique du Sud - André Bellon - ANGLETERRE - Anne-Cécile Robert - Annie Lacroix-Riz - Armée française - ASIE - BANQUE MONDIALE - BRESIL - Bruno Le Maire - Catholicisme - CENTRE AFRIQUE - CHINE - CHINE - Christian Perronne - Christianisme - Clément Beaune - CNR - Communisme - COVID19 - COVID19 - CUBA - CULTURE - Défense - Demographie - Didier Raoult - Diplomatie française - DROIT - Ecologie & environnement - Economie - Edouard Philippe - EDUCATION - Egalité Femme & Homme - Election Européenne - Elections régionales - Elisabeth BORNE - Emmanuel Macron - Emmanuel MACRON - Energie - Enfance - Environnement - Eric ZEMMOUR - Eric Zemmour - ESPAGNE - Etienne Tarride - EURO - Européenne 2019 - Fabien Roussel - Fadi Kassem - Fiscalité - FMI - France-Allemagne - François Asselineau - François ASSELINEAU - François Bayrou - François Hollande - François Ruffin - Francophonie - francophonie & Langue française - G20 - G7 - Gabriel Attal - Gaullisme - Georges Gastaud - Gérald Darmanin - Gérard Larcher - Guadeloupe & Martinique - HISTOIRE - Humanisme - Immigration - Immigration - INDE - INDE - INSTITUTION - IRAK - IRAN - ISLAM - Islamisme - ISRAEL - ISRAËL & PALESTINE - ITALIE - Jacques CHEMINADE - Jacques Cotta - JAPON - Jean Castex - Jean-Luc Melenchon - Jean-Luc Pujo - Jean-Pierre Chevenement - Jean-Pierre Raffarin - Judaisme - Justice - Justice - Laïcité - Laicité - Législative 2017 - Léon Landini - LIBAN - Libéralisme - LIBYE - Lutte Sociale - MACHREK - MAGHREB - Maison de France & Monarchie - MALI - Manuel Bompard - Marine LEPEN - Marine LEPEN - Marlène Schiappa - Medecine - MEDIAS - MER - Mexique - Michel Houellebecq - Michel Onfray - MUSIQUE - Nathalie Arthaud - Nations d'Europe - Nicolas Dupont-Aignan - Nicolas Sarkozy - NIGERIA - Nucléaire - OCS - OCS - OMC - ONU - ONU - Nations Unies - OTAN - OTAN - PAKISTAN - PALESTINE - Patriotisme - Penser la France - POLICE & Sécurité - Pour une Constituante - PRC - PRCF - Présidentielle 2017 - Présidentielle 2022 - Protestantisme - QUEBEC - QUEBEC - RéinfoCovid 2022 - Relations Internationales - RELIGION - Roland Hureaux - RUSSIE - RUSSIE - RUSSIE - SANTE - SANTE - Sciences & Recherche - SERVICE PUBLIC - SPORT - Syndicats - SYRIE - TURQUIE - UKRAINE - Ukraine - Union européenne - USA - USA - Valérie Bugault - Valérie PECRESSE - Valérie Pecresse - VENEZUELA - VENEZUELA - Venezuela - Yaël Braun-Pivet