Bibliographie « tolle,legue »

"le cri de la gargouille"Dominique De Villepin

707-de-villepin-1.gif

" J'ai souvent redouté le drame d'un pays aveuglé, marchant à tâtons ", écrit Dominique de Villepin, après sept années passées au sommet de l'État. Dans une fulgurante synthèse historique, de la monarchie à la récente cohabitation, il décrit la France comme le pays du pouvoir, un pouvoir paralysé, divisé, confronté aux angoisses des Français. Dénonçant avec une verve nourrie de son expérience " l'esprit de Cour " qui s'est répandu partout, Dominique de Villepin veut croire au sursaut collectif, au " passeur " comme à tous ceux qui voudront participer à la " révolution pacifique ". " À nous, écrit-il, d'établir un nouveau pacte, un nouveau contrat, bien au-delà de celui venu du fond des âges, conclu entre le peuple inquiet et le Léviathan. " Pour lui, comme pour Malraux, ce qui caractérise la civilisation d'aujourd'hui est, à l'évidence, son absence de décisions. Aussi pense-t-il enfin venue l'heure " décisive ", le " temps de l'action ". Ce texte bref, lyrique, d'un style éblouissant porte le débat à son plus haut.

"Défis républicains" Jean-Pierre Chevènement

704-cheevenement-defis-rep.jpg

" J'ai conçu ce livre de témoignage comme un filet marin : des nœuds, autant d'événements auxquels j'ai participé ou de grands dossiers que j'ai portés, mais aussi des fils courant de l'un à l'autre, restituant les problématiques d'ensemble dans lesquelles, pendant plus de trente ans, j'ai cru devoir inscrire mon action. Un récit sans langue de bois autant qu'une interprétation de l'histoire. J'ai choisi de m'exprimer à découvert, avec le souci d'être juste, autant que possible, en tout cas sincère, et dans le seul but de servir la France selon l'idée que je m'en fais... Pour une nouvelle donne mondiale, sa voix reste indispensable afin de faire émerger d'Europe une volonté politique par rapport aux États-Unis, non pas contre eux, mais indépendamment d'eux. Ce projet, aujourd'hui presque indicible, est le seul qui vaille, le seul qui mérite qu'on se batte, le seul qui nous redonne une perspective historique. " Jean-Pierre Chevènement. Ce livre est celui d'un esprit libre, engagé dans l'action. Fourmillant de révélations, de portraits, d'anecdotes, riche d'analyses percutantes, il est aussi l'histoire de la France et du monde de ces dernières décennies. Un livre incontournable : nul essayiste ou historien de ces trente dernières années ne pourra l'ignorer. II éclaire le passé d'un jour sans concession et nous aide à lire beaucoup de notre avenir. Dans un monde politique où la droite et la gauche paraissent également dépourvues de vision, il dessine un projet enthousiasmant pour la France et l'Europe au XXI siècle. Biographie de l'auteur Né à Belfort de parents instituteurs, ancien élève de l'ENA, membre du Parti socialiste de 1964 à 1993. Animateur du CERES, député de Belfort, Jean-Pierre Chevènement fut, sous la présidence de François Mitterrand, successivement ministre d'Etat chargé de la Recherche et de la Technologie, puis de l'Industrie, ministre de l'Education nationale, ministre de la Défense. Il crée, en 1992, le Mouvement des Citoyens. Maire de Belfort depuis 1983, il fut ministre de l'Intérieur sous le gouvernement Jospin de juin 1997 à août 2000. Il a été candidat à la présidence de la République en 2002.

« Une certaine Idée de l'Europe » Georges STEINER

721-steiner-1.jpg

Les cafés caractérisent l'Europe. Ils vont de l'établissement préféré de Pessoa à Lisbonne aux cafés d'Odessa, hantés par les gangsters d'Isaac Babel. Ils s'étirent es cafés de Copenhague, devant lesquels passait Kierkegaard pendant ses promenades méditatives, aux comptoirs de Palerme. Pas de cafés anciens ou caractéristiques à Moscou, qui est déjà un faubourg de l'Asie. Très peu en Angleterre, après une mode éphémère au XVIIIe siècle. Aucun en Amérique du Nord, sauf dans cette antenne française qu'est La Nouvelle-Orléans. Dessinez la carte des cafés, vous obtiendrez l'un des jalons essentiels de la « notion d'Europe ». Né à Paris en 1929, Georges STEINER enseigne à l'université de Genève après avoir enseigné à Cambridge. Philosophe du langage, romancier et critique, il a publié de nombreux ouvrages, dont un roman : « Epreuves » (Gallimard 1993). ACTES SUD – avril 2005

"Le siècle" Alain BADIOU- SEUIL

700-badiou-siecle.jpg

Le XXe siècle a été jugé et condamné : siècle de la terreur totalitaire, des idéologies utopiques et criminelles, des illusions vides, des génocides, des fausses avant-gardes, de l'abstraction partout substituée au réalisme démocratique. Je ne souhaite pas plaider pour un accusé qui sait se défendre seul. Je ne veux pas non plus, comme Frantz, le héros de la pièce de Sartre Les séquestrés d'Altona, proclamer : "J'ai pris le siècle sur mes épaules, et j'ai dit : J'en répondrai !" Je veux seulement examiner ce que ce siècle maudit, de l'intérieur de son propre devenir, a dit qu'il était.

Misère du Sarkozysme « cette droite qui n'aime pas la France » Paul ARIES - Parangon/Vs

698-aries-1.jpg

Le sarkozysme n'est pas que Sarkozy, ni tout Sarkozy. Courant politique largement importé, il est la version française de la contre-révolution néo-conservatrice qui a déjà triomphé dans de nombreux pays. En rupture avec la tradition républicaine, il réalise une synthèse entre la vieille droite orléaniste, ralliée à la république faute de mieux, et le néo-conservatisme, étranger à toutes les traditions politiques et philosophiques libérales françaises : la droite française ne serait jamais assez à droite car notre tradition libérale serait un faux libéralisme. Sorte de revanche par procuration de la France de l'Ancien Régime, le sarkozysme ne cesse de rêver que la nation se brouille avec Marianne pour se jeter dans les bras de Marie. Paul Ariès, politologue, spécialiste de la mondialisation, est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages consacrés aux conséquences de la mondialisation : malbouffe, sectes, agressions puiblicitaires

« Supplique aux nouveaux progressistes du XXIème Siècle" Régis DEBRAY

726-debray-supplique.jpg

Anciens/Modernes... Réac/Progressiste... Arrière-garde/Avant-garde. A la scène comme à la vielle, les manichéismes font la parade. On se dispute au XXIe siècle avec les mots du XIXe. Et si on mettait nos panoplies à jour ? Tel est le déchirant réexamen que propose cette adresse aux colporteurs de clichés défraîchis. Contre la traque du nouveau réac, l'esquisse d'une gauche tragique.

L'Art de réduire les têtes : Sur la nouvelle servitude de l'homme libéré à l'ère du capitalisme total de Dany - Robert DUFOUR - Denoël

727-dufour-1.jpg

Après l'enfer du nazisme et la terreur du communisme, il est possible qu'une nouvelle catastrophe se profile à l'horizon. Cette fois, c'est le néo-libéralisme qui veut fabriquer à son tour un " homme nouveau ". Tous les changements en cours, aussi bien dans l'économie marchande que dans l'économie politique, l'économie symbolique ou l'économie psychique, en témoignent. Le sujet critique de Kant et le sujet névrotique de Freud nous avaient fourni à eux deux la matrice du sujet de la modernité. La mort de ce sujet est déjà programmée par la grande mutation du capitalisme contemporain. Déchu de sa faculté de jugement, poussé à jouir sans entrave, cessant de se référer à toute valeur absolue ou transcendantale, le nouvel " homme nouveau " est en train d'apparaître au fur et à mesure que l'on entre dans l'ère du " capitalisme total " sur la planète. C'est cette véritable mutation anthropologique, et les conséquences pour le moins problématiques sur la vie des hommes qu'elle implique, autrement dit ce que l'auteur appelle " l'art de réduire les têtes ", qu'analyse cet ouvrage. L'auteur traite ainsi, en philosophe, des questions pratiques auxquelles sont confrontés aujourd'hui les sociologues, les psychanalystes ou les spécialistes de l'éducation. En s'interrogeant très concrètement sur l'avenir des jeunes générations aux prises avec de nouvelles façons de consommer, de s'informer, de s'éduquer, de travailler ou, plus généralement, de vivre avec les autres Biographie de l'auteur Dany-Robert Dufour, philosophe, professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris VIII, enseigne régulièrement au Brésil et au Mexique. Il est l'auteur de nombreux ouvrages, dont Lettres sur la nature humaine (Calmann-Lévy, 1999), Folie et démocratie (Gallimard, 1996) et Les Mystères de la trinité (Gallimard,1990)

"Le bonheur paradoxal : Essai sur la société d'hyperconsommation" de Gilles LIPOVETSKY

728-lopovestsky-1.jpg

Sous-tendu par la nouvelle religion de l'amélioration continuelle des conditions de vie, le mieux-vivre est devenu une passion de masse, le but suprême des sociétés démocratiques, un idéal exalté à tous les coins de rue. Nous sommes entrés dans une nouvelle phase du capitalisme: la société d'hyperconsommation. Un Homo consumericus de troisième type voit le jour, une espèce de turbo-consommateur décalé, mobile, flexible, largement affranchi des anciennes cultures de classe, imprévisible dans ses goûts et ses achats, à l'affût d'expériences émotionnelles et de mieux-être, de qualité de vie et de santé, de marques et d'authenticité, d'immédiateté et de communication. La consommation intimisée a pris la relève de la consommation honorifique dans un système où l'acheteur est de plus en plus informé et infidèle, réflexif et "esthétique". L'esprit de consommation a réussi à s'infiltrer jusque dans le rapport à la famille et à la religion, à la politique et au syndicalisme, à la culture et au temps disponible. Tout se passe comme si, dorénavant, la consommation fonctionnait tel un empire sans temps mort dont les contours sont infinis. Mais ces plaisirs privés débouchent sur un bonheur blessé : jamais, montre Gilles Lipovetsky, l'individu contemporain n'a atteint un tel degré de déréliction.

«Cette France qu'on oublie d'aimer » de Andreï MAKINE - Flammarion - Mars 2006

718-makine-1.jpg

"Je n'écrirais pas ce livre si je ne croyais pas profondément à la vitalité de la France, à son avenir, à la capacité des Français de dire " assez ! " " Andreï Makine est né en Sibérie en 1957 et vit en France depuis 1987. Il est l'auteur, entre autres, du Testament français, (Mercure de France, 1995 ; Prix Goncourt, Prix Goncourt des lycéens et Prix Médicis), de Requiem pour l'Est (Mercure de France, 2000), La Musique d'une vie (Seuil, 2001 ; Grand Prix RTL-Lire), et La Femme qui attendait (Seuil, 2004). Il est le lauréat 2005 du prix de la Fondation Prince Pierre de Monaco.

« Les anti-Lumières : Du XVIIIe siècle à la guerre froide » de Zeev Sternhell - Fayard - avril 2006.

725-anti-lumiere-1.jpg

La déliquescence dans nos sociétés et nos organisations politiques des valeurs universelles que nous devons aux Lumières " franco-kantiennes " ne procède pas de la génération spontanée. Dès le XVIIIe siècle et tout au long des deux cents dernières années s'est édifiée une autre tradition - une autre modernité. Sur une argumentation similaire, elle a fait la guerre aux Lumières. L'une des raisons de la cohérence interne de cette pensée qui s'en prend aux Lumières tient au fait que tous ses hérauts se lisent les uns les autres avec une grande attention. (…) Avec la rigueur et l'esprit méthodique qu'on lui connaît, le grand historien israélien Zeev Sternhell établit avec précision une généalogie convaincante des anti-Lumières (ou des contre-Lumières, si l'on préfère). Ce faisant, il éclaire les enjeux de notre temps tant il est vrai que les maux contre lesquels ont combattu les Lumières sont de tous les temps. Pour éviter à l'homme du XXIe siècle de sombrer dans un nouvel âge glacé du conformisme, la vision prospective créée par les Lumières d'un individu maître de son présent, sinon de son avenir, reste irremplaçable. Zeev Sternhell, professeur d'histoire des idées, occupe la chaire Léon-Blum de science politique à l'université hébraïque de Jérusalem.

Derniers commentaires

Anne-Marie : "Européenne 2019 : La force sacrificielle d’Emmanuel MACRON" comme l'écrit jean-luc Pujo... "En s’offrant en victime expiatoire, Emmanuel…
sur Européennes : Macron apparaîtra bien sur une affiche de campagne de LREM

Paul De Florant : Désolé Cher Monsieur, L'incivisme de l'incivisme, c'est prétendre au civisme alors qu'on trahit sa propre Nation. De quelques bords que vous…
sur EUROPÉENNES 2019 : « Pour un BOYCOTT CITOYEN et PATRIOTIQUE ! » (Penser la France)

LECONTE DE PARIS : Même flanqué de nobles épithètes, l'appel au boycott est objectivement une marque d'incivisme qui, par les temps qui courent, ne me paraît…
sur EUROPÉENNES 2019 : « Pour un BOYCOTT CITOYEN et PATRIOTIQUE ! » (Penser la France)

Anne-Marie : "Pierre BEREGOVOY : Qui a osé assassiner le Premier ministre de la France ? Commanditaire français ou réseau étranger ? Qui se souvient de…
sur "LA DOUBLE MORT DE PIERRE BEREGOVOY" Film documentaire de M. Francis GILLERY - 90' - 2008

Paul De Florant : Et le GENERAL PARIS ? Tout aussi brillant ! Autre analyse brillante - celle-là Française - du général PARIS que Jean-Luc PUJO avait eu le…
sur « VERS LA GUERRE : Thucydide et la tension sino-américaine» de Graham ALLISON (Professeur Harvard)

Derniers commentaires

Anne-Marie : "Européenne 2019 : La force sacrificielle d’Emmanuel MACRON" comme l'écrit jean-luc Pujo... "En s’offrant en victime expiatoire, Emmanuel…
sur Européennes : Macron apparaîtra bien sur une affiche de campagne de LREM

Paul De Florant : Désolé Cher Monsieur, L'incivisme de l'incivisme, c'est prétendre au civisme alors qu'on trahit sa propre Nation. De quelques bords que vous…
sur EUROPÉENNES 2019 : « Pour un BOYCOTT CITOYEN et PATRIOTIQUE ! » (Penser la France)

LECONTE DE PARIS : Même flanqué de nobles épithètes, l'appel au boycott est objectivement une marque d'incivisme qui, par les temps qui courent, ne me paraît…
sur EUROPÉENNES 2019 : « Pour un BOYCOTT CITOYEN et PATRIOTIQUE ! » (Penser la France)

Anne-Marie : "Pierre BEREGOVOY : Qui a osé assassiner le Premier ministre de la France ? Commanditaire français ou réseau étranger ? Qui se souvient de…
sur "LA DOUBLE MORT DE PIERRE BEREGOVOY" Film documentaire de M. Francis GILLERY - 90' - 2008

Paul De Florant : Et le GENERAL PARIS ? Tout aussi brillant ! Autre analyse brillante - celle-là Française - du général PARIS que Jean-Luc PUJO avait eu le…
sur « VERS LA GUERRE : Thucydide et la tension sino-américaine» de Graham ALLISON (Professeur Harvard)

Tags