Bibliographie « tolle,legue »

De Gaulle, espérer contre tout - Lettre ouverte à Régis Debray. PM COUTEAUX

10304-couteaux-de-gaulle-1.jpg

Parmi les nombreux ouvrages qui entourent le 70e anniversaire de l’Appel du 18 juin, l’essai de Paul-Marie Coûteaux tranche agréablement. Qu’on partage ou non sa passion gaulliste, l’essayiste ne laisse pas indifférent quand il s’insurge qu'on puisse se demander : La France existe-elle encore ? LIRE LA SUITE ...

"Les grands discours de guerre - Charles de Gaulle" préface de : Régis Debray

9716-degaulle-debray-1.jpg

Le 17 juin 1940 disparaissait à Bordeaux le dernier Gouvernement régulier de la France. L'équipe mixte du défaitisme et de la trahison s'emparait du pouvoir dans un pronunciamento de panique. Une clique de politiciens tarés, d'affairistes sans honneur, de fonctionnaires arrivistes et de mauvais généraux se ruait à l'usurpation en même temps qu'à la servitude. LIRE LA SUITE ...

« Voyage imaginaire à travers les mots du siècle » Didier MOTCHANE - FAYARD

9715-motchane-2.jpg

Abécédaire parfois incongru mais toujours littéraire, ce voyage imaginaire entraîne le lecteur du XXIe siècle dans les méandres d'une pensée politiquement incorrecte : une promenade qui court de l'altermondialisme à la République, en passant par le désenchantement, la laïcité ou encore le principe de précaution. LIRE LA SUITE ...

« La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance» PAUL ARIES

5394-aries-3.jpg

Trois questions à Paul Ariès directeur du Sarkophage à l’occasion de la sortie de son nouveau livre. Florence Leray pour le Sarkophage : Tu publies fin janvier aux éditions La Découverte un nouvel ouvrage : La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance. Livre important car occasion d’opposer deux gauches, une gauche optimiste mais productiviste et une gauche antiproductiviste mais toujours pessimiste. On l’aura compris : ton grand projet théorique et politique est d’appeler à une gauche antiproductiviste optimiste mais ton livre est d’abord l’occasion d’un grand voyage de plusieurs siècles dans les débats qui ont toujours divisés ces courants. Paul Ariès : Cette histoire oppose moins deux gauches bien définies que deux tendances qui ont toujours cohabitées au sein des grandes familles de la gauche : il serait trop simple d’opposer le méchant Marx au gentil Paul Lafargue. Le combat est à l’intérieur du marxisme comme de chaque courant de la gauche. Le seul qui fasse exception est le courant libertaire nativement antiproductiviste. Les courants productivistes ont dominés les gauches au sein du 20e siècle. C’est cette même gauche qui a dirigé un bon tiers de l’humanité pendant 40 ans. Mais cette gauche productiviste est aujourd’hui totalement orpheline : elle a perdu la foi dans les lendemains qui chantent d’une société d’abondance à portée de main. Cette gauche tergiverse encore face à la nécessité d’annoncer la possibilité d’un autre socialisme : celui de la suffisance contre celui du pays de Cocagne, celui de la simplicité et de la gourmandise contre celui des générations sacrifiées. Ce débat n’engage pas seulement des théories : faut-il et comment s’opposer à la société de consommation, comment faire entendre un différentialisme social ? Cette même gauche qui fut optimiste tant qu’elle croyait dans le productivisme a pourtant fait la preuve de son inefficacité dans ce domaine. Ce socialisme là produit beaucoup moins bien que le capitalisme au regard des critères qui sont ceux de la société de consommation et il restera toujours incapable d’en proposer d’autres. Il ne fut à l’origine d’aucun objet capable de concurrencer les objets capitalistes. Florence Leray pour le Sarkophage : Tu montres cependant dans cet ouvrage qu’une autre gauche a toujours été possible, une gauche qui renonce à l’opulence, une gauche qui refuse d’agir par nécessité et d’en appeler au sacrifice d’une génération, une gauche qui sait réveiller les forces de vie qui continuent à battre sous le carcan de l’économisme. Pour qui connais ton athéisme forcené, ton matérialisme philosophique, tu te livres même à une sacrée réhabilitation de cette gauche spiritualiste, celle qui faisait tourner les tables, celle de Victor Hugo ou de Jean Jaures… Paul Ariès : Une gauche antiproductiviste a toujours existé mais en broyant du noir. Elle a trop lu Lautréamont et Rimbaud et fut indécrottablement pessimiste. Ce pessimisme fut celui des socialistes utopistes face à leurs échecs répétés, celui des socialistes antiautoritaires face au peuple qui ne veut rien entendre, celui des marxistes hétérodoxes qui cultivent leur gueule de bois d’avoir, eux, trop bien compris ce vers quoi conduisait le capitalisme du 20e et du 21e siècles. Nous ne pouvons espérer dépasser ce vent de pessimisme que si nous nous mettons à l’écoute des forces de vie qui ont toujours parcouru le mouvement social. J’ai consacré de longues pages au pessimisme de Leroux, de Kropotkine, de Bakounine, de Proudhon, de Louise Michel, d’Elisée Reclus, des marxistes hétérodoxes comme Lukacs, Gramsci, Benjamin, Adorno, Marcuse et même Sartre et Althusser mais j’ai cherché aussi à comprendre ce qui a toujours empêché les auteurs et militants les plus lucides à être foncièrement optimistes. On ne fera certes pas la révolution avec des forçats consentants du travail. On ne prendra plus de Bastille avec des consom’acteurs qui se lèvent pour Danette. A quoi peut servir de se répéter que le capitalisme créé les conditions de son propre dépassement, s’il peut être dépassé aussi bien par sa droite que par sa droite. Florence Leray pour le Sarkophage : Tu dis pourtant qu’un antiproductivisme optimiste est possible. Tu expliques que notre impuissance a être à la fois antiproductiviste et optimiste tient au fait que la lutte des classes n’a pas eu lieu au 20e siècle c’est-à-dire qu’il n’y a jamais eu de confrontation des modes de vie capitaliste et socialiste ou plus exactement que celle-ci a tourné court par jet de l’éponge. Les partis révolutionnaires n’ont jamais cru possible d’affronter le capitalisme sur ce terrain et ont choisi ses propres critères avant de finalement rendre les armes. Paul Aries : Je ne dis pas seulement qu’un antiproductvisme optimiste est nécessaire, je montre qu’il est possible, qu’il existe même déjà en germe. Je soutiens pour cela une thèse très iconoclaste au sein des différentes gauches : les milieux populaires ont toujours été nativement antiproductivistes, ce fut vrai des paysans refusant la faux et des ouvriers détruisant les machines qu’ils jugeaient néfastes, c’est encore vrai aujourd’hui des paysans chinois luttant contre la « modernisation » voulu par le pouvoir. Je rappelle que Benoit Frachon, leader communiste de la CGT, pouvait encore au Congrès de 1955 s’en prendre à l’automobile, au réfrigérateur, à la machine à laver pour tous…qui apporteraient selon lui le « mode de vie américain ». La CGT est bien loin de cette lucidité. Cet antiproductivisme fut celui de la critique des objets capitalistes par William Morris (1834-1896), par Siegfried Giedon (1888-1968) par Günther Anders (époux d’Hannah Arendt). Il fut celui de Henri Lefebvre dont je cite largement le Manifeste différentialiste de 1970 comme un appel à récréer aujourd’hui de la différence, à être des « refusants », des désobéissants, des dissidents. Le sous-titre du Sarkophage est un clin d’oeil : vouloir comprendre c’est déjà désobéir. Cet antiproductisme est possible parce que, contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire, l’habitus plébéien fait d’éthos, d’éthique et d’hexis corporel n’est pas encore totalement détruit, c’est ce que nous allons tenter d’instruire (comme un procès à charge contre cette société) lors des colloques que nous allons organiser, celui de fin janvier sur le ralentissement, puis d’autres sur la relocalisation, le « prendre soin », la gratuité, la coopération, la corporéité, etc. L’effondrement environnemental couplé à la démoyennisation de la société créent donc les conditions d’un sursaut (sans doute le dernier possible). J’évoque huit grandes raisons de choisir la simplicité contre le mythe de l’opulence, huit raisons qui tiennent autant à l’analyse (sphère de la rationalité) qu’à désir (sphère de la jouissance). Ces chemins sont non seulement possibles mais giboyeux. A nous de les frayer pour sortir la gauche de son productivisme, pour faire qu’elle ne retombe pas, comme à chaque fois depuis deux siècles dans les mêmes ornières, pour qu’elle torde enfin et définitivement le cou au mythe de l’opulence dont se repaissent tous les sarkozysmes. A nous de les arpenter pour donner corps à ce que j’appelle le socialisme gourmand par opposition au socialisme du nécessaire. Nous ne luttons plus seulement contre l’exploitation et la domination, nous ne combattons plus seulement contre la réification et l’aliénation mais pour sauver tout simplement l’humanité de la barbarie.

« La Cité perverse : Libéralisme et pornographie » de Dany-Robert Dufour

4271-dufour-1.jpg

La crise, qui n'est pas seulement économique et financière, a mis à nu ces mécanismes pervers qui régissent aujourd'hui le fonctionnement de la Cité. S'il faut s'empresser de les révéler, c'est parce qu'il est fort possible que bientôt, en attendant une nouvelle crise de plus grande ampleur encore, tout redevienne comme avant. Entre-temps, nous aurons mesuré l'ampleur des dégâts. Nous vivons dans un univers qui a fait de l'égoïsme, de l'intérêt personnel, du self love, son principe premier. Ce principe commande désormais tous les comportements, ceux de l'" hyperbourgeoisie " ou des bandes de jeunes délinquants comme ceux des classes intermédiaires. Destructeur de l'être-ensemble et de l'être-soi, il nous conduit à vivre dans une Cité perverse. Pornographie, égotisme, contestation de toute loi, acceptation du darwinisme social, instrumentalisation de l'autre : notre monde est devenu sadien. Il célèbre désormais l'alliance d'Adam Smith et du marquis de Sade. A l'ancien ordre moral qui commandait à chacun de réprimer ses pulsions, s'est substitué un nouvel ordre incitant à les exhiber, quelles qu'en soient les conséquences. Revisitant l'histoire de la pensée, jusqu'à saint Augustin et Pascal, Dany-Robert Dufour éclaire notre parcours. Afin de mieux savoir comment sortir de ce nouveau piège (a) moral. Dany-Robert Dufour, philosophe, directeur de programme au Collège international de philosophie, professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris-VIII, est l'auteur de nombreux ouvrages, dont Folie et démocratie (Gallimard, 1996), l'Art de réduire les têtes (Denoël, 2003), On achève bien les hommes (Denoël, 2005) et Le Divin Marché (Denoël, 2007).

Le procès des Lumières : Essai sur la mondialisation des idées - de Daniel Lindenberg

4270-lumieres-1.jpg

Sept ans après son " enquête sur les nouveaux réactionnaires " qui avait déchaîné les controverses (Le Rappel à l'ordre, 2002), l'histoire semble avoir donné raison à Daniel Lindenberg. Le grand retournement idéologique qu'il avait identifié au seuil des années 2000 en France s'inscrit désormais dans une mondialisation des idées caractérisée par la montée des " révolutions conservatrices " un peu partout dans le monde. Retournant les Lumières contre elles-mêmes, à l'instar de leurs illustres devanciers des années 1930, les champions de ce nouveau backlash oeuvrent au recul de la rationalité et flattent des conceptions autoritaires et parfois racistes de la vie collective. Sous les apparences du mouvement, voire de la " rupture ", c'est toujours une haine sourde de la modernité et de la démocratie qui les unit et constitue le fond de leur programme. Daniel Lindenberg est historien des idées, professeur de sciences politiques à l'université de Paris VIII et membre du comité de rédaction de la revue Esprit. Il a notamment publié Les Années souterraines 1937-1947 (La Découverte, 1990), Destins marranes (Hachette, 1997) et le Rappel à l'ordre (La République des Idées/Seuil, 2002).

« L’Europe et l’islam, quinze siècles d’histoire » d’Henry Laurens et de Gilles Veinstein

3617-islam-2.jpg

Une interview d’Henry Laurens et de Gilles Veinstein du Collège de France ! Comment aborder l’Europe et l’islam aujourd’hui sans opposer deux civilisations ? Depuis le VII esiècle, les contacts entre l’Europe et le monde musulman n’ont cessé. Pour comprendre la richesse et la variété de ces relations dont les racines s’enfoncent dans un héritage religieux, culturel et intellectuel commun, trois spécialistes, Henry Laurens, John Tolan et Gilles Veinstein proposent une somme historique de référence sur quinze siècles pour éclairer la complexité et les enjeux contemporains (Odile Jacob, 2009). Ecouter l’intervention :

« Israël. Palestine. Etats-Unis : Le Triangle Fatidique » - Chomsky Noam

2470-chomsky-1.jpg

" Le triangle fatidique est peut-être l'ouvrage le plus ambitieux jamais écrit sur le rôle déterminant des Etats-Unis dans le conflit entre le sionisme et les palestiniens. C’est un exposé tenace de la corruption, de l'avidité et de la malhonnêteté intellectuelle des humains. C’est également un grand livre et un livre important qui doit être lu par tous ceux qui se soucient de la chose publique. " (Extrait de la préface d'Edward w. Saïd) Enfin publiée en français, voici l'œuvre majeure de Noam Chomsky à propos de l'implication des Etats-Unis dans le conflit israélo-palestinien. En appuyant sa réflexion sur un travail de recherche colossal, toujours aussi rigoureux et complet, Chomsky démolit le récit officiel. il s'attaque à toute une série de mythes : la démocratie israélienne, la bienveillance de l'occupation, l'absence de racisme contre les arabes en Israël, le terrorisme palestinien, la paix pour la Galilée, etc. , et les met en pièces avec un barrage de contre-exemples. Ecrit à la manière ironique et impitoyable de Chomsky, voici le livre le mieux documenté pour expliquer cette crise qui semble insoluble.

“The Revolution Will Not Be Televised: Democracy, The Internet, And The Overthrow Of Everything” Joe Trippi

2468-trippi-1.jpg

When Joe Trippi signed on to manage Howard Dean's 2004 presidential campaign, the long-shot candidate had 432 known supporters and $100,000 in the bank. Within a year, Trippi and his energetic but inexperienced team had transformed the most obscure horse in the field into a front-runner, creating a groundswell of 640,000 people and raising more money than any Democrat in history -- more than fifty million dollars -- mostly through donations of one hundred dollars or less. This is the story of how Trippi's revolutionary use of the Internet and an impassioned, contagious desire to overthrow politics as usual grew into a national grassroots movement and changed the face of politics forever. But it's also more than that. It's about how to engage Americans in real dialogue, how business leaders, government leaders, and anyone else can make use of the most revolutionary idea to come along since man first learned to light a fire. No ... not the Internet. Or computers. Or telecommunications. Democracy. For those who thought the Dean campaign ended with a screaming speech in an Iowa ballroom, this book is a wake-up call. Joe Trippi explains how -- right now -- Internet democracy is trans forming every aspect of American life by evenly distributing power. He reveals innovations that are on the horizon, which companies are poised to become first-movers in this new era, and which are in danger of being left behind. From his behind-the-scenes look at Dean's shocking rise and fall to his "seven inviolable, irrefutable, ingenious things your business or institution or candidate can do in the age of the Internet that might keep you from getting your ass kicked but then again might not," Joe Trippi offers an inspiring glimpse of the world we are becoming. And he shows how power, in the hands of all of us, changes everything. Joe Trippi worked on his first presidential campaign for Senator Edward M. Kennedy in 1980. His work in presidential politics continued with the campaigns of Walter Mondale, Gary Hart, Richard Gephardt, and most recently, Governor Howard Dean.Trippi has worked on more than one hundred campaigns and has helped elect city attorneys and governors, mayors and senators. In the 1990s, Trippi's lifelong fascination with technology led him to work with a number of high-tech companies, including Wave Systems, Progeny Linux Systems, and Smart Paper Networks. He currently heads the multimedia consulting firm Trippi and Associates. Trippi appears regularly on MSNBC as an election analyst and commentator and has been profiled in GQ, Fast Company, The New Republic, and The New York Times Magazine. The father of three, he lives with his wife, Kathleen Lash, and their terrier, Kasey, on the eastern shore of Maryland.

« Clefs pour le socialisme » Didier Motchane et Jean-Pierre Chevènement

2469-motchane-1.jpg

II n'est pas de révolution sans socialisme, ni de socialisme sans révolution. L'équivalence du socialisme et de la révolution est un des lieux communs de l'Histoire: Equivalence théorique pour les non socialistes, théorique et pratique pour les socialistes. Le socialisme donne à la révolution un sens qu'elle n'aurait jamais eu sans lui, il ne l'invente que pour la faire. La définition la plus simple du socialisme - la fin de l'exploitation de l'homme par l'homme est aussi la plus complète et la plus ambitieuse. C'est celle d'une conception du monde dont la cohérence est le fait d'une méthode, d'une pratique et d'une interprétation indissolublement liées entre elles. Cette conception du monde est une conception politique ; elle implique l'unité de la pensée et de l'action. C'est de cela qu'il s'agit ici. A une heure qui est pour la France celle d'un choix historique, ces clefs pour le socialisme sont aussi des clefs pour l'avenir.

Derniers commentaires

Nathalie : ENFIN ! Ca bouge à BEZIERS en décembre 2021 ! * Béziers : le petit Jésus, dans le hall de la mairie, "c’est contraire à la loi"…
sur #BEZIERS : « Il faut démonter la crèche chrétienne installée dans le temple de la République ! » Intervention de Jean-Luc Pujo (Penser la France) - Béziers – 2014 - 2021

Anne-Marie : #Macron : une diplomatie adolescente ? comme l'écrit JLPujo. Macron a réussi a fâcher la #France avec presque le monde entier : Avec #Poutine…
sur Entretien Macron-Poutine: situation dans le Donbass et crise migratoire à l'ordre du jour

Paul De Florant : 17 octobre 1961 : rétablir la Vérité. Relire l'article exceptionnel de Bernard Lugan que je poste en commentaire. Pourquoi ce pays que l'on…
sur "Souvenons-nous du 17 octobre !" Par Jean Daniel (ATTENTION Exceptionnel !)

Cincinnatus : Les esclaves sous controle #OTAN se rebiffent ? Tu peux toujours danser …le Bigouden ! Pauvre #LeDrian ! Pauvre #Macron ! Pauvre #France !…
sur Sous-marins australiens: «Après la rupture du “contrat du siècle”, ce que nous devons faire sans attendre»

Avis-de-deces.com : Jean-Paul Belmondo sait mélanger les genres en tournant "Pierrot le fou" de Godard ou encore "La Sirène du Mississipi" de François Truffaut.…
sur « Jean-Paul #Belmondo, une figure française ! » (Penser la France)

Thématiques : AFGHANISTAN - AFRIQUE - Agriculture - ALGERIE - Algérie - Alimentation - ALLEMAGNE - Amérique Centrale - Amérique du Sud - ANGLETERRE - Armée française - ARTS & CULTURE - ASIE - asselineau - BANQUE MONDIALE - BAYROU - bayrou - BRESIL - Catholicisme - CENTRE AFRIQUE - CHEVENEMENT - CHINE - CHINE - Christianisme - CNR - Communisme - CUBA - Défense - Demographie - Diplomatie française - DROIT - Ecologie & environnement - Economie - EDUCATION - Egalité Femme & Homme - Election Européenne - Elections régionales - Emmanuel MACRON - Energie - Environnement - Eric ZEMMOUR - ESPAGNE - EURO - Européenne 2019 - Fiscalité - FMI - France-Allemagne - François ASSELINEAU - Francophonie - francophonie & Langue française - Gaullisme - Guadeloupe & Martinique - HISTOIRE - HOLLANDE François - Humanisme - Immigration - INDE - INDE - INSTITUTION - IRAK - IRAN - ISLAM - Islamisme - ISRAEL - ISRAËL & PALESTINE - ITALIE - Jacques CHEMINADE - JAPON - Jean-Luc MELENCHON - Judaisme - JUPPE - Justice - Justice - Laïcité - Laicité - Législative 2017 - LEPEN - LIBAN - Libéralisme - LIBYE - Lutte Sociale - MACHREK - MACRON - MAGHREB - Maison de France & Monarchie - MALI - Marine LEPEN - MEDIAS - MELENCHON - MER - MUSIQUE - Nations d'Europe - OCS - OCS - OMC - ONU - ONU - Nations Unies - OTAN - OTAN - PAKISTAN - PALESTINE - Patriotisme - PECRESSE - Penser la France - POLICE & Sécurité - Présidentielle 2017 - Présidentielle 2022 - Protestantisme - QUEBEC - QUEBEC - Relations Internationales - Religion - RELIGION - RUSSIE - RUSSIE - RUSSIE - SANTE - SANTE - SARKOZY - Sciences & Recherche - SERVICE PUBLIC - SPORT - Syndicats - SYRIE - TURQUIE - UKRAINE - Union européenne - USA - USA - Valérie PECRESSE - Valérie PECRESSE - Valérie PECRESSE - VENEZUELA - VENEZUELA - Venezuela - ZEMMOUR

Derniers commentaires

Nathalie : ENFIN ! Ca bouge à BEZIERS en décembre 2021 ! * Béziers : le petit Jésus, dans le hall de la mairie, "c’est contraire à la loi"…
sur #BEZIERS : « Il faut démonter la crèche chrétienne installée dans le temple de la République ! » Intervention de Jean-Luc Pujo (Penser la France) - Béziers – 2014 - 2021

Anne-Marie : #Macron : une diplomatie adolescente ? comme l'écrit JLPujo. Macron a réussi a fâcher la #France avec presque le monde entier : Avec #Poutine…
sur Entretien Macron-Poutine: situation dans le Donbass et crise migratoire à l'ordre du jour

Paul De Florant : 17 octobre 1961 : rétablir la Vérité. Relire l'article exceptionnel de Bernard Lugan que je poste en commentaire. Pourquoi ce pays que l'on…
sur "Souvenons-nous du 17 octobre !" Par Jean Daniel (ATTENTION Exceptionnel !)

Cincinnatus : Les esclaves sous controle #OTAN se rebiffent ? Tu peux toujours danser …le Bigouden ! Pauvre #LeDrian ! Pauvre #Macron ! Pauvre #France !…
sur Sous-marins australiens: «Après la rupture du “contrat du siècle”, ce que nous devons faire sans attendre»

Avis-de-deces.com : Jean-Paul Belmondo sait mélanger les genres en tournant "Pierrot le fou" de Godard ou encore "La Sirène du Mississipi" de François Truffaut.…
sur « Jean-Paul #Belmondo, une figure française ! » (Penser la France)

Thématiques : AFGHANISTAN - AFRIQUE - Agriculture - ALGERIE - Algérie - Alimentation - ALLEMAGNE - Amérique Centrale - Amérique du Sud - ANGLETERRE - Armée française - ARTS & CULTURE - ASIE - asselineau - BANQUE MONDIALE - BAYROU - bayrou - BRESIL - Catholicisme - CENTRE AFRIQUE - CHEVENEMENT - CHINE - CHINE - Christianisme - CNR - Communisme - CUBA - Défense - Demographie - Diplomatie française - DROIT - Ecologie & environnement - Economie - EDUCATION - Egalité Femme & Homme - Election Européenne - Elections régionales - Emmanuel MACRON - Energie - Environnement - Eric ZEMMOUR - ESPAGNE - EURO - Européenne 2019 - Fiscalité - FMI - France-Allemagne - François ASSELINEAU - Francophonie - francophonie & Langue française - Gaullisme - Guadeloupe & Martinique - HISTOIRE - HOLLANDE François - Humanisme - Immigration - INDE - INDE - INSTITUTION - IRAK - IRAN - ISLAM - Islamisme - ISRAEL - ISRAËL & PALESTINE - ITALIE - Jacques CHEMINADE - JAPON - Jean-Luc MELENCHON - Judaisme - JUPPE - Justice - Justice - Laïcité - Laicité - Législative 2017 - LEPEN - LIBAN - Libéralisme - LIBYE - Lutte Sociale - MACHREK - MACRON - MAGHREB - Maison de France & Monarchie - MALI - Marine LEPEN - MEDIAS - MELENCHON - MER - MUSIQUE - Nations d'Europe - OCS - OCS - OMC - ONU - ONU - Nations Unies - OTAN - OTAN - PAKISTAN - PALESTINE - Patriotisme - PECRESSE - Penser la France - POLICE & Sécurité - Présidentielle 2017 - Présidentielle 2022 - Protestantisme - QUEBEC - QUEBEC - Relations Internationales - Religion - RELIGION - RUSSIE - RUSSIE - RUSSIE - SANTE - SANTE - SARKOZY - Sciences & Recherche - SERVICE PUBLIC - SPORT - Syndicats - SYRIE - TURQUIE - UKRAINE - Union européenne - USA - USA - Valérie PECRESSE - Valérie PECRESSE - Valérie PECRESSE - VENEZUELA - VENEZUELA - Venezuela - ZEMMOUR

Tags