Dossiers

« Où va la Russie ? Moscou, à la recherche d’une identité post-soviétique » Jean Geronimo

‘’La Russie aura un niveau d’armement tel que personne n’aura l’idée de menacer notre pays ou nos alliés.’’ D. Medvedev - Président de la Fédération de Russie  10/09/2009

 

La fin de la Guerre froide a précipité la chute du communisme soviétique, tombé en 1991, dans les oubliettes libérales de l’histoire. Dans le même temps, cette chute finale a été le point de départ d’une renaissance de la Russie post-communiste, après une phase de transition ‘’libérale’’, particulièrement délicate - sous l’impulsion de B. Eltsine - qui l’a affaiblie et aggravé, in fine, un trouble identitaire.

Aujourd’hui, la Russie de D. Medvedev a quasiment achevé sa reconstruction économique et politico-psychologique. Mais sa réémergence comme puissance internationale majeure n’est pas toujours acceptée, notamment par le leadership américain, qui a pris le contrôle de la destinée du monde depuis la lutte implacable contre la menace communiste - perçue comme ‘’l’axe du mal’’ - et, en cela, imposé son unilatéralisme dans la gouvernance mondiale. La lutte Est/Ouest aurait, en quelque sorte, légitimé l’hégémonie internationale de Washington, comme leader incontesté et messianique du monde libre. Par la suite, sous l’impulsion de l’idéologie néo-conservatrice expansionniste de G.W. Bush, elle a entrepris de réhabiliter le ‘’facteur force’’ comme régulateur géopolitique, en réarmant le bras de la justice internationale et en relançant, par ce biais, la course aux armements.

Face à cette résurgence de l’impérialisme politico-militaire américain et se sentant menacée, Moscou a été contrainte de recentrer son système de défense sur l’arme nucléaire – pour se protéger d’une Otan de plus en plus agressive à sa proche périphérie comme l’a montré, en 1999, le scénario yougoslave avec l’attaque et la déstabilisation d’un Etat souverain. En violant allègrement la résolution 1224 du conseil de sécurité de l’ONU sur l’intégrité territoriale de la Serbie, l’Otan - sous la bienveillance de Washington - montre alors qu’elle est au dessus des lois internationales et que sa capacité d’intervention s’est élargie à l’ancien espace communiste. Et son élargissement programmé est susceptible d’accroitre les tensions avec la Russie, comme le reconnait D. Medvedev : ‘’L'OTAN devrait éviter d'aggraver les relations avec ses voisins. Avant d'admettre de nouveaux membres, il faut étudier les éventuelles conséquences d'une telle décision (…)’’ Mais, le plus troublant est de voir, au cœur de l’espace post-soviétique, le maintien d’une forme de conflictualité latente américano-russe issue de la Guerre froide, dans la mesure où la Russie post-communiste reste l’adversaire stratégique privilégié de l’hyper-puissance américaine – et inversement.

Dans son essence, la lutte américano-russe pour le leadership politique en Eurasie post-soviétique n’a pas cessé avec l’arrivée d’Obama à la présidence américaine. Cela est implicitement confirmé par Herman Pirchner, président du Conseil américain de politique étrangère, qui reconnait l’existence de tensions, liées au maintien de barrières idéologiques et de pressions américaines sur la politique russe dans les ex-républiques soviétiques. Le 9/09/2009, il admet notamment que ‘’les disputes sur les destinées de l'espace post-soviétique entravent la coopération sur plusieurs questions d'intérêt commun’’. Car désormais, Washington doit assumer ses nouvelles responsabilités issues de son avancée en zone post-soviétique permise, à l’origine, par le recul russe. Et cette configuration explique la radicalisation d’une lutte d’influence centrée sur le contrôle d’un espace stratégique.

Ainsi, la Russie moderne cherche à retrouver sa place dans le système des relations internationales contre une certaine forme de méfiance, voire d’hostilité de la part du bloc libéral occidental, qui continue à voir en elle l’héritière de la puissance communiste. Et sa montée en puissance fait d’autant plus peur que de facto, elle remet en question l’influence de la puissance américaine en Eurasie post-soviétique – principalement en zones caucasienne et centre-asiatique, où de gros intérêts politiques, militaires et énergétiques sont en jeu. Autrement dit, son retour remet en cause les fondements même du nouvel ordre international libéral, dirigé par Washington et au-delà, menace de multilatéraliser ce dernier. Un enjeu sous-jacent au retour russe est donc le nouveau statut de Moscou sur la scène internationale qui, dans ses grandes lignes, sera fonction de sa capacité à reprendre en main l’espace post-soviétique – autrement dit, à recouvrer une certaine légitimité dans son ancienne zone de domination impériale, que la stratégie américaine visait, jusque là, à éroder.

De ce point de vue, il serait opportun de s’interroger sur la capacité de Moscou à se définir une nouvelle identité post-soviétique, intégrant les principales évolutions géopolitiques issues de la faillite du communisme. Et, en définitive, de se poser une question centrale et redondante : où va la Russie ?

A la recherche d’un statut post-impérial

La disparition de l’URSS, le 25 décembre 1991 - avec la démission du premier (et dernier) président soviétique, Mikhaïl Gorbatchev - a provoqué une profonde rupture psychologique, au cœur du peuple russe et de ses élites dirigeantes. La Russie, brusquement, a perdu son statut de superpuissance de la Guerre froide pour devenir une simple puissance régionale, menacée à sa proche périphérie par des Etats politiquement instables, donc potentiellement hostiles. Et ce déclin géopolitique a été d’autant plus douloureux que la puissance russe a été considérablement fragilisée par une politique constante de déstabilisation menée, depuis les années 60, par l’Amérique – sous la houlette de Z. Brzezinski. La chute du communisme a été une opportunité pour la puissance américaine de renforcer son monopole de la régulation mondiale et par ce biais, son unilatéralisme armé. Selon la vision américaine, la Russie reste un facteur d’incertitude, donc de menace latente pour le monde – ce qui implique la vigilance de l’Amérique. Dans cet axe, R. Kagan, un des leaders du courant néo-conservateur américain, a confirmé qu’il était ‘’vital d’avoir une Amérique forte, voire toute puissante, pour le monde et surtout, pour l’Europe’’ – notamment, au regard des récentes velléités russes.  La phase post-communiste coïncide donc avec la refondation identitaire d’un nouvel Etat russe contraint de redéfinir ses intérêts nationaux et, à terme, son positionnement sur la scène internationale. Il s’agit alors pour Moscou de passer à une vision moins idéologique des relations internationales et, de façon plus globale, de définir son statut post-impérial

Toutefois, l’héritage soviétique continue d’exercer une certaine influence sur l’orientation de la pensée stratégique russe, qui intègre les menaces militaires et politiques d’Etats structurellement opposés à ses intérêts en périphérie post-soviétique et in fine, dotés d’une autre vision du monde. Aujourd’hui, Moscou aspire à la revanche et perçoit sa marginalisation internationale comme une sanction de sa défaite idéologique de la Guerre froide. Car comme l’a rappelé Alexandre Zinoviev, ancien dissident soviétique, la chute du communisme soviétique ‘’est la plus grande victoire de l’Occident’’. Et de manière officielle, elle regrette que les ‘’vestiges’’ et le ‘’fardeau du passé’’ continuent de grever ses relations avec l’Occident, principalement avec l’Amérique. Estimant avoir trop reculé depuis la transition post-communiste, la Russie s’efforce de défendre ses intérêts de puissance eurasienne et d’achever sa restructuration identitaire sur la scène internationale, contre le leadership américain et les prétentions politiques de l’Occident qui reste, selon l’expression d’I. Facon, ‘’une source de menaces récurrentes’’. Car en dépit de l’inflexion politique impulsée par le président Obama, accusé par les néo-conservateurs de ‘’trahison idéologique’’ - en violant les principes fondamentaux de la politique extérieure américaine - Moscou perçoit une certaine hostilité à son égard et surtout, à son retour comme grande puissance. Dans son essence, cette hostilité inertielle du bloc occidental tend à s’exprimer par l’instrumentalisation de l’Otan comme levier de compression d’un nouvel ‘’impérialisme russe’’. Cette fonction politique de l’Otan est reconnue, sans ambages, par le stratège ‘’réaliste’’ de la Guerre froide, Henry Kissinger : ‘’L’Otan est par définition une alliance militaire, dont l’un des objectifs est de protéger l’Europe contre une Russie qui serait tentée par une nouvelle aventure impériale’’.

Désormais, la Russie vise à renforcer ses positions dans le monde par une reprise en main de l’espace post-soviétique - dont les Etats sont ses ‘’alliés naturels’’ - et l’insertion de cet espace dans son projet de puissance. Or face à la volonté de Moscou de retrouver son influence perdue, le vice-président américain, J. Biden, a affirmé le 23/07/2009 - en guise d’avertissement - qu’au 21° siècle, ‘’la théorie du partage du monde n’était plus de mise’’, autrement dit, que la Russie devait abandonner ses vieux reflexes impériaux de l’époque communiste. Dans son ouvrage, ‘’L’Amérique face au monde’’, Z. Brzezinski est convaincu du maintien de la volonté impériale russe. Il  rappelle que durant les 4 derniers siècles, la ligne directrice de la Russie se résume par ‘’une expansion impériale à partir d’un centre bien défini pour créer un Etat multinational’’. Et surtout, il est persuadé que V. Poutine n’a pas ‘’admis l’impossibilité de recréer le vieux système impérial’’, illustrant selon lui, ‘’la résistance de l’ordre soviétique’’. Pour cette raison, Brzezinski prône le maintien d’une politique de contrôle de la puissance russe et d’érosion de son pouvoir en zones caucasienne et centre-asiatique, que celle-ci s’efforce de préserver, quel qu’en soit le prix. A terme, selon A. de Tinguy,  il s’agit pour Moscou d’utiliser ‘’les moyens dont elle dispose pour essayer de contrôler les évolutions dans l’espace post-soviétique’’. Car, avide de réhabiliter une certaine ‘’idée russe’’, Moscou veut désormais apparaitre comme un Etat leader au sein de son espace historique - en dépit de l’activisme politique américain - et surtout, désireux de s’y faire (à nouveau) respecter.

Dans ce cadre, la défense des intérêts russes à l’étranger devient une priorité de la politique extérieure, réitérée par le président Medvedev, le 24/07/2009 : ‘’il faut être capable de riposter en cas de difficultés. Parfois de façon très ferme. Mais uniquement si les intérêts de nos concitoyens sont menacés’. Dans sa mise en garde, Medvedev se réfère, de manière implicite, à la crise géorgienne d’Aout 2008, lorsque l’armée russe a dû intervenir pour protéger ses ressortissants d’un véritable massacre. Mais plus globalement, il redoute la répétition  d’un tel scénario en zone post-soviétique. Cela a amené Moscou à revendiquer un droit de regard et d’intervention dans sa sphère d’influence, lorsque ses intérêts vitaux sont menacés. Or, le 27/07/2009, la secrétaire d’Etat Hillary Clinton dans une interview au Wall Street Journal, a très clairement rappelé à la Russie qu’elle ne devait plus chercher à ‘’imposer sa volonté’’ aux Etats issus de l’ex-URSS, au nom de son rôle passé dans la sphère soviétique – que Moscou viserait, selon elle, à rétablir. Dans le même temps, la Russie prône un rééquilibrage des relations internationales qui implique, par essence, son renforcement comme centre d’influence, un rôle plus grand de l’ONU et in fine, une réforme des institutions financières du FMI (Front monétaire international) et de la BM (Banque mondiale), en vue d’accroître l’influence des puissances émergentes du type BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine). Ce faisant, en revendiquant le retour d’une gouvernance mondiale multipolaire, elle remet de facto en cause l’unilatéralisme américain.

(VOIR LA SUITE)

Partager

Derniers commentaires

Anne-Marie : #Macron : une diplomatie adolescente ? comme l'écrit JLPujo. Macron a réussi a fâcher la #France avec presque le monde entier : Avec #Poutine…
sur Entretien Macron-Poutine: situation dans le Donbass et crise migratoire à l'ordre du jour

Paul De Florant : 17 octobre 1961 : rétablir la Vérité. Relire l'article exceptionnel de Bernard Lugan que je poste en commentaire. Pourquoi ce pays que l'on…
sur "Souvenons-nous du 17 octobre !" Par Jean Daniel (ATTENTION Exceptionnel !)

Cincinnatus : Les esclaves sous controle #OTAN se rebiffent ? Tu peux toujours danser …le Bigouden ! Pauvre #LeDrian ! Pauvre #Macron ! Pauvre #France !…
sur Sous-marins australiens: «Après la rupture du “contrat du siècle”, ce que nous devons faire sans attendre»

Avis-de-deces.com : Jean-Paul Belmondo sait mélanger les genres en tournant "Pierrot le fou" de Godard ou encore "La Sirène du Mississipi" de François Truffaut.…
sur « Jean-Paul #Belmondo, une figure française ! » (Penser la France)

Anne-Marie : Encore du nouveau sur le 11 septembre ... en 2021 ! "FBI desclasifica nuevos documentos sobre atentados del 11S" Implication de l'Arabie-Saoudite…
sur « Les conséquences politiques des attentats fabriqués du 11 septembre 2001 » par Jean-Luc Pujo, président des Clubs « Penser la France »

Thématiques : AFGHANISTAN - AFRIQUE - Agriculture - ALGERIE - Algérie - Alimentation - ALLEMAGNE - Amérique Centrale - Amérique du Sud - ANGLETERRE - Armée française - ARTS & CULTURE - ASIE - BANQUE MONDIALE - BAYROU - BRESIL - Catholicisme - CENTRE AFRIQUE - CHEVENEMENT - CHINE - CHINE - Christianisme - CNR - Communisme - CUBA - Défense - Demographie - Diplomatie française - DROIT - Ecologie & environnement - Economie - EDUCATION - Egalité Femme & Homme - Election Européenne - Elections régionales - Energie - Environnement - ESPAGNE - EURO - Européenne 2019 - Fiscalité - FMI - France-Allemagne - Francophonie - francophonie & Langue française - Gaullisme - Guadeloupe & Martinique - HISTOIRE - HOLLANDE François - Humanisme - Immigration - INDE - INDE - INSTITUTION - IRAK - IRAN - ISLAM - Islamisme - ISRAEL - ISRAËL & PALESTINE - ITALIE - JAPON - Judaisme - JUPPE - Justice - Justice - Laïcité - Laicité - Législative 2017 - LEPEN - LIBAN - Libéralisme - LIBYE - Lutte Sociale - MACHREK - MACRON - MACRON - MAGHREB - Maison de France & Monarchie - MALI - MEDIAS - MELENCHON - MER - MUSIQUE - Nations d'Europe - OCS - OCS - OMC - ONU - ONU - Nations Unies - OTAN - OTAN - PAKISTAN - PALESTINE - Patriotisme - Penser la France - POLICE & Sécurité - Présidentielle 2017 - Présidentielle 2022 - Protestantisme - Protestantisme - QUEBEC - QUEBEC - Relations Internationales - Religion - RELIGION - RUSSIE - RUSSIE - RUSSIE - RUSSIE - SANTE - SANTE - SARKOZY - Sciences & Recherche - SERVICE PUBLIC - SPORT - Syndicats - SYRIE - TURQUIE - UKRAINE - Union européenne - USA - USA - VENEZUELA - VENEZUELA

Tags