Actualités

"TRACES - Textes politiques" par Jean-Luc PUJO - Septembre 2020 (A paraître)

182538-traces-couv-1.jpg

_

A PARAITRE - SEPTEMBRE 2020

320 pages - 27 Euros - Edition L'HARMATTAN

_

« Nous vivons la bascule des mondes. Progrès scientifique et technologique bouleversent notre rapport à la vie, à l’espace et au temps (…) Nos systèmes de production s’organisent autour de systèmes financiers surcomplexes, qui commandent à la marche du monde, en surprofits et hyper-concurrences, conduisant à d’inévitables conflits. Dans le même temps, l’obsolescence de nos modes d’organisation politique alimente l’insatisfaction des femmes et des hommes, ivres de liberté et d’émancipation. (…) Que faire de notre commun ? Comment le cultiver ? Comment pouvons-nous encore espérer faire civilisation ? »

Fruit de plus d’une décennie de travail, d’engagements national et international, cet ensemble de textes de réflexions politiques aborde de nombreux sujets stratégiques concernant le monde Arabe, l’Amérique-du-Sud ou l’Afrique.

Certains de ces textes – notamment « Biopouvoir, menaces pour l’humanité ? » - se révèlent quasi-prémonitoires au sortir de la première pandémie planétaire du Covid19, et offrent – grâce à une relecture de Michel Foucault - des pistes de réflexions époustouflantes.

« Plus que jamais, nous devons repenser le monde, son organisation » affirme Jean-Luc Pujo.

Pour cela, il nous faut accepter l’Homme dans sa réalité - son identité, sa culture-, respecter le principe d’altérité et transcender les différences par le dialogue cher à Henri Bergson. Ne pas nier les cultures. Surtout pas. Eviter le piège d’une humanité aseptisée, dénaturée, mondialisée, car la diversité est notre véritable richesse, rappelle-t-il en écho à Georges Steiner.

Une nouvelle fois Jean-Luc Pujo nous engage sur la voie d’un humanisme contemporain.

Sa lecture décapante révèle un auteur passionnément républicain - hyper-républicain -, toujours à la recherche d’une « certaine idée de l’Homme, une certaine idée de la France ».

_

REMERCIEMENTS

Mes premiers remerciements iront à mes amis et camarades : Bruno Chazal, Éric de Labriolle, Jean-Marc Desanti, Fabrice Fernandez, Justin Kissangoula, Hubert Marty-Vrayance, Frédéric Reyl, Jean-Michel Salgon, Étienne Tarride, Mohamed Troudi et Jean-Michel Wizenne.

Je veux ensuite remercier ces écrivains militants exemplaires pour la richesse de nos échanges : Jean-Loup Izambert, Maurice Lemoine et Charles Onana.

Je veux saluer ces politiques et ces intellectuels qui ont été indispensables à mon cheminement : MM. Khattar Abou Diab, Jean-Yves Autexier, André Bellon, Alain Bournazel, Jacques Cheminade, le colonel Alain Corvez, Paul-Marie Couteaux, l’amiral Michel Debray, Régis Debray, Mme Marie-France Garaud, Georges Gastaud, son excellence Zalmaï Haquani, Roland Hureaux, Mme Annie Lacroix-Riz, le résistant Léon Landini, son excellence Michel Mujica, MM. Didier Motchane (†), Sami Naïr, le général Henri Paris, le résistant Pierre Pranchère, Ali Rastbeen, Mme Anne-Cécile Robert, son excellence Albert Salon et M. Antoine Sfeir (†).

Je veux – bien sûr – avoir une pensée toute spéciale pour Jean-Pierre Chevènement et la Fondation Res Publica.

Et comment oublier toutes ces heures de travail exceptionnelles offertes par le Collège International de Philosophie (CIPH), par l’Institut d’études lévinassiennes et par l’Académie de Géopolitique de Paris ?

Dans le nuage humain des rencontres importantes, un clin d’œil sera adressé aux deux Guillaumes B. et P., à Raymond et Marie B.-D., à Carole B., à Nathalie C., à Gilles C., à Robert D., à José F., à Jean-Christophe G., à Éric L., à Sylvain P., à Nicolas R., à Éric S., à Frédéric V. qui se reconnaîtront.

Je veux saluer aussi tous ces Gilets Jaunes rencontrés dans les rues de Paris depuis le 17 novembre 2018, Quentin l’ingénieur, Raphaël arrivé des réserves indiennes du Dakota ou encore Romain, passionné de Lettres modernes… et tous ces anonymes, de toutes les provinces, merveilleux témoignages d’une France en souffrance et qui se bat.

Pour terminer, je veux dire combien l’échange épistolaire de plusieurs années avec le philosophe Manuel de Diéguez (†) a été une source précieuse et inépuisable de saines interrogations, jusqu’à nos divergences.

*

Contact Presse

Jean-Luc Pujo - 06.83.23.66.64

Partager

Derniers commentaires

Paul De Florant : Encore la CIA ! « Le Département d’Etat américain a recruté et formé des militants antiracistes français » juillet 2020.…
sur « La CIA en France : 1942-2017» Par jean-Luc Pujo (Penser la France) - Janvier 2017

Paul De Florant : Magnifique intervention ! Renouer avec « l’esprit de 89 » ? Sacré vrai programme ! Vive le CNR ! Vive le nouveau CNR ... Federation et…
sur 14 juillet : « Renouer avec « l’esprit de 89 » ! » Intervention de Jean-Luc Pujo – les Clubs « Penser la France »

L' artisan : Cher Jean Luc, Le constat est juste le plaidoyer aussi, mais comment appliquer concrètement dans la vie de tous les jours de tous les citoyens…
sur 14 juillet : « Renouer avec « l’esprit de 89 » ! » Intervention de Jean-Luc Pujo – les Clubs « Penser la France »

Paul De Florant : Magnifique réponse de Nilda Fernandez. Paul de Florant * Espagne & Catalogne : "Nilda Fernandez écrit à Lluis Llach" octobre 2017…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Anne-Marie : Magnifique réponse de Nilda Fernandez. Partout la partition néolibérale, régionalisme et racialisme, contre les Unités historiques qui…
sur Espagne & Catalogne : "Nilda Fernandez écrit à Lluis Llach" octobre 2017

Tags