Actualités

« De l' "Euromaïdan" à la guerre civile, terreur et terrorisme en Ukraine (2013-2014) » par Frédéric SAILLOT, écrivain et journaliste à Eurasie Express

67073-academie-1.jpg

Depuis avril 2014 une opération antiterroriste est entreprise par les autorités de Kiev dans l'est de l'Ukraine qui, selon les chiffres de l'ONU a déjà fait plus de 4000 morts parmi les civils dont plusieurs centaines depuis la signature des accords de paix à Minsk le  5 septembre. La presse et la classe politique françaises dans sa majorité font le silence sur ces crimes. Pour quelles raisons ?

Le récit de la "révolution pro-européenne" à Kiev voudrait que le président Yanoukovitch, après sa volte-face sur l'accord d'Association avec l'UE au sommet de Vilnius les 28 et 29 novembre 2013, ait provoqué la mobilisation d'une population lassée par un régime corrompu. Après trois mois de confrontation croissante, les morts du Maïdan provoqués par des tirs qui lui sont attribués provoquent sa fuite et son remplacement par un gouvernement provisoire pro-occidental qui remet l'Ukraine dans les rails de l'accord d'association. La Russie annexe alors la Crimée et provoque le soulèvement des populations russophones du Donbass, ce qui oblige le gouvernement provisoire à déclencher une opération anti-terroriste, l'OTAN à renforcer sa présence dans l'est de sa zone de déploiement et les Etats occidentaux à prendre des sanctions contre la Russie.

Mais dans l'inconscient de la classe politico-médiatique française gît également la référence à la révolution française, à la Terreur et à ses victimes, prix à payer pour repousser l'intervention étrangère, mater l'insurrection vendéenne et instaurer la République contre la tyrannie. Le Donbass serait la Vendée ukrainienne et la terreur qu'y exercent la garde nationale et les bataillons nationalistes s'en trouveraient légitimée. Il y a là un grave contresens qui témoigne d'une ignorance tragique et/ou d'œillères idéologiques.

En réalité le président Yanoukovitch, ayant jugé que l'intégration de l'Ukraine à l'Union douanière avec la Fédération de Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan, était préférable pour son pays, a fait l'objet d'une véritable entreprise de subversion de l'extrême-droite néo-bandériste dès la première manifestions dans la nuit qui a suivi la clôture du sommet de Vilnius, instrumentalisant la mobilisation populaire. Des commandos bien organisés, rétribués et dirigés par les services de l'ambassade américaine à Kiev, ont exercé une pression constante, tandis que des dirigeants US et UE venaient à Kiev attiser la mobilisation, ce qui a conduit au coup d'Etat du 22 février 2014, renversant l'ordre constitutionnel. Une série de massacres jalonnent la période qui conduit au conflit du Donbass : les tirs de snipers sur le Maïdan le 20 février, favorisant le coup d'Etat, le massacre d'Odessa le 2 mai, celui de Marioupol le 9 mai, sans oublier le crash du Boeing de la Malaysia airlines le 17 juillet. A chaque fois les commandos d'extrême-droite et des leaders de la mobilisation sont mis en cause. Le pogrom de manifestants anti-maïdan à la frontière de Crimée le 19 février et la remise en cause de la loi sur la reconnaissance du statut de la langue russe dans les régions par le nouveau pouvoir montre clairement son orientation néo-bandériste. Cela a conduit les populations russophones, harassées par 20 années d'ukrainisation brutale, à voter très majoritairement pour leur rattachement à la Fédération de Russie en Crimée, puis pour leur indépendance dans le Donbass où se forment des milices populaires.

L'opération anti-terroriste déclenchée par Kiev en avril et confirmée par le président Porochenko après son élection en mai s'avère donc une véritable entreprise génocidaire entreprise par la garde nationale et des bataillons où se sont engagés les éléments les plus radicalisés, imprégnés par l'idéologie nationaliste galicienne. Xénophobe mais notament anti-russe, elle a été développée par Stepan Bandera, l'un des fondateurs de l'OUN-UPA, collaborationniste pendant la dernière guerre. Ces bataillons sont financés par des oligarques, dont le tout puissant gouverneur de Dniepropietrovsk, Igor Kolomoïski. Leur anti-communisme, privilégié par les occidentaux qui le partagent, masque  en fait une russophobie atavique. Outre cet aspect idéologique, l'est de l'Ukraine est riche en réserves de gaz de schiste, auquel est intéressé le propre fils du vice-président Biden, très impliqué dans la gestion de la crise ukrainienne.

La poursuite de la guerre et l'installation à Kiev d'un pouvoir nationaliste violant les droits des russophones, en fait la majorité des Ukrainiens, et engageant une confrontation avec la Russie, menace la paix et la sécurité du continent. La désinformation mainstream invoquant que l'extrême-droite ne ferait que 2% aux élections repose sur une vision tronquée des faits. Le parti radical (7,5%) et Autosuffisance (11%) sont dirigés par les fascistes Liachko et Sadovy. Des ministres du nouveau gouvernement viennent de l'extrême-droite néo-nazie et menacent les droits des russophones. L’intolérance, la censure, l'interdiction et l'intimidation de l'opposition pèsent lourdement dans le climat actuel, alors que Porochenko lui-même prétend que 100% des Ukrainiens sont contre la fédéralisation et alors qu'il menace la population du Donbass d'une "guerre totale" qui a déjà lieu. Des chefs de bataillons néo-nazis figurent sur l'ensemble des listes et ont fait leur entrée à la Rada, parmi eux Dimitri Yarosh, chef du Pravy Sektor, dont certains membres ont participé à la guérilla islamiste en Tchétchénie.  Des combattants du "Califat du Caucase" ont rejoint l'Etat islamique et menacent la Fédération de Russie d'attentats.

En développant une politique de confrontation avec la Russie inspirée par le projet américain de domination unipolaire occidentale (le Traité de libre échange Transatlantique), l'UE et la France finiraient par perdre ce qui leur reste de souveraineté et s'exposeraient à de très graves dangers. Un redressement de la politique de l'Union européenne et de la politique française sont donc nécessaires dans le sens de la levée des sanctions contre la Russie et d'une reprise urgente et active de la coopération, bien sûr économique, mais également dans la lutte contre le terrorisme et les idéologies totalitaires comme le néo-nazisme.

Lire l'ensemble des interventions du Colloque :

http://www.politique-actu.com/dossier/geopolitique-terrorisme-colloque-academie-geopolitique-paris-jeudi-decembre-2014/1204124/

Partager

Derniers commentaires

Nathalie : GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire ! Préparez-vous, on recommence ! PARIS 16 novembre 2019 !…
sur "La Marseillaise" à l'Arc de Triomphe - 1er Décembre 2018 - GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire !

Alphonse Marie Louis : Merci M Pujo pour votre intervention que je rejoins. Par contre je ne pense pas qu'une réponse uniquement jacobine puisse sauver les Etats Nations.…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Paul De Florant : La France pleure les Kurdes après avoir trahi tous le monde dans la région… Bravo ! Comme le rappelle ce soir Jean-Luc Pujo - note…
sur La ministre française des Armées demande l'arrêt de l'opération militaire turque en Syrie

JLP : Toujours excellente analyse de Donald TRUMP. L'Etat profond américain est dans la constance... contre ce mauvais choix des élites américaines…
sur Trump: «Aller au Moyen-Orient, c’est la pire décision» que les USA aient jamais prise

JLP : Pensée pour Antoine SFEIR. Un homme exceptionnel qui nous manque, tant humainement qu'intellectuellement... pour mieux comprendre notre monde. Il y…
sur « Hommage à M. Antoine SFEIR » La Rédaction de Politique-Actu.com

Tags