Tribunes de Philosophes

ROLAND GORI, Psychanalyste - Comprendre notre modernité - Exceptionnel !

177233-roland-gori-1.jpg

*

La démocratie est-elle soluble dans le numérique ? Conférence de Roland Gori à la Sorbonne - 28.02.2018 [Réalisation Mme Victoria PISCINA]

Roland Gori, à distance des techno-phobies réactionnaires, analyse les impensés subjectifs, sociaux et politiques des usages des nouvelles technologies numériques. Il montre que l’humain, aujourd’hui, en « mangeant » du numérique, son langage, sa grammaire où la forme et la syntaxe prévalent sur le sens, façonne sa subjectivité. L’ addiction à communiquer tend à récuser la place et la fonction de l’Autre. Hyper-connectés mais isolés, l’homme néolibéral se trouve ainsi exposé au risque d’un nouveau totalitarisme. 
Conférence organisée par l'Association des Droits de l'Homme de la Sorbonne (ADHS), le 28 février 2018.

***

"L'imposteur est aujourd'hui dans nos sociétés comme un poisson dans l'eau : faire prévaloir la forme sur le fond, valoriser les moyens plutôt que les fins, se fier à l'apparence et à la réputation plutôt qu'au travail et à la probité, préférer l'audience au mérite, opter pour le pragmatisme avantageux plutôt que pour le courage de la vérité, choisir l'opportunisme de l'opinion plutôt que tenir bon sur les valeurs, pratiquer l'art de l'illusion plutôt que s'émanciper par la pensée critique, s'abandonner aux fausses sécurités des procédures plutôt que se risquer à l'amour et à la création. Voilà le milieu où prospère l'imposture ! Notre société de la norme, même travestie sous un hédonisme de masse et fardée de publicité tapageuse, fabrique des imposteurs. L'imposteur est un authentique martyr de notre environnement social, maître de l'opinion, éponge vivante des valeurs de son temps, fétichiste des modes et des formes.

L'imposteur vit à crédit, au crédit de l'Autre. Soeur siamoise du conformisme, l'imposture est parmi nous. Elle emprunte la froide logique des instruments de gestion et de procédure, les combines de papier et les escroqueries des algorithmes, les usurpations de crédits, les expertises mensongères et l'hypocrisie des bons sentiments. De cette civilisation du faux-semblant, notre démocratie de caméléons est malade, enfermée dans ses normes et propulsée dans l'enfer d'un monde qui tourne à vide. Seules l'ambition de la culture et l'audace de la liberté partagée nous permettraient de créer l'avenir." A travers cette conférence, organisée dans le cadre des conférences de l'Université permanente de l'Université de Nantes, Roland Gori revient sur les idées fortes de son dernier ouvrage "La Fabrique des imposteurs".

***

Partager

Derniers commentaires

Paul De Florant : Anniversaire - Attentats du 11 septembre 2001 Total accord ! "Si vous refusez de répondre à cette question : "Qui a organisé les attentats du…
sur « Les conséquences politiques des attentats fabriqués du 11 septembre 2001 » par Jean-Luc Pujo, président des Clubs « Penser la France »

allo : Comment peut-on se procurer ce hors-série ?…
sur « Ralentir la vi(ll)e » Hors-série du Sarkophage 48 pages, 4,50 euros

michel.B : Monsieur le président Macron est très actif sur le plan international certes... Hélas, il fait, comme le dit un certain, un énorme cadeau aux…
sur Pétition nationale : Sauvegarder nos RETRAITES !

Nathalie : Comme le dit JLP Affaire #alexandrebenalla - un leurre... *** Reposons autrement la question : qu'a fait Emmanuel Macron pour susciter cette…
sur "Gens de rien et faux policier" Billet d'Etienne TARRIDE

Nathalie : Francophonie-OIF : La candidature de Louise Mushikiwabo (RWANDA) passe mal auprès de principaux contributeurs de l’OIF. Jusqu’où Paris va-t-il…
sur RWANDA : "The Mass Murder We Don’t Talk About" by Helen Epstein (NYRB) - ATTENTION EXCEPTIONNEL ! (Partie 1)

Tags