Osons le dire

Henri Beaugé-Bérubé - Compagnon de la Libération - Hommage !

112277-beauge-berube.jpg

Henri Beaugé-Bérubé est né le 6 septembre 1920 à Brest. Son père était officier de marine et océanographe.

Il poursuit ses études à l'Ecole nationale des Arts et Métiers lorsque la guerre éclate. A 19 ans, à l’annonce de l’armistice, il quitte la France depuis Le Conquet en bateau avec son frère cadet et arrive en Angleterre le 19 juin 1940.

Il souhaite s'engager dans l'armée canadienne, mais ayant appris à Londres l'Appel du général de Gaulle, il rejoint les Forces françaises libres le 1er juillet 1940.

Henri Beaugé entre alors à l'Ecole des élèves-officiers de la France Libre à Camberley puis, affecté au Bataillon de marche n°3 au Moyen-Orient en janvier 1942, en tant qu'aspirant, il prend part à la campagne de Libye (1942-1943).

Affecté au BM 4 comme chef de section antichars, il participe avec brio aux campagnes de Tunisie, et d'Italie.

Il est blessé par balle au bras, près du lac de Bolsena, le 12 juin 1944 alors qu'il effectue une reconnaissance sous un violent bombardement. Promu lieutenant, il débarque à Cavalaire, en Provence, le 16 août 1944. Il se distingue ensuite le 23 septembre 1944 devant Lomontot où il détruit des nids de mitrailleuses après une manœuvre audacieuse de ses canons.

Le lieutenant Beaugé s'illustre encore le 10 avril 1945 au Fort du col de Brouis (Alpes-Maritimes) où il exécute des tirs extrêmement précis sur les tourelles et dans les embrasures, aidant de façon continuelle les éléments d'assaut.

Aide de camp du général Koenig en Allemagne de 1947 à 1949, il est ensuite pendant 10 ans officier des Affaires indigènes au Maroc puis détaché auprès du gouvernement marocain pour l'administration provinciale.

De 1960 à 1963, Henri Beaugé est Directeur du Centre pétrolier d'Hassimessaoud.

Il est ensuite en poste à la Délégation à l'aménagement du territoire (DATAR) pour la création des parcs naturels régionaux (1963-1971). Il a entre-temps quitté l'armée en 1965 avec le grade de lieutenant-colonel de réserve.

Directeur du Centre culturel d'Arc et Sénans (Doubs) de 1971 à 1975, il dirige ensuite, à partir de 1976, le Centre culturel de l'ancienne Abbaye de Fontevraud (Maine et Loire).

Il est membre du Conseil de l'Ordre de la Libération depuis septembre 2005.

Henri BEAUGE est décédé le 16 janvier 2015 à Paris. Il est inhumé à Brest.


• Commandeur de la Légion d'Honneur 
• Compagnon de la Libération - décret du 7 août 1945
• Croix de Guerre 39-45 avec palme
• Médaille de la Résistance
• Médaille Coloniale
• Croix du Combattant Volontaire
• Chevalier des Arts et Lettres
• Chevalier du Mérite Agricole
• Chevalier de l'Ordre d'Orange Nassau (Pays-Bas

SOURCE:

http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/67.html

Partager

Derniers commentaires

patbel33 : La déforestation... Sujet plus que brulant, puisque l'arbre, la forêt est le consommateur de ce fameux CO2 que tout le monde utilise pour nous…
sur Brésil : la déforestation multipliée par quatre en juillet

Anne-Marie : Vincent LAMBERT : Notre faillite philosophique et spirituelle est totale. JLPujo - 3 juillet 2019. "Vincent LAMBERT a témoigné d'un non-abandon,…
sur « Vincent LAMBERT est un Homme qui vit ! » (Communiqué de PENSER LA FRANCE)

Nathalie : Affaire Vincent Lambert : la Cour de cassation sommée de mettre fin à la cacophonie - 28 juin 2019 - Attente d'une Cour de Cassation aux aboies.…
sur « Vincent LAMBERT est un Homme qui vit ! » (Communiqué de PENSER LA FRANCE)

Benjamine : STOP GPA - Appel mondial pour L’ARRÊT IMMÉDIAT DE LA GESTATION POUR AUTRUI ! SIGNEZ LA PETITION...…
sur "PMA, GPA : La controverse juridique" Aude MIRKOVIC – Critique de JLuc Pujo – 21 octobre 2014

Benjamine : Bombardement de Bouaké : Trois ministres français échappent à des poursuites ... ETONNANT ? Non ?…
sur « BOUAKE, un crime » - Entretien avec Maître BALAN - Côte d'Ivoire (Juin 2013)

Tags