Osons le dire

Henri Beaugé-Bérubé - Compagnon de la Libération - Hommage !

112277-beauge-berube.jpg

Henri Beaugé-Bérubé est né le 6 septembre 1920 à Brest. Son père était officier de marine et océanographe.

Il poursuit ses études à l'Ecole nationale des Arts et Métiers lorsque la guerre éclate. A 19 ans, à l’annonce de l’armistice, il quitte la France depuis Le Conquet en bateau avec son frère cadet et arrive en Angleterre le 19 juin 1940.

Il souhaite s'engager dans l'armée canadienne, mais ayant appris à Londres l'Appel du général de Gaulle, il rejoint les Forces françaises libres le 1er juillet 1940.

Henri Beaugé entre alors à l'Ecole des élèves-officiers de la France Libre à Camberley puis, affecté au Bataillon de marche n°3 au Moyen-Orient en janvier 1942, en tant qu'aspirant, il prend part à la campagne de Libye (1942-1943).

Affecté au BM 4 comme chef de section antichars, il participe avec brio aux campagnes de Tunisie, et d'Italie.

Il est blessé par balle au bras, près du lac de Bolsena, le 12 juin 1944 alors qu'il effectue une reconnaissance sous un violent bombardement. Promu lieutenant, il débarque à Cavalaire, en Provence, le 16 août 1944. Il se distingue ensuite le 23 septembre 1944 devant Lomontot où il détruit des nids de mitrailleuses après une manœuvre audacieuse de ses canons.

Le lieutenant Beaugé s'illustre encore le 10 avril 1945 au Fort du col de Brouis (Alpes-Maritimes) où il exécute des tirs extrêmement précis sur les tourelles et dans les embrasures, aidant de façon continuelle les éléments d'assaut.

Aide de camp du général Koenig en Allemagne de 1947 à 1949, il est ensuite pendant 10 ans officier des Affaires indigènes au Maroc puis détaché auprès du gouvernement marocain pour l'administration provinciale.

De 1960 à 1963, Henri Beaugé est Directeur du Centre pétrolier d'Hassimessaoud.

Il est ensuite en poste à la Délégation à l'aménagement du territoire (DATAR) pour la création des parcs naturels régionaux (1963-1971). Il a entre-temps quitté l'armée en 1965 avec le grade de lieutenant-colonel de réserve.

Directeur du Centre culturel d'Arc et Sénans (Doubs) de 1971 à 1975, il dirige ensuite, à partir de 1976, le Centre culturel de l'ancienne Abbaye de Fontevraud (Maine et Loire).

Il est membre du Conseil de l'Ordre de la Libération depuis septembre 2005.

Henri BEAUGE est décédé le 16 janvier 2015 à Paris. Il est inhumé à Brest.


• Commandeur de la Légion d'Honneur 
• Compagnon de la Libération - décret du 7 août 1945
• Croix de Guerre 39-45 avec palme
• Médaille de la Résistance
• Médaille Coloniale
• Croix du Combattant Volontaire
• Chevalier des Arts et Lettres
• Chevalier du Mérite Agricole
• Chevalier de l'Ordre d'Orange Nassau (Pays-Bas

SOURCE:

http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/67.html

Partager

Derniers commentaires

Anne-Marie : REFORME des RETRAITES : C'est fini ! Pourquoi le gouvernement a d'ores et déjà perdu la partie... superbe analyse ici de JLuc Pujo * Reforme…
sur Réforme des retraites: les alliés d’Emmanuel Macron se font discrets

Nathalie : MALI-NIGER. -Bilan catastrophique de l’engagement français des 13 dernières années – sur note confid. de JLPujo/PenserlaFrance - Le désastre…
sur Soldats morts au Mali : qui sont les 13 victimes ?

Paul De Florant : MALI - NIGER : Les Français totalement désinformés "Hommage. Triste pour ces Hommes. Pensées pour les familles. Nos gouvernants - #Sarkozy…
sur Soldats morts au Mali : qui sont les 13 victimes ?

Nathalie : GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire ! Préparez-vous, on recommence ! PARIS 16 novembre 2019 !…
sur "La Marseillaise" à l'Arc de Triomphe - 1er Décembre 2018 - GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire !

Alphonse Marie Louis : Merci M Pujo pour votre intervention que je rejoins. Par contre je ne pense pas qu'une réponse uniquement jacobine puisse sauver les Etats Nations.…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Tags