Osons le dire

Les États-Unis ont-ils la mainmise sur Google? par Damien PELOUX

11923-google-2.jpg

Les relations étroites et parfois ambigües qui existent entre la CIA (Central Intelligence Agency) et l’entreprise Google, laissent des doutes quant à une potentielle collaboration entre ces deux entités. La suprématie américaine qui règne dans le domaine des technologies de pointes et du renseignement, laisse à penser que le gouvernement soutient et collabore avec ses entreprises. Jusqu’où les États-Unis sont-ils prêts à aller pour préserver leur pouvoir d’influence sur le monde ? D’après les faits relatés ces dernières années, peut-on encore croire qu’il n’existe aucun complot entre la CIA et Google ?

En quête perpétuelle des dernières technologies de pointes afin d’assurer la sécurité nationale et les intérêts américains à travers le monde, la CIA a créée en 1999 un organisme appelé In-Q-Tel (IQT). Cette association d’entreprises implantée à Arlington en Virginie, a pour fondateur Norma Augustin (ancien PDG de Lockeed Martin) et comme PDG Christopher Darby  (ancien PDG de Intel). La mission, d’IQT consiste à regrouper un ensemble d’entreprises dont la spécialité est la recherche et le développement de technologies futures spécialisées dans l’espionnage. A travers le soutient financier qu’elle accorde à ces entreprises, la Central Intelligence Agency garde une mainmise sur les dernières innovations en matière de renseignement et peut aussi protégerson organisation des investissements étrangers. Voici une liste non exhaustive des sociétés qui collaborent avec la CIA au sein de l’IQT :
•    Convera (logiciel)
•    Inxight (Recherche d’informations et traitement des langues)
•    Keyhole (imagerie satellitaire)
•    Attensity (Traitement des langues)
•    Nansys (Nanotechnologie)
•    Palentis Technologie (Visualisation des données)
•    etc.
Durant l’exercice annuel 2005, l’organisme a débloqué pas moins de 30 millions de dollars pour encourager les projets qui l’intéressait.
Parmi les entités qui composent l’ITQ, Keyhole est une entreprise spécialisée dans le traitement des données en imagerie satellitaire. Cette société fut créée par John Hanke en 2001, les investissements financiers pour sa création proviennent de plusieurs sources (Sony, NVIDIA et aussi l’ITQ). Son nom, “Keyhole” (En français : “trou de serrure”)  fait référence aux satellites utilisés par la CIA dans le cadre de ses  programmes d’espionnages internationaux « Echelon ».
Keyhole devient rapidement le leader sur le marché de la cartographie par satellite en 2003. En vue de contrer le développement du logiciel « Virtual Earth » lancé par MSN (Microsoft), Google rachète l’entreprise en 2004 pour lancer son propre logiciel de visualisation par satellite. Ainsi, « Google Earth » est directement inspiré du savoir-faire de Keyhole. Suite à cette cession, la CIA s’est retrouvée via IQT, actionnaire de Google en possédant pas moins de 5 636 titres pour une valeur boursière de 2,2 millions de dollars. Revendus rapidement par la suite, des interrogations subsistent sur cette revente rapide et la faible rentabilité de l’opération (croissance fulgurante de l’action Google). Certaines sources expliquent que cette revente est due au fait que l’institution gouvernementale américaine ne souhaitait pas se retrouver dans une situation qui puisse mettre en danger la sécurité nationale américaine… Nous pensons d’avantage que cette revente a été faite précipitamment afin de ne pas alerter l’opinion publique de la collaboration entre les deux organisations. Cette opération douteuse avait pour principale but de ne pas détériorer l’image de confiance dont à besoin Google pour continuer son ascension sur la scène internationale de l’Internet.
Une autre preuve récente de collaboration entre les deux institutions suscite des interrogations. En 2010, Google et la CIA (via IQT) ont investi dans une entreprise de technologie de pointe appelée Recorded Future. L’investissement s’est fait à hauteur de 10 millions de dollars pour chacun des participants. Recorded Future est une entreprise spécialisée dans la prévision d’évènements futurs. Son logiciel développe des algorithmes de calcul,qui permettent d’établir des connexions entre un certain nombre d’éléments à travers le web. Le logiciel permet ensuite d’évaluer la probabilité pour laquelle une action futur se produira ou pas (exemple : activité boursière, attentats, évènements naturels, élection politique, sports, etc.).
D’autres sources viennent alimenter les soupçons d’une éventuelle collaboration entre le géant du web et le gouvernement américain. Robert David Steele ancien agent de la CIA a révélé en 2006 que Google « is in bed » avec la CIA. Il soupçonne même celle-ci d’avoir investi sur Google à son lancement, en vue d’en faire un outil d’espionnage futur. Aussi, afin d’appuyer ses propos, il citait directement le nom du directeur responsable de la recherche et du développement - Rick Steinheiser.Lors de son témoignage, il termine en expliquant que les derniers conflits entre Google et le Ministère de la Justice américaine(propriété intellectuelle, situation de monopole, etc.) ne seraient qu’une manœuvre stratégique dont l’objectif est de cacher la nature de leurs relations. Des faits récents viennent appuyer les déclarations de Robert David Steele. En2010, la CIA avait demandé à Google de l’aider pour récolter de l’information concernant les cyber-attaques venues de Chine.
On peut alors s’interroger sur le type d’entente qu’entretiennent ces deux institutions. Mais aussi, qu’elle utilisation les Etats-Unis vont-ils faire de ces outils technologiques et stratégiques qui peuvent s’avérer être des armes redoutables contre un/des adversaire(s). Il est certain que l’Amérique va posséder dans les années à venir des moyens d’influences conséquents sur le marché économique mondial. La guerre économique a bel et bien commencé…

Damien PELOUX

SOURCE :

http://www.knowckers.org/2010/10/les-etats-unis-ont-ils-la-mainmise-sur-google/

[Merci à Jean-Christophe]

Partager

Mot clés : liberté - surveillance - contrôle - NSA - cia - Google - USA

Derniers commentaires

Paul De Florant : Encore la CIA ! « Le Département d’Etat américain a recruté et formé des militants antiracistes français » juillet 2020.…
sur « La CIA en France : 1942-2017» Par jean-Luc Pujo (Penser la France) - Janvier 2017

Paul De Florant : Magnifique intervention ! Renouer avec « l’esprit de 89 » ? Sacré vrai programme ! Vive le CNR ! Vive le nouveau CNR ... Federation et…
sur 14 juillet : « Renouer avec « l’esprit de 89 » ! » Intervention de Jean-Luc Pujo – les Clubs « Penser la France »

L' artisan : Cher Jean Luc, Le constat est juste le plaidoyer aussi, mais comment appliquer concrètement dans la vie de tous les jours de tous les citoyens…
sur 14 juillet : « Renouer avec « l’esprit de 89 » ! » Intervention de Jean-Luc Pujo – les Clubs « Penser la France »

Paul De Florant : Magnifique réponse de Nilda Fernandez. Paul de Florant * Espagne & Catalogne : "Nilda Fernandez écrit à Lluis Llach" octobre 2017…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Anne-Marie : Magnifique réponse de Nilda Fernandez. Partout la partition néolibérale, régionalisme et racialisme, contre les Unités historiques qui…
sur Espagne & Catalogne : "Nilda Fernandez écrit à Lluis Llach" octobre 2017

Tags