Osons le dire

« Le "business model" des Etats-Unis en difficulté » Par Marc Fiorentino

29703-wall-street.jpg

Le mois de juin s'achève. Et avec lui le deuxième cycle de "quantitative easing" de la banque centrale américaine. Une étape que redoutent les investisseurs depuis plusieurs semaines. Le patron de la Fed, Ben Bernanke, a confirmé cette semaine qu'il n'y aurait pas de QE3, ou peut-être un mini-QE3 si la situation économique américaine ne s'améliorait pas. Et la situation économique américaine ne s'améliore pas. Loin de là. Elle se détériore. La reprise de la croissance postcrise la plus molle depuis 1929 est déjà en train de s'essouffler avant même d'avoir trouvé un vrai souffle. On peut dès lors se demander à quoi a servi le QE2 ? Il suffit de regarder le visage de Ben Bernanke lors de ses trois dernières conférences de presse pour connaître la réponse. À rien. Ben Bernanke n'en revient pas. La bonne vieille méthode qui consiste à faire tourner la planche à billets et à inonder le pays de liquidités n'a pas fonctionné.

"Helicopter Ben", le partisan du Canadair à dollars, se gratte la tête. Il déprime. Il ne reconnaît plus ses ouailles. Ceux qui peuvent s'endetter se désendettent. Ceux qui ont un travail épargnent et ne consomment pas. Les entreprises qui ont du cash n'investissent pas. Celles qui font des bénéfices réduisent encore leurs coûts, n'embauchent pas et parfois même continuent à licencier. Ben Bernanke a pris le risque de faire sauter la planète en créant une bulle spéculative sur les marchés financiers et, en particulier, sur les matières premières, il a pris le risque de relancer l'inflation sous sa pire forme, l'inflation de l'énergie et des produits alimentaires, il a poussé les pays émergents vers une crise certaine, en tout égoïsme, en favorisant les flux massifs de capitaux investis dans ces eldorados et tout ça pour quoi ? Pour une reprise qui fait pschitt !

Ben Bernanke a manqué un épisode. Il est resté sur l'Américain de l'ère Reagan qui tombe de cheval, se brise les os mais remonte en selle et repart à l'attaque de la consommation avec des cartes de crédit plein la ceinture. Il est resté sur une Amérique qui "arrive toujours à rebondir".

Mais les Américains ont fini par comprendre qu'ils ne devaient plus être les pigeons de l'économie mondiale avec leur surconsommation et leur surendettement. Aux autres de tirer l'économie mondiale si ça les amuse...

Oui mais voilà. Il y a un petit problème. Le "business model" des Etats-Unis était justement basé sur la surconsommation et le surendettement des ménages. Et les États-Unis n'ont pas de business model de rechange. Ils ont joué à fond la carte de la désindustrialisation.

Impossible pour eux de faire machine arrière et de rapatrier massivement l'industrie textile qu'ils ont déléguée à la Chine. Ils ont certes encore des Apple, des Google, des Microsoft mais cela ne suffit pas pour faire renaître un pays. Les États-Unis doivent se réinventer. Tout cela dans un contexte où ils ont épuisé toutes leurs cartouches habituelles : la dette, le déficit, les taux à zéro, la planche à billets.

Tout cela face à une maladie familière en Europe mais qu'ils ne connaissaient pas : un chômage élevé et qui le reste et un chômage longue durée qui progresse. Tout cela avec un président qui ne semble vraiment plus comprendre ce qu'il se passe (mais a-t-il un jour compris quelque chose à l'économie ?) et qui s'est plié à la domination des banques d'affaires, seules capables de financer sa campagne de réélection de 2012.

Les Etats-Unis n'ont pas qu'un problème financier ou économique. Les Etats-Unis ont un problème de "business model". Les vieilles ficelles ne fonctionnent plus. Il va falloir renaître et vite pour ne pas avoir à renaître de cendres.

On ne doit jamais enterrer trop vite les Etats-Unis. C'est ce que j'ai appris en trente ans de carrière. Espérons que l'histoire se répétera car le monde ne peut pas se passer de la croissance américaine.

SOURCE :

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110701trib000633783/le-business-model-des-etats-unis-en-difficulte.html

[Merci à Frederic ]

Partager

Top articles les plus lus

Derniers commentaires

Nathalie : Cher Monsieur, libre à vous de ne pas partager les conclusions de M. Cotta. Mais vous manquez d'arguments. Dans le désordre actuel, M. Cotta…
sur LES "COUPS DE GUEULE" de JACQUES COTTA (VIDEOS)

Gourmel Michel : Après le 2d tour des législatives : les COMMENTAIRES de Jacques Cotta On a connu Jacques Cotta en meilleure forme ; l’utilisation de petits…
sur LES "COUPS DE GUEULE" de JACQUES COTTA (VIDEOS)

Cousin-Jacques : Nous n'avons plus d'Institution ni la Constitution Française de 1958 depuis le decret Valls 2016-1675 du 5 décembre 2016. En faisant le parallèle…
sur "REVOLUDROIT" : Repenser la POLITIQUE (Autour de Valérie Bugault)

Anne-Marie : Législatives: La Comédie dont la France aura a souffrir ! Totalement d'accord avec l'analyse de Jean-Luc Pujo! Anne-Marie * 2022 - « la…
sur «Jean-Luc Mélenchon n'a aucune chance de devenir premier ministre»

Nathalie : ECHEC GENERAL d'Emmanuel MACRON. Sidérant. Les Français ignorent tout de notre situation ! Comme le dit JLpujo... * Echecs diplomatiques a…
sur #BurkinaFaso : qui est derrière le coup d'État ? Excellent Thomas Dietrich ! 26 janvier 2022

Thématiques : AFGHANISTAN - AFRIQUE - Agriculture - Alain JUPPE - ALGERIE - Algérie - Alimentation - ALLEMAGNE - Amérique Centrale - Amérique du Sud - André Bellon - ANGLETERRE - Anne-Cécile Robert - Annie Lacroix-Riz - Armée française - ASIE - BANQUE MONDIALE - BRESIL - Bruno Le Maire - Catholicisme - CENTRE AFRIQUE - CHINE - CHINE - Christian Perronne - Christianisme - Clément Beaune - CNR - Communisme - COVID - COVID19 - CUBA - CULTURE - Défense - Demographie - Didier Raoult - Diplomatie française - DROIT - Ecologie & environnement - Economie - Edouard Philippe - EDUCATION - Egalité Femme & Homme - Election Européenne - Elections régionales - Elisabeth BORNE - Emmanuel Macron - Emmanuel MACRON - Energie - Environnement - Eric ZEMMOUR - Eric Zemmour - ESPAGNE - Etienne Tarride - EURO - Européenne 2019 - Fabien Roussel - Fadi Kassem - Fiscalité - FMI - France-Allemagne - François Asselineau - François ASSELINEAU - François Bayrou - François Hollande - François Ruffin - Francophonie - francophonie & Langue française - Gabriel Attal - Gaullisme - Georges Gastaud - Gérald Darmanin - Gérard Larcher - Guadeloupe & Martinique - HISTOIRE - Humanisme - Immigration - INDE - INDE - INSTITUTION - IRAK - IRAN - ISLAM - Islamisme - ISRAEL - ISRAËL & PALESTINE - ITALIE - Jacques CHEMINADE - Jacques Cotta - JAPON - Jean Castex - Jean-Luc Melenchon - Jean-Luc Pujo - Jean-Luc Pujo - Jean-Pierre Chevenement - Jean-Pierre Raffarin - Judaisme - Justice - Justice - Laïcité - Laicité - Législative 2017 - Léon Landini - LIBAN - Libéralisme - LIBYE - Lutte Sociale - MACHREK - MAGHREB - Maison de France & Monarchie - MALI - Manuel Bompard - Marine LEPEN - Marine LEPEN - Marlène Schiappa - MEDIAS - MER - Michel Houellebecq - Michel Onfray - MUSIQUE - Nathalie Arthaud - Nations d'Europe - Nicolas Dupont-Aignan - Nicolas Sarkozy - OCS - OCS - OMC - ONU - ONU - Nations Unies - OTAN - OTAN - PAKISTAN - PALESTINE - Patriotisme - Penser la France - POLICE & Sécurité - Pour une Constituante - PRC - PRCF - Présidentielle 2017 - Présidentielle 2022 - Protestantisme - QUEBEC - QUEBEC - RéinfoCovid 2022 - Relations Internationales - RELIGION - Roland Hureaux - RUSSIE - RUSSIE - RUSSIE - SANTE - SANTE - Sciences & Recherche - SERVICE PUBLIC - SPORT - Syndicats - SYRIE - TURQUIE - UKRAINE - Ukraine - Union européenne - USA - USA - Valérie Bugault - Valérie PECRESSE - Valérie Pecresse - VENEZUELA - VENEZUELA - Venezuela - Yaël Braun-Pivet

Tags