Osons le dire

« Cet argent que l’Allemagne doit à la Grèce » par Jean-Luc Pujo (Paris) et Simone Le Baron (Athènes)

41952-distomo-1.jpg

En pleine tourmente européenne, alors que la Grèce et son peuple sont mis en accusation par une Europe prospère, quel étonnement d’apprendre que le vieux contentieux des réparations de guerre n’a toujours pas été réglé entre l’Allemagne et la Grèce.

L’Allemagne n’a toujours pas payé à la Grèce les montants gigantesques des réparations de guerre après les crimes que le Reich allemand a infligée au berceau de la démocratie !

D’évidence, il faut rafraîchir la mémoire de l’Allemagne qui se targue d’une conduite économique et financière exemplaire mais oublie le reste.

Un peu d’histoire …

« En octobre 1940, la Grèce est entraînée dans la Seconde Guerre mondiale suite à l’invasion de son territoire par Mussolini. Pour sauver Mussolini d’une défaite humiliante, Hitler a envahi la Grèce en 1941.

La Grèce est pillée et dévastée pas les Allemands comme aucun autre pays sous leur occupation militaire. La Croix Rouge Internationale a jugé qu’entre 1941 et 1943, au moins 300,000 grecs sont morts de la faim- un résultat direct du pillage de la Grèce par les Allemands. Mussolini s’est plaint à son ministre des affaires étrangères, le Conte Ciano « Les Allemands ont pris des Grecs même leurs lacets de souliers ».

L’Allemagne et l’Italie, en plus de faire la Grèce payer des sommes exorbitantes en dépenses d’occupation, ont obtenu de la Grèce par la force un prêt (un prêt d’occupation) de $3.5 billion. Hitler lui-même a reconnu la nature légale de ce prêt et a donné des ordres pour le commencement du remboursement du prêt. Après la fin de la guerre, la Grèce est accordée $7.1 billion à la Conférence de Paris en 1946, des $14.0 billion demandées, pour les réparations en dommages résultant de la guerre.

L’Italie a remboursé la Grèce de sa part du prêt d’occupation, l’Italie et la Bulgarie ont payé la Grèce les réparations en dommages de guerre, et l’Allemagne a payé les réparations en dommages de guerre à la Pologne en 1956 et à l’ex-Yougoslavie en 1971. La Grèce a demandé de l’Allemagne le paiement du prêt d’occupation en 1945, 1946, 1947, 1964, 1965, 1966, 1974, 1987 et en 1995. Toutefois, l’Allemagne refuse constamment à payer ses obligations à la Grèce qui s’élèvent du prêt de l’occupation et des réparations en dommages de guerre. En 1964, le Chancelier Allemand Erhard s’est engagé à rembourser le prêt après la réunification de l’Allemagne, qui s’est produite en 1990. 

Les suivants sont révélateurs de la valeur courante des obligations Allemandes à la Grèce : se servant du taux d’intérêt moyen du Bon du Trésor des É.U., depuis 1994, comme le taux d’intérêt, qui est à peu près 6%, il est estimé que la valeur courante du prêt d’occupation est $163.8 billion et que les réparations en dommages de guerre sont $ 332 billion. Jacques Delpla, l’économiste et consultant français au gouvernement Français, a déclaré le 2 juillet 2011 que l’Allemagne doit la Grèce 575 billion euros résultant des obligations de la Seconde Guerre mondiale (Les Echos, Samedi, le 2 juillet, 2011).»

En ce sens, consulter le texte de la pétition internationale :

http://www.greece.org/blogs/wwii/?page_id=448

Il faut ici rappeler les exactions les plus dramatiques commises par les Soldats du Reich notamment le Massacre de Distomo, qui a frappé tous les esprits en Grèce :

« Le 10 juin 1944, pendant plus de deux heures, les troupes Waffen-SS de la 4e division SS Polizei Panzer grenadier sous le commandement du SS-Hauptsturmführer Fritz Lautenbach fit du porte à porte pour massacrer des civils grecs, afin de venger une attaque partisane. Un total de218 hommes, femmes et enfants fut tué. Selon les survivants, les forces SS ont tué les bébés à coups de baïonnette dans leurs berceaux, poignardé les femmes enceintes et décapité le prêtre du village. »

 distomo 1

Ici le Massacre de Distomo (Juin 1944)

Ou encore le Massacre de Kalavryta (Décembre 1943)

 Kalavryta_massacre

Mais pourquoi donc l’Allemagne refuse de payer ses réparations ?

Un dossier plus que jamais d’actualité …

Etonnement, le contentieux visant les réparations à payer par l’Allemagne à l’Italie vient de faire l’objet d’un jugement scandaleux de la part de la CIJ, présidée par le juge Hisashi Owada. Un juge japonais ! Tiens donc.

(Le juge Hisashi Owada, le 3 février 2012 à La Haye)

Juge CIJ

« L'Allemagne a obtenu gain de cause vendredi devant la Cour internationale de Justice (CIJ) qui a estimé que l'Italie avait manqué à ses obligations en laissant intenter des procédures judiciaires visant à obtenir l'indemnisation par Berlin de victimes de crimes nazis.

La Cour a cependant suggéré une reprise des négociations entre les deux pays sur l'indemnisation, jugeant "regrettable" que Berlin ait renoncé à dédommager les prisonniers de guerre italiens notamment, après la Seconde Guerre mondiale.

En 2008, la Cour d'appel de Florence avait confirmé un jugement de 1997 d'un tribunal grec condamnant l'Etat allemand à verser quelque 9,5 millions de drachmes (28,6 millions d'euros) aux familles de 218 victimes d'un massacre commis le 10 juin 1944 dans le centre de la Grèce, dans le village de Distomo. »

Source : http://www.courrierinternational.com/depeche/newsmlmmd.332c643c155509b0668a20e7cb5351f5.8f1.xml

Amnesty International a également réagit par la voix de Widney Brown sa directrice générale chargée des questions politiques :

« Cet arrêt est très surprenant. Aujourd'hui, la CIJ fait un grand pas en arrière sur le terrain des droits humains et fait du droit à réparation pour les crimes de guerre un droit sans recours, a indiqué Widney Brown, directrice générale chargée des questions relatives au droit international et à la stratégie politique à Amnesty International.

« Cette décision bafoue la Convention de La Haye, aux termes de laquelle les victimes de crimes de guerre ont le droit de poursuivre en justice l'État responsable pour obtenir des réparations. 

« Ce qui est particulièrement inquiétant est que d'autres juridictions nationales risquent de suivre ce jugement, bien que l'arrêt de la CIJ dans cette affaire ne soit juridiquement contraignant que pour l'Allemagne et l'Italie. »

La Cour a affirmé que l'Allemagne était responsable des crimes de guerre commis par ses forces armées durant la Seconde Guerre mondiale en Italie et en Grèce, et a reconnu que sa décision risquait d'empêcher les victimes d'obtenir des réparations judiciaires.

Elle poursuit : « Aucune réparation n'a été octroyée aux victimes depuis plus de 60 ans.

Source :

http://www.amnesty.org/fr/news/un-court-ruling-nazi-war-crime-victims-deplorable-2012-02-03

Karkoulias 1

Face à ce scandale, l’Union Panhellénique des Victimes de l’Occupation Allemande, des avocats allemands et grecs, des concitoyens qui croient en le juste droit de lege ferenda, le mouvement néophilhellène ont décidé d’unir leurs efforts pour faire triompher la simple justice : A l’heure où l’Europe Allemande met le peuple Grec à genoux, le peuple Grec demande solennellement à l’Allemagne de réparer enfin les dommages que la folie meurtrière de son peuple a commis en Grèce, berceau de la démocratie.

***

D’un point de vue plus politique, et devant le procès insupportable fait au peuple grec, nous sommes alors en mesure de nous interroger :

Pourquoi l’Allemagne juge insupportable les prétentions de la Grèce à obtenir de paiement de ces réparations ?

Pourquoi dans un tel contexte, l’Allemagne alimente-t-elle à ce point la haine du peuple Grec ?

Que cache la volonté affirmée de l’Allemagne de mettre le peuple Grec à genoux ?

***

L’Europe allemande qui est en train de se mettre en place et qui fait une place d’honneur à une Allemagne respectueuses des équilibres financiers cache mal la réalité d’une Allemagne qui refuse de regarder sa responsabilité face à l’histoire.

Cette Europe allemande augure mal de l’avenir démocratique de notre continent.

Plus que jamais, tous les peuples d’Europe doivent soutenir le peuple grec qui se trouve à l’avant poste d’un combat immense : celui de la liberté des peuples en Europe face une puissance allemande dont le jeu ne peut – jour après jours – que nous inquiéter.

En ce sens, tous les peuples européens doivent s’unir au combat du peuple grec et soutenir ce peuple amis.

***

Jean-Luc PUJO est président des Clubs "Penser la France", rédacteur en chef de Politique-actu.com (PARIS) et Simone LE BARON, militante du mouvement néophilhellène - notion qu'elle a réinventé - intervient sur les antennes de nombreux médias grecs (ATHENES)

Partager

Commentaires

de pietros
Jamais je n'aurai cru l’Allemagne capable d'une telle barbarie,
dire qu'aujourd'hui ce sont les promoteurs du libéralisme aveugle qui inféode les états aux grands financiers qui spéculent sur la misère humaine.
Une question devient évidente,les tenants du néolibéralisme sont-ils les descendants des nazis?
Dans tous les cas il faut les combattre jusqu'à la victoire.
L'europe à l'exemple de la Grèce doit être démocratique et pacifique.
Que les forces de l'ordre se rangent au côté du peuple Grec.
1 approbation
17 February - 23h22
de simonelebaron
C'est ce qui est en train d'arriver, petit à petit...
0 approbation
18 February - 16h31

Derniers commentaires

Marthe : . "L'objet du présent Traité est de créer une Force de Gendarmerie Européenne qui est opérationnelle, préorganisée, robuste et déployable…
sur ENDFOR, la force de gendarmerie européenne : On vous surveille !

Benjamine : « Marchons Enfants ! ». Total soutien à la mobilisation contre le projet de loi : La PMA sans père est une aberration comme la filiation…
sur STOP GPA - Appel mondial pour L’ARRÊT IMMÉDIAT DE LA GESTATION POUR AUTRUI !

Nathalie : « RETOUR DU SACRE & BLASPHEME » Echanges Simone LE BARON - Jean-Luc PUJO - 10 Janvier 2020 Très bel échange qui relance la réflexion...…
sur « RETOUR DU SACRE & BLASPHEME – courtes réflexions libres » Jean-Luc Pujo - Billet du temps présent.

Benjamine : Assassinat de #Soleimani : Une erreur des Faucons ! Avec des conséquences non maitrisables - voir commentaires de JLPujo "Iran/USA: assassinat de…
sur Général iranien tué en Irak : les États-Unis conspués aux obsèques de Soleimani

Paul De Florant : BOUAKE - Cote d'Ivoire - Ce que ne peut pas dire Emmanuel #Macron... Enquête et interview exceptionnelles de Politique-actu.com menée par JLPujo.…
sur « BOUAKE, un crime » - Entretien avec Maître BALAN - Côte d'Ivoire (Juin 2013)

Tags