Osons le dire

APPEL A TOUS LES GAULLISTES, REPUBLICAINS ET PATRIOTES ... "SUR LE DEVOIR DE RESTER NOUS-MÊMES" !

35960-drapeaufrancais-1v.jpg

[Cet Appel a été publié initialement en Novembre 2011, à l'initiative du Gaulliste Roland HUREAUX- Etant donné la période de confusion générale - philosophique et politique - que nous traversons, nous avons décidé de le publier à nouveau]

____

Le repli apparent des  idées que nous représentons, gaullistes, républicains, patriotes, plonge beaucoup d’entre nous dans une grande incertitude :  

- malgré  le référendum du 29 mais 2005, le traité de Lisbonne s’applique et  notre pays consent chaque jour à de nouveaux reculs de sa souveraineté ; les institutions de la Ve République sont gravement  altérées ;  

- un tourbillon de lois plus brouillonnes  les unes que  les autres affaiblit  l’Etat sans empêcher sa congestion, les Etats sont impuissants à surmonter la crise économique et à enrayer les inégalités grandissantes qui l’accompagnent,  voyant des élites qui tournent le dos à notre histoire,  les Français doutent de leur identité.

Face à ces évolutions, nos troupes se sentent faibles, éparpillées, sans perspectives.

La tentation est forte, dès lors,  chez certains d’entre nous, de droite ou de gauche, au motif de rechercher l’efficacité, de se rapprocher et, par là,  de se  fondre dans des entités auxquelles les sondages accordent plus de poids à cette heure, et qui peuvent,  pour avoir repris une partie de notre patrimoine, tenir des discours qui paraissent familiers. 

Nous devons résister à cette tentation.

En disant cela, nous ne voulons en aucune manière mêler  nos clameurs à celle des tenants inconditionnels d’un mondialisme sans frein qui, au motif de stigmatiser   des  formes caricaturales de la revendication nationale, veulent en réalité, ne nous y trompons pas,  discréditer la nation et les peuples en tant que tels et  faire obstacle aux régulations étatiques sans lesquelles il n’y a pas de projet social.

Pas davantage nous ne pensons en termes de tactique électorale, même si la montée des extrêmes porte le risque d’offrir au candidat du principal parti d’opposition une victoire facile qu’il ne  mérite pas.

Mais la tradition politique qui est la notre est plus qu’un courant ordinaire. Dans une époque qui a perdu ses repères, c’est, d’une certaine  manière,   la France de toujours qu’elle incarne.

Elle l’incarne à la fois  à l’égard de   nos concitoyens et à l’égard de  tous ceux pour qui, à travers le monde,  notre pays  demeure  une référence.

Même vis-à-vis  de ceux qui,  apparemment, ne partagent pas nos convictions, nous nous  devons de les garder sans mélange, sachant que, quelque part, ils nous en sont reconnaissants.

Aux  Français, nous devons d’abord de rester nous-mêmes.

Tant mieux si tel ou tel parti à court d’idées  -  il en est de tout bords - ,  emprunte tel de nos thèmes .

Les valeurs que nous défendons ne  sont-elles pas  celles  de    la France ?

Mais la flamme où les torches sont allumées,  nous seuls en demeurons les gardiens légitimes.

La politique ne se confond certes pas avec une liturgie commémorative. Le  but du combat politique est   de  gagner pour influencer dans le bon sens le destin de la communauté nationale à laquelle nous nous rattachons.  Mais  il est un temps pour tout.

Etre minoritaires dans la France d’aujourd’hui n’est nullement un déshonneur. C’est   le lot de tous les résistants. Le 18 juin 1940, d’autres l’étaient plus encore.

Cela ne signifie pas  que notre heure ne viendra pas. Et plus vite que beaucoup le pensent. La crise de  l’euro, prélude à son éclatement, et la remise en cause radicale des institutions européennes  qui s’en suivra, amènera inéluctablement   ceux qui n’ont jamais pensé hors de cet horizon idéologique, en plein désarroi,   à  se tourner vers nous.

Gaullistes, républicains, patriotes, restons nous mêmes, c’est ce que nous devons à la France et aux Français. Quand viendra l’heure, ils sauront que  nous sommes là. 

 ***

Premiers signataires :

Roland HUREAUX, Christophe BUGEAU, Jean ROBIN, Joëlle BONDUELLE, Michel ROBATEL, Bernard BEAUDET, Jean-Luc PUJO, Hélène LEQUIEN, Thierry DELBOS, Eric DUFOUR, François PATIER, Constantin MAVRAKIS, Hubert de CHAMPRIS, Thierry ROCHEFORT, Simon ARCHIPENKO, David SAFORCADA, François BERSAC...

Pour signer, envoyer un message à: 

roland.hureaux@orange.fr  ou christophe.bugeau@voila.fr

Partager

Derniers commentaires

Nathalie : MALI-NIGER. -Bilan catastrophique de l’engagement français des 13 dernières années – sur note confid. de JLPujo/PenserlaFrance - Le désastre…
sur Soldats morts au Mali : qui sont les 13 victimes ?

Paul De Florant : MALI - NIGER : Les Français totalement désinformés "Hommage. Triste pour ces Hommes. Pensées pour les familles. Nos gouvernants - #Sarkozy…
sur Soldats morts au Mali : qui sont les 13 victimes ?

Nathalie : GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire ! Préparez-vous, on recommence ! PARIS 16 novembre 2019 !…
sur "La Marseillaise" à l'Arc de Triomphe - 1er Décembre 2018 - GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire !

Alphonse Marie Louis : Merci M Pujo pour votre intervention que je rejoins. Par contre je ne pense pas qu'une réponse uniquement jacobine puisse sauver les Etats Nations.…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Paul De Florant : La France pleure les Kurdes après avoir trahi tous le monde dans la région… Bravo ! Comme le rappelle ce soir Jean-Luc Pujo - note…
sur La ministre française des Armées demande l'arrêt de l'opération militaire turque en Syrie

Tags