Actions Citoyennes

ENTRETIEN avec Jean-Luc Pujo, Président des Clubs « Penser la France » - dans Initiative Communiste – le journal du PRCF (Mai juin 2014)

106543-entretien-pujo-clic-rouge-a1a.jpg

***

1) Peux-tu nous présenter brièvement les clubs Penser la France et leur trajectoire à la fois anti-UE et antifasciste ?

« Penser la France  » est un mouvement politique patriotique républicain qui rassemble des patriotes de gauche et des patriotes de droite réaffirmant leur croyance et leur amour en la France, leur attachement à l’indépendance de notre pays.

Initialement, «Penser la France  » a été créé comme clubs de réflexion politique en 1991, rassemblant des jeunes gens – étudiants, salariés du secteur privé ou fonctionnaires – autour d’une question « Qu’est-ce que la France  ? ». Nous étions à la veille du référendum de Maastricht - moment politique particulier - et nous étions très surpris de voir la France - l’Idée France - abandonnée par tous les partis de gouvernement, idée laissée en déshérence, et donnée en viatique à la seule extrême droite française.

Jeunes français patriotes et républicains,  nous étions tout simplement orphelins.

Durant près de dix ans, nos militants – une centaine en France – ont poursuivi leurs engagements multiples et pluriels au sein des partis de gouvernement - de gauche comme de droite - tout en approfondissant leurs actions au sein des clubs « Penser la France  ».

Engagés pour le « Non » à la constitution européenne en 2005, nous avons vu cette victoire se fracasser sur le mur du Traité de Lisbonne, adopté en 2008 par le Parlement, en trahison totale du vote du peuple souverain.

Cette forfaiture – car il s’agit bien d’un manquement politique magistral commis par l’ensemble de la classe politique française contre le peuple souverain - nous a décidé de basculer en Radicalité.

Après cette trahison, plus rien ne pouvait être comme avant.

A compter de ce moment, nous avons pris plusieurs décisions dont la première a été de transformer les Clubs « Penser la France  » en mouvement politique patriotique puis de rompre avec tous les grands partis de gouvernement qui ont trahis la Nation.

Notre engagement politique s’est donc inscrit dans un schéma classique de mouvement de libération nationale.

La mort des partis politiques en France est maintenant actée. En choisissant l’option libérale, atlantiste et européiste les partis politiques français ont choisi de trahir la France. Ils sont tous devenus des « partis de l’étranger ».

L’extrême droite – quand à elle - nous est toujours apparue comme non seulement une dénaturation de l’Idée française à laquelle nous sommes foncièrement attachés, mais plus encore, comme l’option de secours d’un système de domination atlantiste qui a par ailleurs toujours assuré son financement.

Pour nous, la libération nationale de la France passe et passera – comme depuis toujours - par le Peuple.

Seul le peuple souverain pourra - s’il le décide - reprendre en main son destin.

Nous avons vocation à préparer, à éveiller et à accompagner ce grand mouvement de soulèvement populaire qui vient.

La France va enfin renouer avec sa grande histoire. Et combien nous pouvons être fiers de participer à cet accouchement, de voir d’ores et déjà nos élites trembler. Et c’est peu de dire combien ils ont peur.

Le dilemme qui approche est maintenant clair : soit le peuple se réveille et agit, soit la Nation est morte.

Nous faisons le pari du réveil de la Nation car la France – quel miracle ! – dispose toujours d’un grand peuple politique.

2) Pourquoi le « nouveau CNR » avec le M’pep et le PRCF ?

L’action politique de libération nationale que nous voulons porter doit s’appuyer sur une nouvelle force politique.

Initialement, et dès 2009, « Penser la France  » a entamé – ce, durant près de deux années - une démarche de prospection, ouvert de très nombreuses pistes politiques en allant à la rencontre de nombreux mouvements prétendument « en résistance ».

Cette phase exploratoire a été extrêmement enrichissante. La cartographie politique française nous est alors apparue dans toute sa complexité, avec ses plus étonnantes contradictions. Nous avons ainsi pu mesurer la présence de réseaux étrangers, les liens et les financements complexes de certains mouvements français.

Cette période exploratoire avait pour objectif de rencontrer des mouvements organisés et prêts à l’action sur des bases politiques larges mais toujours françaises et républicaines.

Nous pensons toujours que – fidèle à sa tradition – la rue française va parler tôt ou tard, puisque – de toute façon – les urnes ont été détournées et confisquées.

Cette quête enrichissante a été – il faut l’avouer – pleine d’embuches, mais nous avons été récompensés – doublement.

La rencontre avec les militants communistes du PRCF a été une immense bonne nouvelle.

Vrais militants communistes, préparés à la résistance, très structurés intellectuellement - ce qui n’est plus le cas des militants communistes du PCF-  nous avons rencontré ainsi de vrais militants et de vrais cadres en situation d’incarner l’aile patriotique de gauche.

Et quelle surprise de constater que les responsables du PRCF étaient dans une démarche identique dans notre direction : la rencontre étaient dès lors inévitable.

Je veux ici remercier Georges Gastaud pour son travail exceptionnel, la fidélité à ses engagements, son sérieux, son talent pédagogique et la qualité de sa vision historique. Enfin, sa compréhension fine du rapport dialectique liant nation et internationalisme en font un interlocuteur de très grande qualité.

Enfin, nous avons trouvé au sein du PRCF – Ô miracle - la flamme intacte de la Résistance française, en la présence de Monsieur Léon Landini.

Tous ces éléments ont permis que se nouent immédiatement des liens très riches entre « Penser la France  » et le PRCF.

Ainsi, vous le comprenez, la rencontre avec le PRCF reste pour nous la très grande bonne nouvelle de ces dernières années.

De cette rencontre est née une force qui s’est ensuite enrichie d’une nouvelle rencontre : celle d’avec les militants et les cadres du MPEP dont les préoccupations économique et sociale, l’ouverture aux problématiques internationales … résonnent étonnamment avec les nôtres.

Ensemble, nous formons la base solide et extensible d’une refondation politique française pleine de promesses.

Dans cet esprit, « Penser la France  » effectue les démarches identiques vers les réseaux gaullistes qui – en situation de délitement avancés – n’en restent pas moins porteur d’un message et d’une vision absolument nécessaire et complémentaire pour notre entreprise de libération nationale.

***

Aujourd’hui, nous devons travailler à faire émerger une union patriotique réunissant des patriotes de gauche et des patriotes de droite au sein d’une force dynamique et populaire, nationale et républicaine.

Nous devons pour cela nous inspirer de l’immense élan du Conseil National de la Résistance.

Non seulement, le CNR historique a réussi l’alliance entre des forces patriotiques des deux rives au nom de la France - C’est précisément ce que nous visons - mais qui plus est, l’esprit de son combat doit inspirer le nôtre.

Nous devons – nous aussi - entrer dans une démarche de résistance totale pour libérer la Nation face à un système imposé dont l’ambition - à peine dissimulée - a pour but de détruire la France et de soumettre son peuple à une logique libérale importée anglo-saxonne dont les Français ne veulent pas.

Enfin, il faut le redire, le programme du CNR est d’une actualité et d’une modernité saisissante, qui allie l’égalité et la liberté dans un équilibre subtil entre démocratie sociale et indépendance nationale.

3) Comment selon toi ancrer l’alternative franchement progressiste et républicaine dans la peuple de France ?

C’est bien sûr la question essentielle et la plus complexe des questions.

Il me semble que notre démarche éminemment politique – comme toute démarche de refondation politique – appelle une action en trois points qui doivent être développés concomitamment.

1 – Il faut d’abord montrer – démontrer – le lien intrinsèque qui existe entre la situation économique, sociale et politique de chacun et la situation de tous. Il faut donc expliquer la complexité de nos situations respectives ce qui demande de faire œuvre de grande pédagogie et de patience.

2 – Il faut ensuite déconstruire les raisonnements qui accompagnent le capitalisme mondialisé et la société libérale qui nous est imposée ; en montrer les limites, en faire surgir les contradictions, la folie ; et ainsi révéler le danger encouru par chacun d’entre nous, par nous tous.

3 – Enfin, il faut montrer la voie de l’alternative : expliquer les équilibres nouveaux à trouver ; les forces à fédérer tant à l’échelle humaine qu’à l’échelle internationale.

Il faut notamment tracer les perspectives d’une nouvelle organisation mondiale possible en s’appuyant sur les forces régionales qui - partout dans le monde -  préparent d’ores et déjà l’alternative à cette logique mondialisée devenue insupportable pour les peuples et pour les nations.

Dans le combat immense qui est le nôtre, je reste optimiste car je crois toujours dans le peuple français, dans sa capacité au « beau sursaut de la colère ».

A nous maintenant de construire et d’ouvrir les chemins en avançant.

___

SOURCE :

http://www.initiative-communiste.fr/

[Nous remercions le journal Initiative Communiste et les camarades du PRCF]

Partager

Derniers commentaires

Paul De Florant : TEXTE de Salvador ALLENDE - "Une Ôde au Combat !" Immense leçon. : Seguramente ésta será la última oportunidad en que pueda dirigirme a ustedes.…
sur 11 septembre : "Ultimo Discurso de Salvador Allende" 1973 -

patbel33 : La déforestation... Sujet plus que brulant, puisque l'arbre, la forêt est le consommateur de ce fameux CO2 que tout le monde utilise pour nous…
sur Brésil : la déforestation multipliée par quatre en juillet

Anne-Marie : Vincent LAMBERT : Notre faillite philosophique et spirituelle est totale. JLPujo - 3 juillet 2019. "Vincent LAMBERT a témoigné d'un non-abandon,…
sur « Vincent LAMBERT est un Homme qui vit ! » (Communiqué de PENSER LA FRANCE)

Nathalie : Affaire Vincent Lambert : la Cour de cassation sommée de mettre fin à la cacophonie - 28 juin 2019 - Attente d'une Cour de Cassation aux aboies.…
sur « Vincent LAMBERT est un Homme qui vit ! » (Communiqué de PENSER LA FRANCE)

Benjamine : STOP GPA - Appel mondial pour L’ARRÊT IMMÉDIAT DE LA GESTATION POUR AUTRUI ! SIGNEZ LA PETITION...…
sur "PMA, GPA : La controverse juridique" Aude MIRKOVIC – Critique de JLuc Pujo

Tags