Elus & Maires

« L'euro: quousque tandem? » [1] Jacques MYARD, député

3675-cnr-myard-2.jpg

Une crise en cache malheureusement une autre. S'il est légitime que les politiques et les économistes aient grandement focalisé leur attention sur la crise financière internationale,  dont l'ampleur est inédite, ils doivent cependant ouvrir les yeux et prendre en compte la nouvelle crise qui s'annonce: le choc asymétrique au sein de la zone euro.

Contrairement à la vérité officielle assénée lors de la mise en place de l'euro, les économies des Etats membres de l'Union européenne, loin de converger, divergent. En effet, depuis des années, la Banque Centrale Européenne a «  calé » sa politique monétaire sur la situation de l'Allemagne, économie dominante de la zone euro. Première exportatrice mondiale, la puissance allemande a tiré  l'euro vers le haut. Ces dernières années, la monnaie européenne s'est appréciée au delà du raisonnable à l'égard de toutes les monnaies internationales, dollar, yuan, yen, mettant en péril la compétitivité de nombreuses économies des Etats de la zone euro, ce qui explique en grande part leur faible croissance économique.

Un récent rapport du rapport du Conseil d'analyse économique ([2]) démontre que selon le modèle Orex, une appréciation de 10% de l'euro par rapport à toutes les monnaies coûte environ 1,1 point de PIB à la zone euro au bout d'un an. Selon le modèle Nigem, la perte de PIB serait d'un point de PIB au bout de deux ans et de 1,5 à 2 points après quatre ans.

La situation de l'Espagne, du Portugal et de la Grèce ne cesse de se détériorer. La Grèce a vu ses obligations d'Etat être dégradées et notées A- , l'écart avec les obligations allemandes atteignant un record historique de 253 points de base. Quant à l'Espagne et au Portugal, leurs déficits  commerciaux s'élèvent à 10% de leur PIB, du jamais vu!

Cette situation désastreuse était cependant prévisible dès lors que l'euro est une monnaie parfaite pour un monde parfait, qui n'existe pas, comme je l'avais fait remarqué à Jean-Claude Trichet, alors gouverneur de la Banque de France, lors de la mise en place de l'euro.

Aujourd'hui, face à un développement aussi asymétrique des économies des Etats au sein de la zone euro, l'alternative est simple.

Selon une première hypothèse, les Etats riches, essentiellement l'Allemagne et, dans une moindre proportion la France, aident massivement et surtout durablement  les Etats en situation de déficit structurel pour qu'ils puissent faire face. Il s'agit là d'une hypothèse bien connue des économistes : une Union monétaire entre économies asymétyriques conduit inéluctablement à une sorte d'union de tranferts des plus riches vers les plus pauvres, même si, en l'occurrence, les traités  n'ont prévu aucune disposition à cette fin. Ce fut, notamment, le cas de la Tchécoslovaquie, morte le jour où la riche Tchéquie se refusa à payer pour la Slovaquie. Lorsque l'on sait les négociations épiques entre Etats européens lors de l'élaboration des perspectives budgétaires de l'Union, qu'il nous soit permis de douter de la volonté des plus riches, eux-mêmes plongés dans la tourmente économique, d'accepter de payer!

La deuxième choix, plus réaliste, est celui qui prévalut pour la Grance-Bretagne en 1992. Financièrement acculée, elle sortit du Système monétaire européen, l'ancêtre de l'euro. En l'occurence, le risque d'une sortie de l'euro est bien ce qui se profile pour l'Espagne, le Portugal et la Grèce malgré toutes les déclarations officielles tonitruantes  sur le mode du jadis «  nous ne dévaluerons pas... ».

            Mais une troisième possibilité doit être envisagée en dernier ressort. Si la solution ne vient pas des Etats les plus faibles, il se pourrait que l'Allemagne choisisse de  sortir de l'euro.  Une telle perspective bouleverserait évidemment dans ses fondements non seulement économiques mais aussi politiques le système mis en place au moment de la création de l'euro.

Est-ce là une hypothèse si farfelue? Une chose est  certaine, la cohabitation entre l'Allemagne, économie dominante de la zone euro, et les Etats à économies faibles ne peut perdurer, et ce d'autant moins que les pays riches ne sont pas prêts à allouer aux pays faibles des crédits massifs et de manière durable.

Jacques Myard député - président du Cercle Nation et République

SITE OFFICIEL du Cercle Nation et République : http://www.nationetrepublique.fr/



[1]    Jusqu'à quand? selon la fameuse apostrophe de Cicéron à Catilina « Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra? »

[2]    Politique de change de l'euro par Michel Didier, Agnès Bénassy-Quéré, Gilles Bransbourg et Alain Henriot, 16.12.2008

Partager

Derniers commentaires

Anne-Marie : #Macron : une diplomatie adolescente ? comme l'écrit JLPujo. Macron a réussi a fâcher la #France avec presque le monde entier : Avec #Poutine…
sur Entretien Macron-Poutine: situation dans le Donbass et crise migratoire à l'ordre du jour

Paul De Florant : 17 octobre 1961 : rétablir la Vérité. Relire l'article exceptionnel de Bernard Lugan que je poste en commentaire. Pourquoi ce pays que l'on…
sur "Souvenons-nous du 17 octobre !" Par Jean Daniel (ATTENTION Exceptionnel !)

Cincinnatus : Les esclaves sous controle #OTAN se rebiffent ? Tu peux toujours danser …le Bigouden ! Pauvre #LeDrian ! Pauvre #Macron ! Pauvre #France !…
sur Sous-marins australiens: «Après la rupture du “contrat du siècle”, ce que nous devons faire sans attendre»

Avis-de-deces.com : Jean-Paul Belmondo sait mélanger les genres en tournant "Pierrot le fou" de Godard ou encore "La Sirène du Mississipi" de François Truffaut.…
sur « Jean-Paul #Belmondo, une figure française ! » (Penser la France)

Anne-Marie : Encore du nouveau sur le 11 septembre ... en 2021 ! "FBI desclasifica nuevos documentos sobre atentados del 11S" Implication de l'Arabie-Saoudite…
sur « Les conséquences politiques des attentats fabriqués du 11 septembre 2001 » par Jean-Luc Pujo, président des Clubs « Penser la France »

Thématiques : AFGHANISTAN - AFRIQUE - Agriculture - ALGERIE - Algérie - Alimentation - ALLEMAGNE - Amérique Centrale - Amérique du Sud - ANGLETERRE - Armée française - ARTS & CULTURE - ASIE - BANQUE MONDIALE - BAYROU - BRESIL - Catholicisme - CENTRE AFRIQUE - CHEVENEMENT - CHINE - CHINE - Christianisme - CNR - Communisme - CUBA - Défense - Demographie - Diplomatie française - DROIT - Ecologie & environnement - Economie - EDUCATION - Egalité Femme & Homme - Election Européenne - Elections régionales - Energie - Environnement - ESPAGNE - EURO - Européenne 2019 - Fiscalité - FMI - France-Allemagne - Francophonie - francophonie & Langue française - Gaullisme - Guadeloupe & Martinique - HISTOIRE - HOLLANDE François - Humanisme - Immigration - INDE - INDE - INSTITUTION - IRAK - IRAN - ISLAM - Islamisme - ISRAEL - ISRAËL & PALESTINE - ITALIE - JAPON - Judaisme - JUPPE - Justice - Justice - Laïcité - Laicité - Législative 2017 - LEPEN - LIBAN - Libéralisme - LIBYE - Lutte Sociale - MACHREK - MACRON - MACRON - MAGHREB - Maison de France & Monarchie - MALI - MEDIAS - MELENCHON - MER - MUSIQUE - Nations d'Europe - OCS - OCS - OMC - ONU - ONU - Nations Unies - OTAN - OTAN - PAKISTAN - PALESTINE - Patriotisme - Penser la France - POLICE & Sécurité - Présidentielle 2017 - Présidentielle 2022 - Protestantisme - Protestantisme - QUEBEC - QUEBEC - Relations Internationales - Religion - RELIGION - RUSSIE - RUSSIE - RUSSIE - RUSSIE - SANTE - SANTE - SARKOZY - Sciences & Recherche - SERVICE PUBLIC - SPORT - Syndicats - SYRIE - TURQUIE - UKRAINE - Union européenne - USA - USA - VENEZUELA - VENEZUELA

Tags