Elus & Maires

En Ariège, au pays du socialisme « congelé » !

88419-ariege-couleur-automne-1.jpg

En Ariège, au pays du socialisme « congelé »

 |  PAR MATHIEU MAGNAUDEIX

Archicentralisation du pouvoir, cumul des mandats locaux, fonctions transmises de façon héréditaire, entre-soi... l'Ariège, un des départements les plus socialistes de France, offre une surprenante panoplie de pratiques politiques contestables. Sans compter les affaires

Partage 

  • FAVORI
  • RECOMMANDER
  • IMPRIMER
  • ARTICLE EN PDF
 
  •  Offrir l'article

À Foix, chef-lieu de l'Ariège, deux citadelles dominent le centre-ville : le château fort médiéval, haut lieu du tourisme local, et l'hôtel du conseil général, planté en haut d'une colline. C'est là que règne Augustin Bonrepaux. Sur la scène nationale, le président socialiste du conseil général de l'Ariège, 76 ans dont 47 années de politique, surtout connu pour son inlassable combat contre la réintroduction des ours dans les Pyrénées, n'est pas vraiment un politique de premier plan. Mais dans ce département de 160 000 habitants (un des moins peupléset des plus pauvres de France), M. Bonrepaux père est une sommité, crainte et incontournable. Ici, lui et ses alliés font la pluie et le beau temps.

Fin 2013, l'homme fort du département a disparu de la circulation pendant trois bonnes semaines. « Blessure à la jambe »a écrit la presse locale, laconique. Certains responsables socialistes évoquaient en aparté un accident plus grave. Pendant trois semaines, l'état de santé du président du conseil général fut un secret d'État. Quelques-uns affirmaient qu'il ne reviendrait jamais. Jeudi 19 décembre, à la faveur d'une réunion du puissant syndicat des eaux, Augustin Bonrepaux a fait son retour, appuyé sur une canne. « Je chasse l'isard (une sorte de chamois, ndlr) : cette bestiole se cache dans les roches difficiles, explique Bonrepaux, joint par Mediapart le jour de son come-backMon fusil a accroché la roche, j'ai eu le fémur brisé en trois endroits, ai dégringolé de 40 mètres, par miracle je ne suis pas mort. » A-t-il fait un accident vasculaire cérébral, comme l'affirment certains ? Pirouette : « Je n'ai pas perdu la mémoire. »

Foix. Siège du conseil général de l'Ariège.Foix. Siège du conseil général de l'Ariège. © M.M.

Au pied des Pyrénées, l'Ariège rurale et montagnarde est un des départements qui votent le plus socialiste lors des scrutins nationaux, avec des poussées au premier tour à plus de 60 % dans certains villages. « Ici, ça résiste bien. On est le village normand des socialistes ! » s'amuse Marc Carballido, vice-président de la région Midi-Pyrénées, ancien premier fédéral du PS. Le résultat d'une « tradition républicaine et laïque » dans cette terre de culture paysanne et ouvrière.

Le PS local compte 1 200 adhérents, jolie performance pour ce petit département. Il détient 19 des 22 sièges au conseil général, les trois mandats de parlementaires (dont le président du Sénat, Jean-Pierre Bel), de nombreuses communes et intercommunalités, les villes de Foix et de Lavelanet – Pamiers est le fief du centriste André Trigano (à 88 ans, celui-ci est candidat à sa réélection aux municipales de 2014).

Augustin BonrepauxAugustin Bonrepaux © DR

Dans cette petite principauté socialiste, les332 communes, dont certaines ne comptent que quelques habitants, sont très dépendantes de la manne financière du département (47 millions d'investissement, dont un tiers va à l'aide directe aux projets communaux, sans compter les aides aux associations et les prestations sociales).

L'intervention de la puissance publique permet certes de réduire les inégalités mais elle crée aussi un vaste réseaux d'affidés, ou au moins d'élus qui ne font pas trop de vagues pour ne pas risquer de déplaire. « On est encore sur un système IIIe République, radical-socialiste, très fermé, avec une hégémonie PS sur des territoires ruraux où la puissance publique est très présente », commente Gérald Sgobbo, maire (divers droite) de Villeneuve-d'Olmes, une ville proche de Lavelanet, le "fief" de Jean-Pierre Bel.

« Le système politique de l'Ariège, fondé sur un clientélisme qui s'appuie sur le maillage des petites communes, ouvrier de gauche, est congelé. Ici, c'est plus la RDA que le PS », ajoute, lapidaire, Michel Teychenné. Ancien fédéral du PS local, chef de file de l'opposition de gauche à Pamiers, cet ancien conseiller de Lionel Jospin accusa en 2010 le parti socialiste ariégeois de l'avoir écarté des listes aux régionales pour cause d'homophobie. Il fut alors frappé, traité de« sale pédé » par de « faux militants » – Augustin Bonrepaux l'a toutefois fait condamner pourcomplicité de diffamation.

Teychenné, proche de Vincent Peillon et qui fut chargé dans la campagne de François Hollande des questions LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans), ferraille depuis des années contre « la PME qui dirige le département en défendant les intérêts de ses actionnaires et de ses héritiers ».

Si de telles pratiques existent ailleurs, l'Ariège offre de fait un surprenant condensé de pratiques politiques contestables : archicentralisation du pouvoir, cumul des mandats locaux, fonctions politiques transmises de façon héréditaire, faible renouvellement du personnel politique, etc.

Dynasties

Le patron, c'est donc Augustin Bonrepaux, incarnation du baron local cumulant mandats et influences. Conseiller général depuis 1976, député de 1981 à 2007 (il fut un bref président de la commission des finances de l'Assemblée nationale), Augustin Bonrepaux est président du conseil général depuis 2001.

Il est aussi maire adjoint d'Ax-les-Thermes (après en avoir été maire), vice-président de la communauté de communes. Et encore président du syndicat départemental des eaux (SMDEA, une régie qu'il a créée en 2005) et vice-président du SDCEA, le syndicat d'électrification : deux structures intercommunales dont les interventions sont cruciales pour les petites communes.« Je ne perçois que mon indemnité de président du conseil général, 3 675 euros net par mois », assure Bonrepaux, qui dit renoncer aux autres. Mais l'empilage des mandats lui permet d'avoir un œil sur tout. Ce type de cumul des mandats locaux n'est pas limité par la future loi sur le cumul des mandats qui entrera en vigueur en 2017. 

Augustin Bonrepaux affirme qu'il passera la main aux cantonales de 2015. « Je n'ai pas l'intention de me représenter », dit-il. Prudence : il a déjà fait le coup, s'amusent les connaisseurs de la vie politique locale. D'ailleurs, ne va-t-il pas rempiler en 2014 sur la liste municipale PS à Ax-les-Thermes ?

Bonrepaux père a donc la politique dans le sang, et il a transmis la passion de l'intérêt général à ses fils : Jean-Christophe Bonrepaux, maire de Saint-Paul-de-Jarrat et président de la communauté de communes de Foix, est l'actuel premier fédéral du PS ariégeois. « Il s'intéresse à la chose publique, a été désigné par les militants… il n'a pas le droit ? C'est inscrit où dans la Constitution ? », s'agace le père.

Le bureau fédéral du PS ariégeois compte d'ailleurs plusieurs « proches du Château », dixit un élu local : outre Jean-Christophe Bonrepaux, le directeur du développement économique du conseil général, par ailleurs trésorier du PS départemental ; la secrétaire générale de la mairie de Foix ; un assistant parlementaire de député ; le secrétaire général d'une mairie, etc. 

Bonrepaux fils est souvent cité pour remplacer son père – lui nie farouchement : « Je ne pense pas me présenter aux cantonales, et pas du tout à la présidence du conseil général », dit-il. L'autre fils, Philippe, est directeur de l'éclairage public et de l'énergie du SDCEA, dont le vice-président est... son père. « Il est ingénieur... Il aurait pu être recruté en Haute-Garonne, dans le Tarn, il a préféré l'Ariège. Il a le droit ou pas ? », demande à nouveau Augustin Bonrepaux. 

Évidemment, il a le droit. Mais on a aussi le droit de constater que la famille est si sacrée dans le département que places et mandats semblent se transmettre par hérédité.

Prenez Frédérique Massat, conseillère générale et députée de Foix. Elle a pris en 2002 la circonscription législative d'Augustin Bonrepaux. Son père, René Massat, ex-vice-président du conseil général, a été député de l'autre circonscription de l'Ariège (1985-1986, puis 1988-1993). Avec son compère Bonrepaux, Massat tire toujours, à 79 ans, les ficelles de la politique locale. Il reste (notamment) vice-président du syndicat des eaux et préside depuis des lustres le syndicat d'électrification (SDCEA)… où sa fille Frédérique, adjointe au maire PS de Foix depuis 1989(elle avait alors 25 ans), a été embauchée en 1993.

L'autre député, Alain Fauré, était jusqu'en 2012 le suppléant d'Henri Nayrou, conseiller général (socialiste) depuis trente ans, qui représenta l'Ariège à l'Assemblée nationale de 1997 à 2012. Nayrou s'était lancé en politique en 1983, à la mort de son père Jean, sénateur de l'Ariège de 1955 à 1980. Henri Nayrou devrait quitter la vie politique l'an prochain.

Quant au sénateur Jean-Pierre Bel, un proche de François Hollande devenu président du Sénat en 2011, il a gravi un à un les échelons de la vie politique locale (conseiller régional, premier fédéral du PS, conseiller général, maire de Lavelanet en 2001, sénateur en 2008) et nationale. Grâce à ses qualités personnelles, sans doute, son amitié avec Lionel Jospin à coup sûr. Mais aussi grâce à l'aide précieuse de son beau-père, Robert Naudi, qui fut président du conseil général de 1985 à 2001.

Jean-Pierre Bel, président du SénatJean-Pierre Bel, président du Sénat © Reuters

Faut-il donc être un héritier pour faire de la politique dans l'Ariège ? Jean-Pierre Bel n'apprécie pas la question « C'est un petit département, les gens se connaissent mieux, c'est comme ça. Mais c'est un problème qui ne concerne pas que l'Ariège : regardez la famille Debré ! D'ailleurs les commentaires sont souvent injustes : les gens concernés s'investissent beaucoup. » Jean-Christophe Bonrepaux jure que le PS local fait des efforts pour « se renouveler », mais admet aussi que la « reproduction sociale » joue à plein : « La société n'offre pas la possibilité à des gens qui ne sont pas bercés par une certaine culture politique de s'impliquer. » « Dans ce département, on a longtemps considéré que les positions se donnaient par héritage », concède Kamel Chibli, conseiller municipal de Lavelanet qui travaille aujourd'hui avec Bel au Sénat.

En réalité, seuls de rares élus s'érigent contre ces pratiques politiques. Toujours un peu les mêmes d'ailleurs, au risque de passer pour des aigris ou des énervés. « Massat, Bonrepaux et leurs apôtres cadenassent tout le département. Tout le monde leur doit quelque chose », s'indigne Michel Barre, maire UDI d'Ignaux, ancien militant socialiste devenu l'opposant local d'Augustin Bonrepaux à d'Ax-les-Thermes.

Affaires

Le syndicat des eaux (SMDEA), « bras séculier » du conseil généralLe syndicat des eaux (SMDEA), « bras séculier » du conseil général © M.M.

En aparté, on entend les traditionnelles petites histoires de piston, sans savoir quelle est l'ampleur exacte du phénomène : telle fille de maire recrutée à la communauté de communes puis au conseil général, telle personne embauchée dans un syndicat « parce qu'elle a la carte »du PS, etc.

Certains racontent aussi l'unanimisme des assemblées générales des syndicats de l'eau (SMDEA) ou d'électrification (SDCEA), tenus par le duo Bonrepaux-Massat. « Si vous n'êtes pas d'accord, vous avez 200 regards qui se tournent vers vous… il faudrait au moins des votes à bulletins secrets », dit Benoît Alvarez, maire (divers gauche) de Montgaillard, dans l'opposition au conseil général.

« Le SMDEA est le bras séculier du conseil général », assure Michel Teychenné. Quant au SDCEA,« c'est l'éclairage public, l'enterrement des réseaux… il tient tous les maires. Dès que vous êtes affilié, vous êtes obligé de passer par eux », soutient Michel Barre. Le maire d'Ignaux est en conflit depuis des mois avec le SMDEA, qui lui réclame une facture impayée. « Il a transféré sa compétence mais veut garder le pouvoir, ce n'est pas compatible », rétorque un dirigeant du syndicat. Barre assure qu'il s'agit d'une vengeance. « Ils ont tout fait pour me trouver un problème. »

Michel Barre affirme aussi que sa commune ne touche plus un euro de subventions du conseil général depuis qu'il est entré en dissidence. « Évidemment, on ne vous le dit pas comme ça... mais le fait est qu'on ne prend pas en considération les projets de ma commune », assure aussi Benoît Alvarez. Son crime à lui ? Avoir battu aux cantonales de 2008 une figure du PS ariégeois,Guy Destrem, après l'avoir surpris en train de bourrer une urne. Destrem est mort en 2011 : depuis, la fédération ariégeoise du PS a inauguré dans ses locaux une salle à son nom.

« Ceux qui vous disent qu'ils sont privés de subventions ont le droit de le dire, mais qu'ils fassent des réclamations ! Je n'en ai reçu aucune. D'ailleurs, je constate qu'ils ne sont pas très nombreux », rétorque Bonrepaux père.

En aparté, plusieurs élus l'assurent pourtant : le vent est en train de tourner. Et le « système »est en train de perdre de sa vigueur. Avec la montée en puissance de la région Midi-Pyrénées, le département perd peu à peu de ses prérogatives et les crédits du conseil général s'amenuisent. La partie nord du département, insérée à la quatrième couronne toulousaine, est par ailleurs en train de se normaliser politiquement, avec la confirmation de bastions de droite et des poussées du Front national. 

Et puis il y a ce PS local qui se divise. À Lavelanet, les héritiers de Jean-Pierre Bel se déchirent. Son successeur, Marc Sanchez, a été condamné à 2 500 euros d'amende pour prise illégale d'intérêts. Depuis, il a quitté le PS, mais sera à nouveau candidat à la mairie en mars. Sans aucun socialiste face à lui. Jean-Pierre Bel a mis tout le monde d'accord : « Il y a quelques semaines, j'ai vu les uns et les autres. Il y aura une seule liste à Lavelanet, elle sera menée par Marc Sanchez et toute la gauche y sera », assure-t-il. Pas question que le président du Sénat prenne le risque de perdre son fief – Bel n'aime pas ce mot. Il dit : « C'est féodal. »

À Pamiers, Michel Teychenné vient de quitter le PS avec fracas après une primaire interne qu'il conteste. Il conduira en mars 2014 une liste municipale dissidente, peut-être avec les écologistes et le Front de gauche. À Foix, le chef-lieu du département, la gauche part elle aussi divisée. 

Les nouvelles règles d'élection du conseil général à partir de 2015 pourraient aussi bouleverser le paysage politique. Jusqu'en 2011, le conseil général était uniquement masculin. Aujourd'hui,il n'y a que trois élues sur 22 (voir ci-dessous), et de nombreux conseillers, élus parfois depuis des décennies, cumulent avec un mandat de maire et de président d'intercommunalité.

Le conseil général de l'Ariège : 19 hommes... 3 femmes. Cliquer pour agrandirLe conseil général de l'Ariège : 19 hommes... 3 femmes. Cliquer pour agrandir © CG Ariège

En 2015, conséquence d'une loi votée l'an dernier, le nombre des cantons sera réduit à 13 et les électeurs voteront pour un binôme homme-femme. « Le renouvellement du conseil général, qui modèle la structure des baronnies locales, va apporter une bonne dose de sang neuf et donner une meilleure image à nos électeurs », espère Kamel Chibli. À condition que les futures conseillères générales ne soient pas toutes issues du sérail.

« J'ai failli me tuer il y a quelques semaines, alors vous comprenez que je sois serein... »

Les affaires pourraient aussi précipiter la fin de l'ère Bonrepaux. En octobre 2012, le patron du département et deux de ses proches, Pierre Peyronne et Christian Loubet, ont été mis en examen par un juge d'instruction de Toulouse. En cause, des soupçons de favoritisme sur un marché public de 40 000 euros attribué par la communauté de communes d'Ax-les-Thermes à CRP Consulting, société alors dirigée par Pierre Peyronne, actuel maire d'Ax-les-Thermes. Selon un rapport de la chambre régionale des comptes, le marché a été passé « dans des conditions de publicité et d’analyse des offres très différentes et très insuffisantes ». Les magistrats évoquent un « traitement particulier », un marché « pas conforme aux intérêts de la communauté de communes ».

Augustin Bonrepaux a par ailleurs été mis en examen dans le cadre d'un autre marché, un audit d'environ 36 000 euros passé par le syndicat des eaux départemental qu'il préside, lui aussi attribué à CRP. Le SMDEA fait actuellement l'objet d'un rapport de la cour des comptes régionale. D'après nos informations, le prérapport, qui a été communiqué au syndicat le 19 novembre, met en avant des problèmes de gestion et pointe la situation financière périlleuse de la régie. « Je ne connais pas précisément les dossiers, mais j'ai une confiance personnelle en Augustin Bonrepaux, insiste Jean-Pierre Bel. Ce n'est pas parce qu'il y a une instruction qu'il faut décapiter les gens. Quand on est élu, on prend quelquefois des risques qui vous exposent mais ce n'est pas de la malhonnêteté. »

À la presse locale (qui ne le contredit guère), Augustin Bonrepaux affirme souvent que le juge toulousain chargé du dossier ne lui a pas signifié le motif de sa mise en examen. Étrange : le président du conseil général est bien soupçonné par le juge toulousain Philippe Guichard d'avoir « procuré ou tenté de procurer à la SA CRP Consulting un avantage injustifié (...), en l'espèce l'octroi de deux marchés publics ». L'article 432-14 du code pénal relatif au délit de favoritisme est bien cité dans le courrier signé de la main du juge où Augustin Bonrepeaux s'est vu signifier sa mise en examen :

Cliquer pour agrandir.Cliquer pour agrandir.

Selon nos informations, la chambre régionale des comptes vient par ailleurs de lancer un rapport sur le conseil général lui-même. Au cours de leur enquête, les magistrats vont s'intéresser tout particulièrement à la rocambolesque affaire du Capi, le "Club ariégeois Pyrénées investissement", une structure de lobbying créée dans l'orbite du conseil général, dont l'ancien responsable financier a déjà publiquement pointé les multiples dérives : dessous-de-table, réceptions fastueuses aux frais du contribuable ariégeois, transferts de fonds douteux, etc. Le Capi, qui fut dirigé par Alain Juillet, un ancien directeur du renseignement à la DGSE, a été dissous en 2012.

« Au sujet du Capi, je ne crains rien. Nous l'avons financé, et quand nous avons vu que ça tournait mal, nous l'avons supprimé, rétorque Augustin Bonrepaux. J'ai failli me tuer il y a quelques semaines, alors vous comprenez que je sois serein... »

Dans cette affaire, une plainte contre X... a été déposée par le Cercle Lakanal, animé par l'ancien journaliste Michel Naudy (décédé en 2012). Pour l'instant, elle n'a pas eu de suite judiciaire. Le rapport de la chambre régionale des comptes sur le conseil général, lui, est attendu fin 2014. Juste avant les prochaines cantonales.

Après une dizaine de jours et plusieurs relances, Augustin Bonrepaux a fini par me transmettre par courriel sa mise en examen, datée du 23 octobre 2012. Il y est fait explicitement référence au délit de favoritisme, prévu par l'article 432-14 du code pénal, passible de deux ans de prison et 30 000 euros d'amende.

SOURCE:

http://www.mediapart.fr/article/offert/8752e00d54c59f42ece90214e5687895

[Merci à Léon-Pierre ]

Partager

Mot clés : socialisme - ariege

Derniers commentaires

Nathalie : MALI-NIGER. -Bilan catastrophique de l’engagement français des 13 dernières années – sur note confid. de JLPujo/PenserlaFrance - Le désastre…
sur Soldats morts au Mali : qui sont les 13 victimes ?

Paul De Florant : MALI - NIGER : Les Français totalement désinformés "Hommage. Triste pour ces Hommes. Pensées pour les familles. Nos gouvernants - #Sarkozy…
sur Soldats morts au Mali : qui sont les 13 victimes ?

Nathalie : GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire ! Préparez-vous, on recommence ! PARIS 16 novembre 2019 !…
sur "La Marseillaise" à l'Arc de Triomphe - 1er Décembre 2018 - GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire !

Alphonse Marie Louis : Merci M Pujo pour votre intervention que je rejoins. Par contre je ne pense pas qu'une réponse uniquement jacobine puisse sauver les Etats Nations.…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Paul De Florant : La France pleure les Kurdes après avoir trahi tous le monde dans la région… Bravo ! Comme le rappelle ce soir Jean-Luc Pujo - note…
sur La ministre française des Armées demande l'arrêt de l'opération militaire turque en Syrie

Tags