Elus & Maires

"Comment l’Ecole peut-elle contribuer à relever le défi de l’intégration?" Jean-Pierre CHEVENEMENT

5793-res-publica-2.jpg

Intervention de Jean-Pierre Chevènement au colloque de la Fondation Res Publica, L’Ecole au défi de l’intégration républicaine, 27 novembre 2017.

Mes remerciements vont bien évidemment d’abord aux intervenants dans ce colloque auquel la Fondation attache une particulière importance à la mesure des enjeux de l’Education et des défis auxquels notre pays est confronté. 

L’importance du sujet nous a fait choisir d’y consacrer une après-midi entière de 14h30 à 19h, autour de deux tables rondes. 
J’introduirai la première et laisserai Marie-Françoise Bechtel, vice-présidente de la Fondation, le soin d’animer la seconde. 

La tâche de l’Ecole républicaine est de former des citoyens. Dans les programmes de 1882, l’instruction morale et civique vient en tête. 

I. L’hétérogénéité croissante de la société française actuelle nourrit la crise de l’Ecole républicaine. 
Cette hétérogénéité s’est cristallisée sur la jeunesse née de l’immigration, pourtant elle-même extrêmement diverse, comme le montrent les enquêtes et travaux réalisés par le lycée Le Corbusier d’Aubervilliers. 

1974. Le regroupement familial a changé la nature de l’immigration moins de travail que de peuplement. Or c’est aussi la fin des « Trente Glorieuses » et le début d’une crise économique marquée par l’apparition d’un chômage de masse durable qui frappe particulièrement les jeunes. 

1981. Vénissieux. Les Minguettes s’enflamment alors que la gauche vient d’arriver au pouvoir.« La Marche des Beurs » manifeste la pérennité de la croyance aux valeurs d’égalité de la République.

Jacques Berque (1982, « La Recherche au service du développement ») fait en 1985 à ma demande un nouveau rapport intitulé « L’immigration à l’Ecole de la République ». Il prônait une « transformation du système éducatif propre à enrichir la culture nationale dans son ensemble par l’apport des cultures méditerranéennes », sans rien concéder au « droit à la différence » qui aboutirait à une « ségrégation de l’allogène ». Bref une « France à la fois ouverte et structurée ». Le Professeur Moatassime dans une annexe suggérait d’écrire « une nouvelle Histoire andalouse de demain », dans une « Méditerranée latino-arabe… »
Les orientations de ce rapport qui mettait l’accent sur l’irréversibilité d’un phénomène appelé à se développer et sur la nécessité d’une vue prospective pour gérer le système éducatif (ne pas subir : anticiper cette « face islamo-méditerranéenne de la mondialisation ») n’ont pas été prises en compte. 

1989. L’affaire du voile soldée en 2004 : 15 ans d’errements. 

2001. La Marseillaise sifflée au Stade de France. 

2004. Rapport Obin : élèves se déclarant de nationalité non pas française mais musulmane. Le problème du sentiment d’appartenance est posé. 

2005. Crise dite « des banlieues » avec en arrière-plan des tensions croissantes avec et au sein du monde arabo-musulman. 

1991. Guerre du Golfe. 

2000. 2ème Intifada. 

11 septembre 2001. Twin Towers. 

2003. L’invasion de l’Irak. Guerre civile en Irak. Al Qaida puis Daesh. 

2011. Printemps arabes. 

Janvier 2015. Refus d’élèves de s’associer à une minute de silence en hommage aux victimes des attentats contre Charlie Hebdo. Cette attitude rend sensible la fracture interne à l’Ecole pas seulement dans l’acquisition des savoirs et notamment de la langue mais également dans les représentations mentales. 

II. Distinguons deux phénomènes. 

1. Il y a une crise propre à l’Ecole. 
Ecarts de performances liés à la concentration des populations en difficulté et en fonction de l’origine sociale ou culturelle. 
* insuffisante maîtrise du français, 
* tensions liées à la religion ou à l’interprétation des prescriptions religieuses (cantines scolaires, pratique du sport et de l’éducation physique), 
* violences scolaires vis-à-vis des enseignants, 
* le tout dans un contexte de relatif déclin de l’Ecole française (enquête PISA). 

2. Mais il y a un problème qui touche la nation toute entière, 
la manifestation d’un certain séparatisme identitaire contre lequel le Président de la République a mis en garde dans son discours au CFCM (juin 2017). Le principe de la République comme « communauté de citoyens » est remis en cause par l’importation en France du conflit israélo-palestinien, pas seulement dans les médias mais aussi dans la rue et même dans les écoles, avec les débordements antisémites qu’on a vus ou le développement d’un racisme anti-arabe en riposte, comme si les Arabes étaient à l’origine de la Shoah ! 

III. La crise de l’intégration. 
L’Ecole reflète ainsi la crise du modèle républicain d’intégration qui va au-delà de l’hétérogénéité de la société française. 

La société française au XIXème siècle était moins homogène qu’on le dit – exode rural – tensions sociales – force des ancrages provinciaux. Et pourtant elle a réussi à « faire Nation ». 

1. Définition de l’intégration. 
a. J’ai parlé de modèle d’intégration plutôt que d’assimilation. 
En effet l’assimilation est ressentie comme réduction à l’identique préexistant. Elle semble faire litière des apports que l’immigration peut faire à la culture et à la personnalité de la France sans porter atteinte à ce qui la structure, problématique bien posée par Jacques Berque dès 1985. 

b. L’intégration à la communauté nationale, à la fois à la communauté des citoyens et à la culture majoritaire essentiellement à travers la langue française, s’oppose encore plus fortement à l’inclusion qui juxtapose les identités dans un ensemble dit « multiculturel »(rapport Tuot de 2013). Le rapport Tuot comporte une critique de l’intégration : « L’intégration mêne des personnes mal définies sur un parcours incertain pour rejoindre on ne sait quoi ». Alors qu’avec « l’inclusion », « la société qui intègre se transforme autant qu’elle transforme celui qui s’intègre »
La République française se veut unitaire. L’égalité est sa loi. 

c. La France a toujours été multiethnique. Elle est multireligieuse depuis la Révolution. Elle n’a jamais été « multiculturelle », même si elle est exposée aux replis communautaires. 

La culture de la France est enracinée dans une Histoire deux fois millénaire, depuis l’Antiquité gréco-romaine, la chrétienté médiévale et l’esprit des Lumières qui est au fondement de notre République. L’Islam tardivement arrivé ne pose pas de problème en tant que religion mais comme système de mœurs qui heurte en certains domaines les valeurs républicaines. Le multiculturalisme a échoué en Grande-Bretagne et en Allemagne. Madame May et Madame Merkel l’ont reconnu, pour ce qui concerne leurs pays respectifs (concept de Leitkultur en Allemagne ; rapport Casey en Grande-Bretagne). Le modèle républicain peut-il encore réussir ? 

d. La République privilégie le commun. La laïcité définit cet espace commun de débat public où chaque citoyen est appelé à élaborer l’intérêt général à partir de sa raison naturelle et non à partir des dogmes qui lui sont propres. Le modèle républicain implique une certaine discrétion dans l’expression de sa foi religieuse, mais la laïcité n’est pas tournée contre la religion. Elle admet la transcendance, chacun pouvant trouver dans la sienne la motivation de ses actes. 

2. La France connaît depuis près d’un siècle une crise nationale de longue durée. 
- 1914-18, 
- 1940, 
- la fin de l’Empire colonial (1945-62). 
La réponse a été la Vème République au plan institutionnel et le dessein gaullien d’une France capable « d’épouser son temps »

3. Depuis la mort du général de Gaulle, la France « du chagrin et de la pitié » a pris le dessus. 
La France a reconnu Vichy comme une part d’elle-même. Une vision pénitentielle de notre Histoire a fini par s’imposer indépendamment d’une lecture historique plus profonde de ce qu’a été notre XXème siècle et de ce qu’a eu de spécifique la colonisation française : 
- un Empire de compensation par rapport à nos déboires continentaux (Waterloo, Sedan), 
- sous-tendu par une motivation beaucoup plus politique qu’économique (à la différence de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas). 
Comment un pays qui a cessé de s’aimer peut-il agréger de nouveaux citoyens ? Et comment de nouveaux arrivants pourraient-ils s’agréger à lui, surtout s’ils vivent leur Histoire comme une humiliation beaucoup plus qu’une émancipation ? 
La guerre des mémoires qui fait rage en France n’est pas un facteur propice à l’intégration. 

IV. Ce qui est surprenant c’est que l’intégration continue néanmoins à fonctionner cahin-caha. 

Elle a ses ratés. 
On peut la croire en panne. 
Mais on en voit encore les réussites, sensibles à travers la diversification de la sociologie des populations de confession ou de tradition musulmane : non plus seulement ouvriers sans qualification mais commerçants, entrepreneurs, professions libérales, enseignants, fonctionnaires, chercheurs etc. 

A la promotion de nouvelles générations l’Ecole contribue encore grandement. 

En France c’est l’Ecole, en Allemagne c’est l’emploi qui constitue le principal vecteur d’intégration. 

Qui ne voit que la crise économique et le chômage des jeunes qui frappe particulièrement nos quartiers, constituent aujourd’hui le principal frein à la reprise du processus de l’intégration qui pourrait aussi favoriser le regain de confiance en lui-même du pays. 

Ce regain de confiance est sensible. 

La France peut reprendre une place centrale en Europe. Elle peut être à la source d’un projet méditerranéen avec les pays du Maghreb et entraîner l’Europe dans un grand projet de développement tourné vers l’Afrique. 

Tel est l’enjeu des temps qui viennent. 

C’est dans ce sens-là qu’il faut agir. 

La France a montré une capacité de résilience qui n’était pas évidente, après les attentats de 2014-2015-2016. 

C’est toute notre politique étrangère qui est en cours de redéfinition et qui constitue le pendant d’un projet interne de reprise du mouvement de l’intégration à la République. Le chemin est ardu mais il n’y en a pas d’autre. 

V. Maintenant, comment l’Ecole peut-elle contribuer à relever le défi de l’intégration ? 

Le dédoublement des classes de grande maternelle et de cours préparatoire dans les zones d’éducation prioritaire renforcée mis en œuvre par le ministre Jean-Michel Blanquer à cette rentrée est une initiative majeure que je veux saluer. 

Elle sera étendue à la rentrée prochaine à l’ensemble des zones d’éducation prioritaire. Cette excellente mesure portera ses fruits si les enseignants sont conduits à permettre les rattrapages nécessaires en matière de vocabulaire et de syntaxe. Je crois à l’effet maître si le maître est suffisamment motivé pour effectuer cette mise à niveau dans l’apprentissage de langue française qui est la condition de tout. 

Les enfants issus de l’immigration ont un bagage de mots très insuffisant. Souvent on ne parle pas français à la maison. Le ministre veut impliquer positivement les parents pour qu’ils soutiennent les enseignants. 

Il a raison. Il veut développer la lecture à travers des opérations telles qu’« un livre pour l’été ». La remise en mouvement de l’Ecole passe par là. 

L’avenir de ces jeunes est en France, une France ouverte sur la Méditerranée mais nulle part ailleurs. 

Dans un livre magistral, « Ecole démocratie et société », Christophe Kerrero rappelle qu’« il est un principe – la laïcité – plus que jamais d’actualité pour faire Nation… La laïcité est née de l’Ecole et à l’Ecole avant d’être un grand principe républicain. Car elle est éminemment protectrice. 
Le préalable à l’Ecole c’est en effet la sécurité. Pas seulement la sécurité physique mais aussi la sécurité de pouvoir penser librement…»
. Monsieur Kerrero poursuit : « Il s’agit donc de construire un sanctuaire protecteur »

L’enjeu pour l’Ecole aujourd’hui est le partage des valeurs et d’abord la lutte contre ses propres fractures ; les 20% d’élèves qui ne maîtrisent pas les fondamentaux ». 

Est-il possible de ‘déségréguer’, c’est-à-dire d’ouvrir la carte scolaire, en convaincant les parents d’élèves que la mixité sociale peut-être un atout pour leurs enfants ? 

Faut-il aller plus loin ? 

Vaste question que je laisse aux débats qui vont suivre. 

L’Ecole comme instance de culture, acharnée à viser la plus haute culture est évidemment une institution de la République et peut-être la plus fondamentale de toutes. 

Peut-elle s’accommoder de l’autonomie des établissements et jusqu’où ? Ne risque-t-on pas de favoriser l’hétérogénéité, à rebours du but poursuivi : l’unité de la nation ? 

A cette question que lui posait Catherine Kintzler, le ministre Monsieur Jean-Michel Blanquer a répondu : « C’est une question d’équilibre entre un impératif d’unité nationale et un impératif d’autonomie, de liberté et de responsabilité, qui permettra aux acteurs de développer leurs projets et leurs méthodes. Je n’ai jamais plaidé pour une autonomie absolue. Il s’agit de faire évoluer notre système scolaire, grâce à la liberté vers plus d’égalité »

Je fais confiance au ministre sur la base d’une évaluation rigoureuse des résultats. Il faudra donner au ministère et aux rectorats les moyens d’évaluation et de pilotage correspondants. C’est le grand défi de cette réforme que, sous cette réserve importante j’accepte, dans le souci de « positiver » mon approche des problèmes éducatifs qui sur le fond, naturellement n’a pas changé. 

Parmi les intervenants, le Recteur Chanet, Recteur des Académies de Bourgogne et Franche-Comté et éminent historien de l’Education, nous rappellera que l’Ecole Républicaine a dans sa tradition de « faire France ». Encore faut-il qu’on ne le lui impute pas à crime, comme c’est devenu trop souvent la mode. Oui, il faut faire France à nouveau. Là est le véritable humanisme et non dans la désespérance entretenue qui conduirait à ces formes de guerres civiles que dans notre Histoire, on a appelé « guerres de religion » et qu’on voit sévir à nouveau, hélas, dans des pays traditionnellement ouverts et pacifiques comme l’Egypte. 
Je donnerai ensuite la parole à Natacha Polony, journaliste exigeante – mais n’a-t-elle pas été d’abord professeur de lettres ? – et essayiste dont chaque essai est en fait une recherche. Je recommande le dernier « Changer la vie, Pour une reconquête démocratique » qui sans rien céder sur la fermeté des concepts me paraît ouvrir des chemins à l’espérance. 

Paul Thibaud, ancien directeur d’Esprit, a écrit dès 1989 « La fin de l’Ecole républicaine ». 1989 c’est l’année où a été votée la loi d’orientation scolaire. Le pronostic était assez juste mais le moment n’est-il pas venu de la reconstruire ? 

Madame Catherine Robert, professeur de philosophie au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers a initié un projet intitulé « Anthopologie pour tous » qui me ravit parce qu’il est la réalisation en acte du rapport Berque en ce que, à travers la connaissance mutuelle d’élèves infiniment divers, elle participe à la création d’un lycée de la fraternité. 

Enfin, Monsieur Edouard Geffray, directeur général des ressources humaines au ministère de l’Education Nationale nous montrera comment la République et son Ecole peuvent privilégier le commun en faisant reculer l’esprit de communautarisme et de séparation identitaire et ce que cela impliquerait du point de vue du recrutement et de la formation des enseignants. 

Voilà pour la première table ronde. La seconde sera animée par Marie-Françoise Bechtel, vice-présidente de la Fondation Res Publica, ancienne députée, qui fut jadis à mon cabinet quand j’étais ministre de l’Education Nationale, elle-même agrégée de philosophie. 

Cette deuxième table ronde visera à mettre en lumière comment l’Ecole peut être un remède à la crise de l’intégration républicaine. Elle nous permettra d’entendre les meilleurs experts. Yves Cristofari, Inspecteur général de l’Education Nationale, chef du service de l’instruction publique à la Dgesco, Thierry Rocher, statisticien au ministère de l’Education Nationale, Pascal Jardin, Inspecteur général honoraire de l’Education Nationale sur la crise des vocations enseignantes, Pierre-Etienne Pommier, Président Directeur Général de Pythagora sur le bon usage du numérique, Madame Nathalie Mons enfin, professeur de sociologie à l’Université de Cergy-Pontoise et Présidente du CNESCO (Conseil National d’Evaluation du Système Scolaire).

SOURCE:

http://www.chevenement.fr/Comment-l-Ecole-peut-elle-contribuer-a-relever-le-defi-de-l-integration_a1958.html

Partager

Derniers commentaires

Marc de la Jolandiere : Monsieur, Pour plus d'efficacité, nous vous communiquons le siège de la CIA en France: https://fr.usembassy.gov/fr/ Bonne déroute…
sur La CIA recrute dans les Banlieues françaises les futurs ennemis de la République !

mimid782 : bonjour,, je serais ravie de vous rencontrer, pour savoir plus sur le recrutement. je suis dans la région île de france, dans les Yvelines.…
sur La CIA recrute dans les Banlieues françaises les futurs ennemis de la République !

Alain de kervouant : Novembre 2017 : Bravo aux Clubs "Penser la France" et à JLuc Pujo. Le CONSEIL D’ÉTAT vient de rejeter le pourvoi de la Commune de Béziers. Fin…
sur BEZIERS : « Il faut démonter la crèche chrétienne installée dans le temple de la République ! » Intervention de Jean-Luc Pujo, président des clubs « Penser la France » - Béziers – 24 décembre 2014

Anne-Marie : Pédophilie : Cela explique aussi la présence de milliers de sans papiers aux portes de nos mégapoles... une source ininterrompue de chair humaine…
sur PÉDOPHILIE : la CIA et les cercles pédophiles à Hollywood (Groupe HERMES)

Paul De Florant : Cher Eustache, Merci de rendre hommage à Monsieur GASTAUD. Il le mérite. Mais vous ne l’avez pas suffisamment lu. Vous sauriez ainsi que, loin…
sur VERTICALITE – Par Georges Gastaud (Poème politique - "Adresse à Emmanuel !")

Tags