Dossiers

VENEZUELA : "Impact des sanctions financières des Etats Unis" (Rapport officiel)

181855-inflation-venezuela-1.jpg

Impact des sanctions financières des Etats Unis

sur la République bolivarienne du Venezuela

Rapport spécial

Du

Ministère du Pouvoir Populaire d’économie et finances

De la République Bolivarienne du Venezuela

 ___

Situation des soldes et des mouvements du compte unique août 2017 – août 2018

Résumé

 

1. Antécédents et prémisses :

Depuis la signature de l’Ordre exécutif du gouvernement de Donald Trump en aout 2017, par lequel des sanctions financières ont été prises à l’encontre du Venezuela, la République fait face à un blocus financier international.  Ses principales conséquences ont été :

1. Les comptes dans les banques correspondantes comme Commerzbank AG, Citibank et Bank of China Frankfurt, dans lesquelles le Venezuela avait en 2017 environ USD 150.000.000,00, ont été fermés, les banques s’alignant sur le blocus et empêchant ainsi l’utilisation de ces fonds pour l’acquisition d’aliments et de médicaments.  Dans le cas de la Bank of China en Frankfurt, les ressources ont été bloquées jusqu’à mars 2018.

2. A ce jour, le Venezuela n’a pas pu garder des comptes en dollars américains.  Il a donc fallu chercher de nouvelles banques européennes, moyen orientales et asiatiques, adopter l’euro comme devise principale et utiliser d’autres monnaies de marchés émergents (Lires turques, dirhams et Yuans), d’une plus grande volatilité par rapport au dollar, situation qui a impliqué des pertes importantes dans les opérations de change.  Ceci s’est traduit par des frais bancaires et financiers plus importants assumés par la République bolivarienne du Venezuela.

2. Coût financier résultant des sanctions :

2.1.  Aliments

Entre la prise des sanctions en août 2017 et aujourd’hui, les ressources mises en œuvre s’élèvent à un total de 6.172.832.640,37 US$.  

Le cas des aliments est particulièrement important par son importance stratégique et par les obstacles mis par l’impérialisme pour éviter la consolidation des programmes d’approvisionnement du pays. Depuis l’application des sanctions, nous avons fait des investissements en aliments pour un total de 2.448.126.087,94 US$, comprenant l’acquisition de matières premières et de produits finis, comme il apparaît dans le tableau suivant :

Aliments

US$.

Produits finis (CLAP)

1.556.523.228,33

Matières premières (Bateaux)

891.602.859,61  

TOTAL, EN US$

2.448.126.087,94

 

 

Les sanctions financières et commerciales ont rendu plus difficile l’achat d’aliments.  Les obstacles opérationnels imposés aux compagnies de navigation et aux ports internationaux, comme par exemple le retard de la charge à destination du Venezuela et la prolongation des délais d’attente, s’ajoutant à l’augmentation des tarifs, ont impliqué pour le Venezuela des pertes estimées à environ 37,04 MM US$

Ce chiffre correspond en premier lieu, à la moyenne d’attente des bateaux, qui s’est prolongée de 33,33% ces derniers mois, passant de 45 jours en 2017 à 60 jours en 2018. S’y ajoutent les frais de retard par jour, qui ont augmenté de 51,52%, passant de 16 500 US$ à 25 000 US$, ce qui représente un coût supplémentaire de 26,65 MM US$ par rapport à l’année 2017.

2.2. Frais bancaires et délai moyen pour l’exécution des paiements :  

Avant l’’application effective des sanctions des Etats Unis aux transactions financières, les ordres de paiement étaient envoyés par les banques correspondantes et exécutés dans un délai de 48 heure ouvrable.  Actuellement, le délai moyen pour l’exécution d’un paiement se situe entre 10-20 jours consécutifs, comprenant la vérification et l’approbation des agents de contrôle des banques impliquées dans l’opération. En ce qui concerne les commissions pour transferts de fonds, la consultation des paiements, les amendements sur les transferts, parmi d’autres frais bancaires, le montant s’élève à ce jour à 655.200,00 US$

En plus, comme conséquence de la nécessité d’exécuter des opérations de FOREX (change de devises), étant donnée l’impossibilité d’utiliser le dollar étatsunien en raison du blocus criminel, la République bolivarienne du Venezuela a perdu plus de 20.000.000,00 US$

2.3. Crédit Suisse :

Depuis l’Ordre exécutif du Président des Etats Unis, les titres de la dette extérieure publique du Venezuela sur les marchés financiers internationaux et les retards dans le règlement des engagements envers les détenteurs des titres émis par la République, ont entraîné une perte importante avec un bon acquis à travers le Crédit Suisse (CLN), ce qui s’est traduit par une perte totale de 264.180.768,00 US$.

2.4. Perte financière des Titres bloqués par Euroclear :

En juillet 2017, la valeur nominale du portefeuille de titres conservé par Euroclear était de 1.973.228.192,00 US$, avec une valeur moyenne sur les marchés, à cette date, de 1.093.529.941,96 US$.  Cependant, comme conséquence des sanctions et du blocus financier international des transactions sur des titres émis par la République, la valeur indiquée des bons d’Etat (PDVSA et GLOBALES) sur les bourses internationales en juillet 2018, selon les services financiers de Bloomberg, était en baisse constante, se situant à une valeur de réalisation d’environ 625,90MM US$, ce qui représente une perte de valeur de 57,24%, soit 467,62MM US$.

3. Les sanctions financières sont une affaire :

Tous ces phénomènes atypiques, inexistants dans une économie hors blocus financier, que le Venezuela a connus depuis 2017, ont montré être une bonne affaire pour ceux qui imposent les sanctions.  Le Venezuela a dû maintenir cette affaire, ce qui lui a coûté environ USD. 789,50 MM US$.

Il faudrait ajouter à cette somme plus de 1.600.000.000,00 US$ retenus par la société Euroclear, rendant impossible son utilisation pour le règlement des paiements réguliers de la République

 SOURCE: Ministère de l'économie et des finances du Venezuela

Ministerio del Poder Popular de Economía y Finanzas

http://www.mppef.gob.ve/

Partager

Derniers commentaires

Paul De Florant : Anniversaire - Attentats du 11 septembre 2001 Total accord ! "Si vous refusez de répondre à cette question : "Qui a organisé les attentats du…
sur « Les conséquences politiques des attentats fabriqués du 11 septembre 2001 » par Jean-Luc Pujo, président des Clubs « Penser la France »

allo : Comment peut-on se procurer ce hors-série ?…
sur « Ralentir la vi(ll)e » Hors-série du Sarkophage 48 pages, 4,50 euros

michel.B : Monsieur le président Macron est très actif sur le plan international certes... Hélas, il fait, comme le dit un certain, un énorme cadeau aux…
sur Pétition nationale : Sauvegarder nos RETRAITES !

Nathalie : Comme le dit JLP Affaire #alexandrebenalla - un leurre... *** Reposons autrement la question : qu'a fait Emmanuel Macron pour susciter cette…
sur "Gens de rien et faux policier" Billet d'Etienne TARRIDE

Nathalie : Francophonie-OIF : La candidature de Louise Mushikiwabo (RWANDA) passe mal auprès de principaux contributeurs de l’OIF. Jusqu’où Paris va-t-il…
sur RWANDA : "The Mass Murder We Don’t Talk About" by Helen Epstein (NYRB) - ATTENTION EXCEPTIONNEL ! (Partie 1)

Tags