Dossiers

« La stratégie arabe de la Chine » (SUITE)

(Suite) 

La Chine dans la tourmente des révolutions arabes

La révolution du « jasmin » a  été le fer de lance, une rampe de lancement de ce qu'il convient d'appeler désormais le « printemps arabe », qui a vu successivement la chute de deux dictateurs d'un gros calibre, j'ai nommé Ben Ali et Moubarak.

L'effet de dominos est terrible pour les autres, que ce soit en Libye ou le régime pernicieux de Ghadafi cherche à prolonger l'échéance au prix d'un terrible massacre de population civile dans lequel l'impensable était utilisée je veux parler d'avions de combats achetés d'ailleurs à la France dans les années 80 qui bombardent sans distinction.

Ailleurs, notamment au Yémen, l'actuel président Ali Salah au pouvoir depuis plus de trente ans saisit le ballon en vol et annonce qu'il ne briguera pas un nouveau mandat et qu'il ne chercherait pas à installer son fils au pouvoir à sa place ce qui était pourtant programmé.

En Jordanie le roi sent la révolte se rapprocher et annonce toute une série de réformes doublée d'un remaniement ministériel, quant à la Syrie le président Bachar a annoncé  également une série des mesures en faveur des couches les plus démunis comme la baisse du prix du chauffage et de l'essence, voilà à mon sens une tentative à la fois insignifiante et tardive pour tenter de relativiser la portée de la contestation qui grandie d'un jour à l'autre, qui atteint aujourd'hui son paroxysme.

Ce qui est acquis, c'est qu'un vent de changement souffle désormais sur le Maghreb et tous le monde arabe et plus rien ne peut arrêter ce désir ardent des populations arabes à une meilleure gouvernance qui passe inévitablement par des changements des régimes autocrates et incompétents qui depuis plus de 20 à 40 ans se sont servis plutôt que de servir. Ces révolutions vont pour le moins bouleverser non seulement les pays arabes, mais également les relations qu'entretenaient ces pays en ébullition avec le reste du monde. Nombre de pays occidentaux observent de près l'évolution des différentes situations avec des solutions différentes apportées ici et là. En grande puissance, la Chine n'échappe pas à cette règle, même si officiellement Pékin se contente d'observer sans prendre une quelconque position, fidèle à sa stratégie de ne pas s'immiscer dans les affaires internes des Etats, du moins en apparence.

Pour autant la Chine s'inquiète à juste titre, notamment des risques à mon sens improbables de contagion notamment dans les provinces musulmanes. La Chine se contente visiblement, d'observer ce sursaut révolutionnaire et adopte une grande prudence dans le traitement des informations en lien avec les pays arabes en proie à des changements en profondeur. Pékin a peur et semble relativiser la portée de ces révolutions, allant jusqu'à déconsidérer ce type de changement comme l'atteste le traitement des médias chinois qui ne s'attardent guère sur les revendications et les origines de ces mouvements. L'objectif étant de ne pas donner des idées aux chinois et notamment aux séparatistes musulmans situés au nord ouest de la Chine. Je veux parler des militants musulmans du Xinjiang, une province autonome semblable au Tibet

Les déclarations de Hu Jintao à propos des manifestations qu’a entraîné le passage de la flamme olympique en Europe montrent que la Chine se sent menacée au Tibet, dans la province du Xinjiang, territoire qu'elle ne veut perdre. La Chine ne perd pas de vue la désintégration du territoire du voisin russe, qui lui fait horreur, encouragés il est vrai par les positions de bon nombre de Russes qui estimaient que  leurs dirigeants auraient dû suivre l’exemple chinois. Toutefois la différence est de taille: si en Chine la périphérie s’agite, sans aucun résultat tangible, en Russie c’est le centre qui a implosé, entraînant avec lui la désintégration de l'empire.

Aujourd’hui, la Chine étudie avec inquiétude les mouvements nationalistes et séparatistes qui lui posent de sérieux problèmes à la fois interne mais également de critiques à l'extérieur. Dès lors on peut légitimement s'interroger sur les incidences de ces mouvements et au delà sur l'avenir des relations sino-arabes après cet élan libérateur des peuples arabes? La question est d'autant plus intéressante que la présence de l'islam en Chine populaire  n'a commencé que depuis peu à intéresser l'opinion publique mondiale, quand des troubles ont éclaté en 1988-1989 dans le Xinjiang et que des républiques de l'ex-URSS à forte majorité musulmane sont devenues indépendantes en Asie centrale.

Il faut d'abord rappeler que les relations sino-arabes sont très anciennes, commencées par des échanges principalement maritimes, commencés dès avant 500 après J.C, le résultat étant l'installation de quelques commerçants arabes notamment sur les côtes méridionales, principalement dans les a provinces actuelles de Canton, de Fujian, Zhejiang et Jiangsu. Quelques années après l'hégire en 622, on assiste à un début de  présence musulmane en Chine, qui s'est renforcée par la suite par le processus d'expansion de l'islam, poussant les Arabes vers une conquête de l'Asie centrale. Ceci a eu pour effet quasi immédiat la conversion de tribus d'origine turque et mongole du centre de l'Asie, alors en contact avec l'empire chinois. Les historiens datent l'implantation de l'islam en Chine en 651 avec l'arrivée des  émissaires du calife abbaside Osman Ibn Affan (7).

Le développement du commerce de la soie autour des côtes chinoises a joué un rôle majeur dans l'installation d'une forte communauté arabe en Chine, appelée alors « Fanke » ou hôtes étrangers, dirigée par un juriste «  Qadi », dont le mariage mixte a consolidé les liens avec les autochtones. Cette communauté, n’était pas seulement arabe, il existait en effet d'autres groupes ethniques notamment persans, mais tous soudés par une religion, l'islam. L'expansion musulmane s'est poursuit dans l'Asie du centre et du nord, particulièrement par la conversion de la population Uigur en 965, aujourd'hui connue sous le nom de musulmans de la province Xinjiang.

D'après les statistiques officielles des autorités chinoises, les musulmans chinois sont passés de près de 11 millions en 1951 à plus de 20 millions aujourd'hui, alors que d'autres estimations avancent le chiffre de 40 à 60 million, avec plus de 30.000 imams et presque 24.000 mosquées répartis principalement dans les provinces musulmanes de l'empire. Depuis 1980, les  séparatistes musulmans de la province autonome du Xinjiang, ont de plus en plus contesté l'autorité centrale de Beijing, néanmoins ce conflit est resté très discret, par conséquent moins connu que la lutte historique des Tibétains contre le gouvernement central chinois.

La Chine craint en effet la contagion des printemps arabes. Les enjeux sont élevés, et Pékin  s'inquiète sans aucun doute de ce que le séparatisme musulman devienne une menace importante pour la stabilité politique à long terme de la Chine, à commencer par les régions périphériques du pays. Pékin craint en particulier une coordination de plus en plus efficace entre le  séparatisme du Xinjiang et  le mouvement d'indépendance actif du Tibet qui a le soutien international principalement des Etats-Unis et de l'Europe. Un autre élément économique donne une importance majeure à la province du Xinjiang dont les importantes réserves pétrolières seraient fortement utiles aux progrès économiques de la Chine, si toutefois elles s'avèrent exactes, notamment dans le bassin de Tarim. Par ailleurs,  cette région désertique, renferme d'autres richesses notamment du plomb, du zinc et de l'or, des sources hautement précieuses pour Pékin

L'extrémisme musulman actuel dans le Xinjiang a été inspiré par les  changements en profondeur qui ont secoué l'Asie centrale au cours de la dernière décennie. L'indépendance à laquelle ont accédé les républiques musulmanes voisines, conséquence de la dislocation  de l'Union soviétique a sans  doute alimenté  les espoirs des séparatistes du Xinjiang de parvenir à l'autonomie à leur tour. D'autre part la défaite de l'armée soviétique et son retrait dans la difficulté d'Afghanistan a forgé chez les séparatistes musulmans un mental de vainqueur surtout quand il s'agit d'affronter et de vaincre des des puissances mondiales.

Ce qui est certain c'est que l'issue finale de la lutte dans le Xinjiang est loin d'être certaine. La réémergence  de l'identité islamique partout en Asie centrale a certainement donné  une dimension nouvelle au conflit, aussi la réponse répressive et exclusivement sécuritaire de Beijing ne peut que compliquer davantage la question à l'avenir. A cela s'ajoute le soutien qu'apporte la communauté musulmane et notamment les mouvements jihadistes aux séparatistes du Xinjiang. Dans ce contexte de révolutions arabes contre l'oppression et l'injustice, toute la priorité pour la Chine aujourd'hui est de garder de bonnes relations avec les Etats arabes en majorité musulmans sans heurter la sensibilité des peuples arabes musulmans, tous juste débarrassées de certains de leurs dictateurs, en pratiquant la répression d'autres musulmans, même si  Pékin considère ce problème comme une affaire strictement interne. Pékin aura tout intérêt à adopter des mesures plus efficaces permettant aux musulmans de ces provinces de jouir d'une réelle autonomie qui aura un sens dans le cadre d'une administration chinoise plus souple.

Le traitement des médias chinois des printemps arabes, reste très prudent, obéissant à des règles strictes émanant de l'appareil du parti, il rappelle les déboires voire les responsabilités historiques à la fois des  Etats-Unis et de l'Europe. Un article du Quotidien du peuple sous le titre ironique « Washington piégé au Moyen Orient » illustre bien la position officielle de la Chine: cet article contient une analyse des contradictions américaines en Egypte, qui entretiennent une position très délicate entre leur soutien à Israël, partenaire stratégique et leur obligation de s'adapter à l'évolution de l'histoire de cette région. Le journal va plus loin en critiquant la politique américaine dans cette région poudrière en des termes très durs, je cite : « Les Etats-Unis jouent avec le feu. Ayant contribué à mettre sous le boisseau les réformes politiques dans la région, ils participent aujourd’hui à créer les conditions de l’émergence de forces extrémistes radicales. Mais si l’Oncle SAM était dépassé par son propre machiavélisme, le pétard qu’il a lui-même allumé pourrait bien lui exploser à la figure ».

Le même journal, revenant sur le dossier égyptien, dans un article portant le nom « l’Egypte a gagné une bataille, mais elle n’a pas gagné la guerre », considère que le  problème dans ces pays n'est pas tant la démocratie dont il met en doute l'efficacité et insiste lourdement sur l'inégalité entre les couches sociales égyptiennes et l'absence de partage des richesses dans ce pays, on peut y lire par exemple : « la classe moyenne égyptienne est faible, la bureaucratie, la corruption dominent le système politique, les écarts de revenus sont considérables. La démocratie à elle seule ne viendra pas à bout de ces problèmes. Il y faudra d’abord un long et difficile processus de développement de toute la société égyptienne ».

Dans un autre article d'un autre journal, le China Daily, qui tout en essayant d'analyser les causes politiques, mettant en avant les conséquences sociales et politiques de la crise économique et monétaire mondiale,  rappelle que ces révolutions arabes relèvent de questions internes et que par conséquent, il ne faudrait pas s'immiscer, on peut y lire notamment : « la hausse des prix, le chômage et le désordre monétaire sont à la racine des troubles, dont les premières victimes sont les pays en développement à faibles revenus »

La position chinoise semble bien critique de la solution démocratique à tous prix, que semble défendre l'Occident et les Etats-Unis de la manière la plus hypocrite quand on connaît le soutien indéfectible apporté par l'une et l'autre puissance à des régimes corrompus au non de la lutte contre l'extrémisme. La position chinoise insiste sur la nécessité d'un compromis, plutôt que la révolution et ses conséquences directes, le désordre et le chaos généralisé.

Paradoxalement le malaise dans le quel sont plongés certaines démocraties occidentales, que ce soit la France avec ces tergiversations et ses déboires dans le traitement du dossier tunisien, ou encore les Etats-Unis qui ont toujours apporté un soutien sans faille au dictateur déchu Moubarak et l'inaction de ces sois disons démocraties et leur silence criminel sur le dossier syrien, yéménite et bahreïni, ouvre des possibilités pour la Chine qui ne manquera pas de les exploiter. En effet, comme je l'ai rappelé plus haut, l'instauration de la démocratie même embryonnaire par l'arrivée de nouvelles représentations politiques dans les pays arabes, libérés, pourrait faire le bonheur de la Chine par une baisse importante de l'influence occidentale si ce n'est l'éviction quasi totale des puissances occidentales, au bénéfice de Pékin.

Puissance montante indiscutable, la Chine pourrait gagner cette bataille face aux  puissances occidentales sur le terrain de l'investissement qu'elle pourrait apporter aux nouveaux dirigeants dont les pays souffrent de graves difficultés économiques tant les demandes et les aspirations à l'égalité économiques sont énormes pour des populations longtemps laissées en marge de toute participation aux richesses de ces pays. Dans ce contexte de crise économique mondiale aggravée pour ces pays par des mois de manifestations, et de récession économique, les priorités politiques pourraient probablement s'effacer devant la convergence d'intérêts strictement économiques. Il est fort possible que les printemps arabes qui ont secoué la conscience mondiale dont les effets ont dépassés le cadre strictement régional, pourraient à court et moyen terme tourner à l'avantage d'un pays qui pour le moins qu'on puise dire n'est pas une démocratie.

Sommes nous en train d'assister à un paradoxe, la montée de la Chine pas seulement en tant que puissance mondiale mais également en tant qua partenaire privilégié des pays du Sud, en partie grâce aux révolutions arabes? L'histoire le dira.

Résumé

Napoléon Bonaparte disait : “quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera”.

Plus d'un demi-siècle après la naissance de la Chine populaire, le cours de l'histoire chinoise apparaît aujourd'hui plus stable sans être néanmoins dépourvus d'interrogations. En dépit d'une image ternie notamment par les évènements tragiques de 1989, la Chine a pu accélérer la marche de son développement économique et son ouverture sur le monde, notamment  arabe, renouant ainsi avec son héritage culturel et historique national et une stratégie de pénétration, basée sur le respect mutuel et sur un marché de gagnant-gagnant, ce qui peut probablement permettre aux pays arabes de  sortir du verrou américain et occidental.

Résumé en anglais

■ Napoleon Bonaparte said, « When China awakes, the world will tremble ».

More than a half a century  after the birth of the People’s Republic of China, the course of Chinese

history seems more stable today but not void of numerous interrogations.  Despite an image tarnished by the tragic events that took place in 1989 at Tiananmen, China has been able to accelerate its pace of economic development and has opened up to the outside world, notably to the Arab world, reignited its cultural and historic tradition and its strategy of penetration based on mutual respect, and a win-win engagement, which will probably help Arab countries escape American and Western grips.

Notes

(1) Confucius (env. 551- 479 av. J.-C.): Philosophe et penseur chinois, il a exercé une puissante influence sur la culture chinoise et sur son histoire dont on voit encore aujourd'hui les effets. Pour lui, le bon fonctionnement d'une société passe obligatoirement par la connaissance d'un ordre cosmique supérieur porteur de préceptes universels, et par la reconnaissance d'un ordre intime propre à la nature humaine. Car dès lors que l'homme se ressent  porteur de la plus grande vertu qui soit et qu'il nomme « noblesse du ciel », il se découvre uni à l'infini comme avec les autres et comprend que l'ordre social ne peut émaner que de sa volonté de développer la perfection qui est en lui. Confucius préconise, à cet effet, de forger nos propres comportements, par amour pour autrui comme pour nous-mêmes, selon cinq principes de base: la bonté, la droiture, la bienséance, la sagesse et la loyauté. A la lumière de la  médecine chinoise qui se préoccupe avant tout de soigner la cause du mal, la doctrine confucéenne propose de soigner la cause profonde des désordres sociaux. Les instituts chinois qui se réclament de courant philosophique, ont pour mission de développer la diffusion de la langue et la civilisation chinoise à travers le monde. Même si le premier institut Confucius n'a été lancé qu'en 2004 en Ouzbékistan, l'on compte depuis le début de 2009 plus de 290 instituts répartis sur plus de 98 pays à travers le monde. A titre d'exemple en compte sept instituts rien qu'en France

(2) On désigne par Tiers Etat, le troisième ordre de la société d'Ancien Régime, ils concerne tous  ceux qui n'appartiennent ni au clergé, ni à la noblesse et exercent des activités économiques telles que les agriculteurs, les marins, les artisans et commerçants, c'est-à-dire la grande majorité, soit 95% des Français.

(3) China Petroleum and Chemical Corporation ou Sinopec,  deuxième pétrolier mondial et premier raffineur en Asie. Ce géant pétrolier chinois est présent dans des zones stratégiques, comme en Afrique, dans le monde arabe et au Kazakhstan dont il contrôle près de 20% du pétrole si l'on croît l'AIE «  Agence internationale de l'énergie ». Cet intérêt marqué pour le Kazakhstan résulte de l'existence d'un pipeline de 2.200 kilomètres de long qui permet de relier les côtes de la mer Caspienne à la Chine. D'ici à 2015, cet oléoduc va permettre de transporter environ 6 % des importations de la Chine. Ce qui devrait réduire quelque peu la dépendance du deuxième consommateur de pétrole au monde vis-à-vis du Moyen-Orient et de l'Afrique (76 % des importations chinoises en 2010 et en 2011). Il existe deux autres sociétés aussi importantes, issues toutes d'une réorganisation du ministère chinois de l'industrie pétrolière mise en place entre 1981 et 1983. Il s'agit de « China National Offshore Oil Corporation » (CNOOC), créée en 1982, en vue de développer et d'exploiter les gisements offshore. La troisième est crée en 1988, elle résulte de la transformation du ministère de l’Industrie Pétrolière, devenu lui même compagnie sous le nom de « China National Petroleum Company «  (CNPC), chargée de la production on shore.

(4) CCTV-Arabic China Central Television (CCTV), n'est pas la première chaîne arabe, l'empire du milieu n'est donc pas précurseur dans ce domaine, d'autres pays l'ont devancé notamment aux Etats-unis avec la création de la chaîne arabe El Hurra, en Angleterre avec la mise en place de la chaîne BBC arabic ou encore en Russie avec la diffusion de la chaîne Roussya elyoum, en France avec la présence de France24 et en Turquie avec la chaîne TRTarabic

 (5) L’Iran exporte 340 000 barils de pétrole par jour en Chine, ce qui place l’Iran comme troisième plus grand fournisseur de la Chine après l’Angola et l’Arabie Saoudite. Les investissements de la Chine dans les infrastructures pétrolières iraniennes comprennent un accord récent de 100 billions de dollars US pour développer le champ pétrolier de Yadavanan, et la construction d’un pipeline pétrolier de 386 Km traversant le Kazakhstan voisin.

(6) Le champ pétrolier de Ghawar est le joyau de la couronne,  le plus grand champ pétrolier au monde, s’étendant sur plus de 200 km de zone désertique. Il produit deux fois plus que n’importe quel autre champ et a manifestement contribué à plus de la moitié des ressources du Royaume. La difficulté majeure, c'est qu'il est exploité depuis plus de cinquante ans, et on évoque déjà son assèchement et à terme son déclin.

(7) Othman Ibn Affân Ibn al-Âs Ibn Amîa (579-656)  est le troisième calife succédant à Abû Bakr, puis Omar, son règne s'est étalé de 644 à 656. Selon la tradition, il est le premier Mecquois converti à l'islam, conversation intervenue avant l'hégire, mot qui  désigne le départ du Prophète Mahommad et de ses compagnons de la Mecque vers Médine, connue avant sus le nom d'oasis de Yathrib en 622.

Préféré à Ali,  il suscita des mécontentements autour de lui notamment par la confiscation au profit de son clan d'une partie du butin ramené des conquêtes d'Afrique, d'Asie Mineure et de Perse. C'est sous son règne que la conquête de nouveaux territoires était la plus accrue en l'an 649  où de nombreux territoires africains et espagnols furent conquis. Il fut assassiné à Médine le 17 juin 656 et c'est Ali qui a été désigné par la population médinoise comme successeur en tant quatrième calife de l'islam.

Partager

Derniers commentaires

Paul De Florant : TEXTE de Salvador ALLENDE - "Une Ôde au Combat !" Immense leçon. : Seguramente ésta será la última oportunidad en que pueda dirigirme a ustedes.…
sur 11 septembre : "Ultimo Discurso de Salvador Allende" 1973 -

patbel33 : La déforestation... Sujet plus que brulant, puisque l'arbre, la forêt est le consommateur de ce fameux CO2 que tout le monde utilise pour nous…
sur Brésil : la déforestation multipliée par quatre en juillet

Anne-Marie : Vincent LAMBERT : Notre faillite philosophique et spirituelle est totale. JLPujo - 3 juillet 2019. "Vincent LAMBERT a témoigné d'un non-abandon,…
sur « Vincent LAMBERT est un Homme qui vit ! » (Communiqué de PENSER LA FRANCE)

Nathalie : Affaire Vincent Lambert : la Cour de cassation sommée de mettre fin à la cacophonie - 28 juin 2019 - Attente d'une Cour de Cassation aux aboies.…
sur « Vincent LAMBERT est un Homme qui vit ! » (Communiqué de PENSER LA FRANCE)

Benjamine : STOP GPA - Appel mondial pour L’ARRÊT IMMÉDIAT DE LA GESTATION POUR AUTRUI ! SIGNEZ LA PETITION...…
sur "PMA, GPA : La controverse juridique" Aude MIRKOVIC – Critique de JLuc Pujo

Tags