Dossiers

SHOAH : « Ce crime avait des complices !» Discours de Vladimir POUTINE - Yad Vashem, Jérusalem, 23 janvier 2020.

182403-poutine-jerusalem.jpg

[Le président russe Vladimir Poutine au 5e Forum de la Shoah, à Jérusalem, le 23 janvier 2020. (Crédit by Abir SULTAN / POOL / AFP)]

MERCI Jean-Marc.

_

_

Texte intégral du discours du président russe Vladimir Poutine lors de la « Mémoire de la Shoah : Lutte contre l’antisémitisme » à Yad Vashem, Jérusalem, 23 janvier 2020.

Monsieur le Président, Monsieur le Premier ministre, chers collègues, amis, Mesdames et Messieurs,

Aujourd’hui, nous sommes réunis au sein du forum international pour honorer les victimes de la Shoah par une responsabilité partagée, notre devoir envers le passé et l’avenir.

Nous pleurons toutes les victimes des nazis, dont les six millions de Juifs torturés dans des ghettos et des camps de la mort et tués cruellement lors de rafles. Quarante pour cent d’entre eux étaient des citoyens de l’Union soviétique, de sorte que la Shoah a toujours été pour nous une blessure profonde, une tragédie dont nous nous souviendrons toujours.

Avant de visiter Jérusalem, j’ai consulté des documents originaux, des rapports d’officiers de l’Armée rouge après la libération d’Auschwitz. Je dois vous dire, chers collègues, qu’il est très difficile, insupportable de lire ces rapports militaires, des documents qui décrivent en détails comment le camp a été mis en place, comment la machine à tuer de sang-froid a fonctionné.

Beaucoup d’entre eux ont été rédigés à la main par des soldats et des officiers de l’Armée rouge le deuxième ou le troisième jour après la libération des prisonniers. Ils expriment le choc que les soldats et les officiers de l’Armée rouge ont ressenti en voyant ce qu’ils ont vu là-bas, en entendant les témoignages qui ont provoqué douleur, indignation et compassion.

Le maréchal de l’Armée Rouge Konev, qui dirigeait alors l’opération militaire pour capturer la région industrielle de Silésie, densément peuplée, en Allemagne, a utilisé des tactiques pour épargner le plus grand nombre possible de civils et, ayant reçu un rapport sur les atrocités commises à Auschwitz, s’est même interdit de voir ce camp. Plus tard, il a écrit dans ses mémoires qu’il n’avait pas le droit de perdre sa force morale, afin de ne pas se laisser aveugler par un simple sentiment de vengeance pendant les opérations militaires et de ne pas causer de souffrances et de pertes supplémentaires parmi la population civile allemande.

Le 27 janvier marque le 75e anniversaire de la libération d’Auschwitz. Dans cet enfer, où des personnes de différents pays ont été conduites pour y être torturées, pour des expériences monstrueuses et pour être tuées en masse, des centaines de milliers de personnes de différentes ethnies sont mortes. Plus de la moitié d’entre elles étaient des Juifs.

Les crimes commis par les nazis, leur solution délibérée, planifiée et, comme ils l’ont dit, « finale à la question juive », est l’une des pages les plus sombres et les plus honteuses de l’histoire du monde moderne.

Mais nous ne devons pas oublier que ce crime avait aussi des complices. Ils étaient souvent plus cruels que leurs maîtres. Les usines de la mort et les camps de concentration ont été exploités non seulement par les nazis, mais aussi par leurs complices dans de nombreux pays européens.

Dans les territoires occupés de l’Union soviétique, où ces criminels opéraient, le plus grand nombre de Juifs ont été tués. Ainsi, environ 1,4 million de Juifs ont été tués en Ukraine, et 220 000 personnes en Lituanie. J’attire votre attention, mes amis, sur le fait que cela représente 95 % de la population juive d’avant-guerre de ce pays. En Lettonie, 77 000 Juifs ont été tués. Seules quelques centaines de Juifs lettons ont survécu à la Shoah.

La Shoah a été l’anéantissement délibéré d’un peuple. Mais nous devons nous rappeler que les nazis ont voulu réserver le même sort à de nombreux autres peuples. Les Russes, les Biélorusses, les Ukrainiens, les Polonais et de nombreux autres peuples ont été déclarés Untermensch [sous-hommes]. Leur terre devait servir d’espace de vie aux nazis et leur assurer une existence prospère, tandis que les Slaves et les autres peuples devaient être exterminés ou devenir des esclaves sans droits, sans culture, sans mémoire historique et sans langue.

En 1945, c’est d’abord le peuple soviétique qui a mis fin à ces plans barbares. Comme on vient de le dire, ils ont protégé leur patrie et ont libéré l’Europe du nazisme. Nous avons payé un prix qu’aucune nation ne pouvait même imaginer dans leurs pires rêves : un bilan de 27 millions de morts.

Nous n’oublierons jamais cela. La mémoire de la Shoah ne servira de leçon et d’avertissement que si elle reste pleinement intacte, sans aucune omission. Malheureusement, aujourd’hui, la mémoire de la guerre, ses leçons et son héritage sont souvent soumis à la situation politique immédiate. C’est tout à fait inacceptable. Il est du devoir des hommes politiques, des États et des personnalités publiques actuels et futurs de protéger la réputation des héros, civils et victimes des nazis et de leurs alliés, vivants ou tombés au combat.

Nous devons utiliser tout ce que nous avons – nos capacités informationnelles, politiques et culturelles ainsi que la réputation et l’influence de nos pays dans le monde – à cette fin. Je suis sûr que toutes les personnes présentes ici aujourd’hui, dans cette salle, partagent ces préoccupations et sont prêtes à protéger la vérité et la justice avec nous.

Nous avons tous la responsabilité de veiller à ce que les terribles tragédies de cette guerre ne se reproduisent plus, à ce que les générations à venir se souviennent des horreurs de la Shoah, des camps de la mort et du siège de Leningrad – le Premier ministre Netanyahu vient de dire qu’aujourd’hui un monument aux victimes du siège a été inauguré ici à Jérusalem – Babi Yar, et le village incendié de Khatyn, rappelez-vous que nous devons rester vigilants et ne pas oublier quand les premières graines de haine, de chauvinisme et d’antisémitisme prennent racine, ou quand les gens commencent à se livrer à la xénophobie ou à d’autres manifestations similaires.

La destruction du passé et le manque d’unité face aux menaces peuvent avoir des conséquences terribles. Nous devons avoir le courage d’être francs à ce sujet et de tout faire pour défendre la paix.

Je pense qu’un exemple pourrait et devrait être donné par les pays fondateurs des Nations unies, les cinq puissances qui portent une responsabilité particulière dans la préservation de la civilisation.

Nous en avons discuté avec plusieurs de nos collègues et, pour autant que je sache, la tenue d’une réunion des chefs d’État des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies a reçu un accueil généralement positif : la Russie, la Chine, les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne. Nous pouvons la tenir dans n’importe quel pays, dans n’importe quel endroit que nos collègues trouveraient pratique. La Russie est prête pour une discussion aussi sérieuse. Nous avons l’intention d’envoyer cette proposition aux cinq dirigeants sans délai.

Nous sommes confrontés à de nombreux défis. Nous avons discuté de l’un d’entre eux récemment à l’initiative de la chancelière allemande Angela Merkel. Il s’agit de la Libye. Mais nous devrons revenir sur cette question au Conseil de sécurité et adopter une résolution pertinente.

Il y a aussi beaucoup d’autres problèmes. Je considère qu’il est important et symbolique de tenir la réunion proposée cette année. Après tout, nous célébrons le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la fondation des Nations unies.

Un sommet des États qui ont apporté la principale contribution à la mise en déroute de l’agresseur et à la formation de l’ordre mondial de l’après-guerre peut jouer un grand rôle dans la recherche de moyens collectifs de répondre aux défis et aux menaces actuels et démontrerait notre engagement commun envers l’esprit des relations alliées, la mémoire historique et les nobles idéaux et valeurs pour lesquels nos prédécesseurs, nos grands-pères et nos pères se sont battus côte à côte.

En conclusion, je voudrais remercier nos collègues israéliens pour leur accueil chaleureux et très hospitalier ici à Jérusalem, et souhaiter à tous les participants de la conférence, et bien sûr aux citoyens d’Israël, paix, prospérité et bonne chance.

Je vous remercie.

_

SOURCE:

https://fr.timesofisrael.com/discours-de-vladimir-poutine-a-yad-vashem-ce-crime-avait-des-complices/?fbclid=IwAR2S3FjVurdX7xNuhzC6P3Wm7JIN2s-spbNuRUSk7Zqxzo3CNusvpNlNLKo

_

Partager

Derniers commentaires

Paul De Florant : Magnifique réponse de Nilda Fernandez. Paul de Florant * Espagne & Catalogne : "Nilda Fernandez écrit à Lluis Llach" octobre 2017…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Anne-Marie : Magnifique réponse de Nilda Fernandez. Partout la partition néolibérale, régionalisme et racialisme, contre les Unités historiques qui…
sur Espagne & Catalogne : "Nilda Fernandez écrit à Lluis Llach" octobre 2017

Marthe : . "L'objet du présent Traité est de créer une Force de Gendarmerie Européenne qui est opérationnelle, préorganisée, robuste et déployable…
sur ENDFOR, la force de gendarmerie européenne : On vous surveille !

Benjamine : « Marchons Enfants ! ». Total soutien à la mobilisation contre le projet de loi : La PMA sans père est une aberration comme la filiation…
sur STOP GPA - Appel mondial pour L’ARRÊT IMMÉDIAT DE LA GESTATION POUR AUTRUI !

Nathalie : « RETOUR DU SACRE & BLASPHEME » Echanges Simone LE BARON - Jean-Luc PUJO - 10 Janvier 2020 Très bel échange qui relance la réflexion...…
sur « RETOUR DU SACRE & BLASPHEME – courtes réflexions libres » Jean-Luc Pujo - Billet du temps présent.

Tags