Dossiers

« Incertitudes syriennes » par Jacques BARRAT (Géostratégique N°37)

61465-syrie-religion-1.jpg

Avec plus de 185 mille km2 et près de 22 millions d’habitants, la Syrie compte  parmi les États les plus importants du Proche-Orient. Son territoire est constitué  d’une étroite plaine littorale, au climat méditerranéen, qui est séparée des plateaux  désertiques de l’Est par les chaines de l’Anti-Liban et de l’Hermon. Sa capitale,  Damas (2,5 millions d’habitants), située sur un parallèle légèrement au Sud de  Beyrouth, la capitale du Liban, est très excentrée vers le Sud du pays. Elle est relayée  plus au Nord par d’importantes métropoles régionales pratiquement placées sur le  même méridien. Ce sont notamment Homs et Alep.

Chaque sait le rôle privilégié que le territoire de l’actuelle Syrie a eu dans l’histoire de la géopolitique proche orientale. Au deuxième millénaire avant J.C., les  Phéniciens, issus de la famille des Cananéens, se sont infiltrés par vagues successives, suivis par les Amorrites, les Hourrites, les Araméens, tous peuples de la mer.  La prise de Babylone par Cyrus II, en mettant fi n à la domination assyro-babylonienne, transforma l’actuelle Syrie en satrapie de Perse. Conquise en 332 av. J.C. par  Alexandre le Grand, elle fut intégrée au royaume Séleucide dont la capitale Antioche  fut fondée en 301 av. J.C.

Par la suite, la Syrie allait devenir une possession romaine  (64-63 av. J.C.) puis un territoire appartenant à l’Empire romain d’Orient dès 395  ap. J.C.

La Syrie devint musulmane lorsqu’en 636 ap. J.C., les Arabes, vainqueurs des Byzantins après une bataille sur le fleuve Yarmouk, eurent la possibilité de s’emparer  de la presque totalité de son territoire. Les années 661-750 correspondent à l’âge  d’or de ce pays lorsque la dynastie des Omeyyades fi t de Damas le centre de l’empire  musulman. Par la suite, sous les Abbassides, Damas eut à souffrir du déplacement de  la capitale de l’empire à Bagdad. Mais les expéditions des Turcs seldjoukides contre  Damas et Jérusalem redonnèrent à ces deux cités une grande importance stratégique, en particulier, pendant la période des Croisades.

À la fin du XIIe siècle, les Mamelouks stoppèrent l’avance mongole et purent  récupérer les territoires pris par les Chrétiens. Ils conservèrent la maîtrise du pays  jusqu’en 1516, date à laquelle il fut occupé par les Ottomans. Ces derniers eurent  le temps d’imprégner le paysage et les hommes puisqu’ils restèrent jusqu’en 1918. 

Chacun sait également que les accords Sykes-Picot signés pendant la Première Guerre mondiale permirent à la France d’exercer de 1920 à 1943 un mandat confié par la SDN. Une république syrienne fut créée avec Damas et Alep, tout comme une  république des Alaouites et un État druze.

Lorsque la Syrie devint indépendante avec la fin du mandat français en 1944  et après le départ des dernières troupes françaises et anglaises, l’indépendance syrienne fut troublée par toute une série de crises. De 1958 à 1971, l’Egyptien Gamal  Abdel Nasser inclut le territoire syrien dans une organisation politique qualifiée de  «R.A.U» (République Arabe Unie). Ce fut un échec cuisant. En 1967, Israël ayant gagné la guerre des Six-jours, le Golan dont l’importance stratégique est évidente,  fut occupé par l’État juif. Après les années 1976, la Syrie n’eut de cesse d’intervenir au Liban, en particulier en 1985 où son intervention fut brutale. En 1981, les  Syriens qui n’avaient jamais reconnu le Liban ès qualités d’État (il n’y eut jamais  d’ambassadeur de Syrie à Beyrouth), signèrent avec lui un traité de fraternité syrolibanais qui permit en réalité à plusieurs millions de citoyens syriens de venir s’établir dans ce petit pays « où coulent le lait et le miel». Faut-il rappeler que le régime  syrien n’eut pas de grands scrupules à agir au Liban comme dans un pays conquis?

Faut-il rappeler que l’assassinat du Président libanais Hariri est attribué aux services  secrets syriens? Faut-il rappeler enfin que les Chrétiens, les Maronites en particulier, payèrent un tribut très lourd lors de la guerre civile libanaise dans laquelle les  Palestiniens et les Syriens eurent une grande responsabilité? Pour des raisons tant externes qu’internes, les Syriens retirèrent leurs troupes  du Liban en 2005. En 2008, les deux pays purent normaliser leurs relations, ce qui  procurera à la Syrie de nouvelles latitudes diplomatiques tant au Proche-Orient qu’à  l’échelle mondiale. Mais à partir de 2011, dans un contexte marqué par ce qu’il est  convenu d’appeler le «Printemps arabe», la situation intérieure de l’État syrien allait  se dégrader très vite.  Il est évident que dans ce pays, aux mains du parti Baas depuis 1963 les contradictions et les tensions n’avaient cessé de se développer. Le régime alaouite, laïc,  voire athée aux yeux de certains Musulmans, ne put plus alors continuer de tenir  par la force et la terreur des populations hétérogènes et des régions par trop dissemblables. La disparition de l’URSS, alliée numéro un du régime (traité d’amitié  syro-soviétique en 1957), la perte d’influence diplomatique de l’Iran des Ayatollahs,  second allié important de Damas, les tensions avec la Turquie concernant les eaux de  l’Euphrate, les affrontements avec Israël sur la question du Golan, les démêlés avec le  Liban, portèrent un coup fatal à la stabilité du régime baasiste et à l’importance du rôle de la Syrie tant au Proche qu’au Moyen-Orient. Les deux guerres d’Irak, la crise  mondiale tout comme la montée des intégrismes et des fondamentalismes musulmans sunnites achevèrent de mettre le régime de Damas en difficulté. Parallèlement,  à l’intérieur du pays, l’agriculture connaissait des problèmes inhérents au stress hydrique alors que le Baas avait fait de la réussite de l’irrigation un porte-drapeau du  gouvernement. La victoire des extrémistes musulmans en Tunisie, en Egypte, les  défaites américaines en Irak et en Afghanistan, n’arrangèrent pas les choses. En cet automne 2012, la Syrie continue d’être en proie à une guerre civile qui a  déjà fait au moins 30 000 morts. L’économie nationale est désorganisée. La vie des habitants est totalement perturbée. Les destructions se massifient. Les réfugiés se multiplient en Turquie, en Irak, au Liban, en Jordanie et en Occident pour les plus privilégiés. L’armée du Président Al Assad a de plus en plus de mal à contenir les forces armées rebelles au régime, épaulées par des États comme l’Arabie saoudite,  le Qatar tout comme Al-Qaeda. Des combattants volontaires et des mercenaires  affluent de tout le monde musulman pour se joindre aux insurgés.

Certes, le régime syrien actuel est condamné par l’opinion publique internationale, ne serait ce que pour les atrocités commises dans la répression des forces  rebelles au gouvernement. Cette dernière a en effet beaucoup touché les populations civiles. Par ailleurs, la dictature syrienne est indéfendable dans ses principes comme  dans son fonctionnement. Mais il est vrai aussi que les grandes puissances occidentales, du fait du veto de Pékin et de Moscou à l’ONU, ne peuvent intervenir contre  le régime actuel sous mandat onusien, comme certaines, mais très minoritaires, le souhaiteraient. Cela a permis au pouvoir alaouite de se maintenir coute que coute.

Mais pour combien de temps? Nul ne le sait.

Enfin, il faudrait ajouter que certaines capitales du monde occidental, sans vouloir l’avouer clairement, craignent en réalité la disparition du régime actuel. En effet  la fin du pouvoir alaouite pourrait signifier une victoire de l’intégrisme musulman  plus ou moins manipulé par les Wahhabites ou les Salafistes. Dans ce cas, qu’adviendrait-il des Chrétiens et des autres minorités religieuses. L’hiver glacial qui souffle  déjà sur plusieurs capitales du monde arabo-musulman n’est pas là pour les rassurer.

VOIR LE SITE de l’ACADEMIE de Géopolitique de PARIS :

http://www.academiegeopolitique.com/

Partager

Derniers commentaires

Nathalie : Cher Monsieur, libre à vous de ne pas partager les conclusions de M. Cotta. Mais vous manquez d'arguments. Dans le désordre actuel, M. Cotta…
sur LES "COUPS DE GUEULE" de JACQUES COTTA (VIDEOS)

Gourmel Michel : Après le 2d tour des législatives : les COMMENTAIRES de Jacques Cotta On a connu Jacques Cotta en meilleure forme ; l’utilisation de petits…
sur LES "COUPS DE GUEULE" de JACQUES COTTA (VIDEOS)

Cousin-Jacques : Nous n'avons plus d'Institution ni la Constitution Française de 1958 depuis le decret Valls 2016-1675 du 5 décembre 2016. En faisant le parallèle…
sur "REVOLUDROIT" : Repenser la POLITIQUE (Autour de Valérie Bugault)

Anne-Marie : Législatives: La Comédie dont la France aura a souffrir ! Totalement d'accord avec l'analyse de Jean-Luc Pujo! Anne-Marie * 2022 - « la…
sur «Jean-Luc Mélenchon n'a aucune chance de devenir premier ministre»

Nathalie : ECHEC GENERAL d'Emmanuel MACRON. Sidérant. Les Français ignorent tout de notre situation ! Comme le dit JLpujo... * Echecs diplomatiques a…
sur #BurkinaFaso : qui est derrière le coup d'État ? Excellent Thomas Dietrich ! 26 janvier 2022

Thématiques : AFGHANISTAN - AFRIQUE - Agriculture - Alain JUPPE - ALGERIE - Algérie - Alimentation - ALLEMAGNE - Amérique Centrale - Amérique du Sud - André Bellon - ANGLETERRE - Anne-Cécile Robert - Annie Lacroix-Riz - Armée française - ASIE - BANQUE MONDIALE - BRESIL - Bruno Le Maire - Catholicisme - CENTRE AFRIQUE - CHINE - CHINE - Christian Perronne - Christianisme - Clément Beaune - CNR - Communisme - COVID - COVID19 - CUBA - CULTURE - Défense - Demographie - Didier Raoult - Diplomatie française - DROIT - Ecologie & environnement - Economie - Edouard Philippe - EDUCATION - Egalité Femme & Homme - Election Européenne - Elections régionales - Elisabeth BORNE - Emmanuel Macron - Emmanuel MACRON - Energie - Environnement - Eric ZEMMOUR - Eric Zemmour - ESPAGNE - Etienne Tarride - EURO - Européenne 2019 - Fabien Roussel - Fadi Kassem - Fiscalité - FMI - France-Allemagne - François Asselineau - François ASSELINEAU - François Bayrou - François Hollande - François Ruffin - Francophonie - francophonie & Langue française - Gabriel Attal - Gaullisme - Georges Gastaud - Gérald Darmanin - Gérard Larcher - Guadeloupe & Martinique - HISTOIRE - Humanisme - Immigration - INDE - INDE - INSTITUTION - IRAK - IRAN - ISLAM - Islamisme - ISRAEL - ISRAËL & PALESTINE - ITALIE - Jacques CHEMINADE - Jacques Cotta - JAPON - Jean Castex - Jean-Luc Melenchon - Jean-Luc Pujo - Jean-Luc Pujo - Jean-Pierre Chevenement - Jean-Pierre Raffarin - Judaisme - Justice - Justice - Laïcité - Laicité - Législative 2017 - Léon Landini - LIBAN - Libéralisme - LIBYE - Lutte Sociale - MACHREK - MAGHREB - Maison de France & Monarchie - MALI - Manuel Bompard - Marine LEPEN - Marine LEPEN - Marlène Schiappa - MEDIAS - MER - Michel Houellebecq - Michel Onfray - MUSIQUE - Nathalie Arthaud - Nations d'Europe - Nicolas Dupont-Aignan - Nicolas Sarkozy - OCS - OCS - OMC - ONU - ONU - Nations Unies - OTAN - OTAN - PAKISTAN - PALESTINE - Patriotisme - Penser la France - POLICE & Sécurité - Pour une Constituante - PRC - PRCF - Présidentielle 2017 - Présidentielle 2022 - Protestantisme - QUEBEC - QUEBEC - RéinfoCovid 2022 - Relations Internationales - RELIGION - Roland Hureaux - RUSSIE - RUSSIE - RUSSIE - SANTE - SANTE - Sciences & Recherche - SERVICE PUBLIC - SPORT - Syndicats - SYRIE - TURQUIE - UKRAINE - Ukraine - Union européenne - USA - USA - Valérie Bugault - Valérie PECRESSE - Valérie Pecresse - VENEZUELA - VENEZUELA - Venezuela - Yaël Braun-Pivet

Tags