Dossiers

"La collégialité de l’instruction encore repoussée !" Syndicat des Avocats de France

7497-saf.jpg

Ont-ils oublié l’affaire d’Outreau ?

 La loi du 5 mai 2007 avait introduit dans le code de procédure pénale un certain nombre de dispositions de nature à éviter le renouvellement de  déconfitures judiciaires  de type Outreau.

Parmi celles-ci figurait la mise en place d’une collégialité des juges d’instruction.

Ces dispositions devaient entrer en vigueur au 1er janvier 2010. La loi du 12 mai 2009 avait repoussé ce délai au 1er janvier  2011.

Subrepticement, dans le projet de loi de finances  2011, le gouvernement repousse ce délai au 1er janvier 2014…

Il invoque la prochaine suppression du juge d’instruction, alors même que ce projet avait été enterré par le Président de la République, quoiqu’en dise la ministre de la justice.

Ainsi, dans un texte budgétaire, le gouvernement demande aux parlementaires de renier les  lois  qu’ils ont votées à la suite de la commission parlementaire d’enquête sur l’affaire d’Outreau.

Peut-on imaginer pire mépris de la représentation nationale considérée comme une chambre d’enregistrement du fait du prince ?

 La collégialité  est pourtant une garantie de la qualité des décisions rendues.

De report en report, de tergiversation en tergiversation, le gouvernement confirme une fois de plus sa volonté de mise au pas de la justice.

Les juges d’instruction, magistrats indépendants parce que statutairement protégés, sont de moins en moins saisis, comme en témoigne l’affaire WOERTH.

Ils devront, si les parlementaires avalent, une fois de plus, les couleuvres qui leur sont proposées,   demeurer dans la solitude de leur cabinet  au mépris d’une volonté législative pourtant clairement affirmée en 2007.

Mais, entre  aujourd’hui et 2014, il y a d’autres échéances...

Le Syndicat des Avocats de France espère que les citoyens de ce pays sauront faire le bilan, en temps et en heure, et tirer  les conséquences politiques de cette manière de gouverner et de cette volonté délibérée  de supprimer tout ce qui peut tendre  à un meilleur fonctionnement de l’institution judiciaire.

Paris le 1er octobre 2010

Contact : saforg@orange.fr 06 07 13 09 37

Jean-Louis BORIE

Président

Partager

Derniers commentaires

JLP : Monsieur, Nous sommes entièrement à votre disposition pour répondre à vos demandes d'informations. Nos connaissons particulièrement bien le…
sur "INTERVENIR EN SYRIE : QUEL INTERET ? " par Roland HUREAUX

Serge Richard : Cher monsieur, je découvre avec plaisir votre intérêt pour rétablir la vérité sur la Syrie, au travers d'un commentaire de ce lien…
sur "INTERVENIR EN SYRIE : QUEL INTERET ? " par Roland HUREAUX

Anne-Marie : SIDERANT ! Total accord avec le commentaire de jluc Pujo "Etonnant - Pas étonnant - Pédophilie. De scandale en scandale (moeurs, sanitaire,…
sur «Il faut savoir s’il y a eu consentement», Finkielkraut prend la défense de Duhamel dans le scandale de pédophilie

Nathalie : Cette nuit #Macron réagit comme Georges Bush ! #Macron elu par la #CIA - soutenu et financé par #Obama, #Clinton et #Soros - Cette nuit, Macron…
sur Etats-Unis : des manifestants pénètrent dans le Capitole, provoquant l'arrêt du décompte officiel des votes du Collège électoral

Anne-Marie : USelection - LeCapitole. La France officielle - sous contrôle CIA - condamne "cette atteinte grave à la démocratie". C'est le contraire. Le…
sur Etats-Unis : des manifestants pénètrent dans le Capitole, provoquant l'arrêt du décompte officiel des votes du Collège électoral

Tags