Dossiers

« La Chine à la croisée des chemins » Revue Géostratégiques N°33

37962-chine-carte-1.gif

EDITORIAL

Jacques BARRAT, Professeur émérite (Université de Paris II Panthéon-Assas), ancien  diplomate et membre de l’Académie des Sciences d’Outre-mer.

 ***

En cet automne 2011, la Chine est la deuxième puissance mondiale. A en croire certains, elle deviendra bientôt la première puissance économique de notre  planète, n’en déplaise à Monsieur Obama qui au début de son mandat avait promis  aux Américains que les Etats-Unis conserveraient la première place.  Géographiquement parlant, la Chine avec ses 9,6 millions de km2 n’est pas un  pays mais un continent. Il est homogène certes par la composition de sa population, qui est han à plus de 92 %, car être Chinois signifie avant tout appartenir à cette ethnie. Mais la Chine est aussi très hétérogène par exemple lorsque l’œil du géographe distingue la Chine du blé au Nord de la Chine du riz au Sud, ou lorsqu’il se plaît à considérer que pour se rendre de la côte aux massifs du Tibet et aux déserts du Xingjiang, il faut gravir quatre marches, de moins en moins densément peuplées, de moins en moins développées et de moins en moins touchées par la modernité. De même, d’autres géographes considèrent que la Chine « utile » est celle de l’Est alors que celle de l’Ouest apparaît plus arriérée. Mais cette dernière  qui, presque vide d’habitants, concentre l’essentiel des richesses et des réserves en  matières premières et en sources d’énergie. Enfin, phénomène démographique fondamental, 80 % des Chinois occupent 20 % du territoire, les 80 % restants n’accueillant que 20% de la population.

Depuis 1978 qui marqua la fin d’un socialisme catastrophique et d’une terreur marxiste-léniniste arrivée à son paroxysme pendant la Révolution culturelle,  la politique d’ouverture pratiquée par Deng Xiaoping, véritable père de la Chine  moderne, a permis de libérer la force de travail considérable d’une population qui  compte aujourd’hui, selon les meilleurs experts, environ 1,4 milliards d’hommes.

Les résultats sont là. La « politique des quatre modernisations » a porté ses fruits et  des taux de croissance qui frisaient les 10 % malgré d’énormes disparités régionales ont permis en une génération démographique à la Chine de redevenir la grande  puissance qu’elle n’aurait jamais  dû cesser  d’être. Finies  donc  les  horreurs  de  la socialisation (1952-1958), l’ignoble campagne des « Cent Fleurs » (1956-1957),  la catastrophique démence du Grand Bond en avant (1958-1961) et les atermoiements du « il nous faut marcher sur deux jambes » (1962-1966), tout comme la folie dévastatrice de la grande Révolution culturelle prolétarienne (1966-1976).

Il faut toutefois considérer que si la Chine, première puissance démographique  sur notre  planète, deuxième  puissance du monde  par son PIB, fait montre aujourd’hui de chiffres quantitativement satisfaisants, ces derniers rapportés au niveau de l’individu ne permettent pas encore de classer le pays au sein des nations  développées. Heureusement, toute une série de retards sont peu à peu comblés, ceux concernant en particulier la production per capita, le revenu national par habitant, l’indice de développement humain, les statistiques de consommation, les  chiffres relatifs aux progrès du système des retraites et aux avancées de la médecine de masse. Mais ici comme ailleurs, la croissance économique a provoqué trois types  de méfaits. Tout d’abord, l’augmentation de plus en plus insupportable des inégalités sociales, d’autant que les nouveaux riches chinois manquent particulièrement  de discrétion. Ensuite, l’augmentation des inégalités sectorielles qui ne saurait durer car les migrants, nouveaux esclaves de la Chine du XXIe siècle, se rebellent de plus en plus souvent et ouvertement. Enfin l’augmentation encore plus profonde et donc plus pérenne des inégalités régionales qui vient rompre l’harmonie et l’équilibre  d’un pays de plus en plus marqué par la coupure entre paysans et citadins.

Parallèlement, avec les réformes effectuées depuis 1978 par un parti communiste qui continue de monopoliser le pouvoir et dont le slogan est « il est glorieux  de s’enrichir », la Chine est entrée de plein pied dans la mondialisation, mondialisation économique d’abord, mondialisation culturelle ensuite. Mais la mondialisation économique fait peser de graves dangers sur l’avenir de la Chine car cette  dernière ne peut continuer d’être l’atelier du monde alors même que la montée des  salaires et l’amélioration des conditions de vie la rendent de moins en moins compétitive sur le marché international. De même, sa course effrénée à l’importation de  matières premières et de sources d’énergie indispensables au maintien de sa croissance la fragilise économiquement, politiquement et diplomatiquement. Le défi   économique de la Chine aujourd’hui est donc de passer du quantitatif au qualitatif et de créer aussi un marché intérieur qui viendra peu à peu se substituer à ses clients les  plus importants  que sont  précisément l’Union européenne et les Etats-Unis.

Parallèlement, la réussite économique chinoise a fait du pays un énorme détenteur  de capitaux. Chacun sait que c’est la Chine qui possède désormais l’essentiel des avoirs financiers des Etats-Unis d’Amérique et de l’Europe et que ce sont ses paysans qui en épargnant ont permis la prospérité des pays capitalistes développés par  ailleurs aujourd’hui tous victimes de la crise de la dette américaine.

Ainsi en cet automne 2011, la Chine est à la croisée des chemins, car elle ne  peut conserver des degrés aussi élevés de dépendance économique vis-à-vis du marché mondial et d’un système financier international et transnational. Ils la mettent à la merci de la bonne santé économique mondiale. C’est pourquoi les Autorités de Pékin redoutent actuellement beaucoup la défaillance du dollar et les problèmes de survie de l’euro. De ce fait, on peut heureusement compter sur la Chine pour continuer de venir au secours d’un capitalisme financier apatride devenu certes moralement indéfendable mais dont la survie conditionne également celle de l’actuel  « modèle chinois ». Ce terme de « modèle » récusé par le PCC est néanmoins révélateur du cheminement économique suivi par ce pays depuis 1978. Mais il n’empêche  qu’il faudra assurément que le PCC change peu ou prou sa vision économique du monde, modifie ses priorités sociales intérieures et change sa diplomatie trop favorable aux « pays voyous » du monde comme la Corée du Nord, le Soudan, la Syrie, le Pakistan, etc. Sans ce changement radical, la politique du Parti sera d’autant plus  contestée qu’elle sera par trop contestable. A ces nuages noirs et à ces interrogations,   il faut ajouter que la politique démographique maoïste, celle de l’enfant unique, va  provoquer d’ici 2050 un véritable séisme, à savoir un processus catastrophique de  vieillissement de la population chinoise telle qu’on en aura jamais vu jusqu’alors dans l’histoire du monde. Il sera d’autant plus grave que la population désormais  plus urbaine que rurale devra subsister, une fois arrivée à l’âge de la retraite, dans  des grandes métropoles modernes sans que des systèmes de retraite suffisants aient  pu être mis sur pied durablement pour l’ensemble de cette population.

De fait, la réussite chinoise  que chacun se complaît à décrire est réelle et le  monde entier ne peut que s’en réjouir. Il n’empêche qu’elle est porteuse de toute une série de fragilités et de problèmes qui ne peuvent être résolus qu’à l’échelle d’un continent au minimum, sinon à celle de la planète toute entière. En réalité, la dépendance chinoise vis-à-vis de l’Occident est totale. Celle des Occidentaux vis-à-vis  des Chinois également.

A un autre niveau d’analyse, la fragilité culturelle de la Chine du  XXIe siècle semble  patente et cette civilisation millénaire, même si elle reste  profondément confucéenne, semble parfois avoir perdu son âme, confrontée à une modernité et donc à une occidentalisation par trop acculturantes. Les paysages urbains chinois en sont une parfaite illustration. Mais cette fragilité culturelle réside aussi dans un  isolement culturel et mental millénaire qui s’était révélé jusqu’au début du XXe siècle un rempart solide contre la modernité. Enfin, la fragilité culturelle chinoise procède  également de la fragilité politique et idéologique d’un PCC qui prône « l’économie socialiste de marché » et qui a indéniablement réussi à mettre sur pied la liberté économique mais en maintenant le régime du parti unique. Il en résulte toute une série de distorsions intellectuelles, de contradictions et de confusions mentales et donc de fragilités sociales. A cela il faut ajouter que les méthodes brutales de gouvernance  sont de plus en plus mal supportées par les masses chinoises. En même temps, la  pénétration des médias à l’occidentale, l’utilisation de l’internet par 500 millions  de personnes ont profondément changé la société chinoise. C’est ainsi par exemple  qu’on assiste à  la naissance  d’une opinion publique, en particulier chez ceux  là même qui avaient  le plus profité  du système, parce qu’ils étaient,  la plupart  du temps, proches du PCC.

A l’échelle du monde, la puissance militaire chinoise, le rôle désormais important de sa marine, la diplomatie développée par Pékin sont également des facteurs importants qu’il faut prendre en compte si on désire de manière raisonnable imaginer l’avenir d’un pays qui, dès 2030 aura une population inférieure à celle de l’Inde. On sait les atouts du monde indien en matière de high-tech à l’occidentale  et les immenses possibilités d’une élite de plusieurs centaines de millions de personnes déjà parfaitement intégrées, grâce à son anglophonie, à la marche du monde occidental.

Le réveil chinois est incontestable et le rôle de la Chine dans le monde n’aura jamais été aussi grand. Il en va de même de sa dépendance vis-à-vis du reste de la planète. Pour toutes ces raisons, il ne faudrait pas que la réussite chinoise soit obérée par des freins internes de plus en plus difficiles à accepter par sa population  en même temps que sa politique mondiale pourrait être remise en cause par des  concurrences sérieuses issues d’autres pays émergents.

SOURCE :

http://www.strategicsinternational.com/

Partager

Derniers commentaires

Philippe Von Hubert : #Macron a l’#ONU ? Une colère qui masque l’impuissance. Une #France adolescente, agitée. Un « Je » qui ne représente plus rien.…
sur Guerre en Ukraine : Macron dénonce un « retour à l'âge des impérialismes »

Anne-Marie : OUF ! ELISABETH II ... C'est fini ! La France ridiculisée dans une soumission ethérée ... Comme le rappelle JLPujo: "Devant l’aplaventrisme…
sur Un choriste des funérailles de la reine Elizabeth II, nouvelle «superstar» des réseaux sociaux

Anne-Marie : Décès d'ELISABETH II : Le délire français des gens de rien à qui l'on a désappris la France ! Comme le dit jean-Luc Pujo - Penser la France…
sur Mort d’Elizabeth II : le poignant hommage du prince Harry à sa grand-mère

Nathalie : « La terre et les terriens, mode d’emploi ! » Spectacle musical de #SuzanneGrimm & #ChristianVié "Plein de poésies pour une initiation…
sur « La terre et les terriens, mode d’emploi ! » Spectacle musical de Suzanne Grimm & Christian Vié

Nathalie : Cher Monsieur, libre à vous de ne pas partager les conclusions de M. Cotta. Mais vous manquez d'arguments. Dans le désordre actuel, M. Cotta…
sur LES "COUPS DE GUEULE" de JACQUES COTTA - Dernières VIDEOS !

Thématiques : AFGHANISTAN - AFRIQUE - Agriculture - Alain JUPPE - ALGERIE - Algérie - Alimentation - ALLEMAGNE - Amérique Centrale - Amérique du Sud - André Bellon - ANGLETERRE - Anne-Cécile Robert - Annie Lacroix-Riz - Armée française - ASIE - BANQUE MONDIALE - BRESIL - Bruno Le Maire - Catholicisme - CENTRE AFRIQUE - CHINE - CHINE - Christian Perronne - Christianisme - Clément Beaune - CNR - Communisme - COVID19 - COVID19 - CUBA - CULTURE - Défense - Demographie - Didier Raoult - Diplomatie française - DROIT - Ecologie & environnement - Economie - Edouard Philippe - EDUCATION - Egalité Femme & Homme - Election Européenne - Elections régionales - Elisabeth BORNE - Emmanuel Macron - Emmanuel MACRON - Energie - Enfance - Environnement - Eric ZEMMOUR - Eric Zemmour - ESPAGNE - Etienne Tarride - EURO - Européenne 2019 - Fabien Roussel - Fadi Kassem - Fiscalité - FMI - France-Allemagne - François Asselineau - François ASSELINEAU - François Bayrou - François Hollande - François Ruffin - Francophonie - francophonie & Langue française - Gabriel Attal - Gaullisme - Georges Gastaud - Gérald Darmanin - Gérard Larcher - Guadeloupe & Martinique - HISTOIRE - Humanisme - Immigration - INDE - INDE - INSTITUTION - IRAK - IRAN - ISLAM - Islamisme - ISRAEL - ISRAËL & PALESTINE - ITALIE - Jacques CHEMINADE - Jacques Cotta - JAPON - Jean Castex - Jean-Luc Melenchon - Jean-Luc Pujo - Jean-Pierre Chevenement - Jean-Pierre Raffarin - Judaisme - Justice - Justice - Laïcité - Laicité - Législative 2017 - Léon Landini - LIBAN - Libéralisme - LIBYE - Lutte Sociale - MACHREK - MAGHREB - Maison de France & Monarchie - MALI - Manuel Bompard - Marine LEPEN - Marine LEPEN - Marlène Schiappa - MEDIAS - MER - Mexique - Michel Houellebecq - Michel Onfray - MUSIQUE - Nathalie Arthaud - Nations d'Europe - Nicolas Dupont-Aignan - Nicolas Sarkozy - NIGERIA - Nucléaire - OCS - OCS - OMC - ONU - ONU - Nations Unies - OTAN - OTAN - PAKISTAN - PALESTINE - Patriotisme - Penser la France - POLICE & Sécurité - Pour une Constituante - PRC - PRCF - Présidentielle 2017 - Présidentielle 2022 - Protestantisme - QUEBEC - QUEBEC - RéinfoCovid 2022 - Relations Internationales - RELIGION - Roland Hureaux - RUSSIE - RUSSIE - RUSSIE - SANTE - SANTE - Sciences & Recherche - SERVICE PUBLIC - SPORT - Syndicats - SYRIE - TURQUIE - UKRAINE - Ukraine - Union européenne - USA - USA - Valérie Bugault - Valérie PECRESSE - Valérie Pecresse - VENEZUELA - VENEZUELA - Venezuela - Yaël Braun-Pivet

Tags