Débats

Mix énergétique : quelle place pour le nucléaire? (Sauvons le climat)

1204-sauvons-le-climat.jpg

La catastrophe de Fukushima vient de relancer le débat sur la place du nucléaire dans l’évolution du mix énergétique.

Quel que soit le caractère exceptionnel et non généralisable de l’événement à l’origine de la catastrophe, chacun perçoit qu’au final, ce n’est pas seulement la probabilité de l’accident qui compte, mais l’ampleur de ses conséquences, surtout en termes de durée, s’il advient.

Il faudra donc, bien entendu, tirer des conclusions concernant l'amélioration de la sûreté des centrales, en ce qui concerne le risque inondation, la protection des piscines, les possibilités de vie en autarcie de la centrale et le maintien d'une accessibilité satisfaisante dans toutes les conditions. Le but à atteindre est que l'évacuation de la population, qui crée inévitablement un climat de panique, ne soit plus nécessaire.

Le caractère non local des effets, perceptible à travers les images d’évolution du panache à travers le monde, confirme que l’énergie n’est pas une marchandise comme une autre, et qu’elle devrait être considérée comme un bien commun, au même titre que l’eau, l’atmosphère ou le climat, relevant plus d’une logique de service public que d’une logique de marché. L’établissement de normes internationales de sécurité, la mise en place d’instances d’évaluation indépendantes des gestionnaires des centrales, le renforcement des agences internationales de contrôle sont autant de chantiers indispensables à développer si l’on entend profiter des avantages de l’énergie nucléaire comme source concentrée et décarbonée d’énergie. Des panaches similaires aux panaches radioactifs, mais porteurs cette fois des gaz à effet de serre, rendraient concret cet autre aspect non local des perturbations anthropiques de l’atmosphère.

L’accident de Fukushima ne supprime en effet pas la problématique énergie-climat telle qu’elle se pose pour les décennies à venir à l’humanité : comment assurer une augmentation d’un facteur proche de deux de la demande énergétique globale d’ici 2050, en raison principalement de l’émergence de pays hors OCDE, tout en divisant par deux les émissions de gaz à effet de serre ?

Aujourd’hui, les potentiels des énergies renouvelables sont trop réduits pour qu’elles puissent remplacer les énergies fossiles, même aidés par l’indispensable amélioration de l’efficacité énergétique.  Abandonner rapidement le nucléaire impliquerait nécessairement de s’engager dans une perspective « décroissante » dont la gestion sociale serait d’autant plus délicate qu’elle serait brutale.

Sauvons Le Climat pense qu’il convient plus que jamais de garder la tête froide.

Retrouvez ce communiqué et mettez votre commentaire sur le blog de Sauvons Le Climat

Partager

Derniers commentaires

Paul De Florant : Encore la CIA ! « Le Département d’Etat américain a recruté et formé des militants antiracistes français » juillet 2020.…
sur « La CIA en France : 1942-2017» Par jean-Luc Pujo (Penser la France) - Janvier 2017

Paul De Florant : Magnifique intervention ! Renouer avec « l’esprit de 89 » ? Sacré vrai programme ! Vive le CNR ! Vive le nouveau CNR ... Federation et…
sur 14 juillet : « Renouer avec « l’esprit de 89 » ! » Intervention de Jean-Luc Pujo – les Clubs « Penser la France »

L' artisan : Cher Jean Luc, Le constat est juste le plaidoyer aussi, mais comment appliquer concrètement dans la vie de tous les jours de tous les citoyens…
sur 14 juillet : « Renouer avec « l’esprit de 89 » ! » Intervention de Jean-Luc Pujo – les Clubs « Penser la France »

Paul De Florant : Magnifique réponse de Nilda Fernandez. Paul de Florant * Espagne & Catalogne : "Nilda Fernandez écrit à Lluis Llach" octobre 2017…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Anne-Marie : Magnifique réponse de Nilda Fernandez. Partout la partition néolibérale, régionalisme et racialisme, contre les Unités historiques qui…
sur Espagne & Catalogne : "Nilda Fernandez écrit à Lluis Llach" octobre 2017

Tags