Débats

« Internet, aide ou danger pour la démocratie ? » par Isabelle Falque-Pierrotin

18967-falque-pierrotin-1.jpg

Une communication à l’Académie des Sciences Morales et Politiques

Qu’apporte Internet à la démocratie ? Est-il une aide ou un danger ? Les changements qu’il introduit sont-ils importants ? Quels sont les enjeux et comment agir ? Dans une communication prononcée le 11 octobre 2010 devant l’Académie des Sciences Morales et Politiques, retransmise par Canal Académie, Isabelle Falque-Pierrotin, Conseiller d’Etat, Présidente du Forum des droits sur l’Internet, Vice-présidente de la CNIL, nous invite à une réflexion sur ces questions essentielles pour l’avenir des démocraties.

Cette communication s’inscrit dans le programme de l’année 2010 dont le thème choisi par le Président Mesnard est la démocratie.

Isabelle Falque-Pierrotin rappelle que l’Internet est devenu un objet social qui concerne aujourd’hui 35 millions de Français et plus d’un milliard et demi d’individus dans le monde. Elle souligne qu’« avec le Web 2.0, l’Internet est devenu un territoire social. » Elle propose de réfléchir à l’incidence de ces nouveaux usages sur nos équilibres et pratiques politiques et « de s’interroger sur le système politique lui-même qui semble émerger dans le monde en ligne. »

Internet comme outil pour la démocratie

Le premier éclairage qu’apporte Isabelle Falque-Pierrotin concerne l’apport des outils de l’internet au fonctionnement de nos démocraties représentatives. Pour elle, l’apport majeur de l’internet à la démocratie se situe sur le terrain de la liberté fondamentale de communication. « Cette liberté est double : c’est le droit d’être informé mais surtout celui de s’exprimer. »

Ces possibilités peuvent inquiéter certains pays « pour lesquels le contrôle de l’information est un élément de la stabilité politique du régime ». Isabelle Falque-Pierrotin cite notamment l’exemple de la Chine qui travaille à la mise en place du « bouclier doré », permettant de construire un internet clos.

Elle évoque les débats actuels aux Etats-Unis et en Europe sur la notion de « net neutralité », qui est un des principes fondateurs de l’internet.

Selon elle, l’apport le plus novateur du réseau réside probablement dans la liberté de s’exprimer.

- « Avec internet et les technologies du Web 2.0 en particulier, chaque individu est un émetteur potentiel. »

Avec internet, « nous entrons dans une ère de transparence accrue qui s’impose aux gouvernements pour lesquels il devient difficile d’occulter les informations qu’ils ne souhaitent pas voir diffuser. Internet est devenu un puissant outil de contre-pouvoir. »

Un autre apport est l’émergence de nouvelles formes de participation politique. Elle cite des exemples : en France, le référendum de 2005, la campagne présidentielle de 2007, les consultations citoyennes en Ecosse et en Allemagne, la campagne du Président Obama aux Etats-Unis.

Cependant, Isabelle Falque-Pierrotin invite à relativiser les changements introduits par l’internet « qui sont plus ténus qu’ils n’y paraissent. »

Elle rappelle notamment que le vote électronique n’a pas provoqué de hausse significative de la participation aux élections.

Evoquant l’analyse du philosophe Marcel Gauchet, elle souligne qu’internet favorise la constitution de « communautés largement autocentrées » et peut conduire à une fragmentation qui serait porteuse de risque pour la démocratie.

Le risque systémique d’internet : la tentation de la société de surveillance

Puis, Isabelle Falque-Pierrotin apporte un deuxième éclairage, en insistant sur la notion de « société de surveillance. »

Qui contrôle ? A la fois les Etats, les entreprises comme Facebook et Google et les utilisateurs eux-mêmes. « Tous les membres de la communauté sont chargés de la surveillance des autres utilisateurs. »

Au terme de cette analyse, Isabelle Falque-Pierrotin affirme que « l’avenir d’internet et de la vision démocratique qu’il peut incarner n’est pas écrit. Il résultera avant tout des choix qui seront faits par les individus. »

Elle insiste sur deux points :

- « Il est nécessaire d’être présent au sein des enceintes internationales pour promouvoir une certaine vision de l’internet. »

- « Il faut réaliser qu’internet façonnera les démocraties du 21e siècle et non l’inverse. On ne pourra pas gouverner au 21e siècle comme au 20e siècle. On ne pourra pas retourner en arrière, dans l’avant internet. »

ECOUTER l'émission sur CANAL ACADEMIE :

http://www.canalacademie.com/ida6274-Internet-aide-ou-danger-pour-la.html

Partager

Derniers commentaires

Paul De Florant : Encore la CIA ! « Le Département d’Etat américain a recruté et formé des militants antiracistes français » juillet 2020.…
sur « La CIA en France : 1942-2017» Par jean-Luc Pujo (Penser la France) - Janvier 2017

Paul De Florant : Magnifique intervention ! Renouer avec « l’esprit de 89 » ? Sacré vrai programme ! Vive le CNR ! Vive le nouveau CNR ... Federation et…
sur 14 juillet : « Renouer avec « l’esprit de 89 » ! » Intervention de Jean-Luc Pujo – les Clubs « Penser la France »

L' artisan : Cher Jean Luc, Le constat est juste le plaidoyer aussi, mais comment appliquer concrètement dans la vie de tous les jours de tous les citoyens…
sur 14 juillet : « Renouer avec « l’esprit de 89 » ! » Intervention de Jean-Luc Pujo – les Clubs « Penser la France »

Paul De Florant : Magnifique réponse de Nilda Fernandez. Paul de Florant * Espagne & Catalogne : "Nilda Fernandez écrit à Lluis Llach" octobre 2017…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Anne-Marie : Magnifique réponse de Nilda Fernandez. Partout la partition néolibérale, régionalisme et racialisme, contre les Unités historiques qui…
sur Espagne & Catalogne : "Nilda Fernandez écrit à Lluis Llach" octobre 2017

Tags