Débats

"ÉPANDAGE AÉRIEN : retour vers le futur !" (SYNDICAT APICULTEURS MIDI PYRÉNÉES)

176360-apiculteur-midipyrenees.jpg

SYNDICAT APICULTEURS MIDI PYRÉNÉES·MERCREDI 18 AVRIL 2018

Amendement n°CE2054 déposé le 13 avril sur l'expérimentation d'épandage par drone de pesticides

Résumé

La Préfecture de la Haute-Garonne avait accepté en 2012 des dérogations, autorisant l'épandage de produits dangereux pour la santé. Ces dérogations masquaient le lieu de traitement, rendant ainsi l'opération opaque pour les riverains directement concernés. Les Apiculteurs Midi-Pyrénées, FNE Midi-Pyrénées et le Collectif Anti-OGM 31 s’étaient fortement mobilisés1 pour dénoncer ces dérogations aux graves conséquences sanitaires et environnementales. Dans un jugement du 20 juillet 2015, le Tribunal Administratif de Toulouse a annulé et condamné le préfet d’alors pour son arrêté du 5 juillet 2012 qui autorisait une dérogation saisonnière à l’interdiction d’épandage aérien sur les cultures de maïs grain, semences et pop-corn. Il aura fallut attendre 3 ans pour que l'arrêté de 2012 soit annulé.

Face aux actions en justice menées par les requérants, le Ministère de l’agriculture avait finalement décidé d'interdire ces épandages aériens sur toutes les cultures à partir du 1er janvier 2016, par arrêté du 15 septembre 20142.

Mais c'est par un retour fracassant que l'épandage aérien fait son « coming-out », grâce à une nouvelle technologie RE-VO-LU-TION-NAI-RE : les drones ! Un amendement a été déposé en ce sens, dans le cadre des débats sur le Projet de Loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable.

Objet : Un amendement, déposé par le député Jean-Baptiste MOREAU3, propose une autorisation de dérogation à l'interdiction des épandages aériens de pesticides. Un amendement suivi par une quinzaine de ses collègues parlementaires.

Le concept de drone naît pendant et après la Première Guerre mondiale : des prototypes d'avions sans pilote radio-commandés ont ainsi vu le jour4.

« C'est ainsi qu'une centaine d'années plus tard, certains parlementaires arrivent devant la commission, avec un amendement mortifère pour les abeilles5, notre environnement et notre santé6 », Olivier Fernandez, Président du Syndicat Apiculteurs Midi-Pyrénées. Mais de qui se moque t-on ?

C'est le rapporteur en personne, qui a donc déposé cet amendement proposant une expérimentation d'épandage par drone pour « une agriculture de précision ». Peut-être a t-il été inspiré par le député Les Républicains du Haut-Rhin Jacques CATTIN qui à l'occasion de la discussion générale sur le texte a interrogé le Ministre de l'Agriculture mercredi 11 avril, sur une « expérimentation encadrée qui consisterait à traiter par drone les vignobles en forte pente (…) et sur des surfaces très restreintes ».

Cette technique soi-disant devrait réduire la dispersion dans l’atmosphère des pesticides. Rappelons toutefois que ces molécules restent hautement nocives pour les pollinisateurs (ex : abeilles, bourdons, papillons), mais aussi les oiseaux7.

Pour Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres et ancienne Ministre de l’Ecologie : « Ce serait un recul grave de revenir sur l’interdiction de l’épandage aérien de pesticides qui a été prohibé pour de bonnes raisons, au regard des conséquences pour la santé et l’environnement ».

Nous ne pouvons que dénoncer cette ineptie du « toujours plus ». Notre modèle agricole doit changer vers une agriculture plus durable et les outils de demain ne doivent pas nous permettre d’utiliser les molécules d’hier.

Le Président du Syndicat Apiculteurs Midi-Pyrénées Olivier FERNANDEZ

____

1http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/01/16/les-epandages-aeriens-de-pesticides-vont-se-poursuivre-en-france_4349063_3244.html

2 Actuellement des dérogations sont autorisés pour le riz et la vigne.

3 Député En Marche de la Creuse

4 https://fr.wikipedia.org/wiki/Drone

5 Rappelons que le taux de mortalité annuel des ruches est aujourd’hui de 35 % en France et certaines exploitations sont arrivées cet hiver à des taux stupéfiants, parfois 80 % des ruches sont mortes.

6 http://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/131217

7http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/03/20/les-oiseaux-disparaissent-des-campagnes-francaises-a-une-vitesse-vertigineuse_5273420_1652692.html

Partager

Derniers commentaires

Paul De Florant : Jacques CHEMINADE fait référence à l'échec du SOMMET International de Paris du 16 mai 1960, suite à l'affaire de l'avion U2 américain survolant…
sur « Vers la déshumanisation du monde ? » Jacques CHEMINADE - Exceptionnel - 29 septembre 2018

Laurence : AU REVOIR à Antoine SFEIR : Vendredi 5 octobre 2018 Cathédrale Notre-Dame du Liban - rue d’Ulm à Paris - 13h00 Une délégation de la…
sur « Hommage à M. Antoine SFEIR » La Rédaction de Politique-Actu.com

Paul De Florant : Anniversaire - Attentats du 11 septembre 2001 Total accord ! "Si vous refusez de répondre à cette question : "Qui a organisé les attentats du…
sur « Les conséquences politiques des attentats fabriqués du 11 septembre 2001 » par Jean-Luc Pujo, président des Clubs « Penser la France »

allo : Comment peut-on se procurer ce hors-série ?…
sur « Ralentir la vi(ll)e » Hors-série du Sarkophage 48 pages, 4,50 euros

michel.B : Monsieur le président Macron est très actif sur le plan international certes... Hélas, il fait, comme le dit un certain, un énorme cadeau aux…
sur Pétition nationale : Sauvegarder nos RETRAITES !

Tags