Débats

« Crise politique, perquisitions, financements : Tout conduit vers une Constituante ! » André BELLON (Pour une Constituante)

181901-constituantehistoire-1.jpg

___

Les réactions, déclarations ou appels suite aux perquisitions chez Mélenchon et au siège de FI ne font que rendre encore plus difficile la compréhension de la situation politique.

Comme à chaque affaire de la sorte, les soutiens du perquisitionné crient au complot et exigent une justice équitable.

Certes, l’opération s’inscrit dans une suite d’affaires de même nature qui, jusqu’à présent, ont relativement épargné le Président de la République.

Mais, en alimentant les affaires par les invectives et les déferlements sur les réseaux sociaux, pense-t-on aider à remettre la vie politique sur une base saine ?

Ces affaires, au lieu de tourner aux règlements de comptes, devraient permettre de mettre en lumière les vices de nos institutions qui blessent la vie politique française depuis des décennies.

La question du financement de la vie politique n’est pas neuve.

Elle remonte au début des années 1990.

A cette époque, les députés, pour la plupart PS, ont intégré la culpabilité que faisaient peser sur eux la classe dirigeante et les médias dominants.

Voulant retrouver une légitimité devant les électeurs qui rejetaient la politique menée alors et ne pouvant ou ne voulant pas s’opposer à l’exécutif, ils ont pensé retrouver une légitimité en transformant la question politique en problème moral.

Ils ont donc ainsi eux-mêmes appelé à être surveillés, contrôlés, sanctionnés.

Cette tentative naïve n’a évidemment pas empêché la déroute de 1993, renvoyant la majorité d’entre eux dans leurs foyers alors que le responsable principal de la politique menée, François Mitterrand, n’était même pas effleuré par l’idée de démission.

Bien sûr, des brebis galeuses existent chez les élus comme ailleurs.

Et l’immunité parlementaire est destinée à garantir l’indépendance politique, pas à couvrir les affaires de droit commun.

Mais, justement, y a-t-il encore indépendance politique et n’est-ce pas la question véritable ?

La situation demande avant tout de savoir ce que signifie la représentation des citoyens aujourd’hui.

Un citoyen peut-il demander à un député de le représenter alors qu’il sait que ce dernier n’en a plus le pouvoir ?

La logique infernale consistant à faire contrôler de plus en plus les députés par des juges n’est que la conséquence de tous ces glissements.

Ainsi disparait la séparation des pouvoirs, celui des juges passant de la non intervention au contrôle de conformité, puis à celui d’opportunité des actions des parlementaires.

Le pouvoir des juges s’étend, en cohérence d’ailleurs avec le fonctionnement de l’Union européenne. Parallèlement, le pouvoir de l’exécutif empiète de plus en plus sur le législatif et les « réformes » Macron apparaissent comme destinées à accentuer le glissement.

Peut-on même parler encore de séparation des pouvoirs alors que le législatif s’estompe de plus en plus et que l’exécutif étend son emprise ? Ne s’engage-t-on pas vers une forme totalitaire du pouvoir ?

Chacun, dans ce système de moins en moins conforme aux principes démocratiques, a cru trouver son avantage dans les ennuis de son adversaire.

L’affaire des assistants parlementaires, lancée à l’origine par le président du Parlement européen Martin Schultz contre le FN, est revenue comme un boomerang contre tous les responsables politiques, à commencer par ce pauvre Bayrou auquel personne n’avait songé jusque-là.

Certes, les questions judicaires demandent sérieux et retour aux principes républicains.

Mais doivent-elles occuper tout l’espace public ?

Dans le contexte de crise politique et morale qui s’est aujourd’hui développé, le pays a besoin d’autre chose que d’invectives ou d’appels à soutenir une personnalité charismatique.

La question ne peut plus être dans les mains de quelques-uns, partis ou politiques. La solution est la reconstitution du corps politique dans son intégralité.

Il faut donc que la réflexion sur le commun, la redéfinition des règles et la manière de s’y soumettre, soit redonnée à l’ensemble des citoyens.

Tel est le seul sens possible pour la Constituante.

ANDRE BELLON*

__

*André BELLON est ancien Président de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, président de « Pour une Constituante ».

SOURCE:

https://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article1549

Partager

Derniers commentaires

Paul De Florant : RACKET AMÉRICAIN sur la Société Générale ! Amende de 1,35 MILLIARD - Une honte ! Après la BNP ...…
sur Etats-Unis : les feux de forêt massifs dans le nord de la Californie sont presque entièrement contenus

Anne-Marie : Mercredi 14 novembre 2018 ? RIEN ! * Emmanuel MACRON sur TF1. Un Président de la République toujours illusionné par lui-même. Une analyse…
sur Emmanuel Macron : "Je n'ai pas réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants"

Nathalie : ATTENTATS du 13 Novembre 2015 - Des élites incapables ! SARKOZY, VALLS, BAUER... 10 ans d'incompétences ! Gilles Kepel: «Le 13 novembre? Le…
sur Attentats du 13 novembre : "Il est primordial d’aider les survivants", selon Alba Ventura

Paul De Florant : 14-18 : Pensées et hommage à tous nos morts pour la France ! Nous n’oublierons jamais ! Lettre du président de la République Poincaré au…
sur 11 NOVEMBRE : « CENTENAIRE de la fin de la Guerre + Hommage aux résistants du 11 novembre 1940 » (Penser la France)

Benjamine : Pétain or not Pétain ? La vérité historique, c’est tout ! «Le futur n'efface pas le passé». LIBRE OPINION du colonel (er) Michel GOYA.…
sur Pétain: un ministre israélien exhorte Macron à ne pas défendre les soutiens des Nazis

Tags