Actualités

« Robert Dulas l’espion qui a eu chaud » par Hervé BERTHO (Ouest France)

109794-dulas-ouest-france-aa1.jpg

_

ENTRETIEN OUEST France – 16 novembre 2014

Les espions ont aussi des amis. Pierre Marziali a pris une balle parce qu’il en savait trop... Son ami  Bob Dulas réhabilite sa mémoire et se protège lui-même en sortant de l’ombre.

Rencontre

« Je ne sens pas le souffre, je suis  un mec bien... » Bob Dulas, 66 ans,  est un petit bonhomme qui passerait presque inaperçu... Cela fait pourtant une quarantaine d’années que  ce monsieur « bons offices » manœuvre dans les ombres de l’Afrique qui parle français.

Son ami, associé et fils spirituel, Pierre Marziali a été le seul mort français de la guerre en Libye. Il a pris une balle dans le ventre à Benghazi le 11 mai 2011, lors d’un « banal » contrôle d’identité. Il dirigeait la Secopex, une société militaire privée, petite boîte française parmi les deux cents sociétés de ce genre qui prospèrent dans le monde. Marziali travaillait aussi pour les Américains dans ce monde du double jeu et du billard à trois bandes. Celui qui a tiré sur Marziali, un milicien anti-Kadhafi, était cagoulé. Robert Dulas ne croit pas à la  bavure mais à une exécution. Au nom de la raison d’État...

La Françafrique souterraine

Pour la mémoire de son ami autant que pour prendre une police assurance, il balance presque tout sur  son réseau d’espionnage privé des groupes d’islamistes. Le reste est déposé chez deux avocats. Ceux qui savent ont déjà lu entre les lignes de son  livre...

Ses confidences, écrites avec la  complicité de Jean-Philippe Leclaire et Marina Ladous, dont on verra le  documentaire sur cette histoire sur Canal + le 8 décembre, sont dignes d’un roman d’espionnage. Robert Dulas y affiche son réseau maçonnique, celui de la Françafrique souterraine, là où les grands maîtres jouent aux chefs d’État et l’inverse... C’est ce réseau autant que sa bonne mine qui lui ont permis de tisser une vaste toile d’araignée...

« Je suis arrivé à Abidjan sac-à-dos en 1972. C’était l’Eldorado ! J’ai tout de suite trouvé des boulots, puis j’ai dirigé une société de sécurité... »

Le notable se fait élire, rejoint des tas d’associations et devient « diplomate souterrain » pour le président ivoirien Houphouët-Boigny. Le porte-documents est aussi conseiller : les présidents africains apprécient son bon sens et son efficacité... On le retrouvera aux côtés de l’Ivoirien Robert Guéï  et puis plus tard en Centre-Afrique chez Bozizé...

Personnage du roman du monde,  Bob Dulas cultive des amitiés touarègues depuis des décennies. « J’ai  beau changer les puces de mes téléphones, je sais que je suis pisté en permanence... »

Avec ses cinq téléphones portables dont deux cellulaires branchés  sur des satellites, il garde pourtant le contact avec ses yeux et ses oreilles partout dans le désert : il y a toujours quelqu’un qui voit quelque chose.

Et Bob le connaît, qu’il soit berger, chauffeur de taxi ou général. Le renseignement est d’abord une affaire  d’hommes. C’est utile pour jouer sa  partie dans le business des otages.

Mais Bob est considéré comme  un « emmerdeur » par les services  français. « Je suis un autodidacte et  Pierre, malgré ses médailles, avait  quitté les forces spéciales avec le simple grade d’adjudant. On nous  prenait pour des pignoufs ! »

Il affirme pourtant avoir donné des infos sur les lieux où les otages d’Arlit étaient retenus. « Pourquoi ont-ils été otages pendant trois ans ? Parce qu’il y avait d’autres intérêts que leur libération... C’est un business qui pèse des dizaines de millions d’euros ».

Toujours sur la piste des katibas, il  avait prévenu le renseignement français et l’Élysée de Sarkozy que les islamistes radicaux étaient à la manœuvre en Libye : mais cela ne cadrait pas avec le romantisme de Bernard-Henri Lévy, dont l’« ami » Mustafa el Sagezli, à qui Sarkozy a fourni des armes, n’avait rien de très recommandable... « On n’a pas voulu nous écouter car il fallait à tout prix se débarrasser de Khadafi qui avait arrosé tant de monde qu’il était devenu  trop dangereux... »

Bob est tombé souvent, a survécu  à deux cancers, à la dépression et aux trahisons. Mais il s’est toujours  relevé avec une hargne et un aplomb  incroyable. Il ne voudrait pas s’arrêter maintenant sur une bête balle perdue.

Alors, il parle et il écrit... Mais pas question de prendre sa  retraite. « J’ai brassé beaucoup d’argent mais aujourd’hui je n’ai pas de  quoi m’acheter un logement. » Il vit  à l’hôtel à Bamako et à Niamey : « Je travaille pour une boîte hollandaise  intéressée par les mines d’or ». Lui-même en est une pour qui met les pieds en Afrique de l’Ouest. L’ambassade du Japon vient d’ailleurs de le contacter sur le mode de « expliquez- nous ce qui se passe ». Le Burkina-Faso vient de bouger et pour lui ce n’est qu’un début : le brasier de Brazzaville est prêt à s’enflammer...

Hervé BERTHO.

DULAS livre café 1.JPG

Mort pour la Françafrique, Robert Dulas, Marina Ladous, Jean-Philippe Le- claire, Stock, 336 pages, 20 €.

__

CONSULTER LE DOSSIER DE PRESSE de "POLITIQUE-ACTU.com"

- Robert DULAS sera l'invité des cafés hyper-républicains en Mars 2015 à PARIS Bastille -

Partager

Derniers commentaires

Nathalie : GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire ! Préparez-vous, on recommence ! PARIS 16 novembre 2019 !…
sur "La Marseillaise" à l'Arc de Triomphe - 1er Décembre 2018 - GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire !

Alphonse Marie Louis : Merci M Pujo pour votre intervention que je rejoins. Par contre je ne pense pas qu'une réponse uniquement jacobine puisse sauver les Etats Nations.…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Paul De Florant : La France pleure les Kurdes après avoir trahi tous le monde dans la région… Bravo ! Comme le rappelle ce soir Jean-Luc Pujo - note…
sur La ministre française des Armées demande l'arrêt de l'opération militaire turque en Syrie

JLP : Toujours excellente analyse de Donald TRUMP. L'Etat profond américain est dans la constance... contre ce mauvais choix des élites américaines…
sur Trump: «Aller au Moyen-Orient, c’est la pire décision» que les USA aient jamais prise

JLP : Pensée pour Antoine SFEIR. Un homme exceptionnel qui nous manque, tant humainement qu'intellectuellement... pour mieux comprendre notre monde. Il y…
sur « Hommage à M. Antoine SFEIR » La Rédaction de Politique-Actu.com

Tags