Actualités

« Peuple HMONG – LAOS » Note de la rédaction

37247-laos-carte.jpg

Note complémentaire suite à l'article : "Lettre du colonel Robert JAMBON, suicidé pour la France"

***

Pour aller plus loin sur cette problématique complexe, la Rédaction de POLITIQUE-ACTU vous propose les livres suivants concernant l’histoire des Hmong dans le "Haut Pays" (terme de la littérature et de l'administration coloniale) :

- QUINCY Keith, Harvesting Pa Chay’s Wheat, The Hmong and America’s Secret War in Laos, Eastern Washington University Press, Spokane (Etats-Unis), 2000. Basé sur les témoignages de très nombreux réfugiés aux Etats-Unis et au Canada. Histoire très détaillée de la période dite "américaine" dans le Nord-Est du Laos, et de celle des Hmongs. L’ouvrage explique bien le fractionnement de la communauté entre une minorité procommuniste (le clivage était lié à un conflit entre clans suite à la désignation d’un chef de canton par les Français, Touby Ly Foung, alors que le prétendant était Lo Bia Liao) et une majorité pro-américaine, qui devint totalement dépendante de la CIA avec le trafic de l’opium et l’enrôlement de tous les hommes valides. Dans les années 1960, le Haut Pays, contrôlé par les Hmong, était un Etat dans l’Etat ; sa capitale, Long Chen, deuxième ville du pays, était secrète.

- MIGNOT Fabrice, La France et les princes thaïs des confins du Viêt-Nam et du Laos, Des Pavillons noirs à Dien Bien Phu, Paris, L'Harmattan, 2009. Histoire contemporaine des Sip Song Chau Thaï (Douze Principautés Thaïes), de l'installation conflictuelle des bandes de réfugiés armés de Chine, dont les Hmong (appelés alors « Pavillons blancs »),  des guerres dans le Haut Laos, et du protectorat français dans cette région, de Pavie à la Fédération Thaïe.

DAVID Michel (lieutenant-colonel), Guerre secrète en Indochine, Les maquis autochtones face au Viêt-Minh 1950-1955, Lavauzelle, 2002. Histoire militaire des maquis hmong et thaïs organisés au Viêt-Nam et au Nord du Laos (indépendant en 1953) par les services secrets français ("opération X") et abandonnés après les accords de Genève en juillet 1954 (massacrés par les communistes ou réfugiés dans la zone royale du Laos ou au Sud-Viêt Nam).

- CULAS Christian, Le messianisme hmong aux XIXe et XXe siècles, Paris, Maison des Sciences de l’Homme (MSH), 2005. Depuis la conquête violente de leur territoire en Chine du Sud par les Mandchous au milieu du XIXe siècle (où ils sont aujourd’hui les encore les plus nombreux), ceux des Hmong qui ont alors émigré au Laos et au Viêt Nam, chamanistes organisés en clans hostiles à toute forme étatique, ont, à plusieurs reprises, tenté de recréer par les armes un espace dont ils seraient souverains, les « Chao Fa » (« fils du ciel »), dans un Haut Pays, où la mosaïque ethnique est l’une des plus inextricables du monde.

PAYEN Cyril, Laos, la guerre oubliée, Le massacre des Hmongs, un déshonneur français et américain, Paris, Robert Laffont, d’après un reportage réalisé en 2005 dans les derniers maquis hmongs du Laos.

Et l’incontournable colonel Jean DEUVE, qui a passé 20 ans au Laos de 1945 à 1965, où il a été successivement chef d'un groupement de guérilla anti-japonais, chef des services de renseignement, directeur de la police laotienne, conseiller politique du Premier ministre du royaume laotien, s'avère un témoin exceptionnel de l'histoire du Laos. Il a publié notamment : Guérilla au Laos, Paris, L’Harmattan, 1997, histoire des groupes de guérilla (pour la plupart disparus) après l’instauration du régime communiste en 1975 ; La Guerre secrète au Laos contre les communistes (1955-1964), Paris, L’Harmattan, 1995 ; Royaume du Laos, histoire évènementielle de l’indépendance à la guerre américaine, 1949-1965, Paris, L’Harmattan, 2003, (où il relate notamment la difficulté des montagnards du Laos, sujets de seconde zone appelés alors « kha », c’est-à-dire « serviteurs » par les Lao et les Thaïs des montagnes) à se faire accepter dans les institutions du royaume ; Le Service de renseignement des forces françaises au Laos (1946-1948), Paris, L’Harmattan, 2000. 

Partager

Derniers commentaires

Nathalie : MALI-NIGER. -Bilan catastrophique de l’engagement français des 13 dernières années – sur note confid. de JLPujo/PenserlaFrance - Le désastre…
sur Soldats morts au Mali : qui sont les 13 victimes ?

Paul De Florant : MALI - NIGER : Les Français totalement désinformés "Hommage. Triste pour ces Hommes. Pensées pour les familles. Nos gouvernants - #Sarkozy…
sur Soldats morts au Mali : qui sont les 13 victimes ?

Nathalie : GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire ! Préparez-vous, on recommence ! PARIS 16 novembre 2019 !…
sur "La Marseillaise" à l'Arc de Triomphe - 1er Décembre 2018 - GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire !

Alphonse Marie Louis : Merci M Pujo pour votre intervention que je rejoins. Par contre je ne pense pas qu'une réponse uniquement jacobine puisse sauver les Etats Nations.…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Paul De Florant : La France pleure les Kurdes après avoir trahi tous le monde dans la région… Bravo ! Comme le rappelle ce soir Jean-Luc Pujo - note…
sur La ministre française des Armées demande l'arrêt de l'opération militaire turque en Syrie

Tags