Actualités

NOTE DE LECTURE - « La Grande démolition » de Roland Hureaux - par Jean-Luc Pujo

DEBAT 

CAFE HYPER-REPUBLICAIN du samedi 28 janvier 2012

 NOTE DE LECTURE & présentation par Jean-Luc Pujo du livre de « La Grande démolition – La France cassée par les réformes » de Roland Hureaux - édition Bucher&Chastel – janvier 2012

***

Nous recevons aujourd’hui M. ROLAND HUREAUX pour répondre à cette interrogation :

« Quelle vision de la France porte aujourd’hui un gaulliste ? »

Roland Hureaux nous vous remercions vivement d’avoir bien voulu répondre à notre invitation.

Vous êtes normalien, énarque. Vous avez été proche collaborateur de Philippe SEGUIN.

De nombreuses raisons de vous interroger pour recueillir votre vision de la situation de la France et les perspectives d’un redressement possible.

Les habitués des Cafés hyper-républicains vous connaissent déjà.

Vous étiez venu nous présenter un ouvrage collectif faisant suite à une manifestation organisée à la Sorbonne avec M. Robatel « Après l’Europe de Bruxelles, une France libre dans une communauté d’Etat Souverains ».

Et vous publiez ces jours-ci un essai magistral « La Grande démolition – La France cassée par les réformes »

Un livre magistral, disais-je.

C’est le livre d’un politique, amoureux de la France, qui n’hésite pas à porter un regard sans concession sur les politiques mises en œuvre depuis 30 ans en France ;

C’est le livre d’un intellectuel, d’un historien, qui n’hésite pas à mettre en perspective les réformes entreprises avec l’histoire institutionnelle de notre pays, et ce, depuis l’ancien régime… et je pense là aux remarques précieuses que vous faites sur la Commune ;

C’est enfin, le livre d’un haut magistrat de la Cour des comptes qui dresse un constat sans équivoque sur l’ensemble des réformes entreprises depuis 30 ans.

Ce livre est par bien des aspects semblables à « Un état du Royaume de France » écrit par Necker ou par Turgot … à la veille d’une possible nouvelle « Révolution française ».

***

Votre première démarche amène à un constat de faillite.

D’abord sur le Sarkozisme mais pas seulement puisque vous le dites le sarkozysme est l’aboutissement d’un processus.

« Dans le malaise actuel des français, il ya bien davantage : c’est une révolution de bien plus grande ampleur que celle que décrivent les analyses classiques que la France est en train de vivre. » p.14

« Il s’agit d’une révolution à caractère idéologique » p.15

« Si profonde que l’on ne serait l’imputer à un seul homme » p.16

« Révolution sans précédent qui va laisser d’immenses dégâts »

Vous vous fixez une ambition :

Il nous faut « penser aux voies et moyens de la reconstruction » p.16

***

Dans une première partie vous entreprenez une analyse de l’ensemble des Réformes qui se multiplient et qui aggravent la situation du pays p.17

Dans « le théâtre libéral sécuritaire », vous dénoncez :

-         cette politique qui n’est « ni libérale, ni sécuritaire » p.20

-         le malaise grandissant des classes moyennes p.24

Et vous entreprenez alors une analyse fine de l’ensemble des réformes ratées du président Sarkozy p. 29

Vous dénoncez :

-         la mise en scène de la sécurité ;

-         une production législative démagogique notamment en matière d’immigration ;

-         Vous rappelez les 31 nouveaux impôts créés p.31

Et vous concluez sur la perspective rêvée « Si Sarko avait été un vrai libéral »p.42

Pour vous, Sarkozy n’aura été en définitive qu’« un roi fainéant ».

Mais vous prévenez, « Cette politique illustre 30 ans de forfanterie » 

« L’inefficacité bruyant de Nicolas Sarkozy en matière de police et de contrôle des mouvements migratoires s’inscrit dans un courant de forfanterie déjà ancien » p.59

C’est là une des qualités de votre essai, vous dépassez l’instant politique pour le mettre en perspective.

***

De ce constat général, vous tirez de multiples conclusions :

-         La république est salie, « abîmée » p. 63 ;

-         De Gaulle est mis « au rancart » p. 80 ;

-         Vous dénoncez l’attrition de l’Etat, son démantèlement mais pas simplement, l’instruction même du désamour de l’Etat pour mieux désorganiser la France, et préparer à son abandon …

Là, vous dressez un constat acide sur la mise en œuvre de la LOLF, de la RGPP, le désastre de la Culture du chiffre (p.117) …

Vous portez un regard extrêmement sévère sur les politiques de « Fusion » p. 106 (Impôt/trésor ; ANPE/ASSEDIC ; Police/gendarmerie ; …) qui entrainent une véritable désorganisation et « démobilisation » de tout l’appareil d’Etat p. 110 ;

On brade le patrimoine (p. 112) 

On démembre l’Etat en mille programmes, en actions …

Vous dénoncez alors :

-         « L’euthanasie de la Commune » - p. 133 – comme la déstructuration de toute l’organisation territoriale pour des raisons purement idéologiques ;

-         « La réforme de l’école » - p. 155 – comme projet de démantèlement programmé de l’école républicaine et de l’ensemble du système éducatif français …

Après ce constat terrible, précis … vous tentez d’expliciter cette démarche.

« Elle est essentiellement idéologique » dites-vous.

2ème Partie - Vous consacrez votre deuxième partie à cette analyse, que nous pourrions intituler : « Le procès idéologique … »

Cette politique opère selon vous au nom d’une véritable rupture idéologique.  Laquelle ?

Vous mettez en accusation « la vieille idéologie du progrès »(1) -  p. 122, 123 – portée par la « culture du résultat », la « culture du zéro défaut »… qui se révèlent catastrophique.

Vous vous interrogez :  « Qu’aurait-il fallu donc faire ? »

« Il y aurait eu peut-être quelques chose de mieux à faire : Rien ! »

 « Nous voulons dire que ces quinze années de réforme de l’Etat ont vu croître comme jamais auparavant les effectifs, proliférer les nouveaux services, se compliquer les procédures, souvent au motif de la modernisation ! (…)

« Il y a pourtant fort à parier que le pays est infiniment plus malade aujourd’hui qu’alors et que le médecin qui ira à son chevet aura la tâche bien plus difficile que le Général ne l’a eu en 1958. » p.130

-         vous dénonce alors « la culture de la Réforme pour la Réforme », p.184 ;

-         la haine du modèle français au sein même de nos élites ;

-         le modèle étranger porté aux nues quand celui-ci est même abandonné par ces propres promoteurs qui au contraire cherchent à s’inspirer des originalités du modèle français (éducation, justice…)

[Résumé génial de l’exemplarité du modèle étranger mal connu p. 201]

Et vous prononcez alors des mots inhabituels et courageux :

Vous vantez les grands corps d’Etat et dénoncez leur démantèlement alors qu’ils sont pour vous « un des grands acquis de la civilisation » p.212 ;

Vous dénoncez alors les effets catastrophiques « de l’idéologie démocrate-chrétienne » (p. 219)

Et vous concluez :

« Ce monde « sans repère »  vise à instaurer  une « abrogation de la France » ! »

Oui !  Cette « techno-idéologie » est doublement dangereuse, dites-vous.

-         En tant qu’idéologie – « ces idées politiques devenues folles » pour reprendre les mots d’Hannah Arendt ;

-         Mais aussi en tant que « fausse modernité » p. 231 ;

[Voir tableau magistral p. 237]

Tout se conjugue comme « absurdité », « haine du réel » …

Et point là de différence entre gauche et droite bien sûr !

Il y a « GRANDE CONNIVENCE » !

[voir tableau p. 250]

Et ce cri du cœur :

-         cette idéologie libérale n’est pas le libéralisme p. 257 ;

-         il s’agit bien plus d’une « idéologie de la déconstruction » - p. 273 – portée et acceptée par des élites politiques sur le déclin (p. 292) et des élites administratives totalement affaiblies (p. 295).

Vous nous rappellerez (avec sourire) peut-être tout à l’heure « le principe de la Thermodynamique de Carnot » … que vous voyez à l’œuvre dans le déclin des élites politiques.

Vous le proclamez enfin, l’Europe ou la Mondialisation n’explique pas tout !

« Bien sûr l’establishment français est lié par toutes sortes de liens à cet univers transnational » p. 313

Mais la vérité nous pousse à dire que « La France ne sait plus où elle est » !

«  Entre un monde anglo-saxon qui la répudie et un monde latin qu’elle renie, la France ne sait plus où elle est.

D’où cette terrible crise d’identité qui conduit ses élites à se renier.

De cette crise d’identité, qui prend la tournure idéologique de la haine de soi, Sarkozy est aussi le nom »

***

« Et maintenant que faire ? » vous interrogez-vous

Vous plaidez pour :

-         un retour au réel ;

-         vous vous interrogez sur « Comment bien réformer » ? et concluez avec Montaigne que « se résigner à une certaine imperfection du monde fait partie de la sagesse politique »

Il faudra bien sûr « abroger les mauvaises réformes » dites-vous.

Et s’il ne faut rien attendre du Parti socialiste – nous en sommes d’accord – Vous plaidez pour une synthèse conservatrice-libérale « qui a fait la grandeur du second XIXème  et dont la dernière figure a été en France cet anti-idéologue par excellence que fut Charles de Gaulle ». p. 351

Et dans une toute dernière interrogation magistrale ..

« Comment les Hommes peuvent-ils échapper à la fatalité des idéologies ? »

Vous nous livrez votre réponse intime :

Faut-il peut-être alors aux Hommes « le secours de l’esprit ? » p. 354

***

Roland Hureaux Merci à vous d’avoir bien voulu répondre à notre invitation.

Je vous laisse donc la parole peut-être autour d’une première question.

« Pouvons-nous – allons-nous – réussir à sauver une nouvelle fois la France ? »

***

(1) ce point a été soulevé au cours du débat. Il s’agit bien de dénoncer ici le détournement de la notion de progrès. L’idée de progrès n’étant pas remise en cause par l’auteur, ni combattue la philosophie des Lumières.

Partager

Derniers commentaires

Anne-Marie : Vincent LAMBERT : Notre faillite philosophique et spirituelle est totale. JLPujo - 3 juillet 2019. "Vincent LAMBERT a témoigné d'un non-abandon,…
sur « Vincent LAMBERT est un Homme qui vit ! » (Communiqué de PENSER LA FRANCE)

Nathalie : Affaire Vincent Lambert : la Cour de cassation sommée de mettre fin à la cacophonie - 28 juin 2019 - Attente d'une Cour de Cassation aux aboies.…
sur « Vincent LAMBERT est un Homme qui vit ! » (Communiqué de PENSER LA FRANCE)

Benjamine : STOP GPA - Appel mondial pour L’ARRÊT IMMÉDIAT DE LA GESTATION POUR AUTRUI ! SIGNEZ LA PETITION...…
sur "PMA, GPA : La controverse juridique" Aude MIRKOVIC – Critique de JLuc Pujo – 21 octobre 2014

Benjamine : Bombardement de Bouaké : Trois ministres français échappent à des poursuites ... ETONNANT ? Non ?…
sur « BOUAKE, un crime » - Entretien avec Maître BALAN - Côte d'Ivoire (Juin 2013)

Anne-Marie : "Européenne 2019 : La force sacrificielle d’Emmanuel MACRON" comme l'écrit jean-luc Pujo... "En s’offrant en victime expiatoire, Emmanuel…
sur Européennes : Macron apparaîtra bien sur une affiche de campagne de LREM

Tags