Actualités

"Le moment est venu de dire ce que j'ai vu " de Philippe de Villiers - Critique de Jean-Luc Pujo *

140466-de-villiers-1.jpg

Mai 2016

Insupportables pages. Magnifiques pages.

Si Philippe de Villiers ne nous épargne rien, il faut le reconnaître, la surprise est au rendez-vous.

*

Certes, il faut passer l’obstacle, celui des désaccords, de la caricature intellectuelle, véritable marque de fabrique de cette personnalité si particulière. Puis, vient la récompense.

*

Le lecteur exaspéré s’impatientera devant plusieurs développements qui ne sont – fort heureusement – pas l’essentiel de cet essai :

- "La Vendée" : son combat pour la vérité historique sur les massacres de Vendée est louable mais pourquoi débouche-t-il inévitablement sur des propos "contre-révolutionnaires" d’une démagogie insupportable ?

- "La France chrétienne" : sa défense de la France chrétienne est bien sûr respectable mais pourquoi accompagner son propos de relents datés antimarxistes ou anti-communistes comme si ce matérialiste avait réussi à abattre le catholicisme ? Alors même que ce sont précisément le matérialisme et le paganisme portés par le Marché triomphant – le consumérisme libéral – qui ont abattu et les uns et les autres ?

- "L’avortement" : son propos sur la faillite démographique de l’Europe et le possible péril migratoire l’amène à des conclusions caricaturales sur l’avortement et la défense du docteur Lejeune. Tous ces sujets importants méritaient mieux que de simples raccourcis.

- Enfin, sur "l’Islam" : Sa critique parfois fondée tourne également à la caricature antimusulmane alors que le sujet complexe mérite une plus grande subtilité et que le dialogue des civilisations ne peut être écarté avec autant de démagogie.

Pour tout cela, quel dommage !

Mais nous savons que Philippe De Villiers jubile dans la démagogie. C’est certainement son point faible.

*

Passés tous ces obstacles, c’est une véritable surprise qui attend le lecteur.

Dans ce livre quelques diamants. Quelques vrais diamants.

Le lecteur aurait donc tort de se priver de ce beau cadeau intellectuel et politique.

*

La critique politique de Philippe de Villiers est forte, argumentée.

*

Plusieurs pages sont exceptionnelles sur la terre de France, sur la culture, sur la langue, sur notre histoire oubliée.

Son témoignage sur les comportements des uns et des autres - responsables politiques, économiques et médiatiques - est sidérant.

Il ne nous apprend rien mais confirme par le menu – et de manière magistrale - la trahison de toutes nos élites ou presque; la corruption généralisée d’un système à bout : l’agriculture folle, le libéralisme sans tête et sans cœur… l’entente de certains clans politiques pour confisquer le pouvoir.

*

Ses colères sont saines.

Elles font échos à celles de tous vrais patriotes qui voient mourir la France.

Et combien Philippe de Villiers aime la France.

Nous le sentons bien, nous, qui l’aimons aussi.

Ce livre est courageux et plusieurs pages sont très belles, pleines de gravité, sans oublier l'humour de son auteur aussi.

*

Mais ce qui l’emporte au fond - au-delà des obstacles et au-delà des pages admirables - c’est la définition même des enjeux dessinés devant nous.

Philippe de Villiers ose définir - avec des accents extrêmement justes-  le véritable défi de notre époque : nous vivons une véritable révolution antihumaniste.

Le néolibéralisme va tout détruire, l’Homme et la nature.

L’Homme de droite -  le Chrétien qu’il est - pleure sur cette mort annoncée de l’Homme.

Comment ne pas lui donner raison ?

Car de « la querelle de l’Homme », il n’y a qu’elle qui vaille… nous le savons.

Pas besoin d’être « catholique de droite » pour sentir l’immense gouffre qui s’ouvre devant nous.

*

Philippe de Villiers le dit avec courage et beaucoup de vérité. C’est là, la force de cet essai testament.

Faut-il alors – et devant l’immensité des défis qui nous sont lancés – savoir dépasser certains des obstacles et faire communion.

Au nom de la France, de l’humanisme français retrouvé, cette vérité ne pourrait-elle nous réveiller ?

C’est le vœu que nous pouvons former.

Ce livre – avec ses défauts – nous offre une magistrale raison de nous dépasser.

"Pour la France".

Jean-Luc Pujo *

__

*JLuc Pujo est président des Clubs "Penser la France" - Rédacteur en chef du journal Politique-actu.com

©PENSERLAFRANCE.FR

Partager

Derniers commentaires

Paul De Florant : Encore la CIA ! « Le Département d’Etat américain a recruté et formé des militants antiracistes français » juillet 2020.…
sur « La CIA en France : 1942-2017» Par jean-Luc Pujo (Penser la France) - Janvier 2017

Paul De Florant : Magnifique intervention ! Renouer avec « l’esprit de 89 » ? Sacré vrai programme ! Vive le CNR ! Vive le nouveau CNR ... Federation et…
sur 14 juillet : « Renouer avec « l’esprit de 89 » ! » Intervention de Jean-Luc Pujo – les Clubs « Penser la France »

L' artisan : Cher Jean Luc, Le constat est juste le plaidoyer aussi, mais comment appliquer concrètement dans la vie de tous les jours de tous les citoyens…
sur 14 juillet : « Renouer avec « l’esprit de 89 » ! » Intervention de Jean-Luc Pujo – les Clubs « Penser la France »

Paul De Florant : Magnifique réponse de Nilda Fernandez. Paul de Florant * Espagne & Catalogne : "Nilda Fernandez écrit à Lluis Llach" octobre 2017…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Anne-Marie : Magnifique réponse de Nilda Fernandez. Partout la partition néolibérale, régionalisme et racialisme, contre les Unités historiques qui…
sur Espagne & Catalogne : "Nilda Fernandez écrit à Lluis Llach" octobre 2017

Tags