Actualités

"Les métamorphoses de la cité : Essai sur la dynamique de l'Occident" par Pierre Manent

168921-manent-1.jpg

Selon Pierre Manent, l’histoire politique de l’Occident est traversée par une grande question : comment nous gouverner nous-mêmes ? Née de la cité grecque, cette interrogation centrale de la philosophie politique n’a depuis cessé d’être posée. Au fil de son histoire, l’Europe voit se développer quatre formes politiques : la cité, l’empire, l’église et la nation. Pour P. Manent, la dynamique de l’Occident n’est cependant pas un mouvement de progrès orienté vers une fin. Il ne s’agit pas d’une histoire continue mais d’une succession de ruptures et d’alternances. La querelle entre les Modernes et les Anciens ne cesse d’y être réactivée, parfois au profit de ces derniers. La science politique grecque se développe avec la naissance de la cité, celle des Modernes part de sa dissolution, et la philosophie des Lumières désignera cette absence comme un « état de nature ». C’est pourquoi, pour l’auteur, seule la science des Anciens serait pleinement politique, c’est-à-dire une « science du gouvernement des hommes par les hommes ». Il écrit : « La science politique moderne, (…) tend à faire de nous les jouets de “causes” qui nous “gouvernent” ». À noter quand même qu’entre la naissance de la cité et les ruptures marquées par Luther et Machiavel, l’Europe vit ce que P. Manent appelle un « moment cicéronien ». Ce moment correspond à une période ou l’on hésite sur la forme à adopter, à l’image de Rome, à la fois cité et empire.

C’est d’ailleurs une particularité de ce livre que d’insister plus sur les quatre formes politiques que sur les régimes (monarchique, oligarchique ou démocratique). L’auteur replace ainsi ces formes au cœur de l’histoire et de la philosophie politique occidentale. Bien que loin d’avoir atteint la « fin de l’histoire », l’homme d’aujour­d’hui, hésitant entre la nation et l’Europe, est devenu selon l’auteur le défenseur d’un conservatisme presque caricatural : « L’humanité au nom de laquelle on édicte aujourd’hui la règle ne sait plus que protéger ce qui est, et interdire ce qui pourrait être. »

Source:

http://editions.flammarion.com/Catalogue/champs-essais/philosophie/les-metamorphoses-de-la-cite

Partager

Derniers commentaires

Paul De Florant : Anniversaire - Attentats du 11 septembre 2001 Total accord ! "Si vous refusez de répondre à cette question : "Qui a organisé les attentats du…
sur « Les conséquences politiques des attentats fabriqués du 11 septembre 2001 » par Jean-Luc Pujo, président des Clubs « Penser la France »

allo : Comment peut-on se procurer ce hors-série ?…
sur « Ralentir la vi(ll)e » Hors-série du Sarkophage 48 pages, 4,50 euros

michel.B : Monsieur le président Macron est très actif sur le plan international certes... Hélas, il fait, comme le dit un certain, un énorme cadeau aux…
sur Pétition nationale : Sauvegarder nos RETRAITES !

Nathalie : Comme le dit JLP Affaire #alexandrebenalla - un leurre... *** Reposons autrement la question : qu'a fait Emmanuel Macron pour susciter cette…
sur "Gens de rien et faux policier" Billet d'Etienne TARRIDE

Nathalie : Francophonie-OIF : La candidature de Louise Mushikiwabo (RWANDA) passe mal auprès de principaux contributeurs de l’OIF. Jusqu’où Paris va-t-il…
sur RWANDA : "The Mass Murder We Don’t Talk About" by Helen Epstein (NYRB) - ATTENTION EXCEPTIONNEL ! (Partie 1)

Tags