Actualités

"Les métamorphoses de la cité : Essai sur la dynamique de l'Occident" par Pierre Manent

168921-manent-1.jpg

Selon Pierre Manent, l’histoire politique de l’Occident est traversée par une grande question : comment nous gouverner nous-mêmes ? Née de la cité grecque, cette interrogation centrale de la philosophie politique n’a depuis cessé d’être posée. Au fil de son histoire, l’Europe voit se développer quatre formes politiques : la cité, l’empire, l’église et la nation. Pour P. Manent, la dynamique de l’Occident n’est cependant pas un mouvement de progrès orienté vers une fin. Il ne s’agit pas d’une histoire continue mais d’une succession de ruptures et d’alternances. La querelle entre les Modernes et les Anciens ne cesse d’y être réactivée, parfois au profit de ces derniers. La science politique grecque se développe avec la naissance de la cité, celle des Modernes part de sa dissolution, et la philosophie des Lumières désignera cette absence comme un « état de nature ». C’est pourquoi, pour l’auteur, seule la science des Anciens serait pleinement politique, c’est-à-dire une « science du gouvernement des hommes par les hommes ». Il écrit : « La science politique moderne, (…) tend à faire de nous les jouets de “causes” qui nous “gouvernent” ». À noter quand même qu’entre la naissance de la cité et les ruptures marquées par Luther et Machiavel, l’Europe vit ce que P. Manent appelle un « moment cicéronien ». Ce moment correspond à une période ou l’on hésite sur la forme à adopter, à l’image de Rome, à la fois cité et empire.

C’est d’ailleurs une particularité de ce livre que d’insister plus sur les quatre formes politiques que sur les régimes (monarchique, oligarchique ou démocratique). L’auteur replace ainsi ces formes au cœur de l’histoire et de la philosophie politique occidentale. Bien que loin d’avoir atteint la « fin de l’histoire », l’homme d’aujour­d’hui, hésitant entre la nation et l’Europe, est devenu selon l’auteur le défenseur d’un conservatisme presque caricatural : « L’humanité au nom de laquelle on édicte aujourd’hui la règle ne sait plus que protéger ce qui est, et interdire ce qui pourrait être. »

Source:

http://editions.flammarion.com/Catalogue/champs-essais/philosophie/les-metamorphoses-de-la-cite

Partager

Derniers commentaires

Anne-Marie : "LA FRANCE ? ça suffit ou bien ENCORE ?" * Chère Mme Isabelle de Voguenau, Merci pour votre réaction. * Cette chanson/clip est une succession…
sur "Suicide Social" par ORELSAN ... état de notre France - Exceptionnel.

Mme Isabelle de Voguenau critiqu : Le clip est effectivement très bon pour réfléchir en miroir l'état de la France, et la fin (sur la détonation de l'arme du suicidé) est une…
sur "Suicide Social" par ORELSAN ... état de notre France - Exceptionnel.

Eagle4 : Bravo pour cette demystification, en espérant qu'elle sera largement relayée par la presse...!…
sur NUCLÉAIRE : Dire la vérité, OUI ! - Diffuser des Fake-News, NON ! (SFEN)

Alain de kervouant : Jean SALEM nous a quitté. Nous sommes triste. Cérémonie inhumation - Cimetière Saint-Louis Versailles 17 janvier 2018 11h15. "Nous avons…
sur "EPICURE - Introduction 1, 2, 3, 4 & et 1er Chapitre" par Jean SALEM

Alain de kervouant : A lire également, cette réflexion faites d'interrogations si justes... au lendemain des attentats. « RETOUR DU SACRE & BLASPHEME – courtes…
sur CARICATURE & ISLAM : "Nous avons perdu le sens du sacré" - HENRY LAURENS - Collège de France - France 24 - VIDEO - 15 janvier 2015

Tags