Actualités

"Les métamorphoses de la cité : Essai sur la dynamique de l'Occident" par Pierre Manent

168921-manent-1.jpg

Selon Pierre Manent, l’histoire politique de l’Occident est traversée par une grande question : comment nous gouverner nous-mêmes ? Née de la cité grecque, cette interrogation centrale de la philosophie politique n’a depuis cessé d’être posée. Au fil de son histoire, l’Europe voit se développer quatre formes politiques : la cité, l’empire, l’église et la nation. Pour P. Manent, la dynamique de l’Occident n’est cependant pas un mouvement de progrès orienté vers une fin. Il ne s’agit pas d’une histoire continue mais d’une succession de ruptures et d’alternances. La querelle entre les Modernes et les Anciens ne cesse d’y être réactivée, parfois au profit de ces derniers. La science politique grecque se développe avec la naissance de la cité, celle des Modernes part de sa dissolution, et la philosophie des Lumières désignera cette absence comme un « état de nature ». C’est pourquoi, pour l’auteur, seule la science des Anciens serait pleinement politique, c’est-à-dire une « science du gouvernement des hommes par les hommes ». Il écrit : « La science politique moderne, (…) tend à faire de nous les jouets de “causes” qui nous “gouvernent” ». À noter quand même qu’entre la naissance de la cité et les ruptures marquées par Luther et Machiavel, l’Europe vit ce que P. Manent appelle un « moment cicéronien ». Ce moment correspond à une période ou l’on hésite sur la forme à adopter, à l’image de Rome, à la fois cité et empire.

C’est d’ailleurs une particularité de ce livre que d’insister plus sur les quatre formes politiques que sur les régimes (monarchique, oligarchique ou démocratique). L’auteur replace ainsi ces formes au cœur de l’histoire et de la philosophie politique occidentale. Bien que loin d’avoir atteint la « fin de l’histoire », l’homme d’aujour­d’hui, hésitant entre la nation et l’Europe, est devenu selon l’auteur le défenseur d’un conservatisme presque caricatural : « L’humanité au nom de laquelle on édicte aujourd’hui la règle ne sait plus que protéger ce qui est, et interdire ce qui pourrait être. »

Source:

http://editions.flammarion.com/Catalogue/champs-essais/philosophie/les-metamorphoses-de-la-cite

Partager

Derniers commentaires

Alain de kervouant : Italie : La forfaiture de Sergio Mattarella, président de la République italienne Encore un sale coup anti-démocratique de BRUXELLES ! Le…
sur Matzneff - Italie : élections, piège à cons

Anne-Marie : VENEZUELA : Chine et Russie félicitent MADURO pour sa réélection... Diplomatie française sous OTAN... dépassée ! Maduro agradece a Rusia,…
sur VENEZUELA : Des élections sérieuses, entre Mythe et Réalité !

Alain de kervouant : DIMANCHE 15 avril 2018 - MACRON sur BFMTV - 3h00 Sidérante ! MACRON... "C'est SAINT-JUST en plateau ... Au pouvoir, C'est GUIZOT " ! *** Alors…
sur « La France au piège !» (Penser la France) Jeudi 12 avril 2018

Benjamine : Du CRIF ? d'accord avec JLuc PUJO "Oui ! Il faut poser la question : Le CRIF est-il une secte ?"…
sur Marche pour Mireille Knoll : Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon hués ont dû quitter le cortège

Nathalie : NOUS DÉLIRONS alors qu'il nous faut réapprendre à faire politique... STOP aux "Marches blanches", "nounours", "fleurs et bougies" ! * Plus…
sur Marche pour Mireille Knoll : Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon hués ont dû quitter le cortège

Tags