Actualités

MAURICE CARÊME sur France Culture - 2 mars 2019 - Événement.

182029-careme-3.jpg

Une vie, une œuvre Maurice Carême, poète tout simplement (Wavre 1899 – Anderlecht 1978)

Burny 1.JPG

ENTRETIEN exceptionnel de Jean-Luc Pujo avec Jeannine BURNY Mai 2011

Revoir l’entretien de Politique-actu.com/ JLuc Pujo avec Jeannine BURNY « La bien-aimée »

___

Un documentaire d’Alain Devalpo réalisé par Jean-Philippe Navarre (58’) Diffusion le samedi 2 mars 2019 / 15h00-16h00 https://www.franceculture.fr/emissions/une-vie-une-oeuvre

Le 13 janvier 1978, le poète belge récité par des générations d’écoliers disparait.

Né dans un village de Flandre, Maurice Carême construit son oeuvre dans une maison blanche à Anderlecht.

Si l’homme est parti, l’œuvre est bien vivante.

Elle est toujours récitée, traduite, mise en musique.

Jeannine Burny devant un portrait de Maurice Carême par Felix De Boeck dans la maison-musée de Bruxelles (01/2019) Maurice Carême voit la lumière le 12 mai 1899, rue des Fontaines, à Wavre, au cœur d’une très modeste famille. Son père est peintre en bâtiment et sa mère tient une échoppe de quartier.

Il fait ses études primaires et secondaires dans cette campagne du Brabant wallon qui sera une des sources d’inspiration de son œuvre.

En 1914, il écrit ses premiers poèmes, inspirés par une amie d’enfance dont il est amoureux. Élève brillant, il obtient la même année, une bourse d’études et entre à l’École normale.

Il est nommé instituteur en septembre 1918 à Anderlecht-Bruxelles.

Il noue ses premiers contacts artistiques en dirigeant la revue littéraire La Revue indépendante.

En 1924, il épouse une institutrice, Andrée Gobron qu’il surnomme Caprine.

Son premier recueil de poèmes, 63 illustrations pour un jeu de l’oie, paraît en décembre 1925. Son œuvre, au départ, marqué par les avant-gardes, s’oriente progressivement vers la quête de la simplicité et du dépouillement qui va de pair avec la recherche de la fluidité du style.

En 1933, il fait construire à Anderlecht, la Maison blanche dans ce qui est, à l’époque, la lisière de Bruxelles. Il y vivra jusqu’à sa mort.

Le Recueil Mère paraît en 1935.

La simplicité des vers lui vaut d’être remarqué par de nombreux critiques littéraires parisiens. L’œuvre reçoit en 1938, le prix triennal de poésie en Belgique et inspire au compositeur français Darius Milhaud sa Cantate de l’enfant et de la mère.

En 1943, Maurice Carême quitte l’enseignement pour se consacrer à temps plein à la littérature.

Il se lie la même année avec Jeannine Burny pour laquelle il écrit La bien-aimée en 1965.

Dès lors, Jeannine Burny accompagne le poète et sa création.

En 1947, paraît La lanterne magique.

L'impact sur la jeunesse est immédiat et le nom de Maurice Carême se voit associé à celui de poète de l'enfance.

La diversité de l’œuvre du poète reste méconnue.

Par l’écriture, Maurice Carême tente d’approcher le mystère de la condition humaine, dans ses joies comme dans ses malheurs.

Son parcours poétique est animé par une quête spirituelle qui refuse tout dogmatisme et le conduit vers une forme de panthéisme.

Le poète cherche dans les petits miracles du quotidien, dans l’amour et dans la contemplation de la nature une source d’harmonie qui le mette au diapason du cosmos.

L’imaginaire de l’enfance, le jeu et le rêve apparaissent comme l’antidote face à la mort.

En 1975, sa bâtisse inspirée des anciennes maisons du Brabant devient le siège de la Fondation Maurice Carême.

En 1978, après la disparition du poète, la Maison blanche devient un musée dans lequel le visiteur plonge dans l’intimité de l’écriture.

On y découvre l’univers intime du poète, les lieux qui l’ont inspiré, sa bibliothèque riche de milliers de recueils de poésie du monde entier.

Le musée abrite les manuscrits de l’auteur, des livres d’art, ainsi que la correspondance qu’il entretint avec des personnalités du monde littéraire et artistique.

Les murs sont tapissés d’œuvres qui témoignent des liens d’amitié que Maurice Carême noua avec des peintres comme Paul Delvaux, Felix de Boeck, Luc De Decker, etc.

*

Dans ce documentaire, il y a d’abord les poèmes destinés aux enfants. Une classe d’Anderlecht, le chanteur Jacky Galou, la comédienne Domitille, le compositeur Nicolas Chevereau, la cantatrice Diana Gonnissen, l’illustrateur Gabriel Lefebvre racontent, vus de leur art, les émotions que suscite cette partie de l’œuvre de Maurice Carême.

Il y a aussi l’œuvre « mature » comme les poèmes du recueil Mère, L’oiseau ou La liberté. Jacques De Decker, secrétaire perpétuel de l’Académie de langue et littérature française de Belgique qui a travaillé aux côtés du poète témoigne des arcanes du laboratoire du vers.

Et puis, il y a l’homme érudit qui avale des poèmes à longueur de journée, qui publie une anthologie de la poésie flamande, un artisan des mots qui classe les « chutes » dans un recueil pour venir y piocher ultérieurement.

Jeannine Burny a archivé méticuleusement le travail de Maurice Carême depuis leur rencontre.

Elle explicite le labeur quotidien du poète, nous fait pénétrer dans la genèse de ses poèmes. Elle dévoile l’intimité du travail d’une écriture poétique qui va droit au cœur de celles et ceux qui ont conservé un regard d’enfant.

Ce documentaire radiophonique reflète cette poésie en apparence « simpliste » qui résulte d’un long travail d’érosion et plonge l’auditeur dans l’atmosphère intimiste de la création poétique. Maurice Carême, poète, tout simplement.

Un documentaire d’Alain DEVALPO réalisé par Jean-Philippe NAVARRE, prise de son et mixage : Alain JOUBERT, coordination : Christine BERNARD et Pascaline BONNET

Avec la complicité des élèves de l’école des Marronniers à Anderlecht et de Jeannine BURNY

Jacques DE DECKER, secrétaire perpétuel de l’Académie des lettres de Belgique François Xavier LAVENNE, directeur de la Fondation Maurice Carême

Diana GONNISSEN, chanteuse lyrique

Gabriel LEFEBVRE, illustrateur

Jacky GALOU, chanteur compositeur et interprète www.py-internet.com/jacky-galou

Domitille DUFOREST, comédienne-chanteuse qui signe Domitille quand elle chante pour les enfants www.domitilleetamaury.com

Nicolas CHEVEREAU, compositeur, Prix 2017 de la fondation Maurice Carême https://www.nicolaschevereau.com/

Partager

Commentaires

de Benjamine
Voir et revoir l'Entretien exceptionnel de Jeannine BURNY, muse de Maurice CAREME. Notre JLP toujours en avance... (Clin d'oeil)
MAURICE CARÊME : Entretien avec Jeannine Burny, la « Bien-aimée » (Mai 2011 - Paris)

http://www.politique-actu.com/actu...ee/275992/
0 approbation
20 February - 11h45

Derniers commentaires

Anne-Marie : "Européenne 2019 : La force sacrificielle d’Emmanuel MACRON" comme l'écrit jean-luc Pujo... "En s’offrant en victime expiatoire, Emmanuel…
sur Européennes : Macron apparaîtra bien sur une affiche de campagne de LREM

Paul De Florant : Désolé Cher Monsieur, L'incivisme de l'incivisme, c'est prétendre au civisme alors qu'on trahit sa propre Nation. De quelques bords que vous…
sur EUROPÉENNES 2019 : « Pour un BOYCOTT CITOYEN et PATRIOTIQUE ! » (Penser la France)

LECONTE DE PARIS : Même flanqué de nobles épithètes, l'appel au boycott est objectivement une marque d'incivisme qui, par les temps qui courent, ne me paraît…
sur EUROPÉENNES 2019 : « Pour un BOYCOTT CITOYEN et PATRIOTIQUE ! » (Penser la France)

Anne-Marie : "Pierre BEREGOVOY : Qui a osé assassiner le Premier ministre de la France ? Commanditaire français ou réseau étranger ? Qui se souvient de…
sur "LA DOUBLE MORT DE PIERRE BEREGOVOY" Film documentaire de M. Francis GILLERY - 90' - 2008

Paul De Florant : Et le GENERAL PARIS ? Tout aussi brillant ! Autre analyse brillante - celle-là Française - du général PARIS que Jean-Luc PUJO avait eu le…
sur « VERS LA GUERRE : Thucydide et la tension sino-américaine» de Graham ALLISON (Professeur Harvard)

Tags