Actualités

« La LAÏCITE » par jluc Pujo - Propos introductifs - Café hyper-républicain du 20 décembre 2014 - Paris - place de la Bastille.

110652-jluc-pujo-presentation-laicite.jpg

Propos introductifs de Jean-Luc Pujo, président des Clubs "Penser la France"- Café hyper-républicain du 20 décembre 2014 consacré à la Laicité avec M. Philippe FOUSSIER du Comité Laïcité République

___

« Renouveau du fait religieux », « Réveil spirituel », « éveil aux croyances »…le fait religieux présente aujourd’hui de multiples facettes comme l’a démontré Régis Debray.

« Inquiétude millénariste », « faillite des grandes idéologies »…expliquent pour partie ce réveil.

Certains peuvent s’interroger : « Et si l’Homme n’était tout simplement un animal religieux ? »

Par bien des égards, les religions – concurencées par les sectes – peuvent savourer leurs revanches.

*

L’émergence de blocs de civilisation – annoncé par Samuel Huntington – qui opposerait ici  un bloc Chrétien, là, un bloc musulman, indien, chinois-boudhiste - ne peut que nous inquiéter.

*

La Laïcité apparaît alors comme une valeur fondamentale – la seule –  capable d’organiser les croyances, de pacifier les concurrences spirituelles et philosophiques, en un mot, de garantir la paix.

*

Dans sa capacité à soumettre le religieux, la Laïcité peut cependant apparaître menaçante pour les clercs qui la dénonceront alors comme  « ennemi de la religion » !

Ainsi, si  la laïcité garantit la liberté de culte, les religions considérent la laïcité comme un obstacle et/ou un adversaire philosophique.

Alors que seul le « cléricalisme » est dénoncé par la laïcité.

L’enjeu, notre enjeu collectif, n’est-il pas de redonner son sens premier à la Laïcité : réaffirmer et promouvoir la Liberté de conscience ?

*

Je vous propose rapidement d’exposer les termes :

1 – de la concurrence entre Laïcité et religion ;

2 – du combat contre les cléricalismes ;

3 – des enjeux actuels ;

*

I - La Concurrence entre LAICITE et RELIGION est plus que jamais d’actualité

Pourtant, la Laïcité, c’est d’abord la garantie d’exercice d’une Liberté :  la liberté de culte.

1 – C’est d’abord, en effet, l’affirmation d’une liberté :

La Liberté de l’Homme c’est la liberté de choisir entre des options spirituelles différentes.

Nous nous rappelons bien sûr comment Platon dans « Giorgas » démontre l’importance de distinguer le « savoir » du « croire ».

L’exigence de lucidité permet de se mettre à distance de soi-même et d’opérer le distinguo entre « croyance » et « savoir ».

A la conscience alors d’opérer un choix : L’option spirituelle religieuse – celle de Saint Augustin dans ces « Confessions » - mais aussi l’option spirituelle athée - celle d’Holbach dans « son système de la Nature » -,  celle de l’agnosticisme du philosophe Hume dans son « enquête sur l’entendement humain ».

D’autres affirmeront l’existence d’un humanisme religieux tel Lamennais – « paroles d’un croyant » - ou Camus affirmant l’existence d’un humanisme Athée – « le mythe de sisyphe »- ;

Ils ouvrent ainsi la voie à l’émergence d’une pensée laïque : celle qui affirme la possibilité d’une sagesse philosophique dans une filiation épicurienne – tel Lucrèce dans son essai «  de la nature » - ou Feurbach affirmant que la morale est antérieure à la religion dans son essai sur « l’essence du christianisme » ;

2 – Dans cet esprit, la République Laïque offre des garanties d’exercice de cette  liberté notamment grâce à l’outil juridique.

La liberté de culte  est une des Libertés publiques fondamentales.

La France organise ainsi -avec la loi de 1905- un régime de séparation de l’Eglise et de l’Etat, et met fin au concordat conclu en 1801 ( qui subsiste dans les départements du haut-rhin, du bas-rhin et de la Moselle, détachés de la France en 1871).

La Loi de 1905  affirme : le principe de laïcité, la liberté de conscience (art.1 et 31); elle garantit le libre exercice des cultes sous les restrictions édictées dans l’intérêt de l’ordre public ;

Cet ensemble juridique entraîne des conséquences : Ni religion, ni culte privilégié ; non-immixtion de l’Etat dans l’administration de  l’Eglise.

En application des lois de 1905 et 1907, les églises qui étaient déjà du domaine public communal ou étatique, resteront à la disposition des fidèles et des ministres des cultes. Les autres édifices (évêchés, presbytères et séminaires) confisqués en 1907 restent propriétés publiques mais peuvent être loués aux églises, ce qui pose le problème de l’entretien des édifices.

Concernant la Liberté des cultes, celle-ci est garantie :

à l’intérieur des édifices cultuels : c’est la liberté totale des réunions du culte organisées ou autorisées par le desservant légal ; la police des offices incombe aux ministres du culte et des sanctions pénales sont prévues contre les perturbateurs du culte ou contre les ministres du culte qui outragent un agent public ou incitent les fidèles à désobéir aux lois ou aux ordres légaux ;

à l’extérieur : notamment pour le régime des processions : c’est le régime général des manifestations et cortèges sur la voie publique qui s’applique sous réserve des impératifs d’ordre public ; (cas particulier : sonneries de cloches, enterrements) ;

Liberté fondamentale reconnue par la République Laïque, la liberté de culte a été organisée et pacifiée sans que pour autant les religions acceptent la Laïcité comme un principe progressiste.

B- En effet, les religions ont toujours considéré la laïcité comme un obstacle et/ou un adversaire :

La philosophie des Lumières a suscité de vives réactions de la part des Eglises.

Les Eglises ont ainsi condamné les droits de l’Homme(1), puis la laïcité (2). Même si aujourd’hui, le Vatican donne de multiples signes d’ouvertures. Nous pourrons en reparler tout à l’heure, le Vatican étant traversé par de multiples courants.

- 1- La condamnation des droits de l’homme, tout d’abord :

Dans son encyclique « Quanta Cura » du Syllabus de 1864, Pie IX dénonce cet humanisme athée ! en lançant l’anathème envers celui qui affirmera : « Il est libre à chaque homme d’embrasser et de professer la religion qu’il aura réputée vraie d’après les lumières de la raison. »

De la même façon, Pie X, dans l’encyclique de décembre 1903 affirmera :

« La société humaine telle que dieu l’a établie, est composée d’éléments inégaux.

En conséquence, il est conforme à l’ordre établi par dieu qu’il y ait dans la société humaine des princes et des sujets. »

-2 – Et tout naturellement,  La laïcité est condamnée :

Dans sa déclaration du 10 mars 1925, l’assemblée des cardinaux et des évêques de France, précise :

«  Les lois de laïcité sont injustes d’abord parce qu’elles sont contraires aux droits formels de Dieu. Elles procèdent de l’athéisme et y conduisent dans l’ordre individuel familial, social, politique, national, international. Elle suppose la méconnaissance totale de  Notre-Seigneur Jésus christ et de son évangile. »

Et de rajouter…

«  De ce fait elles sont l’œuvre de l’impiété, qui est l’expression de la plus coupable des injustices, comme la religion catholique est l’expression de la plus haute justice. »

Enfin, l’encyclique « Divini illuis Magistri » – du 31 décembre 1929, s’oppose à l’école commune à tous !

«  Il ressort nécessairement que l’école dite neutre ou laïque, d’où est exclue la religion, est contraire aux premiers principes de l’éducation » (…) « Il est nécessaire que tout l’enseignement, toute l’ordonnance de l’école, personnel, programmes et livres, en tout genre de discipline, soient régis par un esprit vraiment chrétien, sous la direction et la maternelle vigilance de l’Eglise, de telle façon que la religion soit le fondement et le couronnement de tout l’enseignement. »

La force de ces réactions illustre ce que furent les tensions qui ont accompagné ce mouvement de libération.

La Laïcité a été caricaturée. Elle reste pourtant un grand élan d’émancipation face aux cléricalismes.

II – En fait, seul le cléricalisme est dénoncé par la laïcité :

 Nous nous souvenons de Montaigne : « Je veux penser de manière laïque, non cléricale, mais très religieuse toujours » !

Et de Jean Jaures dans « son discours de 1906 » concernant l’émancipation laïque :

«  Les congrégations s’étaient installées en maîtresses absolues de la France.Elles voulaient détruire la République. Dans leurs écoles, elles entretenaient la haine entre citoyens. Il ne faut plus que les enfants de la Nation soient élevés en deux camps ennemis. Ils doivent être élevés dans la même lumière, dans la même liberté, dans les écoles de la nation républicaine où ils apprendront à s’aimer les un les autres. »

Ou encore Victor HUGO :

«Le parti clérical(…) c’est lui qui a trouvé pour la vérité ces deux étais merveilleux, l’ignorance et l’erreur. (…) c’est lui – le Parti clérical qui veut cloitrer la pensée dans le dogme. Tous les pas qu’a fait l’intelligence de l’Europe, elle les a fait malgré lui. C’est lui qui a fait battre de verges Prinelli pour avoir dit que les étoiles ne tomberaient pas. C’est lui qui a appliqué Capanella vingt-sept fois à la question pour avoir afffirmé que le nombre des mondes était infini et entrevu le secret de la création.

C’est lui qui a persécuté Harvey pour avoir prouvé que le sang circulait. De par Josué, il a enfermé Galilée ; de par Saint Paul, il a emprisonné Christophe Colomb. C’est lui qui a anathématisé Pascal au nom de la religion, Montaigne au nom de la morale, Molière au nom de la morale et de la religion. Qui que vous soyez, qui vous appelez le Parti catholique et qui êtez le Parti clérical, nous vous connaissons ! »

Nous mesurons avec Lamennais –dans « paroles d’un croyant » - qu’il est nécessaire d’avoir une mémoire des persécutions. Celles-la même qui sont dénoncées par Voltaire – dans son traité sur la Tolérance - et par Bayle affirmant le « non-sens d’un credo obligé » !

Ainsi pouvons-nous affirmer avec Maurice Allard – député socialiste du Var : 

« Pourquoi combattons-nous les religions ? Nous combattons les religions parce qu’elles sont un obstacle permanent au progrès et à la civilisation ! »

Au-delà de la dénonciation du cléricalisme, c’est bien  l’affirmation de l’autonomie de la Raison qui apparaît comme le fondement même de principe de la Laïcité.

La laïcité, ce n’est pas le vide. C’est l’affirmation de la toute puissance de la Raison.

«  Il s’agit de combattre l’irrationalisme et l’obscurantisme qui tendent à dissuader les hommes de faire usage de leur raison sous prétexte notamment que le texte sacré serait à admettre sans discussion. » précise Spinoza.

C’est ce grand défi que souligne Ferdinand Buisson :

« Nous tentons les premiers cette grande expérience de montrer au monde un grand pays qui n’a qu’une morale, et des institutions laïques, qui, prétendant se passer entièrement de l’appui du dogme, de la foi et de la peur, ne peut  faire appel qu’à la Raison. Si la nation a voulu que tous ces établissements soient exclusivement laïques, c’est que légalement et officiellement, le pays n’a ni Dieu, ni maître ! »

Cette affirmation de la Raison amène tout naturellement à mettre en évidence toutes les valeurs portées par la Laïcité.

Ce sont aussi les valeurs de générosités comme le rappelle Descartes – pensée autonome et générosité – ou Spinoza – liberté de conscience et générosité.

On peut aussi trouver dans « la critique de l’obscurantisme et la promotion de l’émancipation universelle » (Condorcet), l’affirmation de « l’Egalité dans la Liberté » comme le suggère Rabaud Saint-Etienne.

Le but ultime et supérieur est alors celui d’affirmer avec Kant la nécessité « d’un jugement sans tutelle » :

« L’usage public de sa raison doit toujours être libre et il est seul à pouvoir apporter les Lumières parmi les hommes. »(Kant)

C’est cette émancipation laïque que vante jean Jaures:

« Les citoyens ont le droit de croire ou de ne pas croire, de prier ou de ne pas prier, de pratiquer ou de ne pas pratiquer. »

Ainsi, la laïcité apparaît d’une part comme une dénonciation du « pouvoir de conditionnement des consciences », et d’autre part comme la proclamation d’un « l’idéal laïque d’émancipation par le savoir, facteur de conscience éclairée» pour reprendre les termes de Victor Hugo.

La Laïcité apparaît ainsi comme « une forme de suprême liberté ».

ALORS Aujourd’hui ?

III – Quelle est l’actualité du Combat laïque ?

Le défi actuel lancé à la République laïque est d’une importance cruciale. Il en va même de la survie du modèle laïc et républicain.

Nous pouvons constater que la République laïque a depuis longtemps cessé de revendiquer et de défendre les principes qui l’ont fondé.

Cette République « assoupie » par des décennies de silence social et politique a oublié ainsi la force de l’Idéal Laïque.

Le réveil du fait religieux actuel aura peut-être une vertu, celle de réveiller la République de sa torpeur.

Car – de toute évidence - la « Laïcité molle » ne pourra pas résister à l’offensive religieuse actuelle.

Il conviendra donc d’opérer en tous points une démarche volontariste de réaffirmation de notre attachement à la Laïcité.

Ainsi, si la laïcité vise essentiellement à organiser la pratique des cultes et à garantir la liberté de conscience, en revanche, son affirmation doit s’opérer sur tous les terrains d’activités humaines : politique,  éducatif, culturel et spirituel.

***

C’est riche de toutes ces questions que nous pouvons nous tourner vers notre invité !

Philippe FOUSSIER que je remercie - encore - d’avoir bien voulu accepter notre invitation.

Et je veux te céder la parole avec trois questions :

1°) Peux-tu nous présenter l’organisation que tu diriges : Le Comité Laïcité République ?

2°) Qu’est-ce que pour toi le concept de Laïcité ? Quelle est ta définition de la Laïcité ?

3°) Enfin, Quelle est pour toi aujourd’hui l’actualité du combat pour la Laïcité ?

Cher Philippe FOUSSIER, Merci à toi.

___

Lectures conseillées :

« Dieu et Marianne : Philosophie de la laïcité » de Henri Pena-Ruiz

« Les anti-Lumières : Du XVIIIe siècle à la guerre froide » de Zeev Sternhell

« Qu'est-ce que la laïcité ? » de Henri Pena-Ruiz

« La laïcité » - Textes choisis et présentés par Henri Pena-Ruiz

« Ils ont volé la Laïcité » Patrick KESSEL

Site WEB du Comité Laïcité République:

http://www.laicite-republique.org/#&panel1-10

Partager

Derniers commentaires

Nathalie : GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire ! Préparez-vous, on recommence ! PARIS 16 novembre 2019 !…
sur "La Marseillaise" à l'Arc de Triomphe - 1er Décembre 2018 - GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire !

Alphonse Marie Louis : Merci M Pujo pour votre intervention que je rejoins. Par contre je ne pense pas qu'une réponse uniquement jacobine puisse sauver les Etats Nations.…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Paul De Florant : La France pleure les Kurdes après avoir trahi tous le monde dans la région… Bravo ! Comme le rappelle ce soir Jean-Luc Pujo - note…
sur La ministre française des Armées demande l'arrêt de l'opération militaire turque en Syrie

JLP : Toujours excellente analyse de Donald TRUMP. L'Etat profond américain est dans la constance... contre ce mauvais choix des élites américaines…
sur Trump: «Aller au Moyen-Orient, c’est la pire décision» que les USA aient jamais prise

JLP : Pensée pour Antoine SFEIR. Un homme exceptionnel qui nous manque, tant humainement qu'intellectuellement... pour mieux comprendre notre monde. Il y…
sur « Hommage à M. Antoine SFEIR » La Rédaction de Politique-Actu.com

Tags