Actualités

"La France libre" par Jean-Luc Pujo, président des Clubs "Penser la France"

10127-pujo-sorbonne-1.jpg

[INTERVENTION du 18 juin 2010 - La Sorbonne]

Quelle magnifique réunion que cette réunion patriotique doublement symbolique !

Symbolique ce lieu, « La Sorbonne », où il y a encore quelques décennies à peine, convergeaient les élites européennes venues goûter  ici  le nectar du savoir de l’humanité ;

Symbolique cette date, le « 18 juin », où un général quasi-inconnu, seul contre l’évidence, plein de panache, chevaleresque, posa cet acte supérieur de résistance - en un mot – un acte éminemment français !

Merci à Roland Hureaux  et à Michel Robatel pour cette heureuse initiative !

***

Après toutes ces interventions brillantes, nous comprenons ce soir que nous vivons aujourd’hui en France comme en Europe, une immense crise politique, une immense crise démocratique.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Nous avons quitté la « société politique » pour un autre type de société - un espace non politique, non historique - … « la société de Marché ».

Aux impératifs de la « société politique » - la mesure, l’Homme, la démocratie -  nous avons substitué de nouveaux impératifs : la vitesse, la technologie, le Profit !

***

Mais ce basculement subtil nous plonge dans un grand désarroi, parce que nous sommes des Hommes et que nous sentons bien que cette société là s’accompagne de choix qui nous ont échappé, qui nous sont imposés,  relevant de l’éducation, de la santé, de l’alimentation …

Nous sommes petit à petit privés de notre libre arbitre, de cette capacité de construire notre propre destin : nous ne sommes plus des Hommes libres.

D’ailleurs, dans cette société là, qui décide ? Au nom de quoi ? Au profit de qui ?

Nous le savons, ce n’est plus le peuple qui décide.

Et quand celui-ci dit « NON », un processus subtil de contournement se met en place pour – de toute façon – imposer ce que dicte l’intérêt du marché !

OUI ! Cette société là apparaît pour ce qu’elle est : une grande supercherie !

Elle a pris les formes du progrès politique et social. Elle s’est parée des vertus démocratiques alors qu’elle ne visait rien moins qu’à assujettir nos peuples et nos Nations.

Et cet abandon magistral, a pris la forme d’une immense construction  - masque funèbre de notre infortune - : l’EUROPE !

***

Après tant de guerres, de sangs et de larmes versées, nos vieilles sociétés européennes, ont pu croire venu - dans un instant de faiblesse - leur possible salut dans le confort d’un incroyable abandon !

Pourtant, nous le savons, la faiblesse n’a jamais fait le lit des bonheures humaines.  Elle n’a jamais fait celui des Nations !

***

« Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde - s’interrogeait déjà Tocqueville.

Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d’eux retirés à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres (…)

 Au dessus de ceux-là, s’élève un pouvoir immense et tutélaire (…) il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie; (…)

 Il est absolu, prévoyant, régulier et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l’âge viril ; mais il ne cherche, au contraire, qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance ! »

Etonnante préscience que celle de Tocqueville ! Voilà bien notre Europe !

Et cet abandon a pris toutes les formes possibles :

Militaire !

Imagine-t-on un territoire en paix sous occupation militaire étrangère ?

L’Europe avec ces 400 cent places fortes – d’une armée étrangère sous commandement d’un général étranger - armées jusqu’aux dents, dont deux cents places en Allemagne, 137 en Italie ?

Quel est cet asservissement que nous tolérons ? Comment ne pas comprendre qu’il n’y a pas de souveraineté sans maîtrise de sa propre sécurité ?

Que « la servitude ne s’appelle jamais un destin mais toujours un joug » ? 

Qui ne le comprend ici ?

Alors qu’au Japon,  un premier ministre a été contraint de démissionner en raison de l’indignation populaire qu’il avait provoquée pour avoir renoncé à demander le départ des troupes américaines d’Okinawa !

Mais que sont devenues les Nations Européennes ?

Comment avons-nous pu tolérer cela ?

Ce serait à rire si ce n’était à pleurer !

***

Je ne résiste ici au devoir de vous citer notre chef d’Etat major des Armées.

Interrogé par le Figaro : « Monsieur le général, à quoi devons-nous nous préparer aujourd’hui » ?

Et le pauvre général Jean-Louis Georgelin : « à tout ! »

Et cette démission lui vaut cette réponse magistrale, imparable parce que pleine de bon sens – cette vertu au cœur du génie français – celle de l’Ambassadeur de France Robin :

Mais «se préparer à tout … signifie n’être prêt à rien » 

L’évidence !

Alors permettez-moi ici une confidence …

Il y a quelques jours étaient réunies autour de Jean-Pierre Chevènement – auteur d’un remarquable rapport sur la prolifération  nucléaire et le traité TNP – quelques unes de plus hautes personnalités chargées de la défense à l’Elysée, au Ministère du même nom …et heureusement un parterre de vieux diplomates français – on ne dira jamais assez ce que fut le génie de notre Quai d’Orsay –

« Quels sont aujourd’hui les ennemis de la France ? »

Et cette réponse tombée des nues … à moins qu’elle ne fût câblée de Washington … les ennemis de la France sont identifiés – bonne nouvelle – il s’agit de l’IRAN ; il s’agit de la CHINE !

Et cette remarque d’un vieux diplomate français – toujours le Quai –

«  Mais comment déterminer, de la France, les ennemis quand nous n’avons plus de diplomatie ? »

Oui, la France est passée sous administration de l’Empire !

Ils ont réussi en 2007 – par la droite – à nous imposer un Homme-Lige, après avoir échoué en 2002 par la Gauche. Nous savons qui est Lionel Jospin !

***

Abandon Economique et financier, ensuite :

Nous avons renoncé à notre souveraineté économique et financière pour adopter le bouclier de l’Euro - un « bouclier percé » - qui ne nous protège en rien du vice du système.

Nous commençons enfin à comprendre que nous n’en finirons pas de rembourser aux marchés les profits non satisfaisants qu’ils auront enregistré, que nous payons la solde d’une armée d’Empire en campagne, d’une armée d’occupation et de son immense armada flottant sur toutes les mers du globe !

Un comble !

***

Abandon Culturel, bien sûr :

Tout a été fait pour renier notre propre culture, notre propre langue, le français, c'est-à-dire notre intime !

Car la Langue, notre langue, c’est bien notre Patrie !

***

Il nous faut le dire : Cet immense renoncement n’a été possible que par la corruption !

Les « agents de conformités » – politiques, syndicalistes, journalistes, écrivains, cinéastes, chanteurs … ont été payés pour relayer cette domination.

Institutions comme élites. La corruption est partout .

Alors – certes - nous pourrions, comme Cicéron dans « ses lettres à Atticus », nous amuser devant ce spectacle pitoyable s’il ne révélait une triste réalité : nous avons – bel et bien - perdu notre liberté !

Faut-il vraiment « inscrire – notre Europe - dans la continuation de la chute de Rome ? »

Mais comment avons-nous pu accepter « ce coup d’arrêt brutal à ce processus d’émancipation qui dans les deux derniers siècles a arraché le suffrage universel égal, (…) a contesté le monopole des organismes représentatifs de la richesse, a lié droits politiques et droits sociaux et économiques ? S’interroge le philosophe italien Losurdo.

Alors, bien sûr, la démocratie a toujours été contestée !

« Le pouvoir du peuple » ?  Quel régime scandaleux !

Et parce que « L’idée démocratique est une idée subversive », il y a toujours eu une « haine de la démocratie » nous rappelle le philosophe Rancières.

Ne faut-il d’ailleurs pas que les populations « s’accommodent de l’ignorance et de l’incertitude » pour reprendre les termes de l’accord confidentiel de 1958 entre l’OMS et l’AIEA ?

Faut-il vraiment accepter cette démocratie « qui fait pression sur les gouvernements, entraine le déclin de l’autorité, rend les individus et les groupes rétifs à la discipline et aux sacrifices requis par l’intérêt commun » s’interrogent Crozier, Huntington et Watanaki dans un des fameux rapports rédigés pour la Trilatérale dans les années 70 ?

La Démocratie ? Voilà l’ennemi du Marché !

Il leur faut donc tout occulter, dissimuler, dans un immense théâtre du « faire croire », du « faire valoir » !

Ce système est donc un système de Fascisme soft.

Une espèce de « FUNKY FASCISUM ! »

Il prend le masque de la modernité, celui de la jeunesse, il apparaît « branché » … Mais c’est bien du fascisme.

Mais jusqu’où allons-nous tolérer cet intolérable ?

***

Eux, ils veulent privatiser tout : la terre, l’eau, l’air, le feu !

Ils veulent même tout privatiser de l’HUMAIN.

Il nous faut résister !

C’est à nous que revient le rôle,  chers amis, de réaffirmer l’importance de l’Homme.

Il nous faut dire que l’HOMME n’est pas un centre de profit, que l’on vise comme une cible, avec son taux de pénétration et que l’on perce à coups de sondages.

Non ! L’Homme ne se réduit pas à un Chiffre !

Ce fascisme là veut nous priver des mots, du sens et de la poésie alors que toute l’humanité n’aspire qu’à redevenir ce rêveur, ce promeneur émerveillé sous le ciel étoilé du Monde.

« Si nous ne revendiquons pas notre HUMANITE - je vous le dis - nous deviendrons tous des statistiques ! »

Alors disons-le haut et fort ! Ce qu’il y a de plus beau chez l’Homme n’est pas productif ! Ce qui est exaltant dans l’Humanité, n’a pas de prix !

La vocation de l’Homme n’est pas d’être rentable !

La vocation première de l’Humanité c’est la quête du bonheur, c’est vivre la fraternité !

La pleine Fraternité !

***

Chers amis, nous vivons aujourd’hui – ce printemps 2010 - un moment historique.

Tout d’abord, Nous avons vu se lever en Grèce, en Espagne, au Portugal un immense élan social qui révèle la prise de conscience des peuples sur l’impéritie de cette Europe là.

Ni cette Europe, ni cette monnaie commune ne sont  à la hauteur de la sécurité économique promise. Toute la construction européenne apparaît enfin pour ce qu’elle est : mensonges et supercherie !

***

Deuxièmement, - et c’est là le signe qui confirme la grande révolution qui vient en Europe - Nous avons assisté à l’éveil d’un sentiment éthique, c'est-à-dire à l’affirmation d’un sentiment éminemment politique !

A la suite de l’intervention militaire israélienne sur les bateaux humanitaires en partance pour Gaza, toutes les rues européennes ont bousculé les chancelleries du continent.

Ce serait une erreur de ne voir là que manifestation d’une fraternité religieuse ou ethnique pro palestinienne.

Les peuples d’Europe ont crié – simplement mais c’est essentiel - leur rage éthique !

Ils ont dit vouloir encore respirer l’air enivrant des sommets : la Justice, l’égalité !

En ce sens, la question de Gaza est - bel et bien -  une immense « brèche Socratique » pour reprendre la magnifique expression du Philosophe Manuel de Diéguez.

Quelle grande nouvelle philosophique et politique !

***

Oui ! Tout se tient !

C’est la même logique d’Empire qui nous impose ici des sacrifices économiques et financiers, qui nous impose de sacrifier nos propres enfants, nos ouvriers, nos paysans … pour financer des guerres improbables et des armées honteuses, décérébrées en Irak ou en Afghanistan …

Oui, c’est la même domination impériale qui nous impose ici le laquais  Bernard Kouchner   au Quai d’Orsay et qui maintient là Mahmoud Abbas à la tête de l’Autorité Nationale Palestinienne.

Imaginez-vous la France du Général De Gaulle tolérer l’intolérable ?

Ne dire un mot de Gaza, l’insupportable ?

Lui qui prononça le discours du « Québec libre »  ou celui de Phnom-Penh en pleine guerre du Vietnam ?

Oui, tout se tient !

Alors, il nous faut le dire – tous ensemble -  « Il suffit ! »

***

Rétablir la démocratie en Europe, cela veut dire d’abord et avant tout recouvrer notre souveraineté en Europe.

Et parce que la souveraineté est l’apanage des Nations libres !

Nous devons d’abord libérer les Nations !

Et nous le savons, la France est la condition sine qua non de la libération de l’Europe !

Notre programme est donc clair !

Article 1 : rendre sa pleine souveraineté à la France !

Article 2 : redonner la parole au peuple !

***

En ce jour, où certains croient célébrer la France – en cet instant-  à Londres, nous savons Nous, que la France Libre est ici !

Et je veux ici dans cette Sorbonne - qui vibre comme l’Albert Hall de Londres vibrait en 1942 aux accents Gaulliens, aux accents de la France Libre - je veux ici saisir cette circonstance pour lancer un APPEL !

Un APPEL à tous les patriotes !

De gauche, de droite, communistes, gaullistes, anciens résistants, souverainistes  … Tous réunis en comité, en réseau, tous ceux qui ont à cœur le « souci de la France » !

Tenons-nous prêts !

***

Et parce que le redressement de la France ne peut se faire sans l’immense énergie de la jeunesse, je veux – ici - lancer un Appel à la Jeunesse !

Jeunesse des campagnes, jeunesse des villes et jeunesse des banlieues : sans distinction aucune !

La France a besoin de vous ! Elle a besoin de votre enthousiasme, de votre élan, de votre générosité !

Chaque fois que vous vous battez pour la justice, pour l’égalité, pour la fraternité, pour la liberté … Oui ! Vous vous battez pour la France !

Chaque fois que vous refusez les facilités du mensonge pour celui de l’effort, que vous refusez le « gagné-facile » pour celui du travail et de l’énergie … alors OUI ! Jeunesse de France, par ce plébiscite de tous les jours … Vous choisissez – tout simplement –  le parti de la France !

Et quelle est belle cette France là !

Alors ! Tous ensembles ! Tenons-nous prêts !

Article 1 : Rendre sa pleine souveraineté à la France !

Article 2 : Redonner la parole au peuple !

Quoiqu’il en coûte : Ni compromission ! Ni transaction !

 « Que serait devenue la patrie si Jeanne d’Arc, Danton, Clemenceau avaient voulu transiger ? » s’interrogeait De Gaulle

***

Et ce n’est pas sans gravité que je vous livre mon sentiment dernier.

Rien ne nous sera épargné ! Mais nous même, nous n’épargnerons rien ni personne !

Souvenons-nous d’un des plus grands esprits du XXème siècle - le mahatma Gandhi - :

« Je crois que, là où il n’y a le choix qu’entre la lâcheté et la Violence, je conseillerai la violence (…) je préférerais que l’Inde recourût aux armes pour défendre son honneur plutôt que sa lâcheté en fît le témoin impuissant de son propre déshonneur ! »

Oui, il est des heures dans l’histoire des Nations, où les peuples doivent d’abord apprendre à dire « Honneur et patrie » pour ensuite pouvoir dire « Liberté, Egalité, Fraternité » !

Et bien, voyez-vous … Je crois que cette heure est venue pour la France !

Alors …  - Où que nous soyons ! - Pour la France … Tenons-nous prêt !

Merci !

ACTE DU COLLOQUE :

http://www.cercledu29mai2005.eu/pages/colloque-du-18-juin-2010-paris-la-sorbonne-3eme-partie-3985695.html

Partager

Derniers commentaires

Nathalie : GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire ! Préparez-vous, on recommence ! PARIS 16 novembre 2019 !…
sur "La Marseillaise" à l'Arc de Triomphe - 1er Décembre 2018 - GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire !

Alphonse Marie Louis : Merci M Pujo pour votre intervention que je rejoins. Par contre je ne pense pas qu'une réponse uniquement jacobine puisse sauver les Etats Nations.…
sur « Qui cherche à abattre l’Espagne très catholique ? » (Penser la France)

Paul De Florant : La France pleure les Kurdes après avoir trahi tous le monde dans la région… Bravo ! Comme le rappelle ce soir Jean-Luc Pujo - note…
sur La ministre française des Armées demande l'arrêt de l'opération militaire turque en Syrie

JLP : Toujours excellente analyse de Donald TRUMP. L'Etat profond américain est dans la constance... contre ce mauvais choix des élites américaines…
sur Trump: «Aller au Moyen-Orient, c’est la pire décision» que les USA aient jamais prise

JLP : Pensée pour Antoine SFEIR. Un homme exceptionnel qui nous manque, tant humainement qu'intellectuellement... pour mieux comprendre notre monde. Il y…
sur « Hommage à M. Antoine SFEIR » La Rédaction de Politique-Actu.com

Tags