Actualités

« Comment les ménages européens renflouent la dette américaine ... en 2012 !» Jean-Luc Pujo

41088-bce-fed.jpg

Le mécanisme est subtil… et insupportable.

Comment des pays souverains peuvent-ils à ce point accepter d’être « esclavagisés ».

Tel est le sort de la France et de tous les pays de l’Europe.

Nous pensons alors à tous ces pays d’Europe du Sud - très bientôt ceux du Nord seront concernés - qui imposent la misère à des millions de ménages par le seul fait – mais quelle faute ! - d’être dirigés par des Hommes politiques soumis à Washington.

Nous payons et finançons  tous – à travers la crise financière et les politiques de rigueur qui nous sont imposées – l’immense dette américaine, les erreurs immenses de la finance anglo-protestante-américaine.

Hier ce fut le cas avec les deux chocs pétroliers des années "70" ... provoqués.

Par quel mécanisme en 2012 ?

Attention, c’est un peu compliqué …

 ***

ACTE I – La Banque centrale américaine (FED) rachète de la dette américaine à la CHINE.

ACTE II – La BANQUE centrale américaine revend ses Dollars à la Banque centrale européenne ( Dollars pourris contre EURO fort)

ACTE III – La Banque centrale européenne assure des prêts aux banques privées européennes ;

ACTE IV – Les banques privées européennes prêtent aux Etats Européens à des taux importants ;

ACTE V – Les Etats Européens infligent des plans de rigueur aux peuples européens pour rembourser les Banques, la BCE et au final en réalité … la FED Américaine.

Conclusion 1 :

Les ménages européens financent la dette américaine.

Nous sommes bel et bien sous domination financière étatsunienne.

Notre pauvreté provoquée assure leur richesse virtuelle.

Conclusion 2 :

Seule une véritable révolution européenne nous permettra d’émanciper l’Europe de la domination des Etats-Unis qui nous maintiennent en esclavage depuis 1919.

Nous devons travailler à une véritable révolution européenne.

Quand allons-nous recouvrer notre liberté ?

Jean-Luc Pujo & La Rédaction de Politique-ACTU

 ***

Quelques sources :

ACTE I

BONDS DU TRÉSOR AMÉRCAINS – Février 2011

Le plus gros détenteur de la dette américaine n'est plus la Chine, c'est...

L'analyse de l'ex-trader Marc Fiorentino sur l'"arnaque américaine" de 2011. Découvrez qui a supplanté la Chine et le Japon pour le rachat de la dette des Etats-Unis. Stupéfiant !

Madoff était finalement un petit joueur. Avec ses 50 ou 60 milliards de dollars détournés, il n'a pas exploité toutes les possibilités de la fameuse chaîne de Ponzi... Face au tandem Geithner-Bernanke, nos nouveaux Robert Redford et Paul Newman dans ce remake de « l'Arnaque », il faut dire que la concurrence est rude. Décortiquons cette fraude massive car le montage est d'une subtilité perverse et d'une perversité subtile.

Commençons tout d'abord par un petit rappel : le Trésor américain et la Fed sont deux poches différentes du même argent... Même si la banque centrale américaine est indépendante, ses moyens sont les mêmes que ceux du Trésor américain. Quand la Fed perd de l'argent, et elle va perdre une fortune sur ses achats massifs d'obligations d'État avec la remontée des taux d'intérêt qui s'amorce, cette perte va directement, chaque année, s'imputer au déficit budgétaire américain, un déficit qui est déjà en lambeaux.

Que s'est-il passé en 2010 ? L'État américain, déjà en faillite virtuelle, a fait de la relance. Il a injecté des centaines de milliards de dollars dans l'économie qu'il n'avait pas. Ces centaines de milliards, le Trésor américain a dû les emprunter. Le problème, c'est que les Chinois ne veulent plus de ces nouveaux subprimes, ni les Japonais ni les pays du Golfe... Les ménages américains ont absorbé une partie de ces déchets napolitains pour placer une épargne récemment reconstituée. Mais cela ne suffisait pas. Dès lors, la Fed est venue prêter au Trésor américain... Mais la Fed et le Trésor, c'est pareil ! C'est de l'argent qui sort d'une poche pour entrer dans l'autre, avec deux poches qui, aujourd'hui, sont percées. On a appris cette semaine, sans surprise, mais tout de même avec effroi, que la Fed était passée devant la Chine et était devenue le plus gros détenteur d'emprunts d'État américains ! Fascinant, non ? L'administration Obama, qui voulait réformer les pratiques bancaires, fait ce qu'aucune banque, ni aucun escroc de haut vol, n'a jamais tenté. Il faut dire qu'ils n'en sont plus à une contradiction près : les vingt plus grosses banques américaines vont verser pour 2010 un montant record de rémunérations : 135 milliards de dollars alors qu'Obama devait briser Wall Street, l'appât du gain et les bonus. Michael Douglas a raison de dire en 2010 : « Greed is not just good, it's legal. » Passons.

Le problème de ce tour de prestidigitation, ô combien impressionnant, est qu'il ne pourra plus être utilisé en 2011. Vous allez comprendre pourquoi. Les taux montent. La Fed perd donc tous les jours de l'argent sur les 1.100 milliards d'emprunts d'État qu'elle a avalés. Elle va sûrement encore jouer la fuite en avant avec un QE3 ou un QE4 mais elle ne pourra pas continuer à absorber intégralement les besoins d'emprunt de ses collègues du Trésor. Madoff avait besoin que les marchés continuent à monter pour que son arnaque tienne. La crise de Lehman a mis sa belle pyramide à terre. Geithner et Bernanke ont besoin que les taux d'intérêt baissent pour qu'ils puissent continuer à faire voltiger les dollars sans que les spectateurs s'aperçoivent de la supercherie. Oui, mais voilà. Avec des matières premières en folie, du fait entre autres de ce « quantitative easing », des valeurs d'actifs qui montent sous l'effet de la spéculation, des banques qui reprennent leurs plus mauvaises habitudes, les taux grimpent. Doucement mais sûrement. Et il suffit que cette hausse s'accélère pour qu'on découvre que tout cela n'est qu'une gigantesque arnaque.

Mais alors, me direz-vous, si c'était aussi simple que cela, que fait la police ? La police, c'est-à-dire les agences de notation ou la SEC, est à peu près aussi sévère avec le Trésor américain et la Fed que la police tunisienne l'était avec la belle-famille de Ben Ali ! Notre duo d'équilibristes est aujourd'hui dans une fuite en avant qui ne peut que mener les États-Unis dans un mur. Bravo les artistes !

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110209trib000599974/le-plus-gros-detenteur-de-la-dette-americaine-n-est-plus-la-chine-c-est.html

ACTE II et ACTE III – 

« La FED renfloue les banques européennes » Janvier 2012

La Banque centrale américaine, la Réserve fédérale, est engagée dans un plan de sauvetage des banques européennes. Le plus étonnant est que cette opération de sauvetage soit passée inaperçue.

La Fed utilise ce qu’on appelle dans le jargon financier un «accord de swap de liquidité temporaire en dollars américains» avec la Banque centrale européenne (B.C.E). Il y a des ententes similaires avec les banques centrales du Canada, d’Angleterre, de Suisse et du Japon. Dit plus simplement, la Fed échange des dollars contre des euros. La Fed est compensée par le versement d’un taux d’intérêt de 50 points de base, soit 0,5%. La B.C.E., qui garantit de retourner les dollars à un taux de change fixe correspondant à la date du swap, prête ensuite cet argent aux banques européennes de son choix.

http://economie2011.wordpress.com/2012/01/03/la-fed-renfloue-les-banques-europeennes/

***

La Banque centrale américaine renfloue les banques européennes ! (Janvier 2012)

La Banque centrale américaine, la Réserve fédérale, est engagée dans un plan de sauvetage des banques européennes. Le plus étonnant est que cette opération de sauvetage soit passée inaperçue.

La Fed utilise ce qu'on appelle dans le jargon financier un «accord de swap de liquidité temporaire en dollars américains» avec la Banque centrale européenne (B.C.E). Il y a des ententes similaires avec les banques centrales du Canada, d’Angleterre, de Suisse et du Japon. Dit plus simplement, la Fed échange des dollars contre des euros. La Fed est compensée par le versement d'un taux d'intérêt de 50 points de base, soit 0,5%. La B.C.E., qui garantit de retourner les dollars à un taux de change fixe correspondant à la date du swap, prête ensuite cet argent aux banques européennes de son choix.

Pourquoi la Fed et la B.C.E. font-elles cela ? La Fed pourrait prêter directement aux succursales américaines des banques étrangères. Elle a fait beaucoup de prêts à des banques étrangères en vertu de diverses facilités de crédit spéciales dans le sillage de l'effondrement de Lehman Brothers à l'automne 2008. Ou encore, la B.C.E. pourrait prêter des euros aux banques qui, à leur tour, pourraient acheter des dollars sur les marchés des changes. Le monde n’est-il pas inondé de dollars ?

Les deux banques centrales se sont engagées dans cette procédure parce que chacune a besoin d'une feuille de vigne pour cacher son sexe. La Fed a été gênée par les révélations de ses largesses envers les banques étrangères. Elle ne veut pas que les dettes des banques étrangères apparaissent sur ses comptes. Un swap de devises avec la B.C.E. n'est pas techniquement un prêt.

La B.C.E. est empêtrée dans un désordre encore plus grand que celui de la Fed. Les chefs de nombreux gouvernements européens veulent que la B.C.E. les renfloue. La banque centrale et certains gouvernements européens disent qu'elle ne peut pas constitutionnellement le faire. La B.C.E. préfère ne pas créer des euros pour garder intacte sa réputation de lutter contre l'inflation. Pour atténuer ses prêts en euros, elle emprunte des dollars qu’elle prête ensuite aux banques. Ce crédit remplace les dollars que les banques américaines et les marchés des changes ne veulent plus accorder aux banques européennes qui ont besoin des dollars pour financer le commerce de la zone euro avec le reste du monde. Pendant ce temps, les gouvernements européens mettent la pression sur leurs banques pour acheter encore plus de dettes souveraines.

Le soutien de la Fed vient en supplément des 489 milliards d’euros prêtés par la B.C.E. aux 523 banques de la zone euro avant Noël. Et si 2008 peut servir de guide, les swaps en dollars vont turbo-compresser les prêts en euros de la B.C.E.

Cet arrangement byzantin ne pouvait être conçu que pour confondre les observateurs, et il a largement réussi de ce côté-ci de l'Atlantique où la couverture de la presse a été marginale. En revanche, il n’est pas passé inaperçu en Europe. Le 21 décembre, leFrankfurter Allgemeine Zeitung a noté sur son site internet que les banques européennes ont pris trois mois de crédits valant 33 milliards de dollars, financés par un swap entre la B.C.E. et la Fed. Lorsque le gouvernement grec apparut beaucoup plus endetté qu'on ne le savait jusque là au printemps 2009, des swaps de devises furent mise en place par Goldman Sachs pour dissimuler ses dettes abyssales.

La Fed avait plus de 600 milliards de dollars de swaps de devises sur ses livres à l'automne 2008. Ces swaps furent en grande partie remboursés en janvier 2010. Le montant de l’été dernier, en vertu de la convention de renouvellement de swaps, était de 2,4 milliards de dollars par semaine. Pour la semaine se terminant le 14 décembre, toutefois, ce montant a bondi à 54 milliards de dollars. Pour la semaine se terminant le 21 décembre, le total a augmenté d'un peu plus de 8 milliards de dollars. Les 33 milliards de dollars susmentionnés par le journal allemand ne sont pas comptabilisés parce que la B.C.E. les a empruntés le 22 décembre, juste après le communiqué de la Fed.

Peu importe l'interprétation légaliste, la Fed travaille par le biais de la B.C.E. à renflouer les banques européennes et, indirectement, les gouvernements européens dépensiers. Il est difficile de compter le nombre de mauvaises choses que comporte cet arrangement.

Premièrement, la Fed n'a pas l'autorité de renflouer l'Europe. Ma source pour ce jugement ? Le président de la Fed, Ben Bernanke, a rencontré les sénateurs républicains, le 14 décembre, pour les informer de la situation européenne. Après la réunion, le sénateur Lindsey Graham a déclaré aux journalistes que M. Bernanke lui-même a dit que la Fed n'a pas «l'intention ou l'autorité» pour renflouer l'Europe. Dans la semaine où M. Bernanke a promis qu’il n’y aurait aucun sauvetage de l’Europe, la taille des lignes de swap pour la B.C.E. a gonflé d’environ 52 milliards de dollars.

Deuxièmement, ces accords de swap de la Réserve fédérale rejettent la sanction de l'aléa moral et entraînent des distorsions dans l'allocation des crédits en faveur des gouvernements dépensiers. Permettre à la B.C.E. de faire la répartition initiale du crédit aux banques, et pour certains d’espérer que cet argent servira encore à financer les gouvernements dépensiers de l’Union européenne, n’arrangera certainement pas le problème.

Troisièmement, la non-transparence des arrangements de swaps est gênante dans une démocratie. À son crédit, M. Bernanke a promis une plus grande ouverture et une meilleure communication des objectifs de la politique monétaire de la Fed. Les accords de swap sont en contradiction avec sa promesse. Il est temps pour le président de la Fed de fournir au Congrès une comptabilité honnête de ce qui se trame dans les coulisses du pouvoir. (*)

Gerald P. O'Driscoll


(*) Commentaire du traducteur :

Alors que le crédit bancaire intra-européen était au point mort et que les cigales italiennes et espagnoles ne pouvaient plus se refinancer sur les marchés à la veille de Noël, une divine intervention conjuguée des deux banques centrales de part et d’autre de l’Atlantique (une ouverte, par Mario, et une, masquée, par Ben) est venue apporter providentiellement un peu d’oxygène à l’Etat-providence qui se meurt un peu partout en Europe et aux Etats-Unis. Les dirigeants politiques ne reculeront devant rien pour le maintenir artificiellement en vie le plus longtemps possible. Qui aura le courage de débrancher la pompe ? C’est la question - qui intéresse les gens lucides - de la facture qui ne cesse de gonfler pour les générations futures.

Il y a eu un tribunal à Nuremberg pour juger les coupables de la Seconde guerre mondiale. Y en aura-t-il un autre pour juger les non moins responsables élites qui condamnent des générations de citoyens à rembourser une dette qu’elles n’ont point contractée ? Le national-socialisme a été condamné en 1945. Pourquoi le socialisme tout court ne le serait-il pas alors qu’il est la cause directe de la misère qui s’étend sous nos yeux ? Seuls les restaurants du cœur sont promis à un bel avenir dans notre pays ravagé par cette idéologie utopiste qui prétend aider les individus alors qu’elle les étouffe dans un carcan de réglementations et de taxes.

http://www.claudereichman.com/articles/odriscolllabanquecentralerenfloue.htm

Partager

Mot clés : EURO - dollar - bce - FED - banque privéee

Derniers commentaires

Paul De Florant : La France pleure les Kurdes après avoir trahi tous le monde dans la région… Bravo ! Comme le rappelle ce soir Jean-Luc Pujo - note…
sur La ministre française des Armées demande l'arrêt de l'opération militaire turque en Syrie

JLP : Toujours excellente analyse de Donald TRUMP. L'Etat profond américain est dans la constance... contre ce mauvais choix des élites américaines…
sur Trump: «Aller au Moyen-Orient, c’est la pire décision» que les USA aient jamais prise

JLP : Pensée pour Antoine SFEIR. Un homme exceptionnel qui nous manque, tant humainement qu'intellectuellement... pour mieux comprendre notre monde. Il y…
sur « Hommage à M. Antoine SFEIR » La Rédaction de Politique-Actu.com

Paul De Florant : TEXTE de Salvador ALLENDE - "Une Ôde au Combat !" Immense leçon. : Seguramente ésta será la última oportunidad en que pueda dirigirme a ustedes.…
sur 11 septembre : "Ultimo Discurso de Salvador Allende" 1973 -

patbel33 : La déforestation... Sujet plus que brulant, puisque l'arbre, la forêt est le consommateur de ce fameux CO2 que tout le monde utilise pour nous…
sur Brésil : la déforestation multipliée par quatre en juillet

Tags