Actualités

ACADIE : "Il faut sauver le peuple acadien !" par Ilyes Zouari

168747-baskinthecolours-808x461-c.jpg

TITRE ORIGINAL : Province acadienne ou hausse de la natalité, uniques solutions (ou « Le peuple acadien devra faire preuve de courage s’il veut survivre »)

*

Le dernier recensement fédéral à une nouvelle fois mis en évidence la baisse lente mais certaine de la présence acadienne au Nouveau-Brunswick. Alors que les francophones, en se basant sur le critère de la langue maternelle, représentaient 35,9 % de la population provinciale en 1951, ils en représentent aujourd’hui 32,4 %, voire 31,8 % selon le critère de la première langue officielle parlée (qui inclut également les allophones privilégiant le français).

Cette constante diminution s’explique par trois principales raisons. La première est la très faible fécondité du peuple acadien, qui se situe au-dessous du niveau de fécondité des anglophones de la province depuis le début des années 1980. Selon les dernières statistiques disponibles, publiées en 2011 dans le « Portrait des minorités de langue officielle au Canada : les francophones du Nouveau-Brunswick », l’indice synthétique de fécondité (ISF) se situait en moyenne à seulement 1,34 enfant par femme sur la période 2001-2006 (un des taux les plus faibles au monde), contre 1,54 pour les anglophones, soit un écart défavorable de 15%. Les derniers chiffres relatifs au nombre de naissances dans la province ainsi qu’à leur répartition par comté, indiquent que la situation est toujours à peu près la même aujourd’hui. Pour rappel, l’ISF des francophones était de 6 enfants par femme au milieu des années 1950.

La seconde raison réside dans le niveau significatif d’assimilation dont sont victimes les francophones. Toujours selon le même document, seuls 79,5% des enfants de moins de 18 ans en 2006 et ayant au moins un parent de langue maternelle française se sont vu à leur tour transmettre le français comme langue maternelle. Ceci correspond donc à un taux d’assimilation de 20,5% pour la nouvelle génération, puisque les jeunes concernés par cette non-transmission ne parlent plus le français qu’en tant que langue secondaire, au mieux et après l’anglais, et qu’ils ne peuvent donc être considérés comme francophones. Ce taux historiquement élevé résulte à la fois de l’assimilation naturellement inévitable à long terme de la majorité des francophones vivant dans des localités où ils sont minoritaires, de l’augmentation du nombre de francophones vivant justement dans ces zones majoritairement anglophones, et enfin de la montée en puissance du nombre de couples exogames français-anglais et de la hausse parallèle de la part des enfants issus de ces couples, passée de 16,0% en 1971 à 31,7% en 2006. Or, et à cette même date, seuls 35% de ces enfants étaient comptés comme francophones.  

Enfin, la troisième raison étant à l’origine de la baisse continue du poids des francophones réside dans le caractère très majoritairement anglophone de l’immigration internationale reçue par la province. En effet, et d’après les derniers chiffres disponibles en la matière, seuls 20% environ des nouveaux arrivants peuvent être considérés comme francophones (c’est-à-dire qui le sont à leur arrivée ou qui choisissent de le devenir).

Afin d’enrayer cette évolution défavorable, de nombreux responsables acadiens proposent justement de recourir à l’immigration tout en fixant pour objectif d’avoir un tiers de francophones parmi l’ensemble des immigrants reçus par la province, afin d’en respecter les équilibres linguistiques actuels. Pourtant, et même s’il devait être un jour atteint, cet objectif sera toujours insuffisant pour la simple raison qu’il est impératif de tenir compte de l’assimilation dont seront victimes certains des descendants de ces immigrants eux-mêmes, notamment en fonction de leur répartition géographique. Dans le cas, sans doute utopiste, où les immigrants francophones suivraient la même répartition géographique que les Acadiens, ainsi que le même comportement familial, qui en découle dans une large mesure (notamment en matière d’exogamie), leur taux d’assimilation à la seconde génération serait alors probablement d’environ 20%, tout comme pour les Acadiens de la nouvelle génération. En d’autres termes, il faudrait que la part des immigrants francophones soit alors non pas de 33%, mais de 41% de l’immigration totale reçue par la province. Chose que la majorité anglophone n’acceptera probablement jamais...

Or, il est pratiquement impossible que ces nouveaux arrivants se répartissent géographiquement de la même manière que les Acadiens, puisque les principaux pôles d’activité économique et d’emploi se situent dans le sud-est, partiellement anglophone, et autour de Fredericton et de Saint-Jean, toutes deux anglophones. Par conséquent, et si l’on considère plus raisonnablement que les deux tiers de immigrants s’établissent autour de ces pôles économiques, au moment de leur arrivée ou dans les quelques années qui suivent (par exemple à hauteur de 40% dans le sud-est, de 26,6% dans le sud-ouest, les 33,3% restants allant dans le nord), leur taux d’assimilation global à la seconde génération serait alors de près de 25% si l’on se base sur le niveau actuel d’assimilation des francophones en fonction de leur répartition géographique. En d’autres termes, cela signifie que la part des immigrants francophones dans l’immigration totale devrait donc être de près de 44%, et non pas de 33%, ni même de 41%.

Toutefois, il convient ici de ne surtout pas oublier que le recours à l’immigration est censé endiguer la baisse du poids des francophones. Ce qui veut dire que cela doit également compenser la plus faible fécondité des Acadiens par rapport aux anglophones, ainsi que l’assimilation qui touche les Acadiens eux-mêmes (voire de compenser aussi une émigration interprovinciale légèrement plus forte que pour les anglophones, mais dont nous ne tiendrons pas compte par souci de simplification). Pour finir, et sans basculer dans la moindre caricature, ce ne sont donc pas 44% d’immigrants francophones qui seraient nécessaires, mais en réalité bien davantage encore… soit largement plus de 50%. Là encore, il est fort peu probable que la majorité anglophone soit suffisamment généreuse pour accepter et planifier une immigration francophone bien supérieure au poids actuel des francophones, et encore moins une immigration majoritairement francophone.

Tous ces éléments démontrent bien que le recours à l’immigration internationale ne sera jamais une solution, tant que les Acadiens vivront dans une province où ils sont minoritaires. Pire encore, cela ne fera qu’aggraver la situation en les minorisant encore davantage, et en les marginalisant à terme. L’immigration ne peut donc être une réponse efficace que dans le seul et unique cas d’une province acadienne francophone, synonyme, d’une manière ou d’une autre, d’une maîtrise de l’immigration et de l’évolution linguistique des nouveaux arrivants. Par ailleurs, et toujours en s’inspirant de la célèbre locution proverbiale « on n’est jamais si bien servi que par soi-même », seule une province acadienne laisserait les mains libres aux francophones afin de mettre en place une véritable politique linguistique de réaffirmation de la primauté de la langue française en toutes circonstances, et de mettre ainsi quasiment fin au phénomène d’assimilation des Acadiens eux-mêmes.

Une province acadienne recouvrirait alors à peu près le tiers du Nouveau-Brunswick, soit environ 24 300 km2. Elle serait ainsi 4,3 fois plus grande que l’Île-du-Prince-Édouard, et plus étendue que cinq États américains de la Nouvelle-Angleterre (New Hampshire, New Jersey, Connecticut, Delaware et Rhode Island). Mais ce territoire serait aussi plus vaste qu’exactement 50 pays indépendants à travers le monde, dont certains sont suffisamment grands pour abriter quelques millions d’habitants. Comme le Salvador (21 040 km2, et 6,4 millions d’habitants), Israël (20 770 km2, 8,3 millions), la Slovénie (20 270 km2, 2,1 millions) ou encore le Liban, qui serait 2,3 fois moins étendu (10 450 km2, 6,2 millions d’habitants).

Une éventuelle province acadienne devrait d’ailleurs respecter le plus que possible la répartition géographique des francophones, même si cela suppose la création d’une ou de quelques enclaves de part et d’autre de la frontière, comme ce qui est déjà le cas pour de nombreux pays et territoires dans le monde. À titre d’exemple, la région belge et francophone de la Wallonie possède une enclave en territoire flamand, tout comme la Flandre en possède une Wallonie. L’Italie dispose d’une enclave en Suisse, tandis que l’Allemagne en possède cinq petites en Belgique, auxquelles s’ajoute une sixième également située en Suisse. Enfin, il est également à souligner que cette nouvelle province devrait impérativement incorporer la ville de Dieppe et une partie de la ville de Moncton, qui constituent un pôle économique en pleine croissance, pour diverses raisons, et nécessaire au renforcement de l’attractivité du territoire, notamment en matière d’immigration internationale.

Mais à défaut de province acadienne, seule capable d’assurer la maîtrise des questions relatives à l’immigration ainsi que la réduction drastique de l’assimilation des francophones, il n’y aura alors d’autre choix que d’agir sur le niveau de fécondité. Or, et en tenant compte à la fois du retard des francophones par rapport aux anglophones en la matière, de leur taux d’assimilation (qui s’appliquera également aux naissances supplémentaires nécessaires), du niveau actuel de l’immigration internationale totale reçue par la province (avec un solde migratoire d’environ 4 000 personnes en 2016) et du taux d’assimilation des immigrants francophones, il faudrait alors présentement entre 1 900 et 2 000 naissances supplémentaires par an, et ce, par rapport à un niveau actuel d’environ 1 800 naissances pour les francophones du Nouveau-Brunswick. Sachant que ce nombre actuel doit correspondre à un ISF légèrement inférieur à 1,34 enfant par femme, il faudrait alors que ce taux passe à un niveau situé entre 2,7 et 2,8 enfants, soit bien plus que la moyenne canadienne (1,6), mais également davantage que la moyenne mondiale (2,5).  

Atteindre un tel niveau de fécondité de nos jours paraît difficile pour un pays développé. En réalité, cela demeure toujours possible mais à condition de changer radicalement les mentalités. Certains considèrent, d’ailleurs, qu’aucune hausse significative en la matière ne peut avoir lieu sans l’existence d’un cadre étatique ou provincial permettant de prendre l’ensemble des mesures incitatives qui s’imposent. Toutefois, bien des pays et territoires ont déjà adopté un certain nombre de mesures mais sans parvenir à de réels résultats, comme l’Allemagne ou encore le Québec voisin. A l’inverse, d’autres pays déjà assez développés ont vu leur taux de fécondité réaugmenter significativement sans réelle intervention de la part des pouvoirs publics, comme l’Algérie et l’Égypte dont l’ISF est dernièrement remonté, respectivement, de 2,4 enfants par femme en 2002 à 3,1 en 2016, et de 3,0 enfants en 2008 à 3,4 l’année dernière.

La nécessaire forte augmentation de la natalité, qui découlerait de la non-création d’une province acadienne, ne pourra donc se faire qu’essentiellement à travers une prise de conscience collective de l’ensemble des Acadiens, hommes et femmes confondus. Tout devrait donc être fait pour aller à leur contact et les sensibiliser à l’importance cruciale des questions relatives à la natalité, en général mais surtout en l’absence d’une province acadienne. Il n’y a d’ailleurs, objectivement, aucune raison pour que les Acadiens ne puissent pas augmenter sensiblement leur taux de fécondité et atteindre un niveau comparable à celui de nombreux pays plus petits et davantage peuplés que ce que serait une province acadienne, comme Israël dont l’ISF est remonté à 3,1 enfants par femme. Et ce, sans parler de bien d’autres pays situés plus au sud, comme la Gambie par exemple, dont l’ISF est de 5,5. Occasion de rappeler, au passage, que les Acadiens devraient être aujourd’hui environ un million dans les Maritimes si les leurs ancêtres n’avaient pas subi le terrible « Grand Dérangement » (et en tenant bien compte d’une forte émigration durant les deux derniers siècles, comme du côté anglophone).

Pourtant, force est de constater que ce sujet n’est nullement abordé par les responsables acadiens, qu’ils appartiennent à des partis politiques ou à des organismes de défense des droits des francophones, et dont les aînés ont pour point commun d’avoir abandonné le projet de province acadienne depuis le début des années 1980, pensant, à tort, que de simples lois sur l’égalité linguistique, même ambitieuses et respectées, suffiraient à maintenir le poids des francophones. Or, le fait de ne pas parler de la question de la natalité, qui devrait pourtant être systématiquement mise sur la table de toute discussion portant sur l’avenir des Acadiens, constitue une grave devant l’histoire. Car aucun peuple ne disposant d’un territoire clairement défini et à l’intérieur duquel il est majoritaire, n’a d’avenir sans avoir suffisamment d’enfants. Ceci est une constante historique. 

Afin de mettre un terme à leur déclin certain, dans l’état actuel des choses, les Acadiens doivent donc choisir entre deux uniques alternatives : la création d’une province acadienne, où ils seront maîtres chez eux, ou la hausse significative de la natalité. Il n’existe aucune troisième voie, aucune autre issue. Et si c’était les anglophones qui occupaient un tiers du territoire et qui étaient en situation d’infériorité numérique et de minorisation continue, ils auraient peut-être déjà fait leur choix depuis fort longtemps, et à juste titre.

Le refus de choisir courageusement et pragmatiquement l’une de ces deux options entraînerait inéluctablement la poursuite de la marginalisation, lente mais certaine, des Acadiens du Nouveau Brunswick. Et à terme leur quasi-disparition, comme ailleurs dans les Maritimes ou encore en Louisiane. Ce qui se profile est donc bien l’équivalent d’un second Grand Dérangement, mais cette fois à l’initiative des Acadiens eux-mêmes. Or, ces derniers se doivent d’être à la hauteur du courage et des sacrifices consentis par leurs ancêtres afin que la nation acadienne puisse continuer à exister et à compter.

Ilyes Zouari*

_

Ilyes Zouari est Spécialiste du Monde francophone, Conférencier. Secrétaire général adjoint de la revue "Population & Avenir" (démographie et géographie humaine). Ex-Administrateur de l'association Paris-Québec. Auteur du "Petit dictionnaire du Monde francophone" (L'Harmattan, Avril 2015). Il publie fréquemment sur POLITIQUE-ACTU. Nous l'en remercions.

SOURCE:

https://www.acadienouvelle.com/mon-opinion/2017/09/11/acadiens-doivent-faire-preuve-de-courage/

Partager

Derniers commentaires

Marc de la Jolandiere : Monsieur, Pour plus d'efficacité, nous vous communiquons le siège de la CIA en France: https://fr.usembassy.gov/fr/ Bonne déroute…
sur La CIA recrute dans les Banlieues françaises les futurs ennemis de la République !

mimid782 : bonjour,, je serais ravie de vous rencontrer, pour savoir plus sur le recrutement. je suis dans la région île de france, dans les Yvelines.…
sur La CIA recrute dans les Banlieues françaises les futurs ennemis de la République !

Alain de kervouant : Novembre 2017 : Bravo aux Clubs "Penser la France" et à JLuc Pujo. Le CONSEIL D’ÉTAT vient de rejeter le pourvoi de la Commune de Béziers. Fin…
sur BEZIERS : « Il faut démonter la crèche chrétienne installée dans le temple de la République ! » Intervention de Jean-Luc Pujo, président des clubs « Penser la France » - Béziers – 24 décembre 2014

Anne-Marie : Pédophilie : Cela explique aussi la présence de milliers de sans papiers aux portes de nos mégapoles... une source ininterrompue de chair humaine…
sur PÉDOPHILIE : la CIA et les cercles pédophiles à Hollywood (Groupe HERMES)

Paul De Florant : Cher Eustache, Merci de rendre hommage à Monsieur GASTAUD. Il le mérite. Mais vous ne l’avez pas suffisamment lu. Vous sauriez ainsi que, loin…
sur VERTICALITE – Par Georges Gastaud (Poème politique - "Adresse à Emmanuel !")

Tags