Dossiers

« ENNAHDA, les mutations de l’islamisme tunisien » par Jean-Michel Salgon.

28148-ennahda-1.jpg

- De la révolution de Jasmin -

[Exclusivité pour Politique-actu.com]

Dans une Tunisie marquée par un climat délétère -  contestations sur la date de la tenue des élections, premiers procès relatifs aux anciens caciques du régime défunt et mouvements de protestations de tous ordres - le mouvement islamiste Ennahda, l’une des principales forces politiques du pays est au centre de nombreux débats.

Les déclarations fracassantes d’un des anciens ministres de l’intérieur sur un éventuel complot militaire ont été à l’origine de troubles importants en mai 2011.

Farhat Rajhi, lors d’une interview a évoqué – en effet -  un « gouvernement de l’ombre » et fait état de l’existence d’un projet de coup d’Etat fomenté par Rachid Ammar, le chef d’état-major inter-armés, dans l’hypothèse d’une victoire électorale du parti Ennahda.

En dépit de démentis, des manifestations violentes ont été organisées dans plusieurs villes (Tunis, Kairouan, Gafsa, Sfax….). Le thème du danger islamiste a de nouveau été évoqué par des intellectuels et une frange non négligeable de la société civile.

20 ans de répressions …

Durant plus de vingt ans, de 1990 à janvier 2011, le parti Ennahda a été l’objet d’une répression incessante, impitoyable. 30 000 personnes au total auraient été inquiétées pour appartenance ou soutien à cette organisation : des cadres, des militants, des sympathisants mais aussi des proches soupçonnés d’apporter une assistance ponctuelle.

Pour de simples délits d’opinions, des peines de prison souvent très élevées ont été prononcées par des tribunaux.

Entre avril et juillet 1991, près de 250 militaires (officiers supérieurs, officiers, sous-officiers et hommes de troupes) ont été arrêtés. Accusés, en liaison avec l’organisation Ennahda, de préparer un complot afin de renverser le régime, ils ont été détenus et pour la plupart condamnés à des peines de prison. Une fois libérés, ils ont été privés de leurs pensions et surveillés par la police politique. Certains d’entre eux dénoncent aujourd’hui un « complot monté de toutes pièces par les services spéciaux de la sûreté de l’Etat » (1). Ils demandent une réhabilitation et s’adressent aux autorités pour exiger des explications.

Durant les dernières années du régime du président Ben Ali, le mouvement Ennahda a tenté de se réorganiser, de remettre en place des réseaux clandestins.

De très nombreux cadres, militants ont été relâchés entre les années 2002 et 2007, la plupart du temps dans le cadre de libérations collectives décidées au plus haut niveau de l’Etat.

Soumis à des régimes de liberté surveillée, les militants ont éprouvé des difficultés pour s’impliquer à nouveau dans des actions militantes ou contacter simplement des anciens partisans. Certains responsables, comme Sadok Chourou, ont été à nouveau arrêtés puis incarcérés pour avoir tenté de reprendre une activité politique ou exprimer publiquement une opinion.

Dans les milieux universitaires, la mouvance islamiste a créé, en 2004, un courant sous la dénomination de « courant des étudiants indépendants » qui a progressivement entamé des actions collectives à Tunis, Sfax et Bizerte. A partir de l’année 2007, ledit courant a exercé ses activités en liaison avec des représentants du mouvement Ennahda.

Des étudiants ont été arrêtés, d’autres ont été expulsés un temps de l’université.

Le retour, la renaissance ...

Lors des émeutes de janvier 2011, aucun slogan islamiste n’a pourtant émaillé les rassemblements de protestation. La direction en exil du parti s’est contentée de manifester son soutien aux manifestants sans lancer d’appel explicite à renverser le régime.

Après la fuite du président Ben Ali le 14 janvier 2011, le dirigeant historique du mouvement Rached Ghannouchi a annoncé son retour prochain en Tunisie et les anciens prisonniers politiques sont réapparus en public dans les manifestations.

Rapidement des réunions ont été organisées pour préparer un retour sur la scène politique officielle.

Dans ce contexte, l’arrestation le 12 mars 2011 de l’ancien ministre Abdallah Kallel a été pour le parti un signe très important de normalisation.

Cet ancien dirigeant, trésorier du parti présidentiel, sous l’ancien régime, a été à deux reprises ministre de l’intérieur notamment lors des années de répression impitoyables (de février 1991 au 24 janvier 1995). Sous son autorité les services de sécurité ont décapité le mouvement Ennahda en procédant à des milliers d’arrestations et ont autorisé un recours à la torture.

Le 30 janvier 2011, Rached Ghannouchi est rentré à Tunis où des milliers de militants et sympathisants se sont rendus à l’aéroport pour l’accueillir.

Rapidement une demande d’agrément a été déposée le 1er février, par une délégation de sept personnes. Le parti a décidé de mettre en place une direction provisoire. La presse a été convoquée : la composition des nouvelles structures a été révélée publiquement le 7 février.

Président : Rached Ghannouchi

Secrétaire général : Hamadi Jebali

Comité constitutif : 33 membres dont 4 femmes

Président du comité constitutif : Ali Larayedh

Bureau exécutif (13 membres chargés de domaines spécifiques : planification, éducation, formation, justice….) : Noureddine Birhi, Abdelhamid Jelassi, Samir Dilou, Mohamed Ben Salem, Karim Harouni, Ridha Saidi, Sahbi Attig, Walid Bennani, Farida Abidi, Monia Ibrahim, Ajmi Lourimi, Kamel Ajjam et Abdallah Zouari.

Il faut rappeler que tous ces dirigeants du parti ont été - à des degrés divers - victimes de persécutions sous l’ancien régime.

Rached Ghannouchi, avant son départ en exil, a subi deux périodes de détention de 1981 à 1984 puis de 1987 à 1988.

Hamadi Jebali, le secrétaire général ancien responsable de la publication Al Fajr, a été détenu durant quinze années (1991-2006). Le président du comité exécutif Ali Larayedh a effectué une détention d’une durée de quatorze ans.

Il faut noter que la nouvelle configuration des sphères dirigeantes témoigne d’une volonté de renouvellement en confiant des responsabilités importantes à des cadres du mouvement ayant dans la clandestinité exercé un rôle durant la décennie précédente comme les avocats Samir Dilou et Nourredine Bhiri ou l’enseignant en sciences islamiques Sahbi Attig.

Le 1er mars 2011, le parti a été agréé, une nouvelle ère a ainsi pu débuter.

Le refus de la violence, des appels à la tolérance et à l’ouverture politique …

Dès sa réapparition sur la scène politique le parti Ennahda a émis, par le biais de ses dirigeants, des déclarations apaisantes dans un contexte trouble marqué par des violences.

Dans un communiqué Rached Ghannouchi a condamné les manifestations organisées, durant les premières semaines faisant suite à la fuite du président Ben Ali, par une partie de la mouvance islamiste notamment l’organisation Hizb Al Tahrir (parti de la libération).

Ces rassemblements ont pris notamment pour cibles des débits de boissons alcoolisées et des maisons closes. L’une de ces manifestations organisée devant la synagogue de Tunis a été émaillée d’incidents et de slogans antisémites. Le parti a pu affirmer à cette occasion son attachement « aux valeurs d’ouverture et de tolérance dont le peuple tunisien, toutes catégories confondues, est imprégné».

Quelques jours plus tard, la direction du mouvement Ennahda a condamné le meurtre d’un prêtre polonais égorgé le 18 février 2011 dans la localité de Manouba.

Dès la fuite de Ben Ali, le mouvement a multiplié par ailleurs les contacts avec les représentants des différents partis présents sur la scène politique non liés au régime défunt.

Ainsi, on a pu constater qu’alors que le gouvernement dirigé par Mohamed Ghannouchi était confronté à des démissions puis à des manifestations de protestation, Ennahda participait - en lien avec d’autres organisations dont l’UGTT (Union Générale des Travailleurs Tunisiens) et le CPR (Congrès pour la république) – à la création  d’un conseil national de la protection de la révolution.

L’acte le plus important du parti, depuis l’instauration d’un processus démocratique, a été de soutenir clairement le principe d’une parité hommes-femmes pour la composition des listes à l’occasion du scrutin devant désigner les membres de la future assemblée nationale constituante. En adoptant cette position, les dirigeants islamistes ont tenté d’apporter une réponse cinglante à leurs détracteurs sur un thème hautement symbolique.

Quelques semaines auparavant, le jour de la journée de la femme, Nourredine Bhiri, membre du bureau exécutif, avait affirmé à la presse que son mouvement soutenait « les acquis de la femme tunisienne » y compris l’interdiction de la polygamie instituée par le code de statut personnel. Il déclarait par ailleurs : « nous ne trouvons rien dans le code de statut personnel qui soit en contradiction avec nos convictions, nos principes et nos valeurs » (2).

Du journal Al Fajr …

Cette volonté d’ouverture apparaît de manière évidente dans le contenu et la stratégie éditoriale de l’organe du parti Al Fajr (l’aube), hebdomadaire diffusé à partir du 9 avril 2011.

Cette publication est ancienne et a été marquée par une histoire tumultueuse. Autorisée à paraître une première fois en février 1989, sa rédaction a été l’objet de tracasseries répétées. Certains numéros ont été interdits de parution. Elle a cessé de paraître le 24 janvier 1991. Ces journalistes ont été arrêtés et détenus, dont Abdallah Zouari (actuel membre du bureau exécutif du parti Ennahda) qui a cumulé dix-huit années de prison.

Après plus vingt années d’interdiction, Al Fajr a pu reparaître.

Son contenu, sa ligne éditoriale ont surpris maints observateurs. La rédaction marque aujourd’hui sa volonté de s’adresser à de larges pans de la population tunisienne et de ne pas concevoir une publication à vocation strictement politique.

Aucune page n’est consacrée à la religion.

Dès le premier numéro, l’actualité culturelle est l’objet d’une attention toute particulière, avec des articles consacrés à des rappeurs tunisiens (El General, PsycoM), un entretien est accordé au dramaturge et réalisateur Fadhel Jaibi pourtant connu pour ses opinions politiques peu favorables au courant islamiste. Une page célèbre le spécialiste d’arts martiaux Moncef Ouerghi. Des rubriques spécialisées sont également consacrées à d’autres thèmes : l’actualité internationale, les femmes, la jeunesse, l’humour.

Les responsables du parti interviennent régulièrement dans les rubriques opinions ou actualité internationale.

Depuis sa parution, la rédaction s’est refusée à attaquer frontalement et en des termes agressifs leurs détracteurs et adversaires politiques. Cette volonté de retenue tranche singulièrement avec l’attitude adoptée par toutes les formations islamistes, durant les trente dernières années au Maghreb, lorsqu’elles conçoivent une nouvelle publication.

Le discours modéré des dirigeants comme les engagements réitérés du parti sur le respect du jeu démocratique ont été salués par nombre d’acteurs politiques.

Récemment la direction du Forum Démocratique du Travail et des Libertés (FDTL), membre de l’internationale socialiste, réaffirmait dans son organe de presse Mouatinoun sa position en des termes explicites : « Le FDTL entretient de bonnes relations avec Ennahda, qui se dit comme étant un parti civil et non religieux, dont les dirigeants ont affirmé leur engagement en faveur des acquis de la femme, de l’interdiction de la polygamie ».

Interrogé sur un possible double langage du parti islamiste, Abdellatif Abid, membre du bureau politique, déclare dans les colonnes du même organe : « S’ils dévient par rapport à leurs engagements, nous serons contre eux (…) Le référentiel islamique d’Ennahda pourrait revêtir un caractère moral, c’est-à-dire rappeler les valeurs de l’islam en termes de justice, d’égalité, de tolérance, voire une religion qui n’impose à personne. Il n’y a donc aucune raison pour empêcher Ennahda d’être présent sur la scène politique » (3).

Cette position n’est pas toujours comprise par nombre de personnalités politiques en Europe. L’homme politique français Arnaud Montebourg en déplacement en Tunisie pour soutenir la cause du FDTL en tant que socialiste affirme pour sa part dans l’hebdomadaire Réalités à propos du parti Ennahda : « Je considère que ce sont des ennemis de la révolution du jasmin (…) Le parti islamiste, sous des attraits customisés ou repeints n’a pour raison d’être que de mettre des principes religieux au cœur de son action politique et donc de détruire la citoyenneté, les droits personnels et l’égalité homme-femme. C’est sa mission. » (4).

L’appréciation somme toute assez conciliante portée par les dirigeants du FDTL est pourtant partagée par des responsables politiques d’autres formations comme Hamma Hamami du Parti Ouvrier Communiste de Tunisie (POCT) ou Moncef Marzouki du Congrès pour la République (CPR). Elle s’est forgée dans les années 2000 à la suite de contacts répétés.

Solidaires face à la répression menée par le régime du président Ben Ali, des représentants des différents mouvements se sont rencontrés régulièrement notamment en France.

Les 23, 24 et 25 mai 2003, Ennahda a participé à des rencontres de l’opposition organisées à Aix en Provence durant lesquelles a été évoqué un projet « démocratique pour l’après dictature ».

Ces convergences ont débouché sur une plate-forme politique, à la suite d’un mouvement de grève de la faim spectaculaire qui a débuté à l’occasion de la tenue en octobre 2005 en Tunisie du sommet mondial de la société de l’information.

Huit opposants de diverses obédiences, dont Me Nejib Chebbi responsable du Parti Démocrate Progressiste (PDP), Hamma Hamami (POCT) et Abderraouf Ayadi pour le CPR ont mené une grève de la faim pour attirer l’attention de l’opinion sur la situation des droits de l’homme en Tunisie.

Deux islamistes Mohamed Nouri et Samir Dilou se sont associés au mouvement désormais connu sous l’appellation de 18 octobre, date de départ de la grève.

Peu après, un cadre d’action commune a été élaboré et un « collectif du 18 octobre pour les droits et les libertés en Tunisie » a été créé. Ennahda a pu adhérer au collectif et élaborer avec d’autres formations (FDTL, CPR, PDP, POCT et Unionistes nasséristes) une plate-forme politique.

Les membres dudit collectif ont défini à cette occasion des « principes fondamentaux intangibles » notamment « le principe d’égalité complète et effective de tous les citoyens sans discrimination ou préjudice sur la base de l’origine sociale, du sexe, de l’orientation intellectuelle ».

En signant cette plate-forme les représentants du parti Ennahda ont également scellé les bases d’une future alliance. Les prises de position actuelles des formations politiques tunisiennes précitées sur le statut à accorder au parti de Rached Ghannouchi ont donc des racines historiques.  

Quelles alliances pour quel avenir ?

Dans un jeu politique fondé sur un mode de scrutin à la proportionnelle pour la prochaine élection à l’assemblée nationale constituante, le recours à des alliances est vital.

Sans jusqu’à présent contracter de pacte comme d’autres formations, le parti ménage des partenaires potentiels.

Ennahda pourrait également rechercher l’appui de formations récemment légalisées, adoptant une ligne politique et idéologique presque similaire, par le biais d’alliances ponctuelles dans certaines circonscriptions.

Certains anciens membres ou sympathisants du parti Ennahda en rupture de ban sont à l’origine de la création de nouvelles organisations comme M. Khaled Traouli responsable du RRD (Rencontre Réformatrice Démocratique) un mouvement créé en 2005 et présent dans plusieurs régions du pays.

D’autres partis, qui défendent l’identité arabo-musulmane de la Tunisie comme le Parti de la justice et du développement pourraient être également contactés.

Les opposants à Ennahda militent dans plusieurs partis et associations très actifs comme le parti Ettajdid, de l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2009 Ahmed Brahim, qui tente avec un certain succès de fédérer un vaste « pôle progressiste et démocrate » présenté comme un rempart contre «  le danger islamiste ».

A la veille du retour d’exil de Rached Ghannouchi, des milliers de femmes ont manifesté dans le centre de Tunis à l’appel de l’Association des femmes démocrates (AFD) dirigée part la juriste Sana Ben Achour.

Aujourd’hui, l’incertitude règne. La multiplication des revendications comme la persistance des menaces sur le plan sécuritaire sont de nature à conduire les différents acteurs à adopter des stratégies privilégiant l’attentisme et le pragmatisme.

Des unions, des pactes peuvent naître de convergences programmatiques.

Dans l’attente des futures échéances électorales, chaque parti a créé en son sein des comités de réflexion chargés de mettre en place les bases d’un programme devant être soumis aux votes des militants.

Force est de constater l’existence de nombreuses convergences apparentes comme le flou des déclarations de principes des dirigeants des partis politiques tunisiens : Identiques célébrations des libertés collectives et individuelles, affirmations des principes démocratiques, attachement à la séparation des pouvoirs, défense de l’indépendance du pays, affirmation du nécessaire développement des régions déshéritées du sud, soutien à la cause palestinienne…

Il paraît somme toute difficile pour tout citoyen tunisien, soucieux de son devoir et de son droit à l’information, de distinguer les lignes de fronts claires entre toutes ces formations politiques agréées en quelques semaines.

Le parti Ennahda - par l’intermédiaire de ses dirigeants -  a fait part de quelques orientations générales qui devraient fournir les bases d’un programme politique.

Si, comme la plupart des mouvements islamistes, Ennahda célèbre le libéralisme économique, la nécessaire dimension sociale de toute politique équitable est mise en avant.

Le développement des régions du sud du pays, « mères de la révolution », est considéré comme une priorité nationale.

En ce qui concerne la réforme constitutionnelle, les instances du parti privilégient un régime de type parlementaire pour éviter « un retour de l’autocratie » et insistent sur la nécessité d’une stabilité politique qui doit être favorisée par l’adoption d’un mode de scrutin adapté.

En matière de politique étrangère, Ennahda fait valoir sa volonté de réaliser pleinement « l’union du Maghreb arabe » comme « l’intention de soutenir les mouvements de libération partout dans le monde et de les encourager dans leur quête de liberté et de dignité ».

Le principal défi à relever pour l’organisation est désormais d’élargir son ancrage social.

Les cadres, les permanents se recrutent à ce jour comme par le passé, dans les strates modernistes de la société, ils sont bien insérés du point de vue professionnel (enseignants, médecins, ingénieurs, avocats…). Les résultats obtenus, lors des prochaines élections, dans les circonscriptions rurales, dans le sud du pays, dans des villes de tradition ouvrière comme Gafsa permettront de juger de la capacité du parti Ennahda de séduire de plus larges pans de la population.

N’oublions pas qu’au Maroc, comme en Algérie, les partis islamistes ont pu se heurter à d’amères désillusions par le passé en considérant cette adhésion populaire comme acquise…

***

(*) Jean-Michel SALGON est politologue, spécialiste du Maghreb, coordinateur du Dictionnaire géopolitique de l’islamisme (éditions Bayard). 2009. Il rentre d’une mission à TUNIS durant laquelle il a pu rencontrer les principaux acteurs de la révolution tunisienne en mai 2011.

Sources :

Entretien avec Mohamed Ben Salem (membre du bureau exécutif du parti Ennahda), Tunis, le 11 mai 2011

Entretien avec Lotfi Hidouri (journaliste à la rédaction de la publication Al Fajr), Tunis, le 13 mai 2011.

Entretien avec Oussama Ben Salem (dirigeant du courant des étudiants indépendants), Tunis, le 10 mai 2011.

(1). Lettre ouverte du lieutenant-colonel Mohamed Ahmed, Réalités, semaine du 12 au 18 mai 2011, n°1324.

(2). Agence France Presse (AFP), le 8 mars 2011.

(3). Mouatinoun, le 10 mai 2011, n°148.

(4). Réalités, semaine du 12 au 18 mai 2011, n°1324.

[Photo : Rached Ghannouchi et des dirigeants du parti Ennahda – conférence de presse du 7 février 2011 - Tunis]

Partager

Commentaires

de Ahmed Rebai
J’ai lu avec beaucoup d’attention votre page relative à« ENNAHDA, les mutations de l’islamisme tunisien » par Jean-Michel Salgon. Grand merci pour votre étude, disons, exhaustive, de ce mouvement. Il me rappelle cependant un vague parfum de déjà vu. L’odeur délétère me rappelle déjà un certain Président. Venant de quelqu’un qui se veut post Ben Ali, je me serai attendu à un vocabulaire, disons aussi, plus avenant, sinon j’aurai cru à un pli pris à jamais. Aurai-je raison Mr Machin, comme l’avait dit un autre Président
0 approbation
15 June - 21h23

Derniers commentaires

Nathalie : Cher Monsieur, libre à vous de ne pas partager les conclusions de M. Cotta. Mais vous manquez d'arguments. Dans le désordre actuel, M. Cotta…
sur LES "COUPS DE GUEULE" de JACQUES COTTA (VIDEOS)

Gourmel Michel : Après le 2d tour des législatives : les COMMENTAIRES de Jacques Cotta On a connu Jacques Cotta en meilleure forme ; l’utilisation de petits…
sur LES "COUPS DE GUEULE" de JACQUES COTTA (VIDEOS)

Cousin-Jacques : Nous n'avons plus d'Institution ni la Constitution Française de 1958 depuis le decret Valls 2016-1675 du 5 décembre 2016. En faisant le parallèle…
sur "REVOLUDROIT" : Repenser la POLITIQUE (Autour de Valérie Bugault)

Anne-Marie : Législatives: La Comédie dont la France aura a souffrir ! Totalement d'accord avec l'analyse de Jean-Luc Pujo! Anne-Marie * 2022 - « la…
sur «Jean-Luc Mélenchon n'a aucune chance de devenir premier ministre»

Nathalie : ECHEC GENERAL d'Emmanuel MACRON. Sidérant. Les Français ignorent tout de notre situation ! Comme le dit JLpujo... * Echecs diplomatiques a…
sur #BurkinaFaso : qui est derrière le coup d'État ? Excellent Thomas Dietrich ! 26 janvier 2022

Thématiques : AFGHANISTAN - AFRIQUE - Agriculture - Alain JUPPE - ALGERIE - Algérie - Alimentation - ALLEMAGNE - Amérique Centrale - Amérique du Sud - André Bellon - ANGLETERRE - Anne-Cécile Robert - Annie Lacroix-Riz - Armée française - ASIE - BANQUE MONDIALE - BRESIL - Bruno Le Maire - Catholicisme - CENTRE AFRIQUE - CHINE - CHINE - Christian Perronne - Christianisme - Clément Beaune - CNR - Communisme - COVID - COVID19 - CUBA - CULTURE - Défense - Demographie - Didier Raoult - Diplomatie française - DROIT - Ecologie & environnement - Economie - Edouard Philippe - EDUCATION - Egalité Femme & Homme - Election Européenne - Elections régionales - Elisabeth BORNE - Emmanuel Macron - Emmanuel MACRON - Energie - Environnement - Eric ZEMMOUR - Eric Zemmour - ESPAGNE - Etienne Tarride - EURO - Européenne 2019 - Fabien Roussel - Fadi Kassem - Fiscalité - FMI - France-Allemagne - François Asselineau - François ASSELINEAU - François Bayrou - François Hollande - François Ruffin - Francophonie - francophonie & Langue française - Gabriel Attal - Gaullisme - Georges Gastaud - Gérald Darmanin - Gérard Larcher - Guadeloupe & Martinique - HISTOIRE - Humanisme - Immigration - INDE - INDE - INSTITUTION - IRAK - IRAN - ISLAM - Islamisme - ISRAEL - ISRAËL & PALESTINE - ITALIE - Jacques CHEMINADE - Jacques Cotta - JAPON - Jean Castex - Jean-Luc Melenchon - Jean-Luc Pujo - Jean-Luc Pujo - Jean-Pierre Chevenement - Jean-Pierre Raffarin - Judaisme - Justice - Justice - Laïcité - Laicité - Législative 2017 - Léon Landini - LIBAN - Libéralisme - LIBYE - Lutte Sociale - MACHREK - MAGHREB - Maison de France & Monarchie - MALI - Manuel Bompard - Marine LEPEN - Marine LEPEN - Marlène Schiappa - MEDIAS - MER - Michel Houellebecq - Michel Onfray - MUSIQUE - Nathalie Arthaud - Nations d'Europe - Nicolas Dupont-Aignan - Nicolas Sarkozy - OCS - OCS - OMC - ONU - ONU - Nations Unies - OTAN - OTAN - PAKISTAN - PALESTINE - Patriotisme - Penser la France - POLICE & Sécurité - Pour une Constituante - PRC - PRCF - Présidentielle 2017 - Présidentielle 2022 - Protestantisme - QUEBEC - QUEBEC - RéinfoCovid 2022 - Relations Internationales - RELIGION - Roland Hureaux - RUSSIE - RUSSIE - RUSSIE - SANTE - SANTE - Sciences & Recherche - SERVICE PUBLIC - SPORT - Syndicats - SYRIE - TURQUIE - UKRAINE - Ukraine - Union européenne - USA - USA - Valérie Bugault - Valérie PECRESSE - Valérie Pecresse - VENEZUELA - VENEZUELA - Venezuela - Yaël Braun-Pivet

Tags