Débats

FRONT NATIONAL & MODEM sanctionnés : "IMPOSTURE JURIDIQUE" Billet d'Etienne TARRIDE

179584-fn-modem-1.jpg

___

A l’heure où des partis politiques qu’on aime ou qu’on n’aime pas, je n’aime pour ma part ni l’un ni l’autre, sont poursuivis où pourraient l’être par les instances Européennes et Nationales, une question de fond se pose qui n’est pratiquement jamais invoquée.

Les Partis en cause sont le Rassemblement National et le Modem qui auraient bénéficié de subventions pour rémunérer des assistants parlementaires et auraient en réalité rémunéré des personnes travaillant pour le parti et non pour le députés Européens ou Français.

Les dirigeants de l’un de ces partis ont dû quitter le gouvernement, l’autre est menacé d’asphyxie financière. Dans les deux cas nous nous trouvons en présence d’une anomalie juridique qui confine à l’imposture.

- La notion d’« assistant parlementaire » n’est pas définie que ce soit en droit Européen ou en droit Français. Il n’est indiqué nulle part quelles peuvent être les fonctions exactes d’un assistant parlementaire. Il suffit de relire le premier essai en ce sens, la Loi dite, sans doute pour rire, « Loi de moralisation de la vie politique », adoptée en 2017 pour constater que c’est le parlementaire lui-même qui définit les fonctions de son ou de ses assistants. Il n’existe aucune procédure définie permettant à une quelconque autorité de contester le droit pour le parlementaire de confier telle ou telle tâche à l’un de ses assistants. Il n’existe aucune procédure de mise en garde. La loi de 2017 ne précise que l’interdiction faite aux parlementaires de recruter des membres de leur famille.

On voit mal, dès lors, sur quel texte pourrait reposer une mise en examen valide sauf à violer délibérément la règle fondamentale « Pas de délit sans texte ». C’est probablement la raison pour laquelle les Juges font appel à d’autres textes à grand renfort d’imagination et notamment à l’incrimination d’emploi fictif théorie qu’il apparait difficile de soutenir dès lors que la tâche à laquelle le collaborateur est astreint relève du seul choix du parlementaire sans contrôle administratif préalable ou à posteriori.

- S’agissant de l’utilisation d’assistants parlementaires à la réalisation de travaux dans l’intérêt exclusif du parti auquel appartient le parlementaire, l’imprécision juridique conduit à l’imposture que ce soit dans le cadre Européen ou le cadre National.

Le Parlement National, comme chacun le sait vote la Loi et contrôle l’exécutif qu’il peut renverser. Le Parlement Européen participe à l’adoption des directives Européennes et contrôle la commission qu’il peut renverser. Ainsi en est-il au moins dans les textes. Les parlementaire National comme le parlementaire Européen a donc, tout au moins en principe, vocation à émettre des votes sur tout sujet. Il n’est pas, dans cette tâche, un électron libre mais le membre d’un groupe et d’un parti politique qui a présenté aux électeurs un programme. Un programme général et pas seulement, s’agissant du Parlement Européen, un programme limité aux relations souhaitables entre les Etats et l’Institution Européenne. Dès lors, les assistants parlementaires qui participent à l’élaboration du programme du parti participent effectivement à la tâche des parlementaires de ce même parti.

A moins, évidemment, que les Juges considèrent que les parlementaires aient vocation à s’affranchir totalement ou partiellement de leurs engagements électoraux, et dans ce cas il faudra l’écrire noir sur blanc dans les jugements à venir, j’invite même la Défense à en demander acte.

A moins, que l’astreinte consistant à prêter attention à des doutes ou des colères, à conserver des secrets et à diffuser des points de vue dans des cercles restreints mais importants pour le parlementaire, non, je ne pense pas seulement à Penelope Fillon, soit jugée trop légère pour mériter salaire.

A moins enfin que le fait de conduire une voiture ou de faire le ménage soit tenu pour trop subalterne pour être rémunéré. Là aussi il faudra que les Juges le disent clairement, aucune manifestation d’esprit de classe n’est à dédaigner.  

En conclusion, le régime des assistants parlementaires est trop incertain pour permettre des poursuites. La responsabilité entière en incombe aux pouvoirs exécutifs et aux Bureaux des Assemblées qui n’ont jamais voulu se préoccuper du sujet. Il serait donc plus que souhaitable que les prétendues infractions à des textes inexistants soient oubliées et que les autorités compétentes s’attachent à définir précisément le rôle des assistants parlementaires que le contribuable finance.

Etienne Tarride*

__

*Etienne TARRIDE - ancien avocat au barreau de Paris, gaulliste de gauche - publie des billets en exclusivité pour POLITIQUE-ACTU.COM. Il est aussi romancier.

Partager

Derniers commentaires

Nathalie : Francophonie-OIF : La candidature de Louise Mushikiwabo (RWANDA) passe mal auprès de principaux contributeurs de l’OIF. Jusqu’où Paris va-t-il…
sur RWANDA : "The Mass Murder We Don’t Talk About" by Helen Epstein (NYRB) - ATTENTION EXCEPTIONNEL ! (Partie 1)

Alain de kervouant : Italie : La forfaiture de Sergio Mattarella, président de la République italienne Encore un sale coup anti-démocratique de BRUXELLES ! Le…
sur Matzneff - Italie : élections, piège à cons

Anne-Marie : VENEZUELA : Chine et Russie félicitent MADURO pour sa réélection... Diplomatie française sous OTAN... dépassée ! Maduro agradece a Rusia,…
sur VENEZUELA : Des élections sérieuses, entre Mythe et Réalité !

Alain de kervouant : DIMANCHE 15 avril 2018 - MACRON sur BFMTV - 3h00 Sidérante ! MACRON... "C'est SAINT-JUST en plateau ... Au pouvoir, C'est GUIZOT " ! *** Alors…
sur « La France au piège !» (Penser la France) Jeudi 12 avril 2018

Benjamine : Du CRIF ? d'accord avec JLuc PUJO "Oui ! Il faut poser la question : Le CRIF est-il une secte ?"…
sur Marche pour Mireille Knoll : Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon hués ont dû quitter le cortège

Tags